jeudi 18 février 2016

La TNT en Côte d’Ivoire : 1000 foyers choisis pour le bêta-test

Un écran de téléviseur affichant l'interface TNT


La Côte d’Ivoire est l’un des premiers pays d’Afrique de l’Ouest à se lancer dans la migration vers le numérique. Annoncée depuis quelques années, la Télévision Numérique Terrestre est enfin une réalité.

Conformément aux termes de l’accord passé avec l’Union Internationale de Télécommunication (UIT), la migration vers le numérique a eu lieu le 25 Juin 2015. Le passage de l’analogie au  numérique en Côte d’Ivoire se fera en deux phases. La première phase, la plus importante, est le projet pilote qui ne prend en compte que la ville
d’Abidjan et ses banlieues. Cette phase consiste à désigner 1000 foyers pour des tests pratiques ou test témoins.
Les 1000 “bêta testeurs” sont composés de citoyens lambda et de personnes d’influence dont certains blogueurs issus de l’Association des Blogueurs de Côte d’Ivoire (ABCI). Ces derniers ont reçu des kits TNT constitués de décodeurs et d’antenne qui sont installés chez eux gratuitement. Selon le chargé des kits au service technique de la Commission nationale de migration, « les kits distribués aux ménages sont adaptables à tout type de télévision. Tant mieux si certains ont des postes répondant déjà aux normes de la TNT ».
En outre, « 200 bêta testeurs sur les 1000 seront sélectionnées pour un focus groupe sur des résultats d’enquête qui permettront de mieux appréhender le projet national », a précisé Madame Josiane Monteiro, chef du service communication de la CNM-TNT, lors d’une interview accordée à Jovago, promoteur de la destination Côte d’Ivoire. Selon elle, l’Etat ivoirien envisage le projet national de façon différente. Il est actionnaire minoritaire à environ 38%, laissant ainsi la latitude à la société privée de diffusion, qui aura répondu aux critères de l’appel d’offre en cours, de devenir l’actionnaire majoritaire. Selon le schéma directeur de la CNM-TNT, plusieurs facteurs clés contribueront au succès de cette migration. Ce sont, entre autres, la mise en place d’une Société de diffusion opérationnelle capable de financer et de prendre en charge le réseau TNT ; l’approvisionnement du marché en récepteurs TNT ; un programme adapté d’accompagnement des ménages ; la restructuration et la réorganisation de la RTI (Radiodiffusion télévision nationale, confrontée à de nouveaux défis) ; la capitalisation de la richesse du tissu économique et culturel national, ce dans un objectif final de 95% de couverture TNT sur tout le territoire national.

Cette révolution technologique apporte plus d’un avantage à la population ivoirienne. Elle permettra aux citoyens de regarder la télévision autrement en termes de qualité du son et de l’image. La TNT ne vient certes pas bouleverser totalement les habitudes des Ivoiriens, mais elle leur apportera de nouvelles expériences telles que le système VOD (Vidéo à la demande). De plus, c’est un ensemble de multiplexes qui permettra la réception de plusieurs programmes télé dans les ménages. Et tout naturellement, cette technologie allant de pair avec la libéralisation de l’espace audiovisuel, les ivoiriens auront alors un choix plus étoffé de chaînes de télévisions à regarder.

Des dates importantes sont à retenir dans la mise en œuvre de la TNT en Côte d’Ivoire. En Décembre 2016 débutera la phase d’extinction de la télévision analogique. Cette phase s’achèvera totalement en Juillet 2018 après les phases d’ajustement en fin 2017.
Le gouvernement ivoirien entend faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020. Et réussir la migration numérique cadre avec cette volonté d’émergence. Plusieurs défis se présentent alors pour une parfaite transition. En les relevant tous, le pays confortera davantage sa position de leader en Afrique noire francophone.


Réactions :