lundi 16 janvier 2017

Déclaration d'Africtivistes à propos de la crise post-électorale en Gambie

Communiqué du Réseau des Africtivistes


Nous, membres du réseau panafricain de cyber-activistes et blogueurs pour la démocratie (AFRICTIVISTES), suivons de près la crise post-électorale en Gambie. Cette situation est déclenchée par la décision unilatérale du président sortant Yahya Jammeh de déclarer le résultat de l’élection présidentielle qui s’est tenue le 1er décembre 2016 « nul et non avenue » et d’appeler à de nouvelles élections.

Des soldats et policiers lourdement armés sont déployés à travers le pays depuis

que Jammeh a changé d’avis à propos des résultats de l’élection.

Suite à la condamnation par la communauté internationale de cette nouvelle tournure, la Communauté des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est habilitée à utiliser tous les moyens en son pouvoir, y compris l’option militaire, pour faire respecter les résultats de l’élection présidentielle si le président sortant Jammeh refuse de céder le pouvoir au terme officiel de son mandat le 18 janvier 2017 au soir. Jusqu’ici, le président n’a pas réagi favorablement aux appels à respecter la voix des urnes.

Bien que Jammeh ait nommé un médiateur général national pour négocier une sortie de crise avec l’équipe du président élu, il continue à persister qu’il ne quittera pas le pouvoir tant que la Cour suprême de la Gambie n’aura pas statué sur son recours même après que le président de la Cour suprême ait recommandé des négociations de sortie de crise étant donné qu’aucun des juges qui devaient entendre le recours ne s’est présenté à la cour le 10 janvier 2017.

En tant que réseau défendant les libertés, les valeurs démocratiques et la volonté des peuples des pays d’Afrique et donc de la Gambie, Africtivistes condamne fermement la décision du président sortant Yahya Jammeh à continuer à insister pour rester au pouvoir.



Malgré tous les entraves créées par le régime de Jammeh avant et pendant la tenue de l’élection, notamment la coupure des moyens de télécommunication internationale et du réseau internet, violant ainsi une fois de plus les droits des citoyens à l’information et à la liberté d’expression, le peuple gambien a voté pour le changement et cette décision doit être respectée.

Nous, Africtivistes, sommes solidaires du peuple gambien dont plus de 60% a voté pour un changement de régime.

Nous, Africtivistes, sommes profondément préoccupés par la résurgence de la répression, notamment les arrestations et la fermeture de radios. Par conséquent, nous appelons le régime actuel en Gambie à considérer ces derniers jours comme une occasion de mettre définitivement fin aux abus et aux violations qui l’ont marqué et qui lui ont valu l’initiative #JammehFact.

Nous, Africtivistes, souhaitons rappeler au président de la Cour suprême Emmanuel O. Fagbenle ainsi qu’à tout juge qui rejoindra le panel composé de cinq ou sept membres, qu’ils soient gambiens ou étrangers, qu’ils ont la responsabilité de dire le droit au moment de prendre une décision par rapport au recours.

La Justice ainsi que l’Assemblée nationale devront, pour une fois, faire de la séparation des pouvoirs une réalité en Gambie et en aucune façon manipuler le pouvoir judiciaire ou le pouvoir législatif dans le but de prolonger le mandat de Jammeh.

Nous, Africtivistes, appelons le président sortant Yahya Jammeh à respecter la volonté du peuple et à ne plus causer de trouble supplémentaire à la nation gambienne, en transmettant le pouvoir au président élu, Adama Barrow. Cette action est importante pour garantir la stabilité et éviter l’option de l’envoi de forces militaires par la communauté internationale pour la mise en application du choix du peuple gambien.

Nous, Africtivistes, appelons chaque membre des forces de sécurité à Servir et à Protéger le peuple avant tout, et à contrecarrer tout plan individualiste ayant pour objectif la déstabilisation de la Gambie.

Nous, Africitivistes, réaffirmons notre volonté à soutenir le peuple gambien dans ses droits d’accès à l’information malgré les tentatives d'intimidation.

Nous, Africtivistes, rappelons à tous les acteurs de cette crise qu’ils seront tenus responsables de toute action prise qui irait à l’encontre de la volonté du peuple.

Nous, Africtivistes, renouvelons notre engagement à soutenir le peuple gambien dans leur combat pour la restauration de la démocratie, de l’état de droit et de la bonne gouvernance dans la Côte souriante de l’Afrique, un combat qui dure depuis des décennies.

Nous, Africtivistes, exhortons tous les acteurs de cette crise à faire preuve de retenue et à privilégier le dialogue.

Nous renouvelons notre soutien au peuple gambien et à sa jeunesse.



Dakar, le 16 janvier 2017

Réactions :

0 commentaires: