vendredi 5 mai 2017

Minette Libom Li Likeng : « Nous allons élaborer un texte pour mieux contrôler le transfert d’argent au Cameroun »

(TIC Mag) – La ministre des Postes et des Télécommunications du Cameroun, Minette Libom Li Likeng, s’est exprimé au sujet du débat actuellement en cours sur les transferts d’argent devenus un véritable relais de croissance pour les opérateurs mobiles, au grand dam des sociétés de transfert d’argent qui voient leur chiffre d’affaires drastiquement chuter. D’après Minette Libom Li Likeng, le Minpostel et le ministère des Finances ont été instruits par le Premier ministre, Philemon Yang, de préparer un texte pour mieux encadrer cette activité. Interview.

Dans son dernier message à la jeunesse et même avant, le président de la République a fortement exhorté les jeunes et les Camerounais en général à entrer de plein pied dans le numérique. L’actualité récente de la coupure provisoire de l’Internet n’est-elle pas venue en quelque sorte boucher l’enthousiasme des jeunes innovateurs ?

Minette Libom Li Likeng : Je ne pense pas. La semaine dernière, j’étais à Douala pour le second Globe-Trotter du numérique. Douala a démontré qu’elle était la capitale économique. Au Globe-Trotter à Yaoundé, sur 200 projets nous avions 20% qui étaient des projets mûrs. A Douala, c’était l’inverse. Dès les premiers jours, 70% de jeunes avaient des projets mûrs. Ils n’avaient pas besoin de « mâturer » le business plan. Ce qui est arrivé avec la suspension provisoire de l’Internet n’a pas altéré l’ambition des jeunes. J’ai tenu une visioconférence au mois de février avec les jeunes de Bamenda et de Buea.

La preuve, le jeune Nji Collins (retenu par Google, lors du concours Google Code 2016, ndlr), un élève de Bamenda, continuait ses correspondances. L’activité numérique a continué dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest. Les jeunes faisaient la navette et se rendaient à Douala et à Limbé pour leurs activités. La distance entre Douala et Buea est parcourue en quelques trente minutes. Mais, je pense que le rétablissement de l’Internet a été bien accueilli par les jeunes.

C’est aussi un encouragement pour qu’ils s’impliquent davantage dans l’économie numérique. Ces jeunes ont confiance à ce que le chef de l’Etat a dit. Ce sont eux la Génération Androïd. Ils sont impliqués. Ces jeunes que j’ai vus ne sont pas de nature à être découragés par une suspension temporaire de l’Internet.

L’économie numérique ne s’accommode pas de la tolérance administrative. Il faudrait que les uns et les autres jouent leur rôle. Il faut classer les opérateurs par catégories. Et veiller à ce que les uns ne marchent pas sur les autres.Minette Libom Li Likeng

La connexion Internet est donc de retour. Mais, ce n’est pas le seul chantier qui vous préoccupe. Quels sont les autres chantiers qui vous préoccupent pour les jours à venir ?

L’un des chantiers importants c’est l’amélioration de la qualité de service. Il faut également remettre de l’ordre au niveau de la régulation. L’économie numérique ne s’accommode pas de la tolérance administrative. Il faudrait que les uns et les autres jouent leur rôle. Il faut classer les opérateurs par catégories. Et veiller à ce que les uns ne marchent pas sur les autres.

Il y a une polémique qui enfle au sein de l’opinion nationale autour des transferts d’argent auxquels se livrent certains opérateurs mobiles. Quelle est la position du gouvernement à ce sujet ?

La position du gouvernement est de mettre de l’ordre. C’est une mission qui nous a été confiée. Le ministre des Finances et moi allons dans les prochains jours produire un texte qui permet d’améliorer l’expansion de ce secteur. Cela va tellement vite dans le numérique. Plus vite que la réglementation. Les sociétés de microfinance qui font le transfert d’argent sont nombreuses, parce que cela a l’air intéressant.  Pour faire le transfert d’argent, il faut s’assurer que l’on travaille selon les règles de l’Anif (Agence nationale d’investigation financière) au niveau de la déclaration de soupçons. Parce que si vous vous amusez, ils deviendront une plateforme de blanchiment. Et qui dit blanchiment d’argent parle de terrorisme.

Cela vaut-il également pour les opérateurs mobiles ?

Non, pas directement. Et ce n’est pas très loin. Pour les opérateurs mobiles, quand vous faites un transfert d’argent, il faut s’assurer que l’abonné est bel et bien identifié. Pour que l’on sache à qui l’argent est effectivement envoyé. Et à l’heure actuelle, l’identification des abonnés n’est pas complètement assurée. Ce sont des chantiers qui nous préoccupent. Il faut nous assurer que nous avons une bonne plateforme d’identification des abonnés de telle sorte qu’il y ait la traçabilité dans les différentes opérations. Pourtant, à l’heure actuelle, ce n’est pas le cas. Tous les abonnés mobiles du Cameroun ne sont pas bien identifiés.

La faute à qui, Madame le ministre ?

La faute à une tolérance administrative qui a trop durée. Au début, on se dit ’’ bon, cela va aller’’. Les opérateurs n’ont pas le contrôle. Il faut qu’au même moment la régulation ait les équipements qu’il faut, le personnel qu’il faut à la même pointe technologique que les opérateurs. Il suffit qu’il y ait décalage pour que nous arrivons à cette situation. Mais, le Chef du gouvernement nous a donné des instructions pour que nous puissions mettre un terme à cette situation.

Nous sommes en train d’y travailler. Bientôt, une plateforme d’identification des abonnés verra le jour. Et avec le ministre des Finances, nous allons élaborer un texte pour mieux contrôler le transfert d’argent au Cameroun de telle sorte qu’à travers les TIC, nous puissions assurer l’inclusion financière des zones reculées. Mais, si on ne le fait pas de manière ordonnée, si en ville il y a des brillants bandits, vous imaginez le vieux père du village qui a voulu faire confiance aux TIC et qui se rend compte un beau matin que ses 100 000 francs Cfa ont disparu… Il nous faut la régulation et c’est l’Etat régulateur, en mettant des structures qui sont un prolongement de cette activité.

Propos recueillis par Yves Marc Medzo (CRTV Télé), le 24 avril 2017.

L’article Minette Libom Li Likeng : « Nous allons élaborer un texte pour mieux contrôler le transfert d’argent au Cameroun » est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2qJXn89
via IFTTT

Réactions :

0 commentaires: