samedi 12 décembre 2015

Les Etats-Unis et la Côte d’Ivoire célèbre le 25ème anniversaire du Projet Retro-CI



ABIDJAN – Le Chargé d’Affaires de l’Ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire, S.E.M. Andrew Haviland, a  salué ce jeudi 10 décembre,  les pionniers du Projet Rétrovirus Côte d’Ivoire (Retro-CI) lors  de la cérémonie marquant le 25ème anniversaire de cette initiative dont l’objectif est de conduire vers une génération sans SIDA. Dans son discours, Monsieur Haviland a déclaré que le Projet Retro-CI est un exemple remarquable de partenariat entre les Etats-Unis et la Côte d’Ivoire qui a aidé à renforcer d’énormes capacités de laboratoire de Côte d’Ivoire et d’Afrique.      

Le Projet Retro-CI qui était à l’origine une initiative conjointe entre les Centres Américains de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC), l’Institut de Médecine Tropicale (IMT) d’Anvers en Belgique et le Ministère de la Santé de Côte d’Ivoire, est devenu une institution d’élite qui a élaboré des protocoles
nationaux et régionaux pour la surveillance, la prévention, et la prise en charge du VIH. A partir de 2004, le Projet Retro-CI est rentré dans le cadre du programme du Plan d’Urgence du Président Américain de Lutte contre le SIDA (PEPFAR). Depuis lors, il a appuyé le gouvernement ivoirien pour le passage à l’échelle des services complets de prévention, de soins et de traitement du VIH à travers tout le pays, en renforçant le système national de santé dans le processus.

Au cours des 25 dernières années, le Projet Retro-CI a été un principal centre de recherche et de formation pour les leaders nationaux et internationaux de santé publique et de laboratoire ; un partenaire d’assistance technique au gouvernement de Côte d’Ivoire dans les activités relatives à la surveillance, à la prévention et à la prise en charge du VIH et un prestataire de services de laboratoire. Les principales réalisations du Projet Retro-CI incluent :
  • §  Augmentation du nombre de personnes recevant un traitement antirétrovirale d'environ 2.000 en 2002 à près de 148.000 en 2015 ;
  • §  Augmentation des bénéficiaires de la prophylaxie antirétrovirale chez les femmes enceintes infectées par le VIH et vivant avec le VIH d’environ 1500 en 2004 à plus de 16.000 en 2015 ;
  • §  Augmentation des soins dispensés aux orphelins et enfants vulnérables (dus au SIDA)  de 1.100 en 2004 à plus de 160.000 en 2015


Si l’on tient compte de ses succès au cours des 25 dernières années, le Retro-CI est bien placé pour soutenir le gouvernement ivoirien dans la réalisation des objectifs mondiaux d’éradiquer l'épidémie du VIH d’ici à 2030.

Réactions :