2[Côte d'Ivoire] TEDxGrandBassam célèbre les «Immortelles»

TEDXGrandBassam, est un événement organisé sous la licence Américaine TED. Il vise à mettre en avant les idées innovatrices de personnes qui...

Orange lance la 6ème édition du Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient

Cette année, le grand concours de business plans organisé par Orange en Afrique et au Moyen-Orient se dédouble. Chaque projet candidat peut en effet être jugé par deux jurys, un national et un international. Les récompenses à...

L'Ambassade des USA encourage les jeunes ivoiriennes à poursuivre des carrières scientifiques et technologiques

« Les femmes éduquées acquièrent une voix et une place dans la société, ce qui leur donne plus de débouchés économiques et encourage leur participation dans la politique et fortifie la société, »...

jeudi 14 décembre 2017

Edith a testé la nouvelle app mobile de TV5 Monde Afrique


Télécharger et surtout garder une app mobile dans mon smartphone relève en général d’une réflexion bien mûrie et tenant compte des paramètres suivants : taille de l’app, espace disponible dans mon téléphone, mise à jour régulière des contenus de l’app.

Et ce cas s’applique à la nouvelle app mobile de TV5 Monde Afrique que j’utilise depuis quelques jours. Mon coup de cœur immédiat concerne le logo de l’app. Le symbole du zèbre multicolore me plaît tout particulièrement.

Le Bénin rejoint l’initiative « Free Roaming » lancée par le Sénégal

Le Bénin va devenir le huitième pays d’Afrique de l’Ouest à rejoindre l’initiative « Free Roaming ». Un protocole d’accord doit être signé, à cet effet, ce 12 décembre 2017, entre l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp) du Sénégal et l’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste (Arcep) du Bénin. Une fois cela fait, le pays rejoindra le Sénégal, la Côte d’Ivoire, la Guinée Conakry, le Mali, le Burkina Faso, la Sierra Leone et le Togo qui ont adhéré au protocole d’Abidjan sur le « Free Roaming ».

La cérémonie de signature se déroulera en marge du Comité des Régulateurs nationaux de Télécommunications (CRTEL) de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), ouvert ce matin à Dakar. L’initiative « Free Roaming » a été initiée en 2016 par le Sénégal pour accélérer l’intégration sous-régionale par les télécommunications, en projet, mais freinée par les lenteurs de la grosse machine administrative de l’UEMOA. Le projet qui est officiellement entré en vigueur en mars 2017, prévoit une réduction progressive des tarifs d’itinérance internationale entre les membres signataires, jusqu’à suppression totale vers 2020.

En rejoignant le « Free Roaming, le Bénin va devancer la Gambie et la Mauritanie avec qui le Sénégal est déjà en négociations. Pour ce qui est de l’UEMOA, les choses avancent doucement. Le regroupement a validé le projet de règlement sur le roaming gratuit, lors de la 15ème réunion des ministres en charge des télécommunications et des TIC de la CEDEAO, tenue du 2 au 6 octobre 2017 à Praia, au Cap-Vert.

TIC Mag avec Agence Ecofin

L’article Le Bénin rejoint l’initiative « Free Roaming » lancée par le Sénégal est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2AYa44M
via IFTTT

Télécoms : Gemalto dit non à l’offre de rachat d’Atos

(TIC Mag) –Alors que Thierry Breton, le président du groupe français Atos spécialisé dans les cartes à puces avait annoncé le 11 décembre 2017 son intention de racheter le groupe Gemalto (spécialiste de la sécurité numérique) pour 4,3 milliards d’euros afin de créer un poids lourd dans la cybersécurité et les technologies digitales, le groupe Gemalto a donné sa réponse le 13 décembre 2017.

Dans son communiqué, Gemalto rejette l’offre d’Atos, en estimant qu’elle ne relève pas d’une approche « amicale et coopérative ». Mieux, Gemalto affirme que la proposition d’Atos de racheter ses actions à 46 euros sous-estime de manière « significative » sa valeur, et qu’elle « ne reflète pas ses positions de leader sur des segments à forte croissance ». En définitive, Gemalto arrive à la conclusion selon laquelle l’offre d’Atos « mieux positionné en tant qu’entreprise autonome  pour poursuivre avec succès son développement et créer de la valeur à long terme ».

Pour rappel, le groupe français Atos avait proposé le 28 novembre 2017 une offre de rachat à Gemalto d’une valeur de 4,3 milliards d’euros : « Compte tenu des risques accrus pouvant désormais affecter le titre Gemalto, et dans un souci de bonne information du marché, le conseil d‘administration d‘Atos a décidé de rendre publique sa proposition tout en maintenant son objectif d’engager des discussions amicales et de parvenir à une transaction recommandée par le conseil d‘administration de Gemalto », expliquait alors Thierry Breton.

Ecrit par TIC Mag

L’article Télécoms : Gemalto dit non à l’offre de rachat d’Atos est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2C5bz0v
via IFTTT

Gabon : La préinscription pour les examens scolaire digitalisée

(TIC Mag) – Au Gabon, les futurs candidats aux examens scolaires officiels dont le Certificat d’études primaires (CEP), le Brevet d’étude de premier cycle (BEPC) ou le Baccalauréat sont désormais appelés à se faire préalablement inscrire en ligne, bien avant de déposer physiquement leurs dossiers, au risque de voir leur candidature rejetée. La nouvelle disposition obligatoire a été annoncée par le ministère de l’Education nationale du Gabon, qui révèle au passage que les préinscriptions pour la session 2018 des examens officiels ont été ouvertes depuis le 4 décembre 2017, et seront closes le 2 février 2018.

Selon le journal gabonreview.com qui révèle l’information, à travers cette nouvelle pratique, le gouvernement gabonais expérimente une nouvelle manière d’inclure les élèves dans le fichier numérique du ministère de l’Education nationale. Toutefois, précise le journal, si cette pratique est mise en application cette année, elle n’est toutefois pas une nouvelle trouvaille du gouvernement. En janvier 2015, l’ancienne ministre de l’Education nationale Ida RetenoAssonouet avait déjà évoqué cette condition, particulièrement pour les candidats au Baccalauréat. A travers cette nouvelle pratique, le gouvernement expérimente une nouvelle manière d’inclure les élèves dans le fichier numérique du ministère de l’Education nationale.

Ecrit par TIC Mag

L’article Gabon : La préinscription pour les examens scolaire digitalisée est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2AZn4XC
via IFTTT

Cybercriminalité : 2018 sera pire que 2017 (étude McAfee)

(TIC Mag) –Sur le terrain de la cybercriminalité, l’année 2017 aura été une année ‘‘prospère’’ qui a connu des attaques informatiques sans précédent : Bad Rabbit, NoptPetya, et surtout Wannacry. Autant d’attaques informatiques menées via des logiciels de rançon qui ont eu le triste mérite de paralyser des centaines de milliers d’ordinateurs dans le monde, et rapporter des centaines de millions de dollars à leurs auteurs. Mais seulement, ces attaques ne seraient en réalité qu’un avant-goût de ce qui pourra se passer en 2018, qui s’annonce encore plus destructeur.

C’est en tout cas l’avis que soutient la société de sécurité informatique McAfee dans un rapport publié le 29 novembre 2017 et qui alerte sur le fait que les cybercriminels développent de nouvelles stratégies et des “modèles économiques” pour conserver un coup d’avance sur les outils de défense. Contrairement aux attaques antérieures où les cybercriminels pirataient ou bloquaient leur cible, ils pourraient désormais les endommager complètement. Pire encore, il ne sera plus seulement question d’utiliser des PC ou des Smartphones qui eux, bénéficient d’une protection antimalware. Mais davantage, les objets connectés pourraient être utilisés pour atteindre des cibles, principalement des riches personnalités.

Aussi, dans son rapport, McAfee s’inquiète de la sécurité des données des consommateurs, y compris celles des enfants. Selon l’entreprise, « les fabricants d’objets connectés à domicile et les fournisseurs de services vont tenter de rattraper leurs faibles marges en rassemblant encore plus de nos données personnelles, avec ou sans notre accord ». Ce qui augure d’une guerre entre les entreprises commerciales en quête de nouveaux consommateurs, et les entreprises responsables des données personnelles qui verront certainement le nombre d’attaques dont elle sont victime enregistrer une hausse en 2018.

Ecrit par TIC Mag

L’article Cybercriminalité : 2018 sera pire que 2017 (étude McAfee) est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2C76F2R
via IFTTT

Une boîte à outils RH numérique facilite l'intégration des salariés

La plateforme Workelo entend faciliter et optimiser l’intégration des nouveaux salariés en entreprises en leur fournissant une boîte à outils RH numérique.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2AF6YWg
via IFTTT

Une boîte à outils RH numérique facilite l'intégration des salariés

La plateforme Workelo entend faciliter et optimiser l’intégration des nouveaux salariés en entreprises en leur fournissant une boîte à outils RH numérique.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2o41M8A
via IFTTT

Amazon Key ouvre la porte à de nouveaux services

Le marché des serrures intelligentes est sous le feu des projecteurs depuis le lancement du nouveau produit d’Amazon. Pourquoi le géant du e-commerce attaque-t-il ce segment ? Quel impact ont réellement les smart serrures sur les services à domicile ?

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2o41sXq
via IFTTT

mercredi 13 décembre 2017

Nairobi, la pépinière de start-up d’Afrique de l’Est

Le Kenya possède un des environnements entrepreneuriaux les plus matures et pléthores de projets locaux s'y développent chaque jour.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2AkaQI5
via IFTTT

Cameroun : MTN et Ericsson ont collectés 53 tonnes de déchets électroniques en 2017

(TIC Mag) –  La campagne d’assainissement initiée par MTN Cameroun et le groupe Ericsson dans le cadre du programme Product Take Back (récupération des déchets électroniques) a livré ses résultats pour l’année 2017. Selon les deux partenaires, à la date du 12 décembre 2017, 53 tonnes de déchets électroniques ont été collectés au Cameroun par Ericsson et envoyés à MTN Group en Afrique du Sud pour recyclage. L’objectif est de minimiser l’impact environnemental potentiel associé à l’élimination des équipements électroniques hors d’usage.

« Nous pensons qu’il est important que nous prenions nos responsabilités pour l’élimination de nos équipements usagés, et ce programme était la meilleure approche pour atteindre cet objectif. MTN s’engage à respecter les trois axes prioritaires du développement durable à travers la création d’une valeur économique durable, la réduction de son impact environnemental et l’apport d’une valeur sociétale de manière durable et éthique. En plus de permettre à MTN Cameroun d’honorer l’engagement quotidien qu’est la réduction de notre impact environnemental, ce programme a un impact positif sur nos clients car il leur permet de réduire les coûts et risques associés à l’élimination des équipements électroniques usagés », explique Brahma Rudra Shankar, directeur technique de MTN Cameroun, cité par socialnetlink.org.

Notons que cette initiative fait partie des activités mondiales d’économie circulaire d’Ericsson, dans le cadre du programme Développement durable et Responsabilité d’entreprise, qui visent à assumer la responsabilité des impacts environnementaux de tous les produits et services d’Ericsson tout au long de leur cycle de vie en veillant à ce que les équipements en fin de vie soient traités de manière écologiquement responsable.

L’initiative de recyclage des déchets électroniques (E-waste initiative) fait partie du projet de modernisation d’Ericsson, en partenariat avec MTN Cameroun. Le projet consistait à élargir le cœur de réseau et le RAN (Réseau d’accès radio) pour MTN Cameroun. Dans le domaine de la radio, le projet consistait à étendre la 3G sur 80 sites et la LTE sur 52 sites. Tout au long du programme, des équipements ont été chargés dans quatre conteneurs de 40 pieds dans les entrepôts de MTN Cameroun à Yaoundé, puis transportés par voie maritime jusqu’au partenaire de recyclage approuvé par Ericsson à Durban, en Afrique du Sud.

Ecrit par TIC Mag

L’article Cameroun : MTN et Ericsson ont collectés 53 tonnes de déchets électroniques en 2017 est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2Bl2pjL
via IFTTT

Gabon : Azur mis en demeure par l’Arcep de payer 1 milliard de F Cfa

(TIC Mag) – C’est un nouveau coup dur pour l’opérateur Usan Gabon, qui opère sous la marque Azur Gabon que révèle le journal Gabonreview.com. D’après le média en ligne, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) aurait récemment sommé l’opérateur de payer un montant de 1 040 709 809 francs CFA au titre de diverses pénalités. Et plus inquiétant encore, Azur Gabon avait jusqu’à mardi 12 décembre 2017 pour payer sa dette.

Une pression supplémentaire qui vient s’ajouter à une crise financière qui frappe l’opérateur depuis plusieurs mois, et qui a au passage entraîné des aérés de plusieurs mois de salaire chez le personnel, qui multiplie depuis des mouvements d’humeurs. Autant de difficultés qui font dire à certains observateurs que l’opérateur pourrait prochainement être mis en liquidation judiciaire. En effet, devant ces difficultés, il devient de plus en plus difficile pour Azur Gabon d’investir dans l’amélioration de son réseau, ainsi que dans la qualité de ses services plusieurs fois décriée par le régulateur.

Mais dans un communiqué daté du 21 novembre 2017, l’opérateur excluait fermement cette éventualité : « Azur Gabon n’est pas en liquidation judiciaire. Elle est une filiale du Groupe Bintel basée à Dubaï dont le capital social s’élève à 220 millions de dirhams soit 50 milliards FCFA. Les difficultés financières de la filiale au Gabon vont être résolues, des actions sont menées afin d’y rétablir la sérénité : La restructuration de la société, grâce à un plan de relance impliquant les employés eux-mêmes. Les négociations très avancées avec l’Etat Gabonais, les fournisseurs et les partenaires financiers pour pérenniser les activités de la société » affirmait alors Azur.

Ecrit par TIC Mag

L’article Gabon : Azur mis en demeure par l’Arcep de payer 1 milliard de F Cfa est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2ym20bd
via IFTTT

Nigéria : Ecobank lance un compte bancaire entièrement basé sur le mobile

(TIC Mag) – Le groupe bancaire nigérian Ecobank poursuit son virage annoncé vers la banque digitale. La banque a annoncé le lancement sur son traditionnel marché nigérian d’un compte bancaire entièrement numérique baptisé Ecobank Xpress Account. D’après la banque, il s’agit d’un compte qui offre les mêmes services que les comptes traditionnels, à la différence qu’il est basé sur le mobile, et par conséquent, ne nécessite aucune forme de documentation pour son ouverture.

« L’objectif est de s’assurer que nous embarquons autant de clients que possible, afin que dans les cinq prochaines années nous atteignons 40 millions de clients. Nous pensons que plus nous facilitons l’accès à ce compte à tous les Nigérians, mieux cela peut être pour eux d’avoir accès à des services financiers », explique Charles Kie, le directeur général d’Ecobank Nigeria.

Selon les prévisions d’Ecobank, cette nouvelle offre qui fait partie de l’initiative «Roadmap to Leadership» devrait stimuler l’inclusion financière dans le pays.

Ecrit par TIC Mag

L’article Nigéria : Ecobank lance un compte bancaire entièrement basé sur le mobile est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2Cdk4qX
via IFTTT

Airtel annonce la 4G au Congo en 2018

Le président du conseil  d’administration du groupe Airtel  Zone Afrique, Daddy Mukadi, a dévoilé l’intention de la société Airtel Congo de lancer la 4G dans le pays, vers la moitié de l’année 2018.

Au cours de l’audience que lui a accordée Léon Juste Ibombo, le ministre des postes et télécommunications, le 12 décembre 2017, le représentant du groupe indien Bharti Airtel a expliqué au patron du secteur national des télécoms que la filiale congolaise est prête à passer à l’étape supérieure, au regard de son niveau de service « très satisfaisant » sur la 3G.

D’après Daddy Mukadi, la société télécoms pourrait lancer la 4G vers la mi-2018, et pas plus tôt, à cause des démarches à suivre pour l’obtention de la concession ainsi que de l’installation des équipements nécessaires, qui requièrent beaucoup de temps.

La volonté d’Airtel Congo de monter en puissance, Léon Juste Ibombo l’a accueillie avec plaisir, au regard de ce qu’elle présage pour les consommateurs en matière d’accès à des services de meilleure qualité, à même d’améliorer davantage leur expérience des télécommunications. Le ministre des télécoms a souligné que le gouvernement congolais est d’ailleurs disposé à fournir à Airtel Congo les ressources nécessaires à l’installation des nouvelles infrastructures dont elle aura besoin et à soutenir ses autres investissements dans le pays.

L’entrée prochaine d’Airtel Congo sur le marché de la 4G s’apparente à une déclaration de guerre à l’actuel opérateur leader MTN Congo. La filiale du groupe sud-africain MTN propose la 4G à ses abonnés depuis 2016.

TIC Mag avec Agence Ecofin

L’article Airtel annonce la 4G au Congo en 2018 est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2CbiTIE
via IFTTT

Angola : Isabel Dos Santos craint l’arrivée d’un quatrième opérateur télécoms

(TIC Mag) – Alors que le gouvernement angolais annonce depuis plusieurs mois la délivrance d’une quatrième licence à un nouvel opérateur télécoms dans le pays, Isabel Dos Santos exprime son inquiétude. D’après l’actionnaire majoritaire (25%) de Unitel citée par le journal Financial Afrik, la délivrance de cette quatrième licence serait dangereuse pour la santé du secteur angolais des télécommunications qui pourrait se diriger vers une consolidation : « Quatre licences sur un marché de 24 millions de personnes est un scénario non durable. Cela conduira probablement à des fusions à la fin d’une période de cinq ou six ans », explique Isabel Dos Santos.

Un point de vue que ne partage pas le gouvernement angolais. D’après le ministre José Carvalho da Rocha en charge des Télécommunications, qui s’exprimait le 28 novembre 2017, la décision d’ouvrir davantage le marché  angolais des télécoms aura un double avantage : Renforcer la concurrence dans le secteur et améliorer la qualité du service.

Notons pour rappel que jusqu’ici, le marché angolais des télécommunications est meublé de trois opérateurs. Unitel, le leader du marché dont Isabel Dos Santos est l’actionnaire majoritaire.  Movicel, le principal concurrent dont Welwitschia, la demi-sœur d’Isabel Dos Santos détient des actions dans le capital. Enfin, Angola Télécom, l’opérateur historique du pays, que le gouvernement envisage envisage d’introduire dans le segment du mobile.

Ecrit par TIC Mag

L’article Angola : Isabel Dos Santos craint l’arrivée d’un quatrième opérateur télécoms est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2o12EuS
via IFTTT

La blockchain au service de la mobilité de demain

La technologie à l’œuvre derrière le Bitcoin pourrait bien, à l’avenir, servir à la mise en place d’un écosystème de taxis autonomes, électriques et partagés. Décryptage.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2z75MbM
via IFTTT

mardi 12 décembre 2017

Cameroun : Minette Libom Li Likeng veut mettre de l’ordre dans l’exploitation du site de radiodiffusion de Mbankolo

(TIC Mag) – La ministre camerounaise des Postes et Télécommunications Minette Libom Li Likeng, par ailleurs présidente du Comité interministériel d’attribution des bandes de fréquences exige plus de clarté dans l’exploitation de site de radiodiffusion du mont Mbankolo à Yaoundé. Alors que le site est utilisé miné par les opérateurs et exploitants audiovisuels clandestins, elle donne trois mois à ces derniers pour se conformer à la réglementation en vigueur ainsi qu’au respect des normes en matière d’installations radioélectriques.

C’est la substance d’un communiqué du Comité interministériel d’attribution des bandes de fréquences qui depuis, met en garde contre une exploitation frauduleuse et anarchique du site, qui occasionne des brouillages chez les opérateurs en règle. Pire encore, ces exploitations non réglementés entrainent également des problèmes de sécurités pour ce site stratégique du point de vue de plusieurs enjeux. Aussi, le Comité se veut ferme, et annonce des sanctions au-delà du délai de trois mois. Des sanctions qui comprendront entre autres le démantèlement aux frais des fraudeurs des installations en question.

Ecrit par TIC Mag

L’article Cameroun : Minette Libom Li Likeng veut mettre de l’ordre dans l’exploitation du site de radiodiffusion de Mbankolo est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2AN2Hgr
via IFTTT

Télécommunications : Le Burkina Faso lance les travaux de réalisation de la phase 1 de son Backbone national

(TIC Mag) – Le Burkina Faso disposera bientôt de son Backbone national des télécommunications. Les travaux de constructions de l’infrastructure ont été officiellement lancés le 10 décembre 2017 par le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré à Gaoua, dans le sud-ouest du pays, en marge de la célébration du 57e anniversaire de l’indépendance du pays. D’après l’agence Apa qui révèle l’information, il s’agit de la première phase du réseau de connectivité Internet Backbone national d’une longueur de 2001 km qui « permettra de développer la connectivité nationale et internationale et sera une infrastructure mutualisée, libre d’accès à tous les acteurs du domaine des TIC », tel que le précise le ministère du Développement de l’économie numérique et des Postes tenu par Hadja Ouattara Sanon.

Ce Backbone national  devra relier tous les chefs-lieux de commune ainsi que les pays voisins et permettra un accès aux câbles sous-marins à fibre optique : « A la fin des travaux, nous aurons bien entendu les 2001km, plus 307 km de fibre que nous venons de boucler dans le cadre du projet d’interconnexion de l’Afrique de l’Ouest et 650 km de fibre réalisé dans le cadre du projet cloud gouvernemental », explique la ministre Hadja Ouattara Sanon. Les travaux financés par la Bank of China (60%)  en coopération avec BNP-Paribas (40%) sur 12 ans avec un différé de 3 ans, coûteront globalement 50 milliards de F Cfa, et seront exécutés par la société chinoise Huawei.

Ecrit par TIC Mag

L’article Télécommunications : Le Burkina Faso lance les travaux de réalisation de la phase 1 de son Backbone national est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2Agv6up
via IFTTT

Nigéria : MainOne, Tizeti et Facebook s’associent pour développer la connectivité Internet à Lagos

(TIC Mag) – Le câblo-opérateur sous-marin nigérian MainOne, l’opérateur de mât à énergie solaire Tizeti et le réseau social Facebook ont annoncé le 11 décembre 2017 le lancement d’un projet de développement conjoint pour développer les services Internet à Lagos, au Nigeria. D’après un communiqué conjoint publié par les trois opérateurs, le projet utilisera la connectivité fibre de MainOne, les vingt nouvelles tours à énergie solaire de Tizeti et l’Express Wifi de Facebook pour créer des points d’accès offrant des services de wifi publics rapides et abordables dans des marchés, des cafés et des espaces publics extérieurs.

« L’accès à une connectivité Wifi illimitée, rapide et fiable, constitue depuis trop longtemps un problème pour la plupart des clients résidentiels et des petites entreprises nigérianes. Ce projet représente la solution aux zones mal desservies de l’État de Lagos grâce à nos tours Wifi toujours alimentées à l’énergie solaire et à la bande passante Internet de MainOne », explique Kendall Ananyi (photo), le PDG de Tizeti. Ainsi, grâce à ce projet, les services Internet à travers Lagos seront améliorés dans plusieurs localités dont Ajao Estate, Surulere, Ikeja, Omole, Magodo, Gbagada, Oworonshoki, Bariga, Village Anthony, Ogudu, Ojota, Ketu et Alapere.

«Ce projet tire parti de notre capacité Internet, des investissements dans l’infrastructure terrestre à fibre optique et des points de présence pour la prestation de services dans l’État de Lagos…Nous nous engageons à améliorer la qualité de l’accès et à accélérer la transformation numérique des petites entreprises », ajoute pour sa part le PDG de MainOne.

Ecrit par TIC Mag

L’article Nigéria : MainOne, Tizeti et Facebook s’associent pour développer la connectivité Internet à Lagos est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2BeuOHX
via IFTTT

Récompense : Le Congolais Verone Mankou désigné « Jeune entrepreneur 2017 »

(TIC Mag) – C’est une récompense de plus pour le jeune Congolais Verone Mankou. Le forum des Affaires Union européenne / Union africaine qui regroupe les hommes d’affaires Européens et Africains lui a décerné au cours de sa session d’Abidjan du 27 Novembre 2017 en marge du Sommet UA/UE le prix du « Jeune entrepreneur 2017 ».

Le PDG du groupe VMK est ainsi récompensé pour ses efforts dans l’implémentation du « management africain de demain », celui qui vise à promouvoir le développement de l’Afrique par l’entreprenariat privé. A son actif, les nombreuses initiatives du jeune congolais : D’abord son entreprise des technologies mobiles VMK qui conçoit des téléphones portables et des tablettes Made in Africa. Ce qui lui a d’ailleurs valu le surnom de “Steve Jobs africain”. Dans la foulée des TIC, Vérone Mankou s’est également lancé dans l’audio-visuel, en lançant le 15 mars 2017 Vox Tv, qui émet déjà sur le bouquet Canal plus.

Ecrit par TIC Mag

L’article Récompense : Le Congolais Verone Mankou désigné « Jeune entrepreneur 2017 » est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2iWILzH
via IFTTT

Les Uber du ciel vont-ils prendre leur envol ?

En attendant la voiture volante d’Uber, des start-up tentent de s’imposer comme les VTC du ciel.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2C4Q1BL
via IFTTT

L'espace, nouvel eldorado des start-up

Elles ont pour nom Moon Express, Planetary Resources, Axiom ou encore Deep Space Industries. Leur point commun ? Ces start-up s'apprêtent à se lancer à la conquête du plus grand marché économique de tous les temps, l'espace !

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2AxZzYI
via IFTTT

lundi 11 décembre 2017

Pierre-François Kamanou : « Mobinawa permet d’améliorer l’expérience-client des usagers aux différents services mobiles »

(TIC Mag) – Dans un communiqué de presse daté du 05 décembre 2017, GTS-Infotel annonce le lancement de la phase pilote de son nouveau réseau GTS de communication digitale dédié aux entreprises, intégrant l’appli mobile Mobinawa 1.0 dédié aux consommateurs connectés. Le directeur général de GTS-Infotel Cameroon, le Dr.-Ing. Pierre-François Kamanou, explique comment Mobinawa simplifie la relation client mobile et invite les entreprises à rejoindre le réseau GTS pour bénéficier gratuitement des services de base pendant toute la durée de la phase pilote.

TIC Mag : Dites-nous, en quoi consiste l’application mobile Mobinawa ?

Pierre-François Kamanou : L’application mobile Mobinawa est une plateforme qui a pour ambition de révolutionner la relation client à l’ère du digital. On peut constater que jusqu’à ce jour, il n’est pas aisé pour un usager mobile d’accéder au service d’accueil téléphonique ou au service client d’une entreprise ou administration. Ceci est principalement dû à la difficulté de retrouver « le bon numéro qui passe» parmi les multiples numéros de contact communiqués par l’entreprise d’une part, et à la non-réponse du service demandé d’autre part. Bref, les entreprises notamment des secteurs PME et TPE souffrent depuis le début de vie du réseau fixe de la mauvaise qualité de service téléphonique et de l’absence des indicateurs de performance de leur service client.

Grâce à l’application Mobinawa, tout usager ou mobinaute pourra aisément rechercher une entreprise dans les pages jaunes digitales et la contacter directement et gratuitement via le canal numérique disponible de son choix (Voix/Video, SMS, Web) en cliquant sur la page Mobinawa de l’entreprise, sans avoir à saisir son numéro de contact. Mieux encore, l’usager pourra aussi vérifier le numéro d’identification de l’entreprise inscrit sur sa page Mobinawa et le sauvegarder dans sa base de contact : c’est le numéro GTS associé à tous les services de communication de type conversationnel et transactionnel de l’entreprise. Ainsi, Mobinawa permet d’améliorer l’expérience-client des usagers aux différents services mobiles à valeur ajoutée offerts par les entreprises dans le réseau GTS.

TIC Mag : Comment faire pour avoir accès à l’application mobile Mobinawa ?

P-F.K : L’application mobile Mobinawa est disponible gratuitement sur Google PlayStore pour les smartphones Android et sur AppStore pour les IPhones. Une fois l’application installée, l’utilisateur doit saisir son numéro mobile actif pour recevoir un code de vérification par SMS afin de finaliser son inscription au réseau GTS.

TIC Mag : Qu’est-ce qui différencie Mobinawa des autres réseaux sociaux tel que WhatsApp et Facebook ?

P-F.K : WhatsApp est une application mobile de communication multimédia entre deux ou plusieurs utilisateurs et Mobinawa va au-delà des services de personne à personne, car il permet également à l’utilisateur d’accéder gratuitement aux différents services offerts par les entreprises sur les canaux mobiles digitaux de type Voix/Video, SMS et WebApp via leurs pages Mobinawa intégrées dans les pages jaunes digitales du Cameroun qui seront mises à la disposition des usagers. A la différence des réseaux sociaux, Mobinawa permet d’établir des communications authentifiées, sécurisées et confidentielles entre utilisateurs et les entreprises membres du réseau GTS.

A travers Mobinawa, les usagers pourront également accéder à une large gamme de contenus numériques gratuits ou payants par envoi de SMS tarifés via des mots-clés au numéro GTS du fournisseur de contenus, sous réserve de disposer d’un compte de crédit Mobinawa.

TIC Mag : Comment ça se passe pour une entreprise qui veut être présente sur Mobinawa ?

P-F.K : Le mobile est aujourd’hui le terminal le plus utilisé par les consommateurs et les professionnels, il est donc impératif pour les entreprises d’engager leur transformation digitale sur tous les canaux internet-mobile afin d’améliorer entre autres l’expérience et le service client mobile à l’ère du digital. L’appli mobile Mobinawa du réseau GTS permet de répondre aisément à ce besoin indispensable de transformation digitale des entreprises quel que soit leur taille.

Même sans disposer d’un personnel qualifié, toute entreprise PME ou TPE peut s’inscrire dans le réseau GTS et offrir au minimum un service de contact Vocal & SMS performant, accessible depuis sa page Mobinawa. La procédure d’inscription d’une entreprise est simple: Le responsable doit au préalable télécharger et utiliser l’appli Mobinawa, puis compléter le formulaire de contact depuis notre site web gtsnetwork.africa.

Nous prendrons ensuite contact avec le responsable pour valider les informations fournies et créer la page Mobinawa associée au service de contact Vocal & SMS de l’entreprise. L’inscription des entreprises est gratuite pendant la phase pilote du réseau GTS qui vient de démarrer à l’occasion du Forum PMEXchange 2017.

Propos recueillis par Laurent Mbakoa, correspondance particulière.

L’article Pierre-François Kamanou : « Mobinawa permet d’améliorer l’expérience-client des usagers aux différents services mobiles » est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2iSdjm5
via IFTTT

Brahima Sanou : « Ma vision pour le Vice-Secrétariat général de l’UIT, donner un visage plus humain aux TICs »  

(TIC Mag) – Le directeur du Bureau de développement des télécommunications (BDT) de l’Union internationale des télécommunications (UIT), le Burkinabè Brahima Sanou, est candidat au poste de Vice-Secrétaire général de l’UIT. Il présente à TIC Mag ses ambitions, expose les projets qui le tiennent à cœur et manifeste sa gratitude au président Burkinabè, Roch Mark Christian KABORE, ainsi qu’à tous les présidents africains qui soutiennent sa candidature.

TIC Mag : Récemment, vous avez reçu le prestigieux “Award de la personnalité africaine de l’Année” 2017. Il s’agissait de quoi exactement ?

Brahima Sanou :  L’”Award de la personnalité africaine de l’Année” est un prix décerné par les “African Leadership Awards” pour reconnaître, récompenser et célébrer les illustres décideurs africains et de la diaspora, qui se sont distingués dans le continent et à l’international, et qui font la fierté et donnent l’image d’une Afrique qui innove et réussit. Les “African Leadership Awards” sont organisés sous l’égide du Groupe Promo Consulting en partenariat avec le Mouvement des Entreprises du Sénégal (MEDS), l’Union Economique Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) et l’Institut Mandela. J’ai été très honoré d’être l’heureux récipiendaire de l’”Award de la personnalité africaine de l’Année” le 4 novembre 2017 et je remercie les organisateurs et le jury international qui m’a jugé digne de cette très haute distinction.

Je dédie enfin cet Award à la diaspora africaine qui s’assume et s’affirme chaque jour davantage dans un monde en perpétuel mouvement où les assurances d’hier peuvent devenir rapidement les incertitudes de demain. Je le considère comme un encouragement et surtout une invite à faire plus et mieux pour l’Afrique et le monde, car il me donne la raison solide et l’énergie nécessaire pour continuer à exceller dans le domaine des TIC où j’ai encré ma carrière professionnelle pour contribuer à l’évolution et la paix dans notre société.

TIC Mag : Pourquoi l’UIT prépare en ce moment la désignation du vice-secrétaire général et comment le choix sera-t-il fait ?

B.S. : L’Union internationale des télécommunications (UIT) est l’institution spécialisée des Nations Unies pour les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). Elle est dirigée par cinq fonctionnaires élus (Le Secrétaire général, le Vice-Secrétaire général et trois Directeurs) qui sont élus pour des mandats de quatre ans renouvelables une seule fois. Le choix se fait par le vote à scrutin direct des 193 Etats membres – à raison d’un pays, une voix – lors de la Conférence de Plénipotentiaires (PP). La prochaine PP aura lieu à Dubaï du 29 octobre au 16 novembre 2018.

Ma vision est d’embrasser, encourager tous ces progrès technologiques tout en remettant l’homme et le développement durable au centre de cette évolution afin d’utiliser les TIC pour accélérer l’atteinte des objectifs de développement durable dans la santé, d’éducation, l’agriculture, l’autonomisation des femmes, l’emploi pour les jeunes pour ne citer de ceux-là.Brahima Sanou

TIC Mag : Vous-êtes candidat déclaré à ce poste de vice-secrétaire général de l’UIT. Que comptez-vous réaliser si vous êtes élu à ce poste ?

B.S. : Je suis candidat au poste de Vice-Secrétaire général de l’UIT en ce moment précis de l’histoire de l’humanité et de l’économie numérique où nous devons revisiter notre rapport à la technologie avec l’émergence des megadonnées où vos données personnelles sont devenues des marchandises, de l’internet des objets où tous les objets seront connectés et l’intelligence artificielle qui prendra des décisions qui jusqu’à présents étaient prises par les hommes.

Ma vision est d’embrasser, encourager tous ces progrès technologiques tout en remettant l’homme et le développement durable au centre de cette évolution afin d’utiliser les TIC pour accélérer l’atteinte des objectifs de développement durable dans la santé, d’éducation, l’agriculture, l’autonomisation des femmes, l’emploi pour les jeunes pour ne citer de ceux-là. En d’autres termes, ma vision est de donner un visage plus humain aux TICs. Par exemple, en transformant le sac d’écolier en tablette ou smartphone afin de donner aux enfants nés dans les pays en développement les mêmes chances et les mêmes opportunités dans la vie que les enfants nés dans les pays développés et contribuer ainsi à la paix dans le monde.

Vice-Secrétaire général de l’UIT, je m’attacherai à promouvoir la mise en place d’une infrastructure des TIC en large bande fiable et sécurisée et surtout l’utilisation des TIC pour le développement durable. Je mettrai un accent particulier sur l’innovation, l’emploi des jeunes et l’entreprenariat en m’appuyant sur les partenariats public privé (PPP) et la une coopération efficiente avec les organisations régionales et internationales des télécommunications, la communauté Internet et les autres acteurs de l’écosystème des TIC afin de créer une complémentarité parfaite et une synergie agissante.

TIC Mag : Pour une fois, l’Afrique parle d’une voix et soutien votre candidature. Comment est-on arrivé à ce soutien de l’Afrique à votre candidature ?

B.S. : Je dois remercier S.E.M. Roch Mark Christian KABORE, le Président du Faso, pour la confiance qu’il place en moi et pour son soutien personnel à ma candidature. C’est le Président du Faso qui a présenté ma candidature aux 54 Etats africains réunis au sein de l’Union africaine. Je suis très heureux et très fier que ma candidature ait été endossée par l’Union africaine, faisant ainsi de moi le candidat africain au poste de Vice-Secrétaire général de l’UIT. Je voudrais donc remercier tous les pays africains pour la confiance continentale placée en moi et leur dire que je suis prêt à relever le défi et contribuer à la fierté africaine.

TIC Mag : Vous avez été durant de nombreuses années à la tête du Bureau de développement des télécommunications de l’UIT. Quels sont les projets majeurs de l’heure sur lesquels vous travaillez et qui ont un impact certain sur les populations du monde et de l’Afrique en particulier ?

B.S. : Elu Directeur du Bureau de développement des télécommunications (BDT) en 2010, j’ai pris service en janvier 2011 à un moment où la construction de l’infrastructure de base et surtout l’infrastructure large bande était la première préoccupation. Nous avons promu le partenariat public privé en organisant les sommets “Connecter” dans toutes les régions du monde. Dans le cas de l’Afrique, le sommet « Connecter l’Afrique » a engendré plus de 70 milliards de dollars d’investissements qui ont contribué à la plus grande couverture en téléphonie mobile au développement d’internet et à la baisse des prix.

J’ai aussi initié la coopération avec la FAO avec laquelle nous avons co-publié un toolkit de mise ne place d’une stratégie de e-agriculture. Nous venons de commencer un programme commun avec le BIT pour promouvoir la formation en compétences digitales de cinq millions de jeunes d’ici 2030. Ce programme me tient particulièrement à cœur, car il est estimé que dans un future proche, 95% des emplois décents vont requérir des compétences digitales.Brahima Sanou

Depuis 2013-2014, nous avons commencé à mettre l’accent sur l’utilisation des TIC pour le développement tout en continuant à promouvoir le développement de l’infrastructure large bande. C’est dans ce cadre que j’ai initié la coopération avec l’UNESCO en co-organisant un forum entre le secteur des TIC et le secteur de l’éducation pendant la Semaine de l’apprentissage mobile.

En 2016, Nous avons co-organisé avec l’OMS une table ronde interministérielle en les ministres des TIC et les Ministres de la santé. Nous travaillons ensemble sur le programme « Be Mobile- Be Healthy » sur les maladies non transmissibles tel que le diabète et le cancer. Je viens de signer avec Dr. Moeti, la Directrice régionale de l’OMS, un programme commun de 10 millions de dollars pour promouvoir la couverture sanitaire universelle en Afrique en utilisant les TIC.

J’ai aussi initié la coopération avec la FAO avec laquelle nous avons co-publié un toolkit de mise ne place d’une stratégie d’e-agriculture. Nous venons de commencer un programme commun avec le BIT pour promouvoir la formation en compétences digitales de cinq millions de jeunes d’ici 2030.

Ce programme me tient particulièrement à cœur, car il est estimé que dans un future proche, 95% des emplois décents vont requérir des compétences digitales. Ce programme est pour moi un point d’encrage pour repositionner la main d’œuvre des pays en développement et contribuer à la paix mondiale. Ces exemples illustrent comment, de manière concrète, je compte continuer à promouvoir l’utilisation des TIC et accélérer l’atteinte des Objectifs de développement durable tel qu’énoncé dans la vision.

Propos recueillis par Beaugas-Orain DJOYUM

L’article Brahima Sanou : « Ma vision pour le Vice-Secrétariat général de l’UIT, donner un visage plus humain aux TICs »   est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2juwvdw
via IFTTT

AfricInvest veut lancer Maghreb Private Equity Fund IV, un nouveau fonds pour les PME du Maghreb

(TIC Mag) – Le groupe AfricInvest, spécialisé dans le caital investissement annonce son intention de lancer prochainement le Maghreb Private Equity Fund IV. D’après le journal Financial Afrik qui révèle l’information, il s’agira d’un fonds de 275 millions d’euros (environ 180,3 milliards de F Cfa) qui ciblera principalement des participations en capital de croissance dans des entreprises privées de petite et moyenne dimension situées au Maroc, en Tunisie et en Égypte.

Parmi les activités dans le viseur du nouveau fonds, le numérique et les technologies de l’information, l’éducation, les soins de santé, les produits pharmaceutiques, les biens de consommation, l’industrie manufacturière, le commerce de détail, les services financiers, les transports et la logistique ou encore l’industrie agroalimentaire. Le fonds sera financé par différentes organisations, dont la Banque européenne d’investissement (15 millions d’euros), la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (20 millions d’euros), ou encore, la Société financière internationale (15 millions d’euros).

Maghreb Private Equity Fund IV s’inscrit dans le prolongement des fonds Maghreb Private Equity Fund I, II et III ayant déjà investi au Maroc au profit de plusieurs entreprises. Dans la suite des précédentes initiatives, Maghreb Private Equity Fund IV devra renforcer l’offre en capital-investissement pour les PME.

Ecrit par TIC Mag

L’article AfricInvest veut lancer Maghreb Private Equity Fund IV, un nouveau fonds pour les PME du Maghreb est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2nQqQ2P
via IFTTT

Innovation : L’Egypte annonce le lancement de son 1er téléphone portable entièrement fabriqué localement

(TIC Mag) – « Nous travaillons sur ce projet depuis près de quatre ans… Nous espérons en vendre 1,5 millions en 2018 ». Ces propos relayés par l’AFP sont de Mohamed Salem, le président de SICO, l’entreprise égyptienne qui annonce le lancement pour la première fois dans le pays d’un téléphone portable intelligent (Smartphone) made in Egypt. Le Smartphone a en effet été fabriqué dans une nouvelle usine spécialisée dans les technologies à Assiout, à 400 km au sud du Caire. En ce qui concerne ses composants, on apprend de SICO que certains ont été entièrement fabriqué localement avec des matériaux locaux, tandis que d’autres ont été importés de Chine.

Mais de manière générale, le nouveau Smartphone égyptien a initialement été développé pour le marché local, qui comptait en 2016 près de 100 millions d’abonnés, selon l’Autorité nationale de régulation des télécommunications. Cependant, SICO entend également déployer sa solution sur le marché africain et ailleurs. D’après le fabricant, son nouveau Smartphone ainsi que sept autres modèles également produits par SICO seront disponibles sur le marché égyptien le 18 décembre 2017. Notons par ailleurs que SICO annonce la sortie d’autres modèles de Smartphones d’ici les six prochains mois.

En ce qui concerne les coûts, les nouveaux Smartphones de SICO se vendront dans une fourchette de près de 6 500 à 130 000. De quoi concurrencer les téléphones portables d’origine européens, américains ou asiatiques.

Ecrit par TIC Mag

L’article Innovation : L’Egypte annonce le lancement de son 1er téléphone portable entièrement fabriqué localement est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2jxH6nY
via IFTTT

Ghana : Pour étendre son réseau, MTN Ghana obtient un nouveau prêt 113 millions de dollars auprès de 9 banques

(TIC Mag) – Après un premier prêt de 300 millions de dollars obtenu en 2012, la filiale ghanéenne du groupe sud-africain des télécommunications MTN a annoncé le 7 décembre 2017 avoir obtenu un nouveau prêt syndiqué de 510 millions de cedis ghanéen, soit environ 113 millions de dollars auprès de neuf banques locales. Selon l’opérateur, ce financement lui permettra également d’étendre son réseau et augmenter la couverture des communautés rurales.

« Le résultat de cet accord est un investissement continu et permettra d’augmenter encore nos dépenses en capital et permettre d’importants investissements dans des domaines stratégiques clés pour assurer un réseau solide dans la livraison d’un nouveau monde numérique audacieux », explique Modupe Kadri, le directeur financier de MTN Ghana.

D’après lui, la souscription réussie de cette opération négociée par la banque nigériane Ecobank pour un délai à moyen terme de cinq ans est une démonstration claire de l’excellente santé financière de MTN et de la volonté d’approfondir et de renforcer le système bancaire local en déclinant les offres des banques étrangères.

Ecrit par TIC Mag

L’article Ghana : Pour étendre son réseau, MTN Ghana obtient un nouveau prêt 113 millions de dollars auprès de 9 banques est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2AJlrNH
via IFTTT

Comment rester créatif à l’ère des IA ?

Le développement exponentiel des intelligences artificielles fait ressurgir un nouvel existentialisme et un nouveau regard sur ce qui fait l’homme. A USI Talk, Luc de Brabendère a éclaircit la question.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2A9E24A
via IFTTT

Comment les CivicTech redonnent le pouvoir au citoyen

L’engagement citoyen ne se traduit pas seulement dans les urnes ou dans la rue, mais de plus en plus sur la toile. Quelles sont ces nouvelles technologie qui redonnent un coup de jeune à la démocratie ?

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2AKOh06
via IFTTT

vendredi 8 décembre 2017

AGIS Pop, l’application camerounaise qui permet de connaître l’état d’encombrement des carrefours

(TIC Mag) – « Vous avez un téléphone…, avec ou sans Internet, POP vous permet facilement, de tout avoir, de tout savoir, de partager, de vous faire connaître…, et ce, sans avoir à vous déplacer ! ». C’est par ces mots que la société Agis SA du Camerounais Anatole Nkolo présente sa nouvelle application, baptisée ‘‘ AGIS POP’’. « C’est une plateforme digitale omni-channel de services à distance qui s’adresse aux particuliers et aux entreprises qui souhaitent se simplifier la vie ou celle de leurs partenaires (clients, fournisseurs…) », explique Agis SA.

De manière précise, AGIS POP propose à ses utilisateurs à partir d’un simple téléphone connecté ou non ou d’un autre terminal de connaître l’état d’encombrement des carrefours, gérer son compte bancaire, acheter des carburants ou des produits de grande consommation, suivre l’avancement de vos dossiers en justice, déclarer instantanément vos naissances et vos décès, bénéficier à domicile de tout type de service, participer à la vie associative, connaître les prix et la disponibilité des biens et services ou encore de suivre l’actualité du football.

Notons que l’application AGIS POP est gratuitement téléchargeable sur le Play Store. Par contre, pour ceux qui ont des téléphones non compatibles avec Internet, ils peuvent accéder au service en composant le code #203*2*9*6#. Un menu s’affichera et ils devront choisir le 1 pour choisir Carrefours.

Ecrit par TIC Mag

L’article AGIS Pop, l’application camerounaise qui permet de connaître l’état d’encombrement des carrefours est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2BkPNt9
via IFTTT

Médiasoft arrime les acteurs de la microfinance à son logiciel Microfina++

(TIC Mag) – La société Médiasoft imprègne au cours d’un atelier qui dure trois jours, les acteurs Africains du secteur de la microfinance à son logiciel  baptisé Microfina++. Ce nouvel instrument va permettre une meilleure gestion des systèmes financiers décentralisés (Sfd). L’atelier qui se déroule à Cotonou, du 05 au  07 décembre 2017, regroupe les participants du Bénin ainsi que ceux venus du Togo, de la République démocratique du Congo et du Niger.

Il va s’agir durant ces assises, de savoir comment les données sont engendrées. Ainsi, Ignace Dovi, directeur exécutif de l’Association professionnelle des systèmes financiers décentralisés (Apsfd) Consortium Alafia, satisfait de la naissance de ce logiciel, fera un constat en deux points. Rappelant l’historique d’Apsfd, qui a vu le jour au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, en 2016, il a parlé de l’importance du lobbying qu’est devenue leur fédération en Afrique de l’Ouest et de sa place dans le soutien des Sfd dans l’accompagnement des partenaires.

Ignace Dovi fait observer que la société Médiasoft a fait des pas de géant, parlant de la finance digitale dont dépend désormais l’avenir des Sfd. Il a alors convié les participants et les Sfd à s’arrimer au système d’information et de gestion Microfina++.

Pour le directeur exécutif de Consortium Alafia, l’information financière est capitale pour la prise de décisions. Il précise que ces décisions nécessitent d’être prises avec des instruments crédibles. C’est en ce sens qu’il affirme qu’« autant que nous sommes, personne ne peut ignorer un système d’information et de gestion dans le secteur de la microfinance ». C’est dire combien le logiciel Microfina++ est fondamental.

Quant à Valère Houssou, directeur exécutif du système financier décentralisé Alidé, le logiciel Microfina qui a évolué pour devenir Microfina++, est un dispositif qu’on peut considérer comme l’ossature du domaine de la microfinance, notamment dans la production d’information de gestion à la tutelle. Il occupe une place parmi les systèmes d’information et de gestion connu sur le marché.

Roger Agbahè, directeur général de Médiasoft, rappellera que ce logiciel est un outil de gestion qui correspondant aux aspirations des Sfd. Il est compétitif et adopte le rapport qualité/prix. Retenons pour finir, que le système financier décentralisé (Sfd) vise à fournir pour les microfinances, les données et informations crédibles et en temps réel.

Par TIC Mag

L’article Médiasoft arrime les acteurs de la microfinance à son logiciel Microfina++ est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2kCmzPj
via IFTTT

Burundi: l’ARCT a lancé le projet « Burundi Large Bande » destiné à couvrir tout le pays avec le haut débit

Le 6 décembre 2017, l’Autorité de régulation et de contrôle des télécommunications (ARCT) du Burundi a officiellement mis en branle le projet « Burundi Large Bande ». Les travaux de terrain débuteront véritablement en janvier 2018. Son objectif est de couvrir tout le territoire national avec la connectivité haut débit, soit une superficie totale de 27 834 kilomètres carrés.

Selon les explications du directeur de l’organe de régulation des télécoms,  Donatien Manirampa, le projet « Burundi Large Bande » s’étend sur une période de huit ans (de 2018 à 2025). A terme, il permettra au Burundi de figurer dans la liste des pays les plus connectés du monde.

Pour le moment, ce pays d’Afrique de l’Est demeure l’une des nations les moins connectées de la planète. « Le Burundi enregistre le taux de connexion à l’internet le plus bas au niveau de la région est africaine car, seulement 5% des 11 millions de Burundais ont accès à l’internet. Pire, seulement moins de 2% des Burundais ont accès à la connexion haut débit.», estime Donatien Manirampa.

Le projet dont le coût de réalisation n’a pas été révélé, sera financé entièrement par le budget de l’Etat burundais. Le pays ne bénéficie plus de l’aide internationale dont une partie servait à l’amélioration de l’infrastructure, comme c’est le cas de plusieurs pays d’Afrique. Il a perdu ce soutien financier en 2015, après la réélection contestée de Pierre Nkurunziza à la tête du pays le 24 juillet et les violences à l’encontre des membres de l’opposition qui ont suivi.

TIC Mag avec Agence Ecofin

L’article Burundi: l’ARCT a lancé le projet « Burundi Large Bande » destiné à couvrir tout le pays avec le haut débit est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2jbIRav
via IFTTT

Egypte: Orange, Etisalat et Telecom Egypt ont aussi sollicité des fréquences télécoms supplémentaires

Comme Vodafone Egypt, les opérateurs de téléphonie mobile Orange, Etisalat et Telecom Egypt, ont aussi sollicité de l’Autorité nationale de réglementation des télécommunications (NTRA), l’attribution de fréquences télécoms supplémentaires.

Mustafa Abdul Wahid, le président exécutif de l’organe de régulation des télécommunications, l’a révélé lors de l’exposition annuelle consacrée aux nouvelles technologies, Cairo ICT Technology.

Mustafa Abdul Wahid a expliqué que les requêtes introduites par les différentes sociétés télécoms sont actuellement à l’étude. Il a ajouté que la NTRA, en coordination avec les organismes souverains, déterminera quelles bandes de fréquences attribuées aux entreprises télécoms.

Vodafone, Orange, Etisalat et Telecom Egypt ont besoin de nouvelles fréquences télécoms pour répondre aux besoins croissants des consommateurs en services innovants. La facture pour ces fréquences supplémentaires, devra être réglée en dollars US.

Lors de l’acquisition de la licence 4G, Orange avait reçu la fréquence de 10 MHz pour 484 millions de dollars, Vodafone avait reçu la fréquence de 5 MHz pour 335 millions de dollars, Etisalat avait obtenu la fréquence de 10 MHz pour 535,5 millions de dollars et Telecom Egypt (TE) s’était vu attribuer la fréquence de 15 MHz pour 309,1 millions de dollars.

TIC Mag avec Agence Ecofin

L’article Egypte: Orange, Etisalat et Telecom Egypt ont aussi sollicité des fréquences télécoms supplémentaires est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2AEGot7
via IFTTT

Ces start-up qui adressent la problématique du bruit en open space

L'open space est une solution d'aménagement de l'espace de plus en plus répandue en entreprise. Ironie du sort, les nuisances sonores qu'il génère ont un coût chiffré que les start-up entendent solutionner pour préserver le bien-être au travail.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2Bfjhso
via IFTTT

Africab, le Uber ivoirien à la conquête de l’Afrique

Malgré l’émergence d’une classe moyenne de plus en plus aisée en Afrique, les transports n’ont pas évolué. La start-up Africab développe donc un service de VTC sur le modèle d’Uber, en adaptant son modèle aux spécificités du continent.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2kbhTvN
via IFTTT

jeudi 7 décembre 2017

Pour lutter contre la fraude, la douane congolaise s’équipe d’un nouveau logiciel

(TIC Mag) – La douane congolaise est depuis peu mieux outillée pour lutter plus efficacement contre la fraude. En effet, les services des enquêtes et de la surveillance douanière du pays peuvent désormais travailler en réseau grâce à l’implémentation d’un nouveau logiciel baptisé ‘‘nCEN’’. Une acquisition qui entre dans le cadre des échanges d’informations relatives à la lutte contre la fraude, ainsi que dans la modernisation des services douaniers du Congo.

« Nous avons désormais une base de données de la fraude, capable de regrouper tous les éléments qui peuvent être utilisés par d’autres administrations de la sous-région ou du monde entier », explique Gomez Tséké, le directeur du centre de formation de l’Organisation mondiale des douanes (OMD), cité par l’Agence Adiac. On apprend également du journal que la nouvelle application a été créée pour assister les administrations douanières dans la collecte et le stockage des données relatives à la lutte contre la fraude au niveau national, grâce à sa capacité d’échange d’informations aux niveaux régional et international.

Ecrit par TIC Mag

L’article Pour lutter contre la fraude, la douane congolaise s’équipe d’un nouveau logiciel est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2ABHEPM
via IFTTT

Ericsson prévoit 1 milliard d’abonnements 5G en 2023

(TIC Mag) – Dans son rapport de Novembre 2017 sur la mobilité, le groupe de télécommunications Suédois Ericsson dresse des prévisions de croissance pour la 5G dans le monde. Ainsi, Ericsson prévoit qu’il y aura un milliard d’abonnements 5G d’ici 2023, en vue d’un haut débit mobile aux capacités améliorées. Ce qui représente un taux de couverture de plus de 20% de la population mondiale dans les six prochaines années.

Le rapport prévoit également que d’ici la fin de l’année 2017, la LTE sera la technologie d’accès prédominante, une croissance résultant du besoin d’une meilleure expérience utilisateur et de réseaux plus rapides. Egalement, le trafic de données mobiles devrait poursuivre sa croissance, principalement sous l’impulsion de la consommation de contenus vidéo.

Selon Niklas Heuveldop (photo), responsable de la stratégie et directeur de la technologie et des activités émergentes chez Ericsson : « Le dernier Rapport sur la Mobilité met en lumière les tendances en matière d’abonnements mobiles et de croissance du trafic de données, ainsi que les efforts déployés par l’industrie pour répondre aux besoins croissants sur les réseaux mobiles dans le monde. En outre, le rapport analyse l’émergence de nouveaux cas d’usage au fil de l’évolution des capacités des réseaux, comme par exemple les montres connectées, les alarmes IdO ou encore la maintenance et la réparation assistées par la réalité augmentée, pour n’en citer que quelques-uns. A l’heure où nous nous préparons à l’arrivée de la 5G, ces tendances continueront d’indiquer à l’industrie mobile la voie à emprunter pour aller de l’avant. »

On apprend également d’Ericsson qu’« Avec un déploiement prévu, dans un premier temps, dans les zones urbaines denses, la 5G couvrira 20 % de la population mondiale d’ici fin 2023. Les premiers réseaux commerciaux basés sur la technologie 5G-NR (New Radio) devraient être mis en service en 2019, suivis de déploiements plus vastes à partir de 2020. Les premiers déploiements de la 5G sont prévus sur plusieurs marchés, notamment aux États-Unis, en Corée du Sud, au Japon et en Chine ».

D’après Ericsson, le trafic de données mobiles devrait être multiplié par huit au cours de la période de prévision, atteignant 110 exaoctets par mois à l’horizon 2023. Ce qui correspond à 5,5 millions d’années de streaming vidéo en HD. Mais en attendant, Ericsson prévoit que d’ici la fin de l’année, la LTE sera la technologie d’accès mobile prédominante. Il est prévu que le nombre d’abonnements atteignent 5,5 milliards et que la technologie couvre plus de 85 % de la population mondiale d’ici la fin de 2023.

Ecrit par TIC Mag

L’article Ericsson prévoit 1 milliard d’abonnements 5G en 2023 est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2jpCey0
via IFTTT

Gabon : La phase 2 du projet CAB4 déjà envisagée

(TIC Mag) – Alors que le Gabon et le Congo s’apprêtent à livrer officiellement la phase 1 du projet de maillage à fibre optique Central African Backbone (CAB4), les autorités gabonaises travaillent déjà aux études en vue du lancement de la phase II du projet, qui devrait être opérationnelle en principe en 2018. D’après le journal Gabonreview.com qui révèle l’information, le ministère de l’Economie et de la Prospective s’est lancé, mercredi 6 décembre, dans la recherche d’un consultant devant mener l’étude en vue du développement d’un réseau d’accès à la fibre optique très haut débit à l’échelle nationale. Une étude dont l’objectif est de «montrer l’intérêt d’une démarche de schéma directeur FTTX à l’échelle de plusieurs départements et communes du territoire national».

D’après le ministère de l’Economie et de la Prospective, «Il s’agit d’évaluer le coût de déploiement d’un tel réseau pour les différentes poches d’habitat du territoire national et de définir un chemin optimal pour sa couverture de façon progressive et à moindre coût. Sur la base d’une telle étude, la collectivité est en mesure de se doter d’une vision prospective de la couverture très haut débit de son territoire… Le principe d’une telle étude est d’analyser la faisabilité technique et financière d’un déploiement FTTX sur un territoire donné».

De manière pratique, la phase 2 du CAB4 consistera à déployer la fibre optique sur l’axe nord du pays d’une part et d’autre, d’amorcer l’axe sud, empruntant exclusivement des tronçons routiers.

Ecrit par TIC Mag

L’article Gabon : La phase 2 du projet CAB4 déjà envisagée est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2AE6FKp
via IFTTT

Accélérer l’adoption du cloud et la transformation numérique : des exemples concrets en Afrique de l’Ouest

Le trafic mondial dans le cloud devrait atteindre 8,6 zettaoctets d’ici 2019. Bien que le cloud soit présent en Afrique, il accuse un retard par rapport aux pays développés. Cependant, selon de récents rapports, l’Afrique et le Moyen-Orient devraient, dans les années à venir, enregistrer la plus forte croissance en matière de services du cloud.

En effet, l’infrastructure du cloud computing de la région devrait se développer à un taux de 42 % par an, dépassant largement la moyenne mondiale de 33 %. Ce développement sera dans une large mesure encouragé par la révolution mobile sur le continent.

Le cloud computing offre aux organisations une occasion unique d’améliorer leurs opérations, quel que soit leur secteur. Comptant parmi les principaux moteurs de la transformation numérique, il bouscule le modèle traditionnel des technologies de l’information et réduit considérablement les délais de commercialisation ainsi que l’infrastructure et les coûts opérationnels requis pour les nouvelles innovations.

Encourager l’adoption du cloud contre vents et marées

La question est la suivante : comment faire en sorte que l’Afrique adopte la technologie du cloud à grande échelle, dans un contexte où le manque d’accès à Internet, les problèmes d’alimentation électrique, les menaces pour la sécurité et même l’analphabétisme perpétuent le retard accusé dans l’adoption des technologies de l’information ?

Au cours des quatre dernières années, Microsoft – par l’intermédiaire de son initiative 4Afrika – s’est employé à développer un accès à Internet à un prix abordable, des compétences et des innovations en Afrique de l’Ouest dans le but d’augmenter la capacité d’utilisation de la technologie du cloud et d’accélérer la transformation numérique. Nous pensons que la transformation numérique ne peut être efficace et utile que lorsqu’il existe une connectivité du dernier kilomètre, les compétences et la confiance nécessaires pour exploiter la technologie, et des solutions pertinentes à l’échelle locale.

Connecter les citoyens pour encourager la transformation numérique

Il existe en Afrique de l’Ouest un grand nombre d’organisations qui utilisent des moyens innovants de connecter les communautés rurales et mal desservies à Internet à un prix abordable. En 2016 et 2017, Microsoft a investi dans trois d’entre elles, à savoir Ekovolt au Nigeria, VisionNet et WrightGrid en République Démocratique du Congo (RDC).

VisionNet utilise le Wifi géré dans le cloud pour offrir un accès à Internet à faible coût aux étudiants universitaires ruraux, par l’intermédiaire de Pocket Cyber Cafés. De la même manière, WrightGrid fournit une connectivité à travers des postes de recharge de téléphone et d’accès internet sans fil fonctionnant à l’énergie solaire qu’elle conçoit, fabrique et installe dans les espaces publiques. Dans un pays de 79 millions d’habitants où seuls trois millions de personnes ont accès à Internet, où le revenu moyen est de 394 $ par an, et où l’alimentation électrique demeure problématique, ces deux entreprises apportent une valeur significative. Avec le soutien de Microsoft, VisionNet espère fournir 24 heures d’accès internet illimité à des taux inférieurs à ceux pratiqués sur le marché.

Ekovolt, a quant à elle créé une offre combinée de connectivité et de technologie. Elle associe ses services Volt Internet avec des solutions du cloud pour proposer des offres groupées d’accès à Internet et de solutions d’entreprise personnalisées aux petites et moyennes entreprises – des solutions que l’on ne trouve habituellement que dans les grandes sociétés.

Au Ghana, Microsoft et Spectra Wireless ont lancé le premier projet d’espace blanc de télévision commerciale en Afrique. Grâce à ce projet, les étudiants de l’Université de Koforidua peuvent accéder à des offres de données à partir de seulement deux cedis ghanéens par jour. Avant ce projet, seuls 9,48 % des étudiants utilisaient quotidiennement un ordinateur à l’école pour le traitement de texte, 4,74 % pour l’analyse de données, 3,45 % pour l’écriture de codes et 25 % pour l’Internet. Plus de          6 000 étudiants sont désormais connectés à des services et à du matériel abordables dans le cadre d’un plan de financement à taux zéro.

Ces étudiants peuvent non seulement accéder à une abondance de nouvelles connaissances, mais les compétences qu’ils acquièrent en utilisant ces outils auront aussi, à terme, une incidence sur la capacité d’action du Ghana en tant que pays numériquement transformé.

Secteurs visés par la transformation numérique

Une fois connectés et dotés des compétences nécessaires, les Africains peuvent utiliser la technologie pour opérer la transformation numérique dans les secteurs tels que les soins de santé, l’énergie, l’éducation et l’agriculture. En RDC, le secteur minier du pays est le fer de lance des efforts en faveur de la transformation numérique.

De nombreuses entreprises au Ghana utilisent une sorte de service cloud ; les banques, notamment,  utilisent le cloud privé. Dans le Rapport mondial 2015 sur les technologies de l’information publié par le Forum économique mondial, le Ghana a été classé 101e sur 143 pays à travers le monde en termes d’usages des TIC au profit des secteurs économique et social.

Le Nigeria pourrait potentiellement économiser près de 5,6 milliards de dollars par an s’il opérait la transformation numériquement et intégrait le système d’information et de communication de son secteur public. Le cloud computing pourrait aussi générer environ 1 milliard de dollars au cours des 10 prochaines années.

En partant de ce constat, le ministère fédéral de l’Industrie, du Commerce et de l’Investissement (MITI) s’est récemment rallié au programme Open4Business de l’initiative 4Afrika en vue de transformer la prestation de ses services à la communauté des investisseurs. En mettant à profit la technologie du cloud, le MITI permet aux investisseurs d’accéder plus facilement aux renseignements qui les intéressent, réduit les délais et les coûts qu’ils consacrent à la constitution et au maintien de leurs entreprises, et communique de manière proactive les possibilités d’investissement. Ce faisant, il créé un environnement plus propice à l’investissement, améliore la facilité de faire des affaires au Nigeria et accélère la création d’emplois.

Transformer le secteur des PME

Le cloud computing a le potentiel de révolutionner le secteur des PME en permettant aux entrepreneurs de moderniser leurs entreprises, d’enrichir leurs offres et d’atteindre de nouveaux clients. Selon le rapport Foresight Africa 2017, l’adoption des technologies est le principal moteur de croissance des PME sur le continent africain. Les PME qui adoptent la technologie numérique se développent deux fois plus vite que celles qui s’en passent.

D’après le rapport de recherche publié par IDG Connect, le Nigeria, avec l’Afrique du Sud, possède le taux d’adoption du cloud le plus élevé en Afrique. Par ailleurs, Microsoft a également remarqué que le Nigeria possède le taux d’absorption de ses produits du cloud le plus élevé sur le continent, et que cette absorption est en hausse dans le secteur des PME. C’est pour cette raison que certains de nos cadres l’ont surnommé la « capitale du cloud ».

Pour donner les mêmes moyens à un plus grand nombre de PME, nous nous sommes récemment associés à la Fondation Tony Elumelu (TEF) au Nigeria pour mettre à disposition de plus de 3 000 entrepreneurs du Programme d’entreprenariat TEF des outils, des ressources, des formations et des mentorats axés sur les technologies.

Au Ghana, nous avons récemment apporté notre concours à la startup locale Swiftly spécialisée dans le « e-shipping » par l’entremise du programme Interns4Afrika. Douze stagiaires ont eu la possibilité de participer à des recherches de marché, à des activités de génération de prospects, de marketing en ligne, de programmation, de planification d’évènements et de service à la clientèle. Un programme tel que celui-ci profite non seulement à la startup qui a accès à de jeunes et nouveaux talents, mais procure aussi aux jeunes diplômés l’expérience professionnelle et les outils dont ils ont besoin pour apporter leur contribution à une économie numériquement transformée.

Vers un avenir numériquement transformé

La transition vers le cloud ne va pas se faire en un jour. Elle demande une vision et des efforts délibérés de la part des entreprises.  Pour mener à bien cette initiative, nous devons adopter cette technologie pour opérer la transformation numérique, et continuer ainsi à innover et à être pertinents.

L’adoption du cloud révolutionnera la manière dont les entreprises ouest-africaines, et notamment les PME, fonctionnent. Alors que le pouvoir du cloud computing continue à s’affirmer en Afrique, l’initiative 4Afrika reste déterminée à accélérer l’adoption du cloud et la transformation numérique sur le continent grâce à un accès accru à la technologie et à la transmission des compétences nécessaires, en vue d’améliorer le développement socio-économique.


Par Yacine Barro, Directrice générale Afrique de l’Ouest et centrale de Microsoft.

L’article Accélérer l’adoption du cloud et la transformation numérique : des exemples concrets en Afrique de l’Ouest est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2AEvghQ
via IFTTT

Une bouteille d’eau intelligente pour sauvegarder l’environnement

La start-up espagnole Closca lance une bouteille d’eau intelligente associée à une application pour trouver les points d’eau alentours… et préserver la planète.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2BRu2y4
via IFTTT

La graine de l’économie circulaire germe au sein des grands groupes

Changer de paradigme économique. Passer à un modèle d’économie circulaire dans lequel on produit et on consomme en réutilisant plutôt qu’en jetant. Telle est la mission que s’est donnée la start-up Circul’R.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2AjeKVS
via IFTTT

mercredi 6 décembre 2017

Sénégal : Macky Sall préconise une rencontre entre les différents acteurs du dossier Millicom

Le président de la République du Sénégal, Macky Sall (photo), a annoncé que le gouvernement va « convoquer les partenaires de Tigo, mais aussi ceux qui veulent reprendre l’opérateur de téléphonie, que ce soit Wari ou bien le consortium de M. Xavier Niel et des autres autour d’une table » afin de résoudre une fois pour toutes ce dossier.

Le chef de l’Etat s’exprimait sur le sujet, le 4 décembre 2017, en marge du Conseil présidentiel dont l’objet était  l’évaluation de la mise en œuvre et le partage des résultats de la politique économique et sociale du gouvernement.

Selon lui, le gouvernement donnera aux différents protagonistes le temps nécessaire pour parvenir à un accord définitif. Il a souligné que ce sera « au maximum un mois et demi ou deux mois » car « nous avons besoin de la 4G, nous voulons que la concurrence joue ». Si les différents protagonistes échouent à trouver une solution, Macky Sall a indiqué qu’« on prendra une mesure qui peut ne peut pas être heureuse. Il faut qu’ils sachent qu’il y a un deadline qui ne peut être dépassé, au plus tard fin du mois de janvier-début février ».

Le Premier ministre, en relation avec le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan et celui des Télécommunications, a été chargé par le Chef de l’Etat de l’organisation de la rencontre entre tous les acteurs du dossier Tigo Sénégal.

Cela fait six mois que des dissensions bloquent l’opération de cession de Tigo Sénégal. Millicom a décidé en juillet dernier, d’annuler l’accord initial passé avec Wari Group, jugé inapte, pour traiter avec le consortium formé du Groupe Teyliom Telecom, NJJ, et de Sofima.

Mais la société dirigée par Kabirou Mbodji, refuse cette annulation. Elle a finalement porté l’affaire devant la Cour internationale d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale à Paris, le 3 novembre dernier.

TIC Mag avec Agence Ecofin

L’article Sénégal : Macky Sall préconise une rencontre entre les différents acteurs du dossier Millicom est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2nAkDYN
via IFTTT

Gabon : Avec le « Smart Kids », Gabon Telecom veut améliorer la sécurité des enfants

(TIC Mag) – L’opérateur de télécommunications Gabon Telecom annonce le lancement en partenariat avec Emd-Connect, spécialiste des solutions de géolocalisation de sa nouvelle solution de sécurité, baptisée « Smart Kids ». Il s’agit d’un dispositif GPS principalement adapté pour les enfants, qui permet de les localiser à l’importe quel moment, et aussi leur donne la possibilité de contacter instantanément leurs parents en cas d’urgence. Ainsi, les parents peuvent suivre à la trace et en temps réel les déplacements de leurs enfants dans des zones prédéfinies (maison, école, piscine, club de sport ou loisir, etc.), simplement en utilisant un Smartphone.

Pour ce qui est de son fonctionnement, le «Smart Kids» est un package qui comporte un boitier GPS, une application de géolocalisation, et une carte SIM. De manière évidente, l’utilisateur doit disposer d’une Smartphone sous Androïd ou iOS pour pouvoir accéder à l’application et paramétrer le dispositif. D’après le journal Gabonreview.com, seuls les clients Libertis et Moov peuvent profiter de cette offre innovante.

L’application permet également aux parents de retracer dans un historique enregistré les mouvements, le parcours de l’enfant, ses entrées et sorties dans une zone donnée. Avec cette solution, Gabon Telecom entend résoudre de manière efficace le problème de la sécurité des enfants hors du cadre familial.

Ecrit par TIC Mag

L’article Gabon : Avec le « Smart Kids », Gabon Telecom veut améliorer la sécurité des enfants est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2BMRGvw
via IFTTT

Cameroun : Paul Biya nomme Félix Watching à la direction de Sup’Tic

(TIC Mag) – Après avoir changé la dénomination tout en lui conférant une personnalité juridique et une autonomie financière, le président camerounais Paul Biya a signé le 4 décembre 2017 le décret No 2017/59 qui nomme Félix Watching au poste de directeur de l’Ecole nationale supérieure des Postes, des Télécommunications et des Technologies de l’Information et de la communication (Sup’Tic). Le même décret nomme Léontine Nkamba au poste de directeur adjoint chargé des études au sein de la même institution. Félix Watching remplace ainsi au poste de directeur Jean Marie Dongo.

Notons que déjà le 26 octobre 2017, le président Paul Biya avait signé le décret °2016/425 qui rebaptisait cette institution académique, en lui conférant un « statut particulier », et doté « de la personnalité juridique et de l’autonomie financière ». Désormais, en plus de ses formations traditionnelles dans les métiers des Postes et Télécommunications, la nouvelle entité est chargée de mettre également un accent particulier sur les Technologies de l’information et de la communication, telle que le précise l’alinéa 4 de l’article 2 du décret présidentielle : « des centres de formation et de recherche appliquée et des incubateurs dans les métiers des postes, des télécommunications et des technologies de l’information et de la communication, peuvent, en tant que de besoin être créés par arrêté conjoint du ministre chargé des postes et télécommunications et du ministre chargé de l’enseignement supérieur, après délibération du Conseil de Direction », précisait alors le décret.

Ecrit par TIC Mag

L’article Cameroun : Paul Biya nomme Félix Watching à la direction de Sup’Tic est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2k2wQjT
via IFTTT

Congo Brazza : L’ARPCE met en garde contre une recrudescence des fraudes dans la téléphonie mobile

(TIC Mag) – En République du Congo, l’Agence de régulation des Postes et des Communications électroniques (ARPCE) a annoncé le 5 décembre 2017 avoir constaté dans le pays une recrudescence des fraudes avec des appels manqués : « il s’agit des Wangiri encore appelés fraude avec les appels manqués ou Ping call. Wangiri est un terme japonais qui signifie ‘‘sonne et coupe’’. L’arnaque qui fait de nombreuses victimes dans le monde a plusieurs variantes. Dans certains cas, les victimes reçoivent un appel qui est interrompu après la première sonnerie. L’écran affiche un appel manqué avec un numéro de téléphone inconnu. En rappelant ce numéro, les victimes tombent sur un numéro payant et leur crédit téléphonique est débité. Une autre variante de l’escroquerie consiste à envoyer aux victimes un SMS leur demandant d’appeler. Ces derniers en le faisant, tombent sur un numéro surtaxé ou un interlocuteur qui essayera de faire durer l’appel le plus longtemps possible et les coûts peuvent être exorbitants », explique l’ARPCE sur son site Internet. D’après l’Agence, les cas de fraudes qui sont les plus observés comportent des indicatifs téléphoniques des pays comme les Seychelles ou la Lettonie.

Devant l’ampleur du phénomène, l’ARPCE indique aux abonnés congolais comment est-ce qu’ils peuvent se prémunir de cette fraude : « Si vous avez reçu un appel en absence tellement rapide que vous n’avez pas eu le temps de décrocher et que vous ne connaissez pas le numéro qui a tenté de vous joindre, ne rappelez surtout pas ! Si un interlocuteur cherche vraiment à vous joindre, il rappellera ou vous fera un message ! Vous êtes également invités à dénoncer les appels qui vous paraissent bizarres au service clientèle de votre opérateur en appelant gratuitement le 121 pour Airtel Congo Brazzaville et le 123 pour MTN Congo. Vous pouvez également contacter le Centre d’écoute des consommateurs de l’ARPCE au 5050 un numéro gratuit pour tous les opérateurs », ajoute le régulateur congolais.

Ecrit par TIC Mag

L’article Congo Brazza : L’ARPCE met en garde contre une recrudescence des fraudes dans la téléphonie mobile est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2kr8Dra
via IFTTT

L'intelligence artificielle rejoint la lutte écologique

À travers le programme AI for Earth, Microsoft déploie plusieurs initiatives puisant dans les ressources de l’intelligence artificielle pour œuvrer à la sauvegarde des écosystèmes. Une stratégie qui lui permet de tester l’application de ses recherches tout en soignant son image auprès du public.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2jXrM0f
via IFTTT

Abidjan, le phénix d’Afrique de l’Ouest aussi agile que mobile

Après la période faste de 1960 à 1990, la capitale ivoirienne a connu des heures plus difficiles, avec une succession de crises jusqu’à atteindre son point d’orgue fin 2011. Depuis, le pays se reconstruit et son économie se relance.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2jYy2Vt
via IFTTT

mardi 5 décembre 2017

Cameroun : près de 10 milliards FCfa de pénalités pour les quatre opérateurs de la téléphonie

L’Agence de régulation des télécommunications du Cameroun (ART) a notifié, fin août 2017, des sanctions aux opérateurs de téléphonie mobile MTN, Orange et Nexttel, ainsi qu’à l’entreprise publique Camtel, pour manquements aux obligations liées à l’identification des abonnés et à l’usage des fréquences radioélectriques.

Les trois opérateurs de mobile, renseigne une source autorisée au ministère des Postes et Télécommunications, écopent chacun d’une amende d’au moins 3 milliards de francs Cfa, assortie d’une réduction de licence d’un an, pour certains d’entre eux.

Camtel, l’opérateur public des télécoms, est quant à lui puni d’une amende moins lourde : 300 millions de francs Cfa, précise notre source.

Des sources internes à MTN Cameroun, dont la sanction par le régulateur a été annoncée dans le rapport du groupe MTN International à fin septembre 2017, confirment l’introduction, depuis le mois de septembre dernier, d’un recours gracieux auprès des autorités publiques camerounaises.

Par BRM pour Agence Ecofin

L’article Cameroun : près de 10 milliards FCfa de pénalités pour les quatre opérateurs de la téléphonie est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2B0FDh5
via IFTTT

Niger : Les appels internationaux exemptés de taxes

(TIC Mag) – A partir du 1er janvier 2018, les appels internationaux entrants seront exemptés de « la taxe sur la terminaison du trafic international entrant (TATTIE) » au Niger. En effet, le parlement nigérien a voté le 26 novembre 2017 une disposition de la loi des finances 2018 qui confirme cette suppression qui a pourtant rapporté une vingtaine de milliards de F Cfa au fisc national en 2017 et au cours des années précédentes.

Avec cette disposition, le gouvernement nigérien entend contribuer à améliorer plus largement la rentabilité du secteur via l’élargissement des entrées des compagnies télécoms : « la TATTIE a entraîné un rétrécissement en volume et en valeur du rendement des appels internationaux donc  la perte tendancielle des recettes fiscales générées par les compagnies de télécoms. En retour, ces compagnies ont pris des engagements de faire des investissements conséquents pour améliorer la couverture et la qualité de leurs services ».

Notons aussi que la suppression de la TATTIE, s’inscrit également dans le cadre des accords avec la Banque mondiale, qui a promis au Niger en échange du renoncement à cette taxe une compensation par d’importantes aides budgétaires. Malgré ces ‘‘garanties’’, l’opposition et la société civile nigérienne ont fortement critiqué cette initiative, évoquant ainsi « un cadeau fiscal injustifié ».

Ecrit par TIC Mag

L’article Niger : Les appels internationaux exemptés de taxes est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2A7g3an
via IFTTT

Angola, le gouvernement confirme l’arrivée de nouveaux opérateurs télécoms et annonce la privatisation d’Angola Telecoms

(TIC Mag) – Longtemps annoncé, le gouvernement angolais a confirmé l’ouverture prochaine du secteur des télécoms via un appel d’offre en vue de l’installation dans le pays d’un quatrième opérateur télécoms, y compris les réseaux fixes, mobiles et de télévision par abonnement. D’après le ministre José Carvalho da Rocha en charge des Télécommunications, qui a fait l’annonce le 28 novembre 2017, cette décision aura un double avantage, notamment renforce la concurrence dans le secteur, tout en améliorant la qualité du service.

Dans la foulée, le ministre José Carvalho da Rocha annonce que le gouvernement a décidé de la privatisation de 45 % du capital d’Angola Télécom, qui gère pour actuellement l’unique réseau fixe du pays. Par ailleurs, Angola Telecom devra également se lancer dans le très concurrentiel secteur du mobile.

Notons que si de manière générale, ces annonces représentent une bonne nouvelle pour le secteur angolais des télécommunications, il marque toutefois une véritable mise à mal de la famille Dos Santos, qui jusqu’ici avait quasiment le monopole de ce secteur. Sa fille aînée Isabelle Dos Santos est l’actionnaire majoritaire d’Unitel, le leader du marché. Sa demi-sœur Welwitschia, détient pour sa part des actions dans le capital de l’opérateur concurrent, Movicel.

Ecrit par TIC Mag

L’article Angola, le gouvernement confirme l’arrivée de nouveaux opérateurs télécoms et annonce la privatisation d’Angola Telecoms est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2ntHu8p
via IFTTT