dimanche 22 février 2015

La première tablette tactile africaine arrive à Abidjan



« Les créateurs africains ont besoin de personnes pour croire en eux. Et si vous êtes là, c'est que vous croyez en nous. Aujourd'hui, c'est un soulagement d'avoir enfin conçu le bébé. Nous nous installons d'abord à Abidjan parce que nous pensons que ce sera le début d'une belle aventure », a déclaré, le 19 février à Abidjan, le Congolais Vérone Mankou devant la centaine de personnes venues assister à l'ouverture de la boutique VMK, la société avec laquelle il a lancé la première tablette africaine.


« Cela incite à consommer africain désormais », se réjouit un visiteur pendant le tour du propriétaire qui a suivi la coupure du ruban symbolique, avant de se procurer une tablette.


« Elle est entièrement conçue et construite par des Ivoiriens. C'est la preuve qu'il y a de l'ingéniosité en Afrique », souligne Vérone Mankou pour qui la capitale économique ivoirienne était incontournable dans le plan de développement des activités de son entreprise.


Vous arrivez avec un smartphone baptisé Elikia L. Quelle est sa particularité ?


C'est une tablette qui fonctionne sous Endroit 4.4.2. Elle est dotée d'un écran 4 pouces, d'une résolution 480 sur 800 pixels, d'un 1 giga de stockage interne, ainsi que plusieurs entrées. Pour nous, c'est le smartphone le plus abouti de nos produits. Il est basique, permet à tout le monde d'accéder à la technologie à moindre coût, soit 63 900 francs CFA (98 euros) l'unité.


Pensez-vous que c'est un tarif abordable dans un pays où le pouvoir d'achat est relativement faible ?


Elikia vaut deux fois moins cher que la concurrence. Nous pensons qu'à ce prix-là, il sera accessible au plus grand nombre d'Ivoiriens et d'Africains.


Alexis Adélé


(Source : Le Monde Afrique, 21 février 2015)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1zY1A3v

Réactions :