mercredi 2 août 2017

Casimir Fotso Chatue : « GoSat est au Cameroun pour mettre le haut du haut débit à la portée de tous »

(TIC Mag) – En partenariat avec Konnect Africa, filiale africaine d’Eutelsat, l’un des leaders mondiaux en satellite, Afrikanet a lancé ce 26 juillet 2017 à Douala (Cameroun) la commercialisation de son offre GoSat qui permet d’offrir un accès à l’Internet haut débit par satellite aux populations de deux grandes régions au Cameroun. Objectif principal de GoSat à court terme, déployer une connexion Internet haut débit dans toutes les zones urbaines et rurales du Cameroun dès le premier trimestre 2018. TIC Mag a rencontré Casimir Fotso Chatue, le PDG d’Afrikanet GoSat Cameroun, pour plus d’explications sur cette offre et ses ambitions, tout comme ses rapports actuels et à venir avec les pouvoirs publics.

TIC Mag : Quelle est l’ambition d’Afrikanet avec son produit GoSat au Cameroun ?

Casimir Fotso Chatue : Voyez cette image d’un enfant au village en pleine initiation à l’utilisation de l’Internet sur un ordinateur portable. C’est fabuleux ! C’est ce que nous souhaitons véritablement mettre à la portée de toutes les populations du Cameroun, de toutes les zones rurales, de toutes les zones enclavées. Demain, avec GoSat, elles ne le seront plus. La solution GoSat que nous apportons, surtout avec le lancement du deuxième satellite en fin d’année et début commercialisation en janvier 2018, permettra de connecter toutes les zones enclavées du Cameroun. Il y a une volonté du gouvernement d’amener le taux de pénétration de l’Internet à 20%. Aujourd’hui, il avoisine 5%.

Les grands opérateurs internet prennent du temps pour se déployer dans les zones rurales et doivent parfois faire des études économiques pour pouvoir se rendre dans ces zones. Dans ces zones où les opérateurs classiques ne peuvent arriver. Quand l’équipe de GoSat y arrive, en une heure, vous êtes connecté au haut débit de l’Internet via le satellite.

TIC Mag : L’on sait que l’accès à l’offre satellitaire ne nécessite pas de très grandes installations sur site. Aussi, les gouvernements n’ont pas très souvent le contrôle total sur l’accès à ces satellites. Nous sommes pourtant en Afrique dans un contexte où il arrive très souvent aux Etats de suspendre l’accès à l’Internet dans le pays ou dans une partie du pays pour une raison quelconque, comme cela a été le cas récemment avec le Cameroun. L’Internet par satellite que vous offrez via GoSat pourrait-il également être suspendu si l’Etat camerounais vous demandait de le faire ?

C.F.C : AfrikaNet GoSat Cameroun est une société de droit camerounais. Elle obéit aux directives qui sont celles des ministères de tutelle, notamment du ministère des Postes et Télécommunications. Le centre de contrôle de ce que nous mettons à disposition, dans les premières régions que nous couvrons, à savoir la région du Littoral et celle du Nord-Ouest, est basé à Douala. Nous devons et nous allons obéir à la loi camerounaise. S’il y a un certain nombre de directives de la part des autorités allant dans le sens de la suspension de l’Internet, ce qui n’est pas souhaitable, nous sommes dans l’obligation de suivre ces directives. Nos décideurs, à travers leurs programmes et ambitions politiques à l’horizon 2020, souhaitent développer l’économie numérique. Je pense qu’on n’aura jamais des instructions du style « couper l’Internet ».

TIC Mag : Dans certains pays africains, il existe une réglementation sur l’importation des kits et paraboles satellitaires. Ce qui n’est pas le cas au Cameroun. Car certains peuvent utiliser ces kits pour des fraudes télécoms comme la SIMBOX. N’y a-t-il pas un risque pour le déploiement de vos offres, si le Cameroun arrivait un jour à réglementer et interdire par exemple l’importation des paraboles satellitaires au tout venant ?

C.F.C : On ne peut pas avoir de l’ambition sans un cadre réglementaire strict. Il le faut pour que les choses marchent bien. Il y a des importations non contrôlées dans ce que nous faisons. Nous souhaitons nous inscrire dans le cadre réglementaire et j’ai d’ailleurs demandé à mes responsables camerounais d’être actifs au sein du Réseau des professionnels du secteur des TIC, Télécoms et du numérique (REPTIC). Certaines consultations commandées par les autorités se passent au sein de cette organisation. Il faut aller dans la mise en place de la réglementation. Il y a des pays qui ont compris que leur désenclavement numérique peut assez rapidement se résoudre par le satellite et ils ont supprimé certaines taxes douanières sur du matériel contribuant à réduire la fracture numérique et à développer l’économie numérique. Là où le numérique arrive, vous le dites si bien sur TIC Mag, le taux de chômage baisse énormément. C’est à l’intérêt de GoSat de contribuer à la baisse du chômage dans ces zones-là.

Nous ne sommes pas venus au Cameroun vendre les équipements satellitaires, nous sommes venus vendre et mettre le haut du haut débit à la portée de tous. Nous avons une formule qui permet d’acquérir gratuitement le Kit satellitaire. Casimir Fotso Chatue

TIC Mag : A Douala, le jour du lancement de GoSat (le 26 juillet 2017), dans vos points de démonstration, certains potentiels clients estimaient que plus de 200 000 F.Cfa pour s’acquérir le kit satellitaire était un peu élevé. Quelle stratégie mettez-vous en place pour que le Camerounais moyen puisse acquérir votre kit satellitaire sans toutefois crier que c’est très cher ?

C.F.C : C’est une question que tous nos prospects et potentiels client vont se poser. Au Cameroun, le kit revient à 200 000 F.Cfa.  Nous ne sommes pas venus au Cameroun vendre les équipements satellitaires, nous sommes venus vendre et mettre le haut du haut débit à la portée de tous. Nous avons une formule qui permet d’acquérir gratuitement le Kit satellitaire. Qu’importe qui vous êtes, si vous signez avec GoSat un contrat de deux ans, il vous est offert gratuitement le kit. C’est-à-dire qu’avec des montants de location variant de 5 000 F.Cfa à 10 000 F.Cfa par mois en fonction du type de passante pendant douze à 24 mois, vous acquérez le kit satellitaire en location-vente. Donc, nous ne faisons pas supporter ce montant du kit à nos clients. Nous ne voulons pas que le coût de l’accès au kit satellitaire soit un frein à l’accès au haut débit par satellite.

TIC Mag : Les 5 000 F.Cfa et 10 000 F.Cfa représentent quoi exactement ? Location de l’équipement satellitaire, abonnement mensuel à la bande passante ou les deux à la fois ?

C.F.C : Quand vous vous engagez à signer un partenariat avec nous, avec 5 000 F.Cfa et 10 000 F.Cfa, vous avez votre kit installé et votre abonnement qui dépend de votre utilisation. Bien entendu, le kit ne vous appartient pas encore. C’est une location. Nous encourageons même certains promoteurs immobiliers à se mettre en contact avec GoSat, parce que nous les offrons de petites antennes de réception pour qu’avant la fin de la construction de leur immeuble, leur bâtiment soit déjà connecté et GoSat Ready. Il restera pour le propriétaire de la maison et les locataires d’installer facilement un modem intérieur que Gosat leur fournira après souscription d’un forfait Internet haut débit. C’est une offre nouvelle que nous apportons sur le marché camerounais. Nous espérons que cette offre trouvera un écho favorable auprès des Camerounais. C’est un appel aux promoteurs immobiliers privés et publics qui mettent à la disposition des populations des logements.

TIC Mag : A quand la disponibilité de l’offre Internet GoSat dans les autres régions du Cameroun ?

C.F.C : L’épicentre du satellite que nous utilisons aujourd’hui se trouve dans un pays : le Nigéria. Nous sommes partenaires de Konnect Africa qui déploie ce satellite-là. Nous utilisons donc un satellite dont nous ne sommes pas propriétaires. Ce satellite déborde et touche au Cameroun les régions du Littoral et du grand Ouest. Le satellite dont l’épicentre se trouvera au Cameroun sera lancé à Douala au mois d’octobre 2017. Il permettra de couvrir toutes les autres régions du Cameroun. Au premier trimestre 2018, on aura la possibilité d’avoir chez soi, partout au Cameroun, du haut débit GoSat.

TIC Mag : Quelle stratégie est mise en place pour permettre aux distributeurs et jeunes qui souhaitent se faire un peu d’argent de distribuer et commercialiser les services GoSat au Cameroun ?

C.F.C : Aujourd’hui, l’initiative Gosat commence d’abord avec des personnes qui ont eu une fidélité à la marque Afrikanet depuis une dizaine d’années. Nous servons le Cameroun depuis une dizaine d’années et l’Afrique depuis 17 ans. Nous avons déjà permis à trois de nos employés fidèles de commencer à être leur propre patron dans les régions qu’ils ont choisi. Une fois qu’ils sont installés comme Cluster Manager, ils ont pour mission de démultiplier les distributeurs en ayant des contrats avec des jeunes indépendants qui souhaitent se lancer dans cette aventure en commercialisant GoSat dans leur zone de compétence. Ces Clusters Managers ont l’obligation de passer le message et de former six autres jeunes par région d’ici la fin de l’année 2017. Ces jeunes deviendront des Clusters Owners. Le dispositif de proximité est la clé de la réussite de ce projet. Nous comptons sur ces Clusters Managers pour recruter des Clusters Owners qui souhaitent relayer le produit GoSat dans leur région. Après formation, ils pourront remplir leur rêve à eux de pouvoir créer leur propre entreprise.

TIC Mag : En dehors de l’Internet par satellite GoSat que vous commercialisez, quels sont les autres solutions et services qu’offre Afrikanet ?

C.F.C : Par le fait qu’Afrikanet que j’ai fondé est en Angleterre, depuis 1999, est présent dans le monde du satellite, par le fait de ma formation (je précise que je suis un produit de l’Ecole polytechnique de Yaoundé il y a trente ans, en 1987), par le passage que j’ai eu dans de nombreuses organisations internationales et plusieurs grandes sociétés dans le monde des télécommunications en Europe, j’ai aujourd’hui une contrainte : amener ce produit GoSat au Cameroun. Pouvoir le distribuer et avoir le concours de tous ces jeunes, c’est en quelque sorte un rêve qui se réalise.

L’expertise que j’ai eue, mon expérience et ma position au sein de nombreuses sociétés de télécommunications en Europe m’ont permis de rencontrer de nombreux jeunes Africains en quête de formation dans nos structures en Angleterre. Ces jeunes sont aujourd’hui des experts africains en termes de télécommunications et de services.

Afrikanet, présent en Afrique et au Cameroun depuis une dizaine d’années, offre des services d’assistance et d’expertise technique dans le domaine de l’installation et la maintenance des infrastructures de télécommunications. Aujourd’hui, faire le pas avec GoSat, basculer vers le grand public, c’est une suite logique. Après avoir servi le satellite pour le compte des grandes entreprises, les microfinances, les ambassades, etc., aujourd’hui, avec le produit GoSat, on se tourne vers le grand public.

Propos recueillis par Beaugas Orain DJOYUM

L’article Casimir Fotso Chatue : « GoSat est au Cameroun pour mettre le haut du haut débit à la portée de tous » est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2f8pQmz
via IFTTT

Réactions :

0 commentaires: