lundi 22 février 2016

[Etude Deloitte TMT] En 2016, 26 % des détenteurs de smartphones en Afrique ne passeront aucun appel vocal

Comme chaque début d'année, nous avons eu droit à la traditionnel étude du cabinet d'audit et de conseil Deloitte sur les perspectives des Technologies, Médias et Télécommunications (TMT) en 2016 dans le monde. Le point que je trouve plutôt ''relevant" est le fait que Deloitte Afrique francophone ait extrait un focus axé sur les principales tendances dégagées dans les pays africains, notamment la Côte d'Ivoire. Elles s'orientent toutes dans le sens d’un déploiement accéléré, la faiblesse du pouvoirs d’achat qui se défend face à la nette évolution du marché des smartphones d’occasion vendus en Afrique, y compris par certains opérateurs.
En effet, cela se ressent de plus en plus par la facilité d'accès aux smartphones et le développement rapide de la couverture du haut débit mobile en Afrique, combinés à une population africaine très jeune et technophile, à la recherche de contenus locaux dont les jeux sur mobile. On peut affirmer que cela constitue une véritable opportunité de développement de l’industrie numérique sur le continent.

Les populations africaines sont très friandes des usages du mobile

Après la présentation officielle et la réception dudit rapport,  voici les huit tendances majeures identifiées par Deloitte Afrique francophone :

1- Chez les jeunes africains - la génération Y des 18-24 ansle smartphones domine par rapport aux PC. « En Afrique, bien que la génération Y représente plus de 20 % de la population, la complémentarité entre PC et Smartphone reste limitée en raison du développement plus rapide de l’accès à l’internet mobile que celui du fixe. Contrairement à ce qui se passe dans les pays développés, 85 % de la génération Y a eu
accès à un PC, l’utilisation des équipements d’accès mobiles est ainsi privilégiée en Afrique, avant même la généralisation des équipements fixes ».

2-  Le e-commerce connaît un boom grâce à l’accélération du paiement mobile. Au total, le continent compte 700 millions d’abonnés mobiles. «  A ce jour, près de 12 % des consommateurs d’Afrique francophone ont déjà réalisé des achats via leur mobile. Sans parler de percée comparable, la pénétration d’Internet sur le continent a aussi préparé le terrain au e-commerce pour les 20 % d’Africains désormais connectés à la Toile » estime Deloitte. 
« Sur le continent africain, le fort développement du marché des smartphones, devant atteindre près de 350 millions d’unités en 2017, ainsi que la généralisation du paiement via le mobile comme principale alternative aux paiements bancaires, favoriseront le développement du e-commerce » selon l'étude.
Deloitte émet l’hypothèse d’un marché du e-commerce passant de 8 milliards de dollars en 2013 à 50 milliards en 2018.  Sans oublier les progrès du secteur des télécommunications : «  plus de 60 % des villages africains sont connectés au réseau télécom, alors que les agences bancaires ne couvrent que les grands centres urbains », observe toujours Deloitte. 

3- La hausse de la part de marché des smartphones d’occasion. « En 2016, les consommateurs devraient vendre ou s’échanger entre eux environ 120 millions de smartphones usagés, générant plus de 17 milliards de dollars US de revenus à leurs propriétaires dans le monde, indique Deloitte. Ce marché de l’occasion est en forte augmentation comparée aux 80 millions de smartphones revendus en 2015 pour une valeur de 11 milliards de dollars ».

4- Un boom prévisible des jeux sur mobiles. D'après Deloitte, « les géants du secteur considèrent aujourd’hui l’Afrique comme une cible prioritaire et multiplient les partenariats avec les opérateurs mobiles présents sur place. Le développement de cette industrie offre aussi de réels débouchés pour la jeunesse africaine; on compte aujourd’hui près d’une dizaine d’intégrateurs locaux producteurs de jeux sur mobile ».Déjà devenus, dans le monde, la « plateforme par excellence pour les jeux en 2016, générant 37 % des ventes et 35 milliards de dollars US de recettes dans le monde, soit une hausse de 20 % par rapport à 2015 », les jeux sur mobile vont également exploser en Afrique.

5- La dégringolade des appels vocaux, en effet «  26 % des détenteurs de smartphones en Afrique ne passeront aucun appel vocal » cette année.
Internet continue sa croissance, grâce aux mobiles. « En Afrique subsaharienne, précise Deloitte, le taux de pénétration de l’internet mobile est de 20 % et devrait atteindre près de 40 % en 2020 porté par le déploiement des réseaux 3G et 4G et par la baisse du prix des Smartphones, ce qui devrait favoriser la progression des communications data au détriment de la voix, 26 % des détenteurs de smartphones en Afrique ne passeront aucun appel vocal.

6- La croissance fulgurante de la 4G. De plus en plus d’opérateurs télécoms fournissent des services d’appels via le réseau 4G/LTE (ou Wifi) d’un opérateur, sans passer par une application et ce, grâce au développement de la technologie VoLTE/VoWIFI.
Sur le continent, le Sud-Africain Vodacom a ouvert la voie sur son marché national (son réseau 4G couvre 40 % de la population). Selon Deloitte estime d’autres pays devraient suivre au fur et à mesure du déploiement des réseaux 4 G. « En 2015, rappelle Deloitte, 15 nouveaux réseaux 4G ont été déployés dont le lancement des premiers réseaux en Ethiopie, Kenya et Angola ». (100 opérateurs attendus dans le monde d’ici fin 2016, soit 6 fois plus qu’en début 2015, portant le nombre de consommateurs ayant accès à ces technologies à 300 millions)

7- Une forte dose de réalité virtuelle. Le marché mondial de ces technologies se développe (1 milliard de dollars de CA estimé en 2016, dont un tiers pour les ventes de jeux vidéo et deux tiers pour celles des casques). En Afrique, cela suscite des vocations. Ainsi, observe Deloitte, malgré le coût élevé de ces produits, « certaines entreprises, comme le Sud-Africain SDK Lab, développent de réelles expertises et commencent à être reconnues à l’échelle internationale dans l’industrie de la réalité virtuelle ».

8-  Le Big Market du partage de photos. En 2016, 2,5 milliers de milliards de photos seront partagées ou stockées en ligne, en augmentation de 15 % par rapport à 2015 et plus de 90 % de ces photos auront été prises sur des smartphones, selon Deloitte.
L'Afrique en sera un gros acteur: « le marché africain étant de plus en plus connecté au haut débit mobile, le volume de partage de photos devrait observer une progression exponentielle sur les 3 prochaines années ».

Réactions :