jeudi 26 février 2015

Réglementation et protection des données personnelles : un enjeu pour attirer plus d'investisseurs



Le Sénégal se doit de réglementer le cadre juridique sur la protection des données personnelles pour attirer plus d'investisseurs. C'est la conviction de Mouhamadou Lô, président de la Commission des données personnelles (Cdp). Il s'exprimait hier, mercredi 25 février à Dakar, à la demi-journée de sensibilisation des entreprises affiliées au Conseil national du patronat (Cnp).


Veiller à ce que les traitements des données à caractère personnel soient mis en œuvre, conformément aux dispositions légales, en informant les personnes concernées et les responsables de traitement de leurs droits et obligations, tout en s'assurant que les Technologies de l'information et de la communication (Tic) ne comportent pas de menace au regard des libertés publiques et de la vie privée des Sénégalais, entre autres, préoccupent le secteur privé. Suffisant pour que le Conseil national du patronat du Sénégal (Cnp) initie un atelier technique de présentation du cadre réglementaire et juridique sur la protection des données à caractère personnel.


Cette concertation technique Etat/secteur privé qui s'est tenue hier, mercredi 25 février à Dakar, se veut une tribune pour améliorer la sensibilisation des acteurs sur la question. Pour Antoine Ngom, président de l'Organisation des professionnels des technologies de l'information et de la communication (Optic), et vice-président du Cnp, « en initiant cette journée, nous entendons sensibiliser nos entreprises sur une problématique majeure à savoir la protection des données à caractère personnel ».


Le vice-président du Cnp précise que « notre pays n'est pas à la traine, parce qu'étant l'un des premiers pays africains à disposer d'un appareil du genre. Une disposition à laquelle les entreprises adhèrent. Nous voulons tout simplement une plus grande sensibilisation pour que ces entreprises là apprécient parce que l'enjeu est réel ». « La protection des données personnelles est une problématique majeure mais, pour autant, elle ne devrait pas alourdir les dispositions administratives existantes », a-t-il fait remarquer.


Pour sa part, Mouhamadou Lô, président de la Commission des données personnelles (Cdp) déclare que « la protection des données personnelles attire les investisseurs. Par conséquent, il s'avère urgent d'élaborer un cadre réglementaire et juridique sur la protection des données personnelles. Mieux, il faut faire en sorte que ces données soient disponibles en un temps record parce que la bataille actuelle tourne autour de l'information », a-t-il soutenu.


« Aujourd'hui, nous sommes véritablement confrontés au défi technologique lié à l'utilisation des réseaux sociaux, la mise en place de vidéo surveillance dans les artères des villes, dans les maisons privées, au clown computer, aux collectes de données biométriques des sénégalais », fera-t-il savoir. Ont présidé cette rencontre, Baïdy Agne, président du Cnp, et Mansour Kama, président de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (Cnes).


Jean Pierre Malou


(Source : Sud Quotidien, 26 février 2015)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/17ATho1

Réactions :