lundi 25 septembre 2017

La veille technologique est indispensable aux métiers de l’informatique

La rentrée est à peine terminée que déjà les salons, les expositions et autres événements du même ordre reprennent, permettant aux professionnels de l’informatique de découvrir les toutes dernières avancées technologiques.

eNova, “le salon des technologies pour les innovations de demain” s’est tenu à Paris du 19 au 21 septembre. S’il est présenté comme un salon destiné aux secteurs d’activité porteurs d’emploi comme l’aéronautique, le militaire, le médical, l’agroalimentaire, les transports, la ville intelligente et l’industrie 4.0, il est avant tout celui des capteurs intelligents et de la télémétrie.

Si l’on se fie au nombre et à la variété des capteurs exposés, tout semble désormais mesurable et quantifiable : les déplacements, les dimensions, les couleurs, les températures, etc.
Ces outils peuvent évaluer les résistances, déterminer l’usure, contrôler la fiabilité, vérifier les soudures, détecter les fissures, préciser la composition chimique des matériaux ou le taux d’humidité des liquides, les variations du ciel et la profondeur des abysses.

Ils sondent l’existant pour contribuer à l’adapter aux nouvelles contraintes environnementales, aux nouvelles attentes des consommateurs, aux nouvelles normes, notamment en matière de développement durable.

Les entreprises de ce secteur qui ne fabriquent pas directement des capteurs travaillent à en expliquer le fonctionnement et à en tirer le meilleur parti par le biais de techniques facilitant l’acquisition, le tri et le traitement des données recueillies.

Les usages de la télémétrie regroupent la gestion des parcs d’instruments de mesure, leur étalonnage et leur utilisation, ainsi que l’organisation et à la mise à disposition des relevés effectués à des fins d’analyse.

Parmi les secteurs d’activité les plus consommateurs de ces produits et de ces services, le plus présent sur le salon était probablement celui de l’automobile. Des sociétés comme DEWE France, filiale de DEWE Soft, groupe d’origine slovène ou IMC représenté en France mais dont le siège est à Berlin exhibaient de belles voitures, à fière allure, bardées de capteurs  et de GPS en tout genre, toujours plus nombreux, toujours plus précis, toujours plus à même de tout répertorier afin d’améliorer et d’innover en matière de confort, de sécurité, de design, de performances dans les véhicules de demain, électriques et autonomes.

Au delà de l’abondance et de la redondance des capteurs présentés, nous avons cherché d’autres nouveautés pour en trouver dans des secteurs comme l’optique, l’impression 3D et la robotique.

Des optiques et des écrans

Des grands noms de l’industrie de l’optique étaient présents comme Nikon, Olympus ou Zeiss avec des innovations telles que le polissage biologique des lentilles, mais aussi certains de leurs clients, des fabricants de composants pour les microscopes, les télescopes ou les caméras de précision, tel que l’Allemand IDS avec ses systèmes capables de distinguer et de signaler automatiquement aux agriculteurs les plantes nocives des plantes comestibles partout sur leurs parcelles cultivées.

La société ATD Electronic, membre du groupe japonais Macnica, présentait les tous derniers écrans miniatures de Sony; le top des ultras petits écrans avec comme vitrine de ces merveilles technologiques du full HD en 7 dixième de pouce.

Les plus petits d’entre eux ayant actuellement une taille de 2.3 dixième de pouce, il n’est pas certain, une fois montés sur des lunettes à votre vue, qu’après les avoir essayés, vous souhaitiez encore conserver votre téléviseur grand format ou votre home cinéma  aussi spacieux soient-ils.

Des imprimantes 3D qui offrent désormais de réelles perspectives

Si l’espace dédié aux imprimantes 3D était assez restreint, limité à quelques stands, il montrait bien néanmoins, compte-tenu de la qualité de certains des objets réalisés et mis en avant, le chemin parcouru en quelques années par ce type d’impression.

Entre les imprimantes à fil encore largement utilisées pour le prototypage et des imprimantes de pointe comme les modèles 3200 et 4200 de “HP Jet Fusion 3D Printing Solution”, les écarts en qualité et en robustesse sont devenus tels qu’il vaut mieux prendre le temps de les voir et les toucher avant de se faire une idée sur leur potentiel.

Ces nouvelles imprimantes permettent d’obtenir des pièces directement opérationnelles avec une finition et des propriétés thermiques et mécaniques époustouflantes. L’impression 3D devient une solution totalement crédible pour l’usinage des pièces sur-mesure. Les promesses mirifiques qui ont marqué les débuts de l’impression 3D peuvent enfin être prises au sérieux.

Bien entendu ces machines ne sont pas données, leur coût à l’achât est considérable. Une entreprise qui veut s’équiper doit donc avoir le business adéquat pour pouvoir l’amortir.

Une robotique certe présente mais encore trop discrète  avec quelques sociétés comme Metrologic Group SAS présentant des bras industriels robotisés pouvant piloter un cycle complet de production. Chaque objet fabriqué peut être extrait puis réintroduit automatiquement à chaque étape de sa fabrication sans en modifier le déroulement, pour en valider le rendu et la conformité dans le cadre d’un process qualité. Ces solutions rendent possible un contrôle à 100% d’une chaîne de montage sans, à aucun moment, en perturber le cours.

La présence du seul robot humanoïde du salon au stand de la société Deltamu nous rappelle que ce secteur, bien qu’annoncé depuis des années à forte croissance, ne rencontre toujours pas le large public auquel il peut prétendre. Grande utilisatrice de capteurs, la robotique humanoïde semble malgré cela marquer le pas. Mais sans doute essaierons-nous, le moment venu, de faire un point sur ce sujet.

Conclusion :

eNova reste essentiellement le salon des composants et des systèmes embarqués. Relativement petit, plutôt calme et feutré, avec 150 exposants environ et assez peu de curieux parmi les visiteurs, c’est plutôt un salon de l’entre soi, entre spécialistes reconnus, bien implantés dans leurs secteurs d’activité respectifs, qui se connaissent et se côtoient.

C’est un rendez-vous intéressant qui contribue à mettre la technique au service de l’innovation. Un salon des objets connectés qui montre le chemin des interactions homme machine aux intégrateurs. Les capteurs d’aujourd’hui sont conçus pour apporter de l’efficacité, de la performance et du rendement et n’ont plus vraiment vocation à se “gadgétiser” au profit du ludique et de l’amusement.

Utilisé principalement par les bureaux d’études et les services en R&D, il accueille des concepteurs, des décideurs qui partagent cette vision, à la recherche des informations qui vont les aider à inventer pour produire plus et mieux.

Si ce n’est pas la foire de Paris, eNova reste une initiative qui sait se faire un nom, fidéliser son public par son contenu, la qualité de ses conférences et son rayonnement en ouvrant régulièrement ses portes chaque année à Paris mais aussi dans d’autres villes de France.

Les salons comme eNova sont nombreux. Ils sont utiles aux entreprises pour échanger et suivre plus précisément et plus facilement les évolutions propres à leur secteur d’activité. Ils nous donnent un état des avancées technologiques du moment et un aperçu de l’intérêt du grand public concernant leurs retombées.


Par Philippe Mingotaud

Philippe Mingotaud est spécialiste sur les questions de l’informatique et des nouvelles technologies. Il est par ailleurs l’éditeur de la suite logicielle ServoCall et SerVisual que vous pouvez acquérir ou consulter à travers les adresses Skype : servocall – Twitter : @ServoCall.

L’article La veille technologique est indispensable aux métiers de l’informatique est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2yANYDP
via IFTTT

Réactions :

0 commentaires: