mercredi 25 février 2015

Conservation des médicaments pharmaceutique : Sonatel experimente Jokkosanté



Un projet pilote dénommé Jokkosanté qui est une boite à pharmacie virtuelle communautaire permettant d'optimiser la consommation et la conservation des médicaments a été lancé hier mardi à la mairie de Passy pour une phase pilote de six mois (6) par les représentants du groupe Sonatel et Papa Adama CISSE maire de la localité.


Ceci, « en réponse au système communautaire de dépôt, de stockage, de partage et de financement croisé des médicaments, appelé jokkosanté, mis en œuvre par l'ONG RAES. Il dépasse l'échelle de la boîte à pharmacie familiale pour s'étendre au village, au département, à la région, etc. », renseigne un communiqué en date d'hier.


Selon la même note, « cette boîte à pharmacie virtuelle s'appuie sur internet et le réseau mobile de Sonatel et est sous la supervision intégrale de professionnels de la santé ».


« Désormais, avec jokkosanté, les médicaments non utilisés ne devraient plus s'accumuler dans les boîtes à pharmacie familiales jusqu'à péremption ou être offerts sans aucun contrôle », précise le document.


Ainsi, poursuit la note : « grâce à l'appui technique de Sonatel, Jokkosanté est adossé à une application web/mobile qui permet d'effectuer toutes les transactions en toute sécurité avec l'implication de bout en bout des professionnels de la santé et en conformité avec les protocoles et procédures en vigueur ».


Selon toujours le communiqué : « les adhérents s'inscrivent librement sur le site web dédié ou peuvent être inscrits par les gestionnaires de la base. Ils disposent ainsi d'un compte personnel lié à leur numéro de téléphone mobile. Ce compte est crédité ou débité en fonction de la valeur des médicaments déposés ou retirés ».


« Avec un tel système sécurisé de débit/crédit, les membres peuvent déposer des médicaments neufs ou non utilisés, faire des cotisations et ainsi accumuler des points. Plus tard, ces points accumulés pourront servir à récupérer des médicaments ».


« Pour les populations démunies ne pouvant pas accumuler suffisamment de points, des dons de médicaments seront mis à disposition grâce à l'apport de bonnes volontés ou de structures partenaires dans le cadre de leurs activités de mécénat et de responsabilité sociétale d'entreprise ou d'organisation.


Une plateforme sécurisée est mise à leur disposition pour faire des dons et suivre la distribution jusqu'au bénéficiaire final », renseigne le document.


Jean Pierre Malou


(Source : Sud Quotidien, 25 février 2015)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1DU9Do0

Réactions :