vendredi 15 septembre 2017

Vodafone suspend ses services Internet au Cameroun

(TIC Mag) – Les abonnés du fournisseur d’accès Internet Vodafone Cameroun ont reçu ce matin du 15 septembre 2017 un message indiquant la suspension de leur service Internet. « Cher client, pour des raisons indépendantes de notre volonté, notre service est temporairement suspendu. Nos équipes travaillent pour apporter une solution au plus tôt. Nous vous présentons nos sincères excuses pour le désagrément engendré », écrit Antoine Pamboro, le directeur général de Vodafone Cameroun.

Par « raisons indépendantes de notre volonté », il faut probablement comprendre que c’est l’ART, le régulateur télécoms qui a suspendu la licence télécoms de Northwave, tel que demandé par la ministre des Postes et Télécommunications. Comme l’indiquait TIC Mag dans un article récemment publié, Minette Libom Li Likeng avait demandé le 30 août 2017 à Philémon Zoo Zame, le nouveau DG de l’ART, de suspendre la licence télécoms de Northwave.

Northwave SARL avait été racheté à 100% par Afrimax, partenaire de Vodafone. Seulement, d’après la ministre des Postes et Télécommunications, en cédant sa licence à Afrimax, Northwave SARL a violé la réglementation qui indique que sa licence est incessible. D’où l’exigence de de la ministre de retirer cette licence.

Aux sources du problème

C’est un problème qui a éclaté publiquement pour la première fois en octobre 2016. Dans un communiqué public, la ministre Minette Libom Li Likeng constatait l’irrégularité de certains opérateurs présents sur le marché camerounais : «L’attention de mon département ministériel a été attirée par le fait que de nombreux opérateurs du secteur des télécommunications mènent leurs activités en violation de la règlementation en vigueur. Je tiens à rappeler que, conformément aux dispositions des articles 35 et 42 du décret du 14 juillet 2012, fixant les modalités d’établissement et ou d’exploitation des réseaux et de fourniture des services de communications électroniques soumis au régime de l’autorisation, la délivrance de licences ou de tout titre en tenant lieu, relève de la seule compétence du ministre des Postes et Télécommunications».

A ce moment, la ministre ne cite pas nommément le britannique Vodafone, mais des sources internes confirment bel et bien que c’est lui qui est visé. Au début du mois de février 2017, la ministre revient à la charge dans un communiqué et donne jusqu’au 14 février 2017 à toutes les entreprises du secteur détentrices de titres transitoires pour déposer auprès de ses services des demandes de titres formelles. 23 opérateurs sont mis en demeure, et Vodafone est clairement visé.

En effet, Vodafone est présent sur le marché camerounais grâce à un accord de franchise conclu avec la société Northwave Sarl, aujourd’hui détenue à 100% par Afrimax Group. Northwave detient au Cameroun une licence télécoms. Seulement, la loi stipule que la licence est « personnelle, incessible et ne confère aucun droit d’exclusivité ». En d’autres termes, elle ne peut être cédée. La situation aujourd’hui laisse croire que c’est Afrimax qui exploite la licence de Northwave. Un état de fait qui fait dire à la ministre Minette Linbom Li Likeng qu’en décidant de céder la totalité de son capital à Afrimax, la société Northwave Sarl a renoncé à son statut d’opérateur du secteur des télécommunications. Dans le même temps, selon les dispositions légales, Afrimax ne peut se prévaloir d’avoir racheté la licence télécoms de Northwave, vu que celle-ci ne peut être céder.

La solution du Minpostel

Face à l’intransigeance de la ministre Minette Libom Li Likeng, les responsables de Vodafone et d’Afrimax ont entrepris d’ouvrir des discussions avec la ministre des Postes  et Télécommunications. C’est ainsi que plusieurs rencontres ont été organisées entre les deux parties, dont la dernière remonte au 02 août 2017. Comme solution pour sortir de cette impasse et de préserver les investissements du britannique dans le pays, la ministre Libom Li Likeng avait suggéré à Afrimax de se constituer en société et de demander officiellement une licence de télécommunications qu’elle pourra librement utiliser.

Seulement, l’évolution de l’actualité a laissé croire que les recommandations de la ministre n’ont pas été retenues par Vodafone et Afrimax qui avaient plutôt annoncé l’extension de leur réseau de couverture à tout le pays en se basant sur les infrastructures de Camtel, qui est présent dans tout le pays. Jusqu’ici, seules les villes de Douala et de Yaoundé étaient couvertes par le réseau Vodafone Cameroun. En réponse, la ministre des Postes a réagi en sommant Camtel de suspendre tout partenariat avec Vodafone jusqu’à nouvel ordre. Ce qui a mis un frein à l’extension nationale de l’opérateur Vodafone.

Jusqu’ici, la direction générale de Vodafone Cameroun clamait le respect de la réglementation en vigueur. D’après les indiscrétions de TIC Mag, les responsables de Vodafone Cameroun auraient d’ores et déjà soumis la demande d’une licence télécoms pour les villes de Douala et de Yaoundé.

En rappel, le 19 juillet 2017 à l’hôtel Hilton Yaoundé à l’occasion du lancement officiel du partenariat stratégique avec CAMTEL pour le partage du réseau de l’opérateur historique en vue de l’extension de la couverture 4G/LTE de Vodafone, Antoine Pamboro, le directeur général de Vodafone Cameroun, avait indiqué qu’en moins d’un an de service, son entreprise avait versé à l’Etat camerounais près de trois milliards de F.Cfa. Soit deux milliards de F.CFA pour le paiement des taxes et impôts et un milliard de F.CFA au titre des frais de régulation. Aussi, Vodafone Cameroon revendique des investissements de l’ordre de 13,4 milliards de F.Cfa.

Ecrit par TIC Mag

L’article Vodafone suspend ses services Internet au Cameroun est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2fnBkQB
via IFTTT

Réactions :

0 commentaires: