2[Côte d'Ivoire] TEDxGrandBassam célèbre les «Immortelles»

TEDXGrandBassam, est un événement organisé sous la licence Américaine TED. Il vise à mettre en avant les idées innovatrices de personnes qui...

Orange lance la 6ème édition du Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient

Cette année, le grand concours de business plans organisé par Orange en Afrique et au Moyen-Orient se dédouble. Chaque projet candidat peut en effet être jugé par deux jurys, un national et un international. Les récompenses à...

L'Ambassade des USA encourage les jeunes ivoiriennes à poursuivre des carrières scientifiques et technologiques

« Les femmes éduquées acquièrent une voix et une place dans la société, ce qui leur donne plus de débouchés économiques et encourage leur participation dans la politique et fortifie la société, »...

vendredi 20 octobre 2017

Comment faire adhérer les Américains au véhicule autonome ?

Les Américains n’ont pas confiance en la technologie des véhicules autonomes. Une campagne par une filiale du groupe de Google pourra-t-elle changer la donne ?

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2yAJUoX
via IFTTT

La start-up péruvienne Joinnus ambitionne de devenir le Netflix de l'événementiel

Joinnus permet à n’importe qui de créer un événement sur sa plateforme et d’y intégrer une billetterie.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2xb8vOl
via IFTTT

Cameroun : Pourquoi nous avons coupé la fibre optique chez Orange et comment nous l’avons restaurée*

(Camtel – Yaoundé, 19 octobre 2017) – Depuis le mois de juillet 2017, il est apparu des divergences dans la collaboration avec Orange Cameroun, obligeant CAMTEL à suspendre le service de liaisons d’interconnexion, à ce partenaire. Au moment où, par la patience et la bonne volonté dont notre entreprise a fait preuve, cette malencontreuse situation connait un dénouement, CAMTEL se fait l’obligeance de restituer à l’opinion nationale et internationale le processus ayant conduit à cet état de fait.
A la genèse de cette incompréhension, en date du 23 novembre 2016, la société ORANGE CAMEROUN avait commandé une série de liaisons en capacités managées par note N°OR/DTI/DDR/ING/FOY/2311/16. CAMTEL s’était alors exécuté en procédant à l’installation de ces liaisons d’interconnexion qui ont été entièrement réceptionnées sur la base de procès-verbaux dument signés par les deux parties.
La société ORANGE CAMEROUN a effectivement consommé lesdites prestations, ce qui lui vaudra de recevoir de CAMTEL la facture N°128/DG/DC/DO du 18 juillet 2017, d’un montant de FCFA 1 975 029 693 TT, pour une année de consommation. Contre toute attente, la société ORANGE CAMEROUN contestera ladite facture et sollicitera une révision des montants auprès de CAMTEL.
Il s’en suivra une conciliation entre les parties qui aboutira, le 07 août 2017, à la présentation par CAMTEL d’une nouvelle facture révisée N°145/DG/DC/DO/SSO, pour un montant de FCFA 1 640 711 753 TTC, soit un abattement exceptionnel comparé au montant initial.
Le 30 août 2017, par lettre N°DMC/DWBDCNK, la société ORANGE CAMEROUN fera savoir à CAMTEL son refus catégorique de payer ces prestations pourtant exécutées et bel et bien consommées.
Dès le mois de septembre 2017, CAMTEL entreprendra la démarche d’édifier l’équipe de son partenaire ORANGE CAMEROUN sur l’intérêt de prendre en considération le service offert, qui contribue à la disponibilité accrue et à la sécurisation de son réseau.
C’est ainsi que le 26 septembre 2017, une note de relance pour paiement N°556/DG/DR/DC sera servie à la société ORANGE CAMEROUN, en fixant au 05 octobre 2017 le dernier délai accordé pour ce paiement toujours attendu.
Le 05 octobre 2017, n’ayant reçu aucune suite favorable à la mise en demeure servie à son partenaire, CAMTEL procédera à l’interruption des liaisons d’interconnexion offertes à la société ORANGE CAMEROUN.
Saisie par ORANGE CAMEROUN, Madame le Ministre des Postes et Télécommunications convoquera les deux partenaires pour une réunion de conciliation à laquelle prenait également part Monsieur le Directeur Général de l’Agence de Régulation des Télécommunications (ART). Cette concertation n’aboutira malheureusement à aucun accord consensuel, bien qu’il ait été relevé que les prestations commandées et exécutées devaient faire l’objet de paiement en bonne et due forme.
Tout de même, le 07 octobre 2017, faisant suite aux hautes instructions de Madame le Ministre des Postes et Télécommunications, le service sera rétabli par CAMTEL au profit d’ORANGE CAMEROUN, à qui il sera demandé de procéder au paiement intégral de la somme due sous 03 jours.
Aussi, et sans que cela ne puisse se justifier, la société ORANGE CAMEROUN fera savoir à CAMTEL, par note N°DMC/DWBD/NCK/0020 du 10 octobre 2017, qu’elle a procédé au virement de la somme FCFA 700 000 000, au lieu de FCFA 1 640 711 753 attendus, au titre du paiement des redevances des services d’interconnexion fournis par CAMTEL.
Au 13 octobre 2017, n’ayant pas reçu la totalité des sommes dues, CAMTEL adressera une ultime mise en demeure à ORANGE CAMEROUN qui restera lettre morte. Et le 16 octobre 2017 CAMTEL procédera à une autre interruption du service à son partenaire ORANGE CAMEROUN.
Le 18 octobre 2017, dès notification par ORANGE CAMEROUN du paiement intégral de sa dette, CAMTEL rétablira ce même jour l’ensemble des services préalablement suspendus.
A cet effet, CAMTEL prend acte de l’instruction de Madame le Ministre des Postes et Télécommunications à l’Agence de Régulation des Télécommunications (ART) pour un audit du différend l’ayant opposé à ORANGE CAMEROUN. CAMTEL y apportera toute sa collaboration.
CAMTEL remercie le Gouvernement et notamment le Ministre des Postes et Télécommunications pour toutes les diligences ayant favorisé le dénouement rapide de cette crise dans l’intérêt des usagers.
Cependant, consciente des désagréments connus par les abonnés de son partenaire, CAMTEL partage les difficultés qu’ils ont subies, et tient à implorer l’indulgence des concernés.
Au demeurant, il convient de rappeler les lourds investissements consentis par l’Etat du Cameroun pour le développement des infrastructures permettant d’assurer une couverture autant bonne qu’équitable de toute la population en services de télécommunications, avec l’avantage du déploiement de tous les opérateurs à concession de notre pays. Ces importantes infrastructures doivent être rentabilisées en vue du remboursement des emprunts contractés pour leur construction. Et CAMTEL a la charge de cette délicate mission qu’il faut remplir avec honneur et volonté.
Aussi, voulons-nous redire l’entière disposition de l’opérateur historique des télécommunications au Cameroun, à assumer pleinement ses responsabilités, notamment celles qui conduisent à l’idéal de promotion d’une économie numérique dynamique, en assurant comme par le passé, une gestion saine et conforme des infrastructures présentes et à venir de ce secteur, avec l’accompagnement des institutions commises à cet effet par le Gouvernement de la République.


A propos de CAMTEL : Société à capitaux publics créée le 8 septembre 1998, CAMTEL œuvre au développement et à la modernisation des infrastructures de télécommunications au Cameroun. L’entreprise exploite actuellement le réseau national en fibre optique (Backbone) et 3 points d’atterrissement de câbles sous-marins qui permettent d’offrir des services de transmission, d’Internet très-haut-débit et de téléphonie aux opérateurs télécoms, aux entreprises et aux particuliers. CAMTEL construit actuellement le SAIL, le câble sous-marin qui reliera Kribi à Fortaleza au Brésil, sur 6000 km de linéaire dans l’océan Atlantique. Cette infrastructure apportera des capacités supplémentaires pour le développement de l’économie numérique au Cameroun et dans la sous-région Afrique Centrale.

(é) Camtel
*Seul le titre est de la rédaction de TIC Mag.

L’article Cameroun : Pourquoi nous avons coupé la fibre optique chez Orange et comment nous l’avons restaurée* est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2yCaKgu
via IFTTT

Cameroun : Les employés de Vodafone intercèdent auprès du ministre du Travail pour la protection de leurs emplois

(TIC Mag) – A la mi-septembre 2017, l’Agence de régulation des télécommunications du Cameroun (Art) a suspendu les activités du fournisseur d’accès Internet Vodafone pour licence non conforme. Les autorités camerounaises reprochaient à cet opérateur d’exploiter la licence de Northwave, qui a été rachetée par Afrimax. Une opération qui, selon le gouvernement, annulait immédiatement la validité de la licence, vu que la réglementation camerounaise en la matière précise que la licence est incessible.

Suite à cette suspension, les agences et points de vente Vodafone ont été fermés, et une partie du personnel de la filiale camerounaise du britannique Vodafone a été envoyée en congé technique, le temps de trouver un accord avec le gouvernement et particulièrement avec la ministre des Postes et Télécommunications, Minette Libom Li Likeng. Depuis, un compromis a été trouvé, et Afrimax a introduit une demande de licence avec laquelle devra désormais opérer Vodafone. Seulement, en attendant la décision du gouvernement, les employés sont inquiets pour la sécurité de leur travail, et ont décidé de poser leur problème au ministre du Travail et de la Sécurité sociale Grégoire Owona, alors en visite à Douala le 19 octobre 2017.

« Nous avons expliqué au ministre que les dirigeants de Vodafone ont fait tout ce qu’il y avait à faire pour que nous ne soyons pas dans la rue. Le ministre nous a dit que le gouvernement nous a entendus. Il nous a demandé de rentrer attendre, et que les choses se feront d’elles même. Il nous a aussi dit que d’après ses discussions avec son collègue des Postes et Télécommunications, il s’est avéré qu’il y avait des soucis au niveau de la documentation fournie par notre management. Cependant, nous ne sommes pas venus voir le ministre pour parler de la documentation. Nous sommes venus voir le ministre en tant que papa et père pour lui porter un message : Nous travaillons pour une entreprise, et nous ne voulons pas rentrer au quartier », explique Romain Benga, un employé de Vodafone.

De manière générale, le ministre Grégoire Owona dit avoir reçu les préoccupations des employés de Vodafone, et affirme que le gouvernement fera tout son possible pour que le problème soit définitivement réglé au plus vite.

Par TIC Mag

L’article Cameroun : Les employés de Vodafone intercèdent auprès du ministre du Travail pour la protection de leurs emplois est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2yG0Lr1
via IFTTT

Grégoire Owona : « Le gouvernement va accélérer le traitement du dossier Vodafone »

En visite à Douala, le ministre camerounais du Travail et de la Sécurité sociale a évoqué le climat social tendu dans les entreprises, mais également le cas de l’opérateur Vodafone suspendu d’activités dans le pays depuis la mi-septembre 2017.

TIC Mag – Monsieur le ministre, vous effectuez une visite à Douala au Cameroun. Vous avez rencontré un certain nombre de responsables d’entreprises et des personnels.
Effectivement, le climat social connait quelques petites secousses. Mais je crois qu’on n’a pas vraiment besoin de s’en émouvoir. Nous sommes venus rencontrer des groupes qui ont des problèmes. Nous avons discuté de ces problèmes. Des solutions seront trouvées. Il y a déjà des personnes qui sont licenciées pour certaines sociétés. Il s’agissait de voir le problème de leur indemnisation. Il y a des sociétés qui envisagent des licenciements. Il était question de voir comment empêcher dans la mesure du possible ces licenciements, ou voir comment amortir les différents chocs. Le gouvernement a le devoir de préserver ce qui a déjà été fait. C’est pourquoi nous menons une politique très prudente. Il ne s’agit pas d’imposer quoi que ce soit aux sociétés. Mais il s’agit de faire en sorte qu’il y ait un équilibre saint. Parce que les investisseurs viennent pour gagner de l’argent. Mais vu que pour gagner de l’argent ils doivent le faire avec des travailleurs, il faut que s’ils en gagnent, les travailleurs sentent qu’il y a de l’argent. Il faut toujours trouver cet équilibre. Et nous espérons qu’à travers les discussions que nous avons eues, qu’il y aura des résultats positifs.

TIC Mag – Vous avez tenu une séance de travail avec les employés de Vodafone. Qu’est-ce que vous leur avez donné en termes de garantis au vu de la situation qui prévaut actuellement chez cet opérateur ?

Je n’ai pas de garantis à leur donner. Je crois que les entretiens que j’ai eu avec Vodafone ont consistés pour le gouvernement de les rassurer déjà que les dossiers de licence sont en cours de traitement, et que le gouvernement va certainement accélérer les études de ces dossiers. Mais, demandez-leur pourquoi leurs dossiers sont arrivés si tard. Il leur appartient à eux de vous répondre. Je n’en dirais pas plus. Mais les choses ne sont pas si simples. Il faut que les uns et les autres jouent franchement leur rôle. Le gouvernement tout seul ne peut pas toujours être juge et partie. Donc, il serait bon que vous alliez enquêter de ce côté-là.

Propos recueillis par TIC Mag

L’article Grégoire Owona : « Le gouvernement va accélérer le traitement du dossier Vodafone » est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2gvoDa2
via IFTTT

Internet – Bénin : Le gouvernement lance l’interconnexion à la fibre optique de toutes les communes

(TIC Mag) – La ministre béninoise de l’Economie numérique et de la Communication, Rafiatou Monrou a officiellement lancé le 19 octobre 2017 le projet de développement des infrastructures de télécommunications et des TIC au Bénin. Il s’agit d’un projet qui vise à vulgariser les services Internet sur l’ensemble du territoire béninois, à travers l’interconnexion à la fibre optique.

«Ce projet de développement des infrastructures de télécommunications et des TIC vise à mailler tout le territoire national en fibre optique en dotant le Bénin d’une infrastructure de dernière génération qui permettra d’interconnecter les 77 communes du pays pour entre autres, fournir une infrastructure de qualité pour l’ensemble des opérateurs du secteur des télécommunications afin d’emmener le haut débit le plus près possible des utilisateurs finaux», explique la ministre, citée par l’agence Xinhua.

Elle ajoute ensuite que «cette option du gouvernement béninois se traduit à travers sa vision de transformer le Bénin en plateforme de services numériques de l’Afrique de l’Ouest pour l’accélération de la croissance économique et l’inclusion sociale d’ici à 2021». Selon elle, le développement des services numériques est indispensable pour le gouvernement béninois, qui en a fait une des priorités pour atteindre les objectifs contenus dans son programme quinquennal 2016-2021.

Par TIC Mag

L’article Internet – Bénin : Le gouvernement lance l’interconnexion à la fibre optique de toutes les communes est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2zpco2A
via IFTTT

Cameroun – Camtel : “Pourquoi nous avons coupé la fibre optique chez Orange et comment nous l’avons restaurée”

(Camtel – Yaoundé, 19 octobre 2017) – Depuis le mois de juillet 2017, il est apparu des divergences dans la collaboration avec Orange Cameroun, obligeant CAMTEL à suspendre le service de liaisons d’interconnexion, à ce partenaire. Au moment où, par la patience et la bonne volonté dont notre entreprise a fait preuve, cette malencontreuse situation connait un dénouement, CAMTEL se fait l’obligeance de restituer à l’opinion nationale et internationale le processus ayant conduit à cet état de fait.

A la genèse de cette incompréhension, en date du 23 novembre 2016, la société ORANGE CAMEROUN avait commandé une série de liaisons en capacités managées par note N°OR/DTI/DDR/ING/FOY/2311/16. CAMTEL s’était alors exécuté en procédant à l’installation de ces liaisons d’interconnexion qui ont été entièrement réceptionnées sur la base de procès-verbaux dument signés par les deux parties.

La société ORANGE CAMEROUN a effectivement consommé lesdites prestations, ce qui lui vaudra de recevoir de CAMTEL la facture N°128/DG/DC/DO du 18 juillet 2017, d’un montant de FCFA 1 975 029 693 TT, pour une année de consommation. Contre toute attente, la société ORANGE CAMEROUN contestera ladite facture et sollicitera une révision des montants auprès de CAMTEL.

Il s’en suivra une conciliation entre les parties qui aboutira, le 07 août 2017, à la présentation par CAMTEL d’une nouvelle facture révisée N°145/DG/DC/DO/SSO, pour un montant de FCFA 1 640 711 753 TTC, soit un abattement exceptionnel comparé au montant initial.
Le 30 août 2017, par lettre N°DMC/DWBDCNK, la société ORANGE CAMEROUN fera savoir à CAMTEL son refus catégorique de payer ces prestations pourtant exécutées et bel et bien consommées.

Dès le mois de septembre 2017, CAMTEL entreprendra la démarche d’édifier l’équipe de son partenaire ORANGE CAMEROUN sur l’intérêt de prendre en considération le service offert, qui contribue à la disponibilité accrue et à la sécurisation de son réseau.

C’est ainsi que le 26 septembre 2017, une note de relance pour paiement N°556/DG/DR/DC sera servie à la société ORANGE CAMEROUN, en fixant au 05 octobre 2017 le dernier délai accordé pour ce paiement toujours attendu.
Le 05 octobre 2017, n’ayant reçu aucune suite favorable à la mise en demeure servie à son partenaire, CAMTEL procédera à l’interruption des liaisons d’interconnexion offertes à la société ORANGE CAMEROUN.
Saisie par ORANGE CAMEROUN, Madame le Ministre des Postes et Télécommunications convoquera les deux partenaires pour une réunion de conciliation à laquelle prenait également part Monsieur le Directeur Général de l’Agence de Régulation des Télécommunications (ART). Cette concertation n’aboutira malheureusement à aucun accord consensuel, bien qu’il ait été relevé que les prestations commandées et exécutées devaient faire l’objet de paiement en bonne et due forme.

Tout de même, le 07 octobre 2017, faisant suite aux hautes instructions de Madame le Ministre des Postes et Télécommunications, le service sera rétabli par CAMTEL au profit d’ORANGE CAMEROUN, à qui il sera demandé de procéder au paiement intégral de la somme due sous 03 jours.
Aussi, et sans que cela ne puisse se justifier, la société ORANGE CAMEROUN fera savoir à CAMTEL, par note N°DMC/DWBD/NCK/0020 du 10 octobre 2017, qu’elle a procédé au virement de la somme FCFA 700 000 000, au lieu de FCFA 1 640 711 753 attendus, au titre du paiement des redevances des services d’interconnexion fournis par CAMTEL.

Au 13 octobre 2017, n’ayant pas reçu la totalité des sommes dues, CAMTEL adressera une ultime mise en demeure à ORANGE CAMEROUN qui restera lettre morte. Et le 16 octobre 2017 CAMTEL procédera à une autre interruption du service à son partenaire ORANGE CAMEROUN.

Le 18 octobre 2017, dès notification par ORANGE CAMEROUN du paiement intégral de sa dette, CAMTEL rétablira ce même jour l’ensemble des services préalablement suspendus.

A cet effet, CAMTEL prend acte de l’instruction de Madame le Ministre des Postes et Télécommunications à l’Agence de Régulation des Télécommunications (ART) pour un audit du différend l’ayant opposé à ORANGE CAMEROUN. CAMTEL y apportera toute sa collaboration.
CAMTEL remercie le Gouvernement et notamment le Ministre des Postes et Télécommunications pour toutes les diligences ayant favorisé le dénouement rapide de cette crise dans l’intérêt des usagers.

Cependant, consciente des désagréments connus par les abonnés de son partenaire, CAMTEL partage les difficultés qu’ils ont subies, et tient à implorer l’indulgence des concernés.

Au demeurant, il convient de rappeler les lourds investissements consentis par l’Etat du Cameroun pour le développement des infrastructures permettant d’assurer une couverture autant bonne qu’équitable de toute la population en services de télécommunications, avec l’avantage du déploiement de tous les opérateurs à concession de notre pays. Ces importantes infrastructures doivent être rentabilisées en vue du remboursement des emprunts contractés pour leur construction. Et CAMTEL a la charge de cette délicate mission qu’il faut remplir avec honneur et volonté.

Aussi, voulons-nous redire l’entière disposition de l’opérateur historique des télécommunications au Cameroun, à assumer pleinement ses responsabilités, notamment celles qui conduisent à l’idéal de promotion d’une économie numérique dynamique, en assurant comme par le passé, une gestion saine et conforme des infrastructures présentes et à venir de ce secteur, avec l’accompagnement des institutions commises à cet effet par le Gouvernement de la République.

Par Éric Pela ONDOBO (Camtel)


A propos de CAMTEL :

Société à capitaux publics créée le 8 septembre 1998, CAMTEL œuvre au développement et à la modernisation des infrastructures de télécommunications au Cameroun.

L’entreprise exploite actuellement le réseau national en fibre optique (Backbone) et 3 points d’atterrissement de câbles sous-marins qui permettent d’offrir des services de transmission, d’Internet très-haut-débit et de téléphonie aux opérateurs télécoms, aux entreprises et aux particuliers.

CAMTEL construit actuellement le SAIL, le câble sous-marin qui reliera Kribi à Fortaleza au Brésil, sur 6000 km de linéaire dans l’océan Atlantique.

Cette infrastructure apportera des capacités supplémentaires pour le développement de l’économie numérique au Cameroun et dans la sous-région Afrique Centrale.
(é) Camtel
*Seul le titre est de la rédaction de TIC Mag.

L’article Cameroun – Camtel : “Pourquoi nous avons coupé la fibre optique chez Orange et comment nous l’avons restaurée” est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2zDlUQx
via IFTTT

jeudi 19 octobre 2017

Congo Brazza : Le gouvernement lance un appel à propositions pour l’élaboration de sa stratégie de développement numérique

(TIC Mag) – En République du Congo, le gouvernement souhaite accélérer l’implémentation d’une économie numérique. A cet effet, le ministère des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique a annoncé son intention de doter le pays d’une stratégie nationale de développement de l’économie numérique. Une stratégie pour laquelle il a lancé un appel à contributions en vue de son élaboration.

Selon le ministère congolais en charge de l’Economie numérique, cette stratégie sera assortie d’un plan d’actions pour la période 2017-2021. « Un appel à contributions publiques est lancé afin de recueillir les apports des professionnels, experts et consommateurs du secteur, dans leur diversité et richesse, d’idées, d’intérêts, de potentialités et de compétence. Toutes les contributions reçues seront compilées et rendues disponibles en ligne sur le site du ministère des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique. Les contributions pertinentes seront exploitées dans le cadre de la rédaction du document stratégique », précise le ministère.

Pour Léon Juste Ibombo, le ministre congolais des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, l’objectif est de faire du développement technologique et numérique un levier majeur pour la compétitivité des entreprises, l’attractivité du Congo en matière d’investissements directs et la diversification de l’économie dans un contexte de chute du prix du cours des matières premières.

Plus encore, contrairement aux autres pays qui ont choisi de confier ce travail à des cabinets internationaux, le Congo a fait confiance aux différentes expertises congolaises du pays et même de la diaspora. « C’est un appel lancé à tous les Congolais pour mettre en place un plan d’actions. Généralement, quand un cabinet est sélectionné pour faire ce genre de travail, il s’appuie sur des structures locales de l’écosystème pour recueillir leurs avis et cela coûte de l’argent au contribuable. Notre ambition c’est de faire en sorte que ce soit des Congolais eux-mêmes qui contribuent à l’élaboration de la stratégie de développement de l’économie numérique de notre pays. Cela va non seulement minimiser les coûts, mais va également permettre au maximum de Congolais de contribuer au développement de l’économie numérique », confie le ministre à TIC Mag.

Toutes les contributions reçues seront compilées et rendues publiques en ligne sur le site du Ministère des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique. Les contributions pertinentes seront exploitées dans le cadre de la rédaction du document stratégique. Ceux qui désirent participer à cette opération qui permettra de poser les bases d’un écosystème numérique vecteur de développement du Congo sont invités à déposer leurs contributions en cliquant ICI.

 

L’article Congo Brazza : Le gouvernement lance un appel à propositions pour l’élaboration de sa stratégie de développement numérique est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2guNT0f
via IFTTT

Cameroun : Le PAD se prépare à redorer sa communication digitale

EdTech, quand le numérique accompagne l’innovation pédagogique

L’école numérique ne se limite pas à la fourniture de tablettes à tous les élèves. De l’intelligence artificielle à la réalité virtuelle, le numérique favorise l’émergence de nouvelles méthodes d’enseignement comme la classe inversée ou l’apprentissage personnalisé. Un nombre croissant d’EdTech tentent de faire rimer technologies et pédagogie.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2x6U8KE
via IFTTT

Les freelances américains sont les mieux préparés au futur du travail

La main-d'oeuvre américaine est aujourd'hui composée, pour plus d'un tiers, de travailleurs indépendants. Cette population freelance est la plus au fait des progrès robotiques et de l'automatisation.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2imeyNi
via IFTTT

mercredi 18 octobre 2017

Cameroun : Orange cède et paie 1,6 milliards de FCFA à Camtel

(TIC Mag) – Le différend qui oppose depuis plusieurs jours la filiale camerounaise du français Orange vient de connaitre son aboutissement. Dans un communiqué rendu public le 18 octobre 2017, l’opérateur confirme avoir « procédé au règlement de la somme querellée afin d’obtenir le rétablissement sans délai des liaisons de transmission indûment suspendues ». Il s’agit en fait d’une facture de 1,6 milliards de F.CFA portant sur des ‘’capacités managées’’ en sécurisation, réclamé depuis juillet 2017 par Camtel.

Dans la foulée, Orange Cameroun continue de contester l’objet de cette facture : « Orange Cameroun précise que ce paiement n’équivaut en aucun cas à une reconnaissance de la validité de la facture susvisée dont elle maintient la remise en cause… Orange Cameroun entend initier toutes les actions pertinentes en vue de la préservation de ses droits et ceux de ses clients ». En d’autres termes, même si Orange a cédé en payant le montant querellé, l’opérateur entend porter l’affaire devant la justice camerounaise.

Pour rappel, il s’agit d’un long feuilleton qui a été porté sur la place publique le 6 octobre 2017 lorsque Camtel a unilatéralement coupé les liaisons de fibre optiques qui fournissent Orange Cameroun. L’opérateur français a ensuite porté l’affaire devant l’Agence de régulation des télécommunications. Dans une correspondance datée du 9 octobre 2017, le directeur général de l’ART ordonnait à la Camtel de rétablir la fourniture d’Orange Cameroun, lui rappelant au passage que la réglementation ne lui conférait pas le droit de suspendre ainsi un opérateur. Après s’être exécuté dans un premier temps, la Camtel finira par couper à nouveau la fourniture d’Orange Cameroun le 16 octobre 2017. Et finalement, la facture contestée a été réglée le 18 octobre 2017.

Par TIC Mag

Lire aussi :

Cameroun : Pour Orange, l’attitude de CAMTEL est illégale

Cameroun : Orange dément avoir des factures impayées chez Camtel qui menace à nouveau de tout couper

Cameroun : Pour Camtel, Orange a donné une information erronée sur l’interruption de son réseau Internet

Cameroun : Dans la crise Camtel/Orange, l’ART tranche en faveur des consommateurs en demandant le respect des textes en vigueur

L’article Cameroun : Orange cède et paie 1,6 milliards de FCFA à Camtel est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2kZB9QI
via IFTTT

Entrepreunariat : Le Fonds Afric’innov offre 450 000 euros aux jeunes porteurs de projets

(TIC Mag) – Le Fonds Afric’innov, financé par plusieurs institutions comme l’AFD annonce le lancement d’un fonds doté de 450 000 euros pour financer les jeunes entrepreneurs africains en début de parcours. D’après un communiqué publié à cet effet, « Ce fonds a pour ambition de fournir les financements nécessaires aux frais de début de parcours (frais de recherche et développement, prototypage, travail sur le business plan, conseil fiscal et juridique, etc.) que les banques commerciales considèrent trop risqués. Le fonds s’attache aussi à servir les petites structures trop éloignées des grands bailleurs privés ou publics ».

On apprend également du Fonds Afric’innov que le montant sera versé sous forme de prêt d’honneur directement au porteur du projet, et non à la startup : « Un prêt d’honneur est un prêt à taux zéro, accordé non pas à la start-up, mais à l’entrepreneur lui-même. Il est versé directement sur le compte courant du porteur de projet. C’est une condition contraignante, qui a pour but d’assurer le remboursement, étant donné qu’aucune garantie, caution, ni apport n’est demandé au porteur de projet. Cependant, pour la start-up, il sera non intrusif au capital, permettant un éventuel effet de levier auprès d’autres sources de financement ».

Le prêt sera adossé à des incubateurs africains partenaires (CTIC, CIPMEN, La Fabrique et Etrilabs). Et ce nouveau fonds prêtera aux entrepreneurs des sommes comprises entre 10 000 et 30 000 euros, remboursables en 24 mois, sans caution, sans intérêt, et sans intrusion au capital. Le fonds est actuellement doté par l’AFD à hauteur de 450 000 euros, et pourra à terme être abondé par d’autres partenaires. Les remboursements seront logés en zone UEMOA pour répondre aux besoins d’autres porteurs de projets. Le financement d’amorçage des entreprises incubées ou des projets (disposant au préalable d’une existence juridique) se fera sous la forme d’avances remboursables.

Les candidats intéressés peuvent obtenir plus de renseignements via le lien http://ift.tt/2kY8T0P

Par TIC Mag

L’article Entrepreunariat : Le Fonds Afric’innov offre 450 000 euros aux jeunes porteurs de projets est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2xPU1HU
via IFTTT

Cameroun : Pour Orange, l’attitude de CAMTEL est illégale

(TIC Mag) – La filiale du français Orange a publié un communiqué de presse au sujet de l’affaire qui l’oppose à la Cameroon Telecommunications (CAMTEL), l’opérateur historique du Cameroun, que TIC Mag vous propose l’intégralité.

Par TIC Mag

Lire aussi :

Cameroun : Orange dément avoir des factures impayées chez Camtel qui menace à nouveau de tout couper

Cameroun : Pour Camtel, Orange a donné une information erronée sur l’interruption de son réseau Internet

Cameroun : Dans la crise Camtel/Orange, l’ART tranche en faveur des consommateurs en demandant le respect des textes en vigueur

L’article Cameroun : Pour Orange, l’attitude de CAMTEL est illégale est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2ywtQ5W
via IFTTT

Le projet PDI2T lancé ce 17 octobre 2017 pour un meilleur accès des Béninois à l’Internet

(TIC Mag) – Le Projet de Développement des Infrastructures de Télécommunications et des TIC (PDI2T) du Bénin a été lancé ce 17 octobre 2017 à l’Hôtel Azalaï à Cotonou, par Rafiatou MONROU, la Ministre de l’Économie Numérique et de la Communication. Le lancement de ce projet implique la détermination prochaine de nouveaux tarifs proposés par Bénin télécoms et rendra la connexion plus accessible à tous, parce que les opérateurs et fournisseurs d’accès internet auront à baisser le coût de leurs services.

Cette cérémonie de lancement qu’a présidée Madame Rafiatou MONROU, Ministre de l’Économie Numérique et de la Communication était couplée avec l’officialisation du catalogue commercial 2017-2018 des offres d’interconnexion de Bénin Télécoms. Ce catalogue des offres d’interconnexion de Bénin Télécoms Infrastructures dévoilé au cours de cette cérémonie de lancement vise selon  le Directeur Général de Bénin Télécoms infrastructures, à mailler tout le territoire national en fibre optique afin d’interconnecter toutes les communes du Bénin.

Initié dans le cadre du Programme d’Actions du Gouvernement “Bénin Révélé”, le PDI2T est l’un des principaux projets structurants, à avoir atteint aujourd’hui, un taux de réalisation qui permet d’ouvrir aux opérateurs des télécommunications et aux Fournisseurs d’Accès Internet (FAI), des capacités inédites. Ce progrès leur permettra de développer de nouveaux services à des tarifs accessibles à tous sur toute l’étendue du territoire nationale.

En rappel, le PDI2T a déjà réussi en 12 mois :

  • la densification du réseau métropolitain du “Grand Nokoué” avec l’ajout de 196 km de fibre optique aux 22 km réhabilités et la mise à disposition de 34 points de mutualisation ;
  • le déploiement de 974 km de fibre optique en addition au réseau de 1060 km existant réhabilité, pour interconnecter 67 communes avec une capacité allant de 40 Go à 800 Go.

Les nouvelles dispositions tarifaires des offres, plus favorables à l’exercice des activités des sociétés prestataires en fourniture de services Internet et de solutions technologiques, exposées aux opérateurs par Monsieur Djalil ASSOUMA, Directeur Général de Bénin Télécoms, se présentent de la façon suivante:

  • 75% à plus de 90% sur les frais d’accès au réseau de capacités nationales ;
  • 73 à 76% sur l’exploitation du transit IP sur le backbone de BTI Cotonou et 90% sur les frais d’accès ;
  • 11 à 43% avec plus de 90% sur les frais d’accès aux câbles sous-marins SAT3 et ACE;
  • 25 à 30% sur la co-localisation en salles et sur pylônes et 15% sur l’énergie (conventionnelle, solaire ou groupe électrogène).

Pour finir, Monsieur Djalil ASSOUMA, Directeur Général de Bénin Télécoms, fait observer que, concernant le tarif des offres d’interconnexion de Bénin Télécoms, les frais d’accès aux capacités nationales et aux capacités sur câbles sous-marins ont connu un rabais de plus de 90%. Pour les frais d’hébergement de l’équipement, il y a eu 25 à 30% de réduction sur la co-localisation en salle et sur pylônes.

Par TIC Mag

L’article Le projet PDI2T lancé ce 17 octobre 2017 pour un meilleur accès des Béninois à l’Internet est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2x3ySW5
via IFTTT

Comment la révolution numérique se prépare au Bénin avec des start-ups et incubateurs

(TIC Mag) Au Bénin, on compte entre cinq et six cents développeurs, selon l’Association des développeurs du Bénin et des codeurs. Ils sont formés dès le plus jeune âge dans des lieux comme le Blolab, un laboratoire de fabrication numérique.

Là, des espaces de partage d’expériences ont été mis sur pied, les concours de création d’applications ont été décuplés, favorisant ainsi la stimulation de l’écosystème, nom donné à cet ensemble d’acteurs et de technologies. L’accès aux équipements a aussi été amélioré. Ainsi, les coûts d’ordinateurs portables, des smartphones en provenance du voisin nigérian ou de la Chine, et d’Internet ont considérablement baissé. Et en plus, de jeunes promoteurs autodidactes se sont intéressés aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, dès leurs naissances au Bénin.

Aussi, les « tenors » du domaine ont choisi de rester au pays, et bien d’autres sont revenus de l’étranger pour s’y installer. On peut citer entre autre Boris Padonou (photo), cofondateur de KhulaTech, incubateur de start-up ouvert l’année dernière et qui en a déjà mis deux entrepreneurs sur orbite, parmi lesquels une académie en ligne, primée par Facebook : « On pourrait tous partir à la Silicon Valley. Mais on veut donner vie aux belles idées qu’il y a ici pour développer le pays », dit-il ?

« Une grande idée n’est pas assez »

Il convient de mentionner aux rangs de cette révolution, la création de « EtriLabs ». C’est l’une des initiatives qui a dynamisé le numérique dans ce pays où 5 à 10 % des onze millions d’habitants ont accès à Internet, presqu’essentiellement mobiles. « Il y a cinq ans, on avait une vingtaine de start-up, actuellement c’est plus d’une centaine. Tout le monde est DG de quelque chose ! », fait remarquer Igor Koucoï, co-animateur du blog Benintech et expert en marketing digital.

En effet, des jeunes s’y rendent pour transformer leurs idées en applications et apprendre l’entrepreneuriat. C’est surement ce qui explique l’un de ces slogan, marqué sur les affiches, sur le mur de la salle : « Une grande idée n’est pas assez ». Mais ils partagent tous, l’optimisme de Boris Padonou : « La gestation est longue mais de bonnes choses sortiront de ce bouillonnement. »

Parmi eux, Armand Accrombessi et ses amis. Ils parachèvent « Akwewa », une plateforme lancée il y a quelques mois. « C’est pour mettre en relation des particuliers qui veulent transférer des fonds dans des directions opposées et éviter le coût des transferts internationaux », fait-il constater. Ils rêvent d’avoir la même réussite que les deux premières start-up nées là, qui emploient huit personnes.

Rappelons-nous, que c’est à la faveur de l’avènement du président Talon au pouvoir, qu’un accent a été mis sur ce secteur. Il a alors été ouvert, l’Agence du numérique, située juste à côté de la Présidence, avec à sa tête, Serge Adjovi, cadre informaticien. Il déclarait déjà ses aspirations en ces termes : « On veut s’établir comme puissance du numérique, être dans le top 3 africain et premier en Afrique de l’Ouest. »

C’est ainsi qu’il annonce 80 % de couverture, d’ici à la fin du mandat du président Talon en 2021 dont 40 % de fibre optique (avec Huawei), des investissements dans la formation, un accompagnement des start-ups.

 Par Bénin Révélé Mag

L’article Comment la révolution numérique se prépare au Bénin avec des start-ups et incubateurs est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2gOkUkL
via IFTTT

Le Fagem : un forum de l’innovation digitale au service de l’agro-industrie.

(TIC Mag)Le 31 octobre 2017 à Azalai hôtel de Cotonou, se tiendra le Forum Afrique grenier du monde (Fagem). Il est une initiative du Think Tank Afrique grenier du monde, en partenariat avec la CCIB (chambre de commerce et d’industrie du Bénin). Ce forum permettra d’échanger sur les bonnes pratiques en matière d’innovation digitale entre les décideurs de haut niveau, pour la promotion de l’agro-industrie au Bénin.

Au cours d’un point de presse donné le 16 octobre dernier, les initiateurs du forum ont appelé à une forte mobilisation autour de l’évènement. Perçu comme le carrefour de l’innovation agro-digitale africaine et au service d’une Afrique qui se nourrit et qui aspire à nourrir le monde, le Forum Afrique grenier du monde 2017, se présente comme un instrument de référence du secteur privé pour la transformation digitale de l’agro-industrie.

Le thème du Forum à savoir « l’innovation digitale au service de l’agro-industrie » laisse présager le but de cette activité qui est d’impulser une véritable dynamique favorable à l’investissement sur l’ensemble de la chaîne de valeur agricole. Ainsi, il s’agira à travers ce forum, de promouvoir l’agro-industrie avec des solutions digitales et renforcer les partenariats publics-privés pour l’adoption de mesures structurelles favorables à la transformation digitale des entreprises agro-industrielles.

« L’objectif sera aussi de promouvoir les mécanismes de financement innovants, y compris digitaux, comme instruments majeurs pour le défi agro-industriel face à la frilosité du secteur bancaire traditionnel qui ne répond qu’à 3% des besoins du secteur en terme de financement ; favoriser l’investissement agro-digital grâce à l’innovation, à la formation et à l’implication cruciale des femmes et des jeunes, échanger sur les bonnes pratiques entre décideurs de haut niveau », a signalé Charlotte Libog (photo), fondatrice du Think Tank Afrique grenier du monde.

Pour elle, la politique, la finance, le numérique, l’autonomisation des femmes et l’emploi des jeunes font partie des leviers majeurs à activer pour une réelle promotion de l’Agrobusiness. Quant à Yao Tossavi, secrétaire général de l’institution consulaire, il a regretté le fait que malgré ses potentialités agricoles, l’Afrique consacre encore presque 20 000 milliards de francs CFA à l’importation d’aliments par an.

Une charge qui empêche la stabilité macroéconomique et fiscale des pays africains. « Or, en réalité, l’Afrique n’a pas besoin de ces importations alimentaires, elle a tellement de potentialités agricoles, des terres disponibles. Elle détient même 65% des terres arables non exploitées du monde. C’est l’Afrique qui devrait nourrir le monde, pas l’inverse », assure-t-il. Un appel est donc lancé en vue d’une forte mobilisation des acteurs du secteur agricole autour du Fagem 2017.

Par TIC Mag

L’article Le Fagem : un forum de l’innovation digitale au service de l’agro-industrie. est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2xNyue9
via IFTTT

Le coeur sera-t-il le nouveau moyen d'identification ?

Visage, voix, empreinte digitale… plusieurs parties du corps permettent de nous identifier. Et si le coeur en faisait partie et améliorait la sécurité des données ?

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2zxA3yD
via IFTTT

Le coeur sera-t-il le nouveau moyen d'identification ?

Visage, voix, empreinte digitale… plusieurs parties du corps permettent de nous identifier. Et si le coeur en faisait partie et améliorait la sécurité des données ?

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2yqCTYI
via IFTTT

L’écosystème entrepreneurial péruvien est promis à un bel avenir

Lima a commencé à s’intéresser à sa scène start-up depuis quelques années seulement. Les premières initiatives témoignent d’un fort potentiel.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2gimo6c
via IFTTT

Immersive trip : le retail en Chine entre traditions et innovations

Du 26 au 28 novembre 2017, L'Atelier BNP Paribas Asia organise conjointement avec L'Echangeur by BNP Paribas Personal Finance un voyage d'immersion à Shanghai sur le thème du retail. Venez découvrir les tendances de demain en Chine !

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2kZzue6
via IFTTT

mardi 17 octobre 2017

Compétition : Le Prix de l’innovation pour l’Afrique 2018 lancé

(TIC Mag) – L’African Innovation Foundation annonce le lancement de l’édition 2018 du Prix de l’Innovation pour l’Afrique. Cette année, la compétition se déroulera sous le thème « Investir dans les écosystèmes d’innovation inclusifs ». Il s’agira de récompenser les 10 meilleurs innovateurs africains ayant des innovations remarquables qui répondent aux défis africains, avec un impact social, un potentiel commercial et capables d’être développées à plus grande échelle.

«Nous sommes ravis de lancer le PIA 2018 et sommes convaincus que cette édition sera encore plus grande et meilleure en termes de participation et de qualité des candidatures. Le PIA prend de plus en plus d’ampleur à chaque édition, attirant des innovateurs issus de toutes disciplines et avec des solutions exceptionnelles aux défis africains. Pour cette septième édition, nous espérons également élargir notre réseau de partenaires, d’innovateurs et autres acteurs de l’innovation pour construire tous ensemble des écosystèmes d’innovation plus solides et plus durables qui propulseront le continent vers l’avant », explique Pauline Mujawamariya Koelbl, Directrice du PIA.

Les candidatures au PIA 2018 sont reçues depuis le 10 octobre 2017 jusqu’au 10 janvier 2018 à 23h59 GMT. Selon le règlement de la compétition, les candidats seront évalués conformément aux thèmes du PIA qui visent à promouvoir l’innovation sociale et économique dans les cinq catégories : Industrie manufacturière et services ; Santé et Bien-être ; Agriculture et Agro-industrie ; Environnement, Energie et Eau,  et TIC.

D’après l’AIF, les gagnants du PIA 2018 seront annoncés lors d’une cérémonie annuelle en juillet 2018, dont la date et le lieu restent encore à définir. De manière générale, plusieurs Prix sont à pourvoir : Premier prix 100 000 US$ ; Deuxième prix 25 000 US$ ; Prix spécial pour l’impact social 25 000 US$ ; Un prix de reconnaissances pour chacun de 7 candidats PIA retenus 5 000 US$. Enfin, des incitations supplémentaires qui incluent les opportunités d’investissement, la formation et l’accès à un réseau dynamique d’outils d’innovation, un soutien continu des relations publiques, une couverture médiatique et l’invitation à rejoindre ZuaHub.

Les candidats intéressés peuvent obtenir plus de détails en consultant http://ift.tt/NGxa3M  et postuler au PIA 2018 via le lien http://ift.tt/2kVxqn3.

L’article Compétition : Le Prix de l’innovation pour l’Afrique 2018 lancé est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2xMFxIA
via IFTTT

Sénégal : WorldRemit et Wari s’associent pour étendre leur réseau de transfert d’argent à 50 pays

(TIC Mag) – Les Fintechs Wari et WorldRemit ont annoncé le 16 octobre 2017 la signature d’un contrat de partenariat dans le but d’étendre leur réseau de distribution. Cet accord permettra le lancement d’un nouveau service qui sera disponible dans les 27 000 points de service Wari au Sénégal, et qui offrira la possibilité aux clients WorldRemit de transférer de l’argent simplement, à partir de plus de 50 pays, vers le Sénégal, en utilisant l’application ou le site Web WorldRemit.

« Le partenariat avec Wari permettra à plus de 500 000 sénégalais à l’étranger d’envoyer de l’argent instantanément à partir de 50 pays, vers des milliers de points de services Wari. Nous voulons permettre à nos clients d’envoyer de l’argent rapidement, à tout moment et à moindre coût», explique dans le communiqué conjoint Catherine Wines, co-fondateur de WorldRemit. Dans la foulée, Kabirou Mbodje, fondateur et CEO de Wari ajoute que : « le digital apporte l’innovation nécessaire pour offrir des solutions globales permettant de simplifier les transactions du quotidien. Notre partenariat avec WorldRemit nous permet de faciliter les transactions pour tous et renforce notre réseau de distribution».

Notons qu’en juin 2017 déjà, WorldRemit a annoncé son intégration à Google Android Pay, suivi d’un partenariat avec la plateforme mobile money de Huawei. WorldRemit revendique désormais 750 000 transferts chaque mois, à partir de 50 pays et vers plus de 140 destinations. Pareillement, Wari Groupe revendique plus d’un million de transactions journalières, à travers son réseau de 500 000 points de services directs et partenaires, dans 60 pays.

Par TIC Mag

 

 

L’article Sénégal : WorldRemit et Wari s’associent pour étendre leur réseau de transfert d’argent à 50 pays est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2yuaTTi
via IFTTT

Sénégal : Avec l’opération #STOPFAKENEWS, la présidence va en guerre contre la désinformation sur les réseaux sociaux

(TIC Mag) – La présidence de la République du Sénégal a lancé depuis le 12 octobre 2017 son opération #STOPFAKENEWS. Il s’agit d’une campagne contre la désinformation sur les réseaux sociaux, dont l’objectif est d’offrir la possibilité aux internautes de distinguer la vraie information de celle fausse qui se trouve en ligne, et qui a un lien plus ou moins direct avec la présidence sénégalaise.

« ‘‘#STOPFAKENEWS’’ » arrive sur les réseaux sociaux pour apporter des réponses clés sur des sujets d’opinion nationaux et internationaux. ‘‘#STOPFAKENEWS’’ a pour objectif de déconstruire les fausses informations relatives à des sujets en lien avec la Présidence de la République qui suscitent des interrogations de la part des internautes », renseigne la présidence sénégalaise dans son communiqué, qui précise que les « fake news », ou fausses informations, constituent l’un des principaux fléaux à l’ère d’Internet et des réseaux sociaux.

De manière précise, la présidence sénégalaise va mettre à contribution les comptes Facebook et Twitter de Génération Sénégal pour donner la possibilité aux internautes de pouvoir se renseigner sur la véracité d’une ou de plusieurs informations. « La Présidence encourage quiconque aurait des doutes sur la véracité d’informations trouvées sur Internet relatives à la Présidence de la République à se manifester par l’intermédiaire du hashtag #STOPFAKENEWS », ajoute la présidence sénégalaise.

Par TIC Mag

L’article Sénégal : Avec l’opération #STOPFAKENEWS, la présidence va en guerre contre la désinformation sur les réseaux sociaux est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2ggcnqg
via IFTTT

Fibre optique : A Libreville, le consortium ACE examine ses budgets 2017 et 2018.

(TIC Mag) – Le sous-comité “Opération et Maintenance” du consortium Africa Coast to Europe (ACE) qui regroupe 33 participants issus de 18 pays est réuni à Libreville depuis le 16 octobre 2017 jusqu’au 20 octobre courant. Cette séance qui intervient au lendemain de la 17e réunion du sous-comité Assignment, Routing & Restauration sera essentiellement budgétaire, et tablera sur les budgets du consortium pour le compte des années 2017 et 2018.

«C’est l’occasion pour nous de travailler sur le budget d’exécution de 2017, de préparer celui de 2018 et de passer en revue les éléments qui ont été actés lors du dernier comité de direction, le Management Commitee. Il s’agit donc d’une réunion préparatoire au comité de gestion qui aura lieu en décembre prochain au Bénin», explique à nos confrères de Gabon Review le Béninois Gildas Martial Houessinon, vice-président du sous-comité.

D’après lui, «Le sous-comité O&M a la responsabilité de garder opérationnel ce qui a été mis en place par le câble ACE. C’est la structure qui, entre autres, gère la relation avec les fournisseurs impliqués dans l’exploitation de ce câble sous-marin, à l’instar de 2OCMA et Alcatel Sub-Marine avec lesquels nous nous entretiendront dans le cadre de ces travaux à Libreville.». Au terme des travaux, le sous-comité devra dresser un rapport sur l’utilisation des fonds mis à la disposition du consortium.

Par TIC Mag

L’article Fibre optique : A Libreville, le consortium ACE examine ses budgets 2017 et 2018. est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2ynspZZ
via IFTTT

L’usine islandaise qui absorbe plus de CO2 qu’elle n’en émet

La GreenTech serait-elle la clé pour réduire le réchauffement climatique ? En Islande, une usine montre l’exemple et devient négative en carbone.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2gokWms
via IFTTT

Comment New-York et Atlanta se préparent au véhicule autonome

À l’aune du véhicule autonome les Smart City américaines repensent leurs infrastructures de transport pour mieux servir les citoyens.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2zeA5uC
via IFTTT

lundi 16 octobre 2017

Cameroun : MTN revendique 1 million d’utilisateurs actif tous les mois sur son service mobile money

(TIC Mag) – MTN Cameroun annonce avoir franchi un cap significatif dans le l’expansion de son service mobile money, baptisé MTN Mobile Money. En effet, le 13 octobre 2017, l’opérateur a célébré l’atteinte d’une performance de un million d’utilisateurs actifs sur son service Mobile money par mois. De manière détaillée, cela veut dire que tous les mois, au moins un million d’utilisateurs ont recours à cette plateforme. De manière générale, le service revendique un portefeuille de 4,2 millions d’utilisateurs.

Ces chiffres de MTN Cameroun arrivent au moment où l’Agence de régulation des télécommunications fait état des transactions de 870 milliards de FCFA en 2016. Dans le même temps, le régulateur fait savoir qu’entre 2014 et 2016, la valeur des transactions effectuées par mobile money a enregistré une hausse de près de 670 milliards de F Cfa. La preuve que le service connait un véritable boom sur le marché camerounais. En plus des transferts d’argent, le service est également utilisé pour le règlement des factures d’électricité, d’eau ou de bouquet de chaines TV.

Par TIC Mag

L’article Cameroun : MTN revendique 1 million d’utilisateurs actif tous les mois sur son service mobile money est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2ymFYsM
via IFTTT

Cameroun : L’APME subventionne à 50% une offre technologique pour les PME/PMI

(TIC Mag) – La filiale camerounaise de l’opérateur sud-africain Mtn a annoncé le 12 octobre 2017 le lancement en partenariat avec l’Agence de Promotion des Petites et Moyennes Entreprises de l’offre MTN PME Pack et des Masterclass. Il s’agit d’une offre spécialement conçue pour les PME/PMI qui leur donne la possibilité de bénéficier des solutions mobiles (Voix, données Mobiles et SMS), des services d’hébergement (Nom de domaine, adresse email professionnelle, et construction d’un site web), des équipements mobiles et des services financiers mobiles.

Dans le cadre de ce partenariat, MTN apportera ses technologies et son savoir-faire à des milliers de Petites et Moyennes Entreprises opérant au Cameroun depuis 2012. En échange, et pour vulgariser la solution MTN Pme pack, l’Apme s’est engagée à subventionner l’offre à hauteur de 50%. D’après MTN, « les PME/PMI qui se doteront du MTN PME PACK bénéficieront de plusieurs avantages : Vendre plus et gagner de nouveaux marchés à travers de nouveaux outils de vente en ligne : création d’un site web et logiciel de gestion des contacts et d’emailing, gagner en visibilité, notoriété et en image de marque, renforcer leurs compétences dans les TIC, améliorer son espérance de vie grâce à la subvention d’au moins 70% offerte par l’APME ».

A côté de cette offre, MTN a également mis en place les Masterclass, qui sont un programme de renforcement des capacités visant à accompagner les PME/PMI locales dans leur transformation digitale. Les MTN Business Masterclass auront lieu à Douala, Yaoundé et Buea tout au long du dernier trimestre 2017.

Par TIC Mag

L’article Cameroun : L’APME subventionne à 50% une offre technologique pour les PME/PMI est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2x0zbRq
via IFTTT

Congo Brazza – Qualité de service : L’ARPCE félicite MTN et AIRTEL, met en demeure AZUR

(TIC Mag) – Après plusieurs sanctions liées à la qualité de leurs services, les filiales congolaises des opérateurs Airtel et Mtn ont reçu le 10 octobre 2017 les félicitations de directeur général de l’Agence de régulation des Postes et des Communications électroniques Yves Castanou (photo). D’après lui, les indicateurs de ces deux opérateurs sont au vert, et affichent une amélioration de la qualité du réseau. Ce qui entraine de fait une amélioration de la qualité du service.

D’après l’Arpce qui dit se baser sur les indicateurs de performance tels que la couverture, la qualité du son, la mobilité, l’accès au réseau ou le taux de réussite d’établissement des appels et le taux de réussite de bascule d’une technologie à une autre, les paramètres de Mtn et Airtel Congo sont en nette progression dans l’ensemble, même si des localités comme Kele et Impfondo restent encore moins bien servies.

Cette annonce vient fermer une longue période de remontrance, voire de sanctions pour les deux opérateurs. En avril 2014, Airtel Congo et MTN Congo avaient été sanctionnés d’une amende de plus de deux milliards de F Cfa pour mauvaise qualité de service, ce qui représentait 1% de leurs chiffres d’affaire. Quelques mois plus tard, en aout 2015, le régulateur avait décidé du retrait d’un an sur leur licence 2 et 3G d’une durée initiale de 15 ans, toujours pour les mêmes raisons.

Par contre, Yves Castanou n’exprime pas le même satisfecit vis-à-vis de l’opérateur Azur Congo. Selon les indicateurs en sa possession, le DG de l’Arpce révèle que la qualité du réseau d’Azur n’est pas au niveau du service attendu dans le cahier des charges. Il lui adresse par conséquent une mise en demeure, et lui donne jusqu’à la fin du mois de décembre 2017 pour arrimer la qualité de son réseau aux exigeantes en vigueur.

Par TIC Mag

L’article Congo Brazza – Qualité de service : L’ARPCE félicite MTN et AIRTEL, met en demeure AZUR est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2gJme8x
via IFTTT

Côte d’Ivoire: l’Association des consommateurs des services télécoms annonce une action judiciaire contre Orange, MTN et Moov

Adou Assemien (photo), le président du conseil d’administration de l’association des consommateurs de télécommunication de Côte d’Ivoire (ACOTEL-CI), annonce une action judiciaire contre les opérateurs Orange, MTN et Moov. Dans un entretien accordé au journal l’Intelligent d’Abidjan, il a révélé qu’un conseil juridique déjà constitué va poursuivre les opérateurs pour réclamer un dédommagement pour mauvaise qualité de service, reconnue le 22 septembre dernier par l’Autorité de régulation des télécommunications/Tic de Côte d’Ivoire (Artci) à travers l’amende globale de plus de 5 milliards FCfa, qu’elle leur a infligé.

Grâce au conseil juridique dont l’ACOTEL-CI s’est dotée, Adou Assemien souligne que « nous n’allons plus nous contenter de dénoncer, mais allons engager des actions juridiques pour permettre au secteur d’être bien régulé (…) Il est grand temps en Côte d’Ivoire de construire une société civile forte dans l’intérêt des consommateurs. Aucun secteur des télécommunications ne va nous échapper. Présentement nous travaillons pour une réorganisation du mobile money. Il faut revoir le système de régulation actuelle ».

Pour le président du conseil d’administration de l’ACOTEL-CI, l’association mènera « cette affaire jusqu’au bout pour que les consommateurs soient dédommagés pour une fois au moins dans l’histoire de la Côte d’Ivoire. Nous donnons de l’argent à ces grands groupes, mais ils nous traitent avec mépris pour les services qu’ils nous offrent ». Il a ajouté que les consommateurs doivent désormais avoir le réflexe de prendre attache avec l’association « toutes les fois qu’ils seront victimes d’un abus, (…) Nous analyserons le dossier, et ensuite, nous allons instruire notre conseil juridique pour mener les actions juridiques ».

TIC Mag avec l’Agence Ecofin

L’article Côte d’Ivoire: l’Association des consommateurs des services télécoms annonce une action judiciaire contre Orange, MTN et Moov est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2yN5E2y
via IFTTT

Les plateformes de logement ciblent le marché des millennials

Facile, rapide, abordable : des start-up du logement rencontrées au TechCrunch Disrupt proposent un service adapté aux besoins des millennials.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2yoPNUF
via IFTTT

Les plateformes de logement ciblent les besoins des millennials

Facile, rapide, abordable : des start-up du logement rencontrées au TechCrunch Disrupt proposent un service adapté aux besoins des millennials.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2hIPEU6
via IFTTT

Bientôt les bâtiments à énergie positive deviendront la norme

A l’horizon 2020, les bâtiments à énergie positive deviendront la norme. L’expérience accumulée en matière d’architecture bioclimatique, de systèmes d’isolation performants, d’exploitation des énergies renouvelables et de domotique a rendu possible l’émergence de ces structures qui produisent plus d’énergie qu’elles n’en consomment.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2ieZhxU
via IFTTT

samedi 14 octobre 2017

Toute la liste des forfaits Internet mobile d'Orange Côte d'Ivoire


Connaissez-vous le détails des forfaits data d'Orange Côte d'Ivoire? Un rappel est toujours nécessaire, surtout lorsque l'on sait que chaque semaine, ledit opérateur mobile propose en moyenne 3 bonus de rechargement Internet de

vendredi 13 octobre 2017

Congo Brazza : Pour Léon Juste Ibombo, la qualité de service n’est pas une option

(TIC Mag) – Le ministre des Postes, Télécommunications et de l’Economie numérique du Congo, Léon Juste Ibombo, a tenu une réunion d’évaluation de la qualité de service offerte par les opérateurs de téléphonie mobile du Congo. Ils avaient un délai de deux mois pour améliorer leur qualité de service après la rencontre de septembre 2017

« Il convient de reconnaître quelques efforts que vous fournissez pour l’amélioration de vos services. Cependant, il n’en demeure pas moins vrai, que plusieurs plaintes sont remontées au niveau du gouvernement de la part des consommateurs concernant les services que vous offrez aux populations », a déclaré Léon Juste Ibombo.

Le ministre a par ailleurs précisé que « la qualité de service n’est pas une option, mais une obligation ».

Les DG des opérateurs Aitel, MTN et Azur présents à cette rencontre ont fait part de leurs efforts pour une qualité optimale de leur service. Pour eux, des efforts sont réalisés en permanence, mais le challenge de l’énergie électrique doit être relevé. D’après Gérard Lokossou d’Airtel Congo par exemple, les problèmes enregistrés dans la distribution et la disponibilité du carburant sont des freins et obstacles qui pourraient perturber le réseau.

Par TIC Mag

 

 

L’article Congo Brazza : Pour Léon Juste Ibombo, la qualité de service n’est pas une option est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2z6I907
via IFTTT

Un partenariat sur le numérique lie désormais le Cameroun au Maroc

Le Camerounais Pierre-François Kamanou (photo), président du réseau des professionnels des TIC, télécoms et du numérique du Cameroun (Reptic), vient de signer un accord de collaboration dans le numérique avec la Fédération marocaine des technologies de l’information, des télécommunications et de l’offshoring (Apebi), et l’Association des utilisateurs des systèmes d’information au Maroc (Ausim), apprend-on de bonnes sources. C’était en marge du Salon international Africa IT Exposition, qui s’est  déroulé du  27 au 29 septembre 2017 à Casablanca, au Maroc.

Cette convention de partenariat, qui implique également le Nigeria, le Sénégal et la Côte d’Ivoire, apprend-on, s’articule autour des axes tels que l’échange d’informations, la formation, l’échange d’expertise, l’organisation de salons sectoriels, la planification et la vulgarisation de bonnes pratiques, ainsi que le lobbying.

Organisée par la Fédération marocaine de l’information et de la technologie, sous le thème «l’innovation numérique au service des organisations», le Salon international Africa IT Exposition était à sa 2ème édition cette année, et avait pour invités spéciaux le Cameroun et le Nigeria.

Par BRM pour Investir Au Cameroun

L’article Un partenariat sur le numérique lie désormais le Cameroun au Maroc est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2z60ieQ
via IFTTT

Tchad : Le ministre des télécoms, Mahamat Allahou Taher donne des nouvelles du Centre africain des TIC promis en 2014 par le président Deby

Mahamat Allahou Taher (photo), le ministre tchadien des postes et des nouvelles technologies de l’information, a donné des nouvelles du Centre africain des technologies de l’information et de la communication (CATI). Promis en 2014 par le président de la République, Idriss Deby, lors du premier salon  International  des  TIC (SITIC) tenu à N’Djamena du 9 au 12 septembre 2014, le patron du secteur télécoms tchadien a déclaré que la mise  en oeuvre de ce projet est actuellement entre les mains de la Commission   de   l’Union   Africaine   (UA) et   les   experts   tchadiens. Il a indiqué que la contribution des autres pays à la réalisation de ce projet est la bienvenue.

Mahamat Allahou Taher s’exprimait sur le CATI le 9 octobre 2017, lors de la plénière de haut niveau qui avait pour cadre la Conférence mondiale de développement des télécommunications (CMDT-17) qui se tient à Buenos Aires, en Argentine jusqu’au 20 octobre 2017.

Idriss Deby avait présenté le CATI comme un important projet « dédié  aux africains,  en  vue  de promouvoir l’invention,  l’innovation  et  la  production  dans  le  domaine  des  TIC  et  de l’audiovisuel ». Il renfermerait un « mégaprojet panafricain de radio et télévision  numérique terrestre,  conçu  par  et  pour  les  Africains » qui constituera « la  part  active  du Tchad  dans  la  mise  en  œuvre  d’un  des  programmes  du NEPAD, qui privilégie la production d’informations de sources crédibles, vérifiables et  vérifiées,  soutenues par des  images  réelles  et  positives  d’une Afrique qui bouge et qui se développe ».

TIC Mag avec l’Agence Ecofin

 

L’article Tchad : Le ministre des télécoms, Mahamat Allahou Taher donne des nouvelles du Centre africain des TIC promis en 2014 par le président Deby est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2z64xqz
via IFTTT

Le Ghana devrait ratifier la convention sur la cybercriminalité d’ici la fin de l’année

Albert Antwi-Boasiko (photo), le conseiller national à la Cybersécurité auprès du ministère des communications de la République du Ghana, a révélé à la presse que le pays devrait ratifier la convention sur la cybercriminalité, plus connue sous le nom de convention de Budapest, d’ici la fin de l’année.

Au cours d’une rencontre avec les journalistes, le 12 octobre 2017, le haut responsable a expliqué que cet instrument juridique permettra au pays d’améliorer son arsenal de lutte contre les actes criminels perpétrés à l’aide des TIC.

Actuellement, le document qui a déjà été présenté au conseil des ministres, n’attend plus que son approbation pour être ratifié par le parlement. La convention de Budapest est présentée comme le premier traité international sur les crimes commis via Internet et d’autres réseaux informatiques. Son principal objectif, poursuivre une politique criminelle commune pour protéger la société contre la cybercriminalité, en adoptant notamment une législation qui encourage la coopération internationale.

A travers la ratification de la convention de Budapest, le Ghana va renforcer ses capacités internationales dans la lutte contre la cybercriminalité. Le pays bénéficie déjà de l’appui des Etas-Unis avec qui il a signé un partenariat dans ce domaine, en avril dernier.

TIC Mag avec l’Agence Ecofin

L’article Le Ghana devrait ratifier la convention sur la cybercriminalité d’ici la fin de l’année est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2ymzLfX
via IFTTT

Maroc Telecom vante son caractère dynamique à travers Teddy Riner comme nouvel ambassadeur

Le groupe Maroc Telecom s’est offert les services de Teddy Riner comme nouvel ambassadeur de la marque à travers le continent. C’est  un communiqué publié le 13 octobre 2017 par la société télécoms qui révèle l’information. Le partenariat liant Teddy Riner et Maroc Telecom a été signé entre le judoka français, double champion olympique et 9 fois champion du monde et Abdeslam Ahizoune, le président du directoire du groupe télécoms.

En surfant surtout sur le succès de Teddy Riner, Maroc Telecom place le groupe au centre d’une stratégie de performance dans les dix marchés africains où il est présent ; performance, qui s’est traduite au premier semestre 2017 par une forte croissance du chiffre d’affaires dans ses nouvelles filiales du Bénin, de Côte d’Ivoire, du Gabon, du Niger, de République centrafricaine et du Togo, acquises d’Etisalat. Ce dynamisme est porté par la densification du réseau et sa mise à niveau.

D‘après Maroc Telecom, «la rencontre entre le Groupe Maroc Telecom et Teddy Riner symbolise l’énergie de tout un continent  en vue d’un avenir prometteur, avec un rêve commun : celui d’offrir la possibilité à chaque africain de réaliser ses projets, d’apprendre, de se comprendre et d’entreprendre ».

TIC Mag avec l’Agence ECOFIN

 

L’article Maroc Telecom vante son caractère dynamique à travers Teddy Riner comme nouvel ambassadeur est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2gi64Gq
via IFTTT

Une start-up FoodTech fait rimer business et RSE pour faire recette

Créée en 2015 par Véronique Bergeot, Sylvain Eche ainsi que le Chef Eric Fontanini, la start-up de livraison de repas a pour ADN la gastronomie non sacrifiée, la logistique, mais surtout la responsabilité sociale et environnementale.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2yejA4J
via IFTTT

Le chilien Cumplo révolutionne l’accès au crédit des PME

Cumplo met en relation des créanciers avec des PME à la recherche d’un crédit. Ce leader du crowdlending en Amérique latine simplifie et accélère l’accès au crédit des petites et moyennes entreprises.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2yluSDM
via IFTTT

jeudi 12 octobre 2017

Cameroun : Dans la crise Camtel/Orange, l’ART tranche en faveur des consommateurs en demandant le respect des textes en vigueur

(TIC Mag) – Le conflit qui oppose ouvertement l’opérateur historique des télécommunications du Cameroun la Camtel à la filiale locale du français Orange au sujet d’une ardoise querellée d’environ 1,6 milliards de F Cfa a connu un nouveau rebondissement le 09 octobre 2017. Alors que Camtel menaçait à nouveau de suspendre la fourniture des services de Orange Cameroun, le directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications (ART) s’interpose et ordonne à Camtel de rétablir « sans délai » les liaisons de fibre optique de Orange Cameroun.

C’est dans une lettre circulant sur les réseaux sociaux que l’on apprend cette ordonnance. TIC Mag s’est rapproché de l’ART pour confirmation de l’authenticité de lettre dont la signature n’est pas assez claire. Les responsables de l’ART contactés confirment l’authenticité du document.

Dans cette correspondance datée du 9 octobre 2017 et adressée au directeur général de la Camtel, Philémon Zoo Zame dit avoir été informé par Orange Cameroun de la coupure unilatérale le 6 octobre 2017 par Camtel de « l’ensemble des liaisons fibre optique » que la filiale française loue à Camtel sur les lignes Douala – Yaoundé, Yaoundé – Bafoussam, Yaoundé – Sud du pays, et Yaoundé – Nord du pays.

Pour un rétablissement sans délai

Dans la foulée, le directeur général de l’ART reproche au directeur général de la Camtel d’être passé outre les dispositions réglementaires « interdisant à tout opérateur de suspendre partiellement ou totalement l’interconnexion ou l’accès sans décision préalable de l’Agence ».

Par conséquent, le directeur général de l’ART demande à la Camtel « de rétablir sans délai l’ensemble des liaisons coupées » et de rendre compte de l’effectivité de l’application de cette ordonnance.

Cette sortie vient mettre une petite pause à la guerre ouverte que se livraient Camtel et Orange. Le premier, accusant le second de n’avoir pas honoré le paiement d’une ardoise de 1,6 milliards de F.Cfa et menaçant de suspendre unilatéralement les liaisons de fibre optique louée par Orange Cameroun.

Une menace mise à exécution le 6 octobre 2017. A la suite des discussions entre les deux partenaires, le service a été rétablit le 7 octobre. On apprendra de Camtel que ce rétablissement a été fait en échange d’une promesse de règlement de cette facture par Orange le 10 octobre 2017. Date à laquelle Camtel menaçait de couper à nouveau les liaisons si l’échéance n’était pas honorée.

De son côté, Orange Cameroun a toujours officiellement démenti l’existence de cette dette. Aussi, l’opérateur avait justifié la suspension de ses services le 6 octobre 2017 par des problèmes d’ordre techniques sur la fibre optique. Ce qu’a réfuté Camtel qui considérait cette explication comme un pur mensonge.

Les raisons de l’intervention de l’ART

De sources proches de la direction générale de l’ART, en demandant à Camtel le rétablissement de l’interconnexion de la fibre optique, le régulateur se souciait davantage des consommateurs.

Car ce sont des millions d’abonnés d’Orange qui ont été privés de l’Internet. Allant en contradiction avec la volonté du président de la République, Paul Biya, de développer le secteur du numérique, explique-t-on.

En plus de la privation de l’Internet à ces abonnés, Camtel n’a pas épuisé toutes les voies de recours avant de mettre en application sa menace. En effet, l’article 58, alinéa 3, du décret n ° 2012/1640 /Pm du 14 juin 2012 fixant les conditions d’interconnexion, d’accès aux communications électroniques ouvertes au grand public et de partage des infrastructures, « il est interdit à tout opérateur de suspendre, partiellement ou totalement, l’interconnexion ou l’accès sans décision préalable de l’agence ».

Cet article 58 précise que c’est l’ART qui peut, si cela est nécessaire, prononcer la suspension de l’interconnexion et de l’accès à un opérateur et l’en informe plus tard tout en fixant les conditions de son rétablissement.

D’après ces textes, un opérateur peut également suspendre l’interconnexion, mais dans les conditions particulières. Notamment, en cas de danger grave portant atteinte au fonctionnement de son réseau, notamment une surtension, un trafic perturbateur ou un virus. Après cette interruption, l’opérateur ayant suspendu le réseau ou l’interconnexion doit en informer le régulateur par tout moyen laissant trace écrite dans un délai de 24h.

Au regard de tout cela, l’ART en tant que gendarme veillant au respect des textes a tout simplement invité Camtel de suivre les dispositions légales en rétablissant l’interconnexion avec Orange et par ricochet en permettant aux abonnés d’Orange à se connecter sur la grande toile.

L’article Cameroun : Dans la crise Camtel/Orange, l’ART tranche en faveur des consommateurs en demandant le respect des textes en vigueur est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2i5wtaN
via IFTTT

Télécoms : Christian de Faria démissionne d’Airtel Bharti

(TIC Mag) – Le groupe de télécommunications indien Bharti Airtel va devoir se chercher un nouveau directeur exécutif chargé de l’Afrique. Le français Christian de Faria qui occupe actuellement le poste a annoncé sa démission le 10 octobre 2017. Une démission qui va cependant prendre effet à la fin du mois d’octobre 2017.

Cette démission intervient dans un contexte difficile pour le groupe dont la filiale congolaise a écopé de plusieurs lourdes condamnations. En avril 2014, Airtel Congo et MTN Congo avaient été sanctionnés d’une amende de plus de deux milliards de F Cfa pour mauvaise qualité de service, ce qui représentait 1% de leurs chiffres d’affaire. Quelques mois plus tard, en aout 2015, le régulateur avait décidé du retrait d’un an sur leur licence 2 et 3G d’une durée initiale de 15 ans, toujours pour les mêmes raisons. Cependant, la plus significative de tous ces revers a été la condamnation de Bharti Airtel à verser 5,4 milliards de F Cfa à l’homme d’affaire congolais Daniel Mbere dans le litige lié à l’acquisition par Airtel de Warid Congo.

L’article Télécoms : Christian de Faria démissionne d’Airtel Bharti est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2g5bReQ
via IFTTT

L’ivoirienne Raissa Banhoro remporte le RFI Challenge App Afrique 2017

(TIC Mag) – La compétition d’innovation RFI Challenge App Afrique organisée par le média éponyme a livré le 11 octobre 2017 à Abidjan le nom de la gagnante de cette deuxième édition. Il s’agit de l’ivoirienne Raissa Banhoro, qui a été récompensée pour son application baptisée Lucie (Leçon unique conçue pour l’innovation dans l’enseignement).

Il s’agit d’après Rfi d’une application qui offre à travers une technique d’alphabétisation qui s’adapte au profil des utilisatrices et à leurs besoins, plusieurs modules de cours avec assistance vocale visant à donner aux apprenantes les rudiments d’une alphabétisation réussie.

En remportant ce Prix, la jeune ivoirienne emporte une bourse de 15 000 euros (9,6 millions de F Cfa) destinée au développement de son service numérique, et notamment en mobilité, à travers l’Afrique francophone.

L’article L’ivoirienne Raissa Banhoro remporte le RFI Challenge App Afrique 2017 est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2z2pXFb
via IFTTT

Innovation : Le MEAE lance le Prix Numérique et Transparence 2017

(TIC Mag) – Le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères (MEAE), Transparency International, l’Agence française de coopération medias et Liberté Living-lab ont annoncé le lancement depuis le 11 septembre 2017 du « Prix Numérique et Transparence ». Un Prix qui « vise à valoriser les initiatives innovantes issues de pays en développement qui ont pour but de renforcer la redevabilité des institutions au moyen d’outils numériques », mais également à mettre en lumière les initiatives numériques existantes en matière de lutte contre la corruption.

La compétition sera répartie en trois principales catégories. En premier, la catégorie « Ouverture des données pour la transparence de l’action publique ». Elle est composée des projets encourageant l’open data, notamment l’effort que font les institutions, principalement gouvernementales, pour partager les données dont elles disposent. Pour une meilleure efficacité, ce partage doit être gratuit, dans des formats ouverts, et permettre la réutilisation des données. La seconde catégorie concerne le « Contrôle citoyen pour la bonne gouvernance », et regroupe les projets permettant et encourageant une culture citoyenne anti-corruption. C’est-à-dire, des projets aidant des groupes et individus à demander redevabilité, transparence et bonne gouvernance des acteurs publics et privés, et ce de manière soutenue et systématique. Enfin, la troisième catégorie est « Outil de prévention et de lutte contre la corruption », qui sera réservée aux Outils et technologies numériques permettant de courber les phénomènes de corruption sous toutes ses formes dans les sphères publique et privée.

Notons que les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 20 octobre 2017. Les études et les pré-sélections par le jury débuteront le 27 novembre, et le 8 décembre 2017, ce sera la remise des prix en France lors d’une cérémonie au cours de laquelle les trois projets jugés les plus innovants par le jury seront récompensés par un prix de 10 000 euros (environ 6,5 millions de F Cfa) pour chaque catégorie. En complément, l’incubateur français de civic tech, le Liberté Living-Lab, proposera à un ou plusieurs des projets candidats une résidence gratuite de 3 mois dans ses locaux à Paris.

L’article Innovation : Le MEAE lance le Prix Numérique et Transparence 2017 est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2z0RB5i
via IFTTT

Congo : L’ARPCE interdit la vente ambulante des cartes Sim dès le 1er janvier 2018

(TIC Mag) – A partir du 1er janvier 2018, il sera strictement interdit de vendre des cartes Sim des différents opérateurs télécoms au Congo. La décision a été notifiée le 10 octobre 2017 aux différents opérateurs par le directeur général de l’Agence de régulation des postes et des communications électroniques (Arpce), Yves Castanou (photo): « Nous interdisons la vente ambulante des cartes Sim et non des cartes de recharges. Je ne pense pas que ce soit là un motif qui réduirait les marges de ce business. Les opérateurs veulent que les abonnés soient identifiés ». Dans la foulée, il donne trois mois à ceux-ci pour prendre des mesures visant à mettre fin à la vente de leurs cartes SIMS par les commerçants ambulants.

Pour le régulateur, cette décision se justifie par le souci de mettre davantage de l’ordre dans ce secteur, et de maitriser l’identité de tous les utilisateurs pour des questions de sécurité. Il évoque également pour déplorer le fait que plusieurs abonnés détiennent de multiples cartes Sim avec la même identité. Et dans certains cas, Yves Castanou dénonce le fait que certains opérateurs pré activent des cartes Sim, ce qui donne la possibilité à des tiers d’utiliser une carte Sim pendant souvent un mois sans aucune identification.

Ainsi donc, Airtel, MTN et Azur ont trois mois pour prendre des mesures strictes pour qu’à partir du 1er janvier 2018, aucune de leurs cartes Sim ne soient encore vendue de manière ambulante. Désormais, toutes les opérations d’identification devront se faire dans les locaux des différents opérateurs, qui devront également arrêter sous peine de sanctions la pré activation des cartes Sim.

L’article Congo : L’ARPCE interdit la vente ambulante des cartes Sim dès le 1er janvier 2018 est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2g5dqtb
via IFTTT

Cameroun : MTN lance son offre « YaMo » en direction des moins de 35 ans

(TIC Mag) – La filiale camerounaise de l’opérateur sud-africain des télécommunications a lancé le 6 octobre 2017 sa nouvelle offre baptisée « MTN YaMo ». Une offre orientée vers les plus jeunes, avec des tarifs « préférentiels », notamment en termes de tarifs d’appels, SMS et data, de promotions et de bonus.

« Avec MTN YaMo, les jeunes bénéficieront d’appels à moindre coût (50F/5mn), de SMS illimités (20F), d’appels illimités la nuit à 99F, d’un numéro magique gratuit par mois, d’un forfait data à petit prix (50F/50Mo) et de réductions sur leurs achats via Mobile Money. Un programme de promotions disponibles uniquement pour les membres de cette communauté leur permet d’appeler, d’envoyer des SMS et de profiter d’importants volumes internet tous les samedis. Grâce à MTN YaMo, leur consommation leur permettra d’accumuler des points échangeables contre des bonus SMS ou internet, des tee-shirts MTN YaMo, des casques Bluetooth, des tickets de concerts, des Smartphones et bien d’autres lots », renseigne l’opérateur dans un communiqué.

On apprend également de MTN que sa nouvelle offre permettra aux jeunes de bénéficier chaque mois de bonus WhatsApp et sms. La souscription se fait en composant le code *220#. Toutefois MTN réserve son offre uniquement à ses abonnés de moins de 35 ans, suivant l’identification faite par l’abonné.

L’article Cameroun : MTN lance son offre « YaMo » en direction des moins de 35 ans est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2gyleUL
via IFTTT

Datadome : de chasseur de bots à chasseur d'opportunités business

Datadome protège les contenus en ligne des attaques de bots et transforme ces menaces en opportunités business en gérant les premières API connectant les éditeurs de contenus avec les acteurs du Big Data. Entretien avec son co-fondateur et directeur général, Fabien Grenier.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2kInM7l
via IFTTT

Quand le passage piéton devient intelligent

L’initiative “Smart Crossing” testée à Londres modernise le passage piéton et améliore la sécurité de ces derniers.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2xANOuj
via IFTTT

De chasseurs de bots à chasseurs d'opportunités business

Datadome protège les contenus en ligne des attaques de bots et transforme ces menaces en opportunités business en gérant les premières API connectant les éditeurs de contenus avec les acteurs du Big Data. Entretien avec son co-fondateur et directeur général, Fabien Grenier.

(source: atelier.bnpparibas)

from L'Atelier BNP Paribas http://ift.tt/2zibFkv
via IFTTT

mercredi 11 octobre 2017

Yasser ElKady, le ministre égyptien des télécoms, discute investissements dans le marché TIC local à Dubai

Le ministre égyptien des technologies de l’Information et de la communication, Yasser ElKady (photo), a discuté investissements avec plusieurs entreprises internationales spécialisées dans les solutions technologiques avancées, l’Intelligence Artificielle (IA) et les services informatiques. Il prend actuellement part au Gulf Information Technology Exhibition (GITEX) 2017, le salon annuel d’informatique et d’électronique grand public, qui se tient à Dubai, aux Emirats Arabes Unis, du 8 au 12 octobre 2017.

Au cours du premier jour de la rencontre international, Yasser ElKady a échangé avec le président directeur général du groupe 6G Digital. Ce dernier lui a présenté le plan d’affaires de la société, qui vise à fournir des solutions technologiques de pointe pour des services gouvernementaux intégrés, contribuant à améliorer la qualité des services fournis aux citoyens et à les intégrer dans le système électronique. Le patron de 6G Digital a également vanté au ministre l’expertise technique et les innovations du groupe dans le domaine des solutions d’IA qui ont soutenu la transformation numérique et la croissance économique de nombreux gouvernements de la région du Golf.

Le ministre ElKady a également rencontré un certain nombre de responsables de Sutherland Global Services, la société internationale américaine spécialisée dans la transformation de processus par le numérique. Ils ont discuté des projets d’expansion des activités de la société en Égypte et même de l’augmentation du nombre de ses employés dans le pays.

TIC Mag avec l’Agence Ecofin

L’article Yasser ElKady, le ministre égyptien des télécoms, discute investissements dans le marché TIC local à Dubai est apparu en premier sur TIC Mag.



from TIC Mag http://ift.tt/2hBPJJf
via IFTTT