mercredi 3 juin 2015

Brillo et Weave, le plan de Google pour dominer les systèmes de produits de nos maisons

 

Google travaille actuellement sur un système d’exploitation et un langage de programmation à destination des objets connectés. Baptisés respectivement Brillo et Weave, ils démontrent l’intention de Google de s’imposer sur l
e marché de la domotique comme le géant d’Internet a pu le faire sur le mobile en tant que système liant les différents produits d’un même marché.

Déclinaison d’Android, Brillo est une version light de son grand frère et semble conçu pour être installé sur des produits moins puissants que des smartphones. Il supporte entre autre le WiFi, le Bluetooth Low Energy et d’autres fonctionnalités d’Android. Accompagné de Weave, un langage de programmation crossplatform, Brillo permettra aux smartphones Android de communiquer avec les objets connectés de nos maisons.

Système de produit et système de système

Le rachat de Nest début 2013 démontra clairement le positionnement avant-gardiste de la firme de Mountain View et son intention de s’imposer comme leader de l’internet des objets. Cependant, Nest est un produit alors que Google est avant tout un créateur de système. Android, Android Wear, Chrome OS, Android Auto ou encore Android M… Ce que Google fait de mieux, ce sont des systèmes unissant des produits. Et l’entreprise contrôlant le système, contrôle les flux de données, véritable enjeu de notre époque.

Révolution profonde de l’univers des objets, l’arrivée des objets connectés dans nos maisons promet de redessiner complètement les périmètres sectoriels et de casser les avantages concurrentiels. La maison intelligente sera un système de système de produit dont l’éclairage, la climatisation, le chauffage, les divertissements ou encore la sécurité en sont des exemples.

Ces systèmes de produit devront fonctionner en harmonie au sein d’un même système, permettant ainsi aux habitants de pouvoir interagir avec l’ensemble de leurs objets connectés via une interface unique.

L’exploitation des données, loisir n°1 de Google

Si Google cherche à se positionner comme l’interface de choix pour l’utilisation de nos objets connectés, c’est avant tout pour contrôler les flux de données. La récolte des données permet l’optimisation du fonctionnement des objets connectés et l’optimisation du système dans sa globalité.

Les revenus de Google dépendent aujourd’hui de nos données et de leur exploitation. Le moteur de recherche a construit un empire à l’aide de nos recherches d’information et de nos comportements sur les pages de résultats.

Que peut-il construire à l’aide des données comportementales tirées de l’utilisation des objets de nos maisons ? Sera-t-il capable de déduire de nos usages quotidiens ce dont nous avons besoin avant même que nous en ayons conscience ?



via www.vanksen.fr http://ift.tt/1ePk3wV

Réactions :