mercredi 18 février 2015

Batik n° 186 Janvier 2015



Bulletin sur l'actualité des technologies de l'information et de la communication




Sommaire


Éditorial



Actualités



Politique



Infrastructures et services



Projets



Rendez-vous



Editorial



Stratégie nationale en matière de société de l'information : Une véritable Arlésienne



A la fin du mois de janvier, le Ministre des Postes et des Télécommunications, Yaya Abdoul Kane, a annoncé que le processus de formulation du cadre national de référence pour le développement numérique au Sénégal était désormais dans sa phase finale. Pour tous ceux qui opèrent ou s'intéressent à l'écosystème des technologies de l'information et la communication (TIC) du Sénégal, la réaction première aura sans doute été de dire : Enfin ! En effet, cela fait ni plus ni moins une décennie que l'Etat n'a pas publié une lettre de politique sectorielle du secteur des TIC et des télécommunications et près de quinze (15) ans qu'il n'a pas produit un document de stratégie nationale en la matière depuis la tentative avortée de 2000. Alors que le Sénégal avait pris une longueur d'avance sur les autres pays africains en initiant, avec l'appui du centre de recherches pour le développement international (CRDI), une démarche multi-acteurs, inclusive et participative pour l'élaboration de la Stratégie Acacia Sénégal, cette expérience n'a malheureusement pas été capitalisée ni fructifiée. Pire, on peut se demander légitimement, et nous avons souvent posé la question, comment un pays peut-il prétendre avoir des ambitions dans le domaine des TIC, voire en faire un des principaux piliers de sa croissance sans avoir une vision, une stratégie, un plan d'action, un calendrier d'exécution, un budget, des indicateurs de résultats et un mécanisme de suivi et d'évaluation. Aussi paradoxal que cela puisse être, le Sénégal a cru pouvoir faire l'économie de se doter de ces outils et il ne faut pas être surpris si aujourd'hui nombre de pays qui ne comptaient guère dans le domaine des TIC il y a de cela une quinzaine d'années sont aujourd'hui présentés comme des champions en la matière. Qui aurait pu penser que, vingt ans après le terrible génocide qui a ravagé le Rwanda, ce pays serait dans le peloton de tête des pays africains en matière de TIC ? Qui aurait pu penser que le Kenya deviendrait le hub en matière de TIC qu'il est devenu avec des success story parmi lesquelles on peut citer le système de transfert d'argent via mobile « M-PESA », le logiciel « Ushahidi », le fournisseur d'accès à Internet « Wananchi », le projet « Savannah Valley », etc. Entre le Sénégal et le Kenya, la perspective s'est totalement inversée au point que des observateurs avertis du secteur en sont venus à affirmer que le Sénégal pourrait devenir le prochain Kenya de l'Afrique de l'Ouest. Quel renversement de situation ! Mais comment en est-on arrivé là ? Autre paradoxe, les principaux problèmes qui hypothèquent le développement du secteur des TIC au Sénégal sont parfaitement connus et ce depuis longtemps. Ils ont pour noms : expression d'une volonté politique non traduite en actes concrets, instabilité institutionnelle, multiplicité des centres de décisions, absence de stratégie nationale, régulation inappropriée, problème de financement du secteur alors qu'il alimente abondamment les caisses du Trésor public, marginalisation du secteur privé national dans la réalisation des grands chantiers numériques de l'Etat, quasi absence d'incubateurs, absence de dispositif d'accompagnement des start-up, formation pas suffisamment en phase avec les besoins du marché, faible implication du secteur privé dans la recherche en TIC, insuffisance quantitative et qualitative de la fourniture d'électricité, etc. Les autorités gouvernementales ont-elles pris la juste mesure des défis auxquels le secteur doit faire face ? L'avenir nous le dira mais au regard de la place marginale qu'occupent les TIC dans le Plan Sénégal émergent (PSE) il n'y a pas de quoi être rassuré. En effet, comment penser l'émergence du Sénégal sans s'appuyer fortement sur le secteur tertiaire alors que c'est lui tire la croissance du PIB depuis des années ? Comment imaginer l'émergence sans une utilisation massive des TIC dans tous les secteurs de la société, y compris dans le domaine de l'agriculture ? Comment concevoir l'émergence sans mettre en œuvre de grands projets structurants dans le domaine des TIC ? Comme on le voit, les problèmes sont multiples et divers et seule une approche holistique permettra d'apporter les réponses pertinentes et durables qui sont indispensables à l'essor de l'écosystème TIC et au-delà à celui de l'émergence d'une société de l'information inclusive et solidaire au Sénégal. Il faut espérer que le futur cadre national de référence pour le développement numérique au Sénégal fournira les bonnes solutions aux problèmes identifiés et surtout qu'il verra enfin le jour perdant ainsi le statut d'Arlésienne qui lui colle à la peau depuis des années.



Alex Corenthin

Secrétaire aux relations internationales



Actualités



Lancement officiel de nouveaux smartphones et de tablettes Archos au Sénégal



Le 30 janvier 2015, Net Call Africa, représentant exclusif en Afrique de l'ouest de la marque Archos, célèbre fabricant français de tablettes tactiles, a présenté les smartphones et les tablettes d'Archos qui seront commercialisés au Sénégal. Pour ce faire, Net Call Africa, qui est une filiale du groupe CCBM, s'appuiera sur le réseau de distribution de CCBM Electronics. La particularité des téléphones fabriqués par Archos, qui sont notamment certifiés Google, est de posséder une fonctionnalité permettant à l'utilisateur d'écouter de la musique ou de regarder des vidéo dans n'importe quel format. Par ailleurs, les tablettes qui seront vendues sur le marché sénégalais pourront être dotées de deux cartes SIM.



Archos : http://www.archos.sn/


La CDP a célébré la Journée mondiale de la protection des données à caractère personnel



Le 28 janvier 2015, à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale de la protection des données à caractère personnel, la Commission de protection des données personnelles (CDP) a indiqué avoir reçu 260 dossiers dont 91 déclarations, 74 demandes d'autorisation en bonne et due forme, 32 demandes d'avis et 43 plaintes au cours de la seule année 2014. Les dossiers en question portent sur les systèmes de vidéosurveillance, les fichiers du personnel, les bases de données des clients, le contrôle d'accès par badge, les jeux, la prospection publicitaire, la collecte des données via les sites web, les plateformes SMS, etc. Instituée par la loi n° 2008-12 du 25 janvier 2008, la a Commission des données personnelles est composée de onze (11) membres choisis en fonction de leurs compétences par la Présidence de la République, l'Assemblée nationale, la Cour suprême, le patronat, l'Ordre des Organisations de défense des droits de l'homme, l'Agence de l'Informatique de l'Etat (ADIE) et la Primature.



CDP : http://www.cdp.sn/


Piratage du site de l'ADIE par le collectif Anonymous



Suite au débat suscité par l'attentat contre le journal satirique français Charlie Hebdo, à la participation du Président Macky Sall à la marche républicaine organisée le 11 janvier 2015 à Paris (France) ainsi qu'à l'interdiction du dernier numéro de Charlie Hebdo au Sénégal, le site de l'Agence de l'informatique de l'Etat (ADIE) ainsi que plusieurs autres sites gouvernementaux ont été piratés le 18 janvier 2015 par le collectif Anonymous.



ADIE : http://www.adie.sn/


Participez au concours J'S8 Jeune organisé par l'ONG RAES



Le concours J'S8 Jeune, compétition lancée par l'ONG RAES en partenariat avec ONEWORLD depuis le 24 décembre 2014 a pour objectif de donner la parole aux artistes en herbe à travers différents moyens d'expression comme le Rap, la danse, le Slam, les Graffs, les textes et bien sûr, les vidéos. Le dépôt des candidatures se poursuivent jusqu'au 24 février 2015. Le concours est organisé dans le cadre du projet « CONNECTING4LIFE » financé par des ONG comme Oxfam et Stop Aids. Il s'agit, pour les candidats, de créer une œuvre artistique en rapport avec le thème Sunu Sénégal 2020 tout en mettant l'accent sur l'usage des TIC. Tous les jeunes sénégalais, domiciliés au Sénégal et âgés de moins de 30 ans, sont invités à participer, à ce concours dont les quinze (15) gagnants recevront, entre autres, des formations, des tablettes numériques et des appareils photos. La participation se fait par voie électronique en envoyant un courriel à l'adresse concours@sunukaddu.com ou par dépôt du dossier au siège de l'ONG RAES au Sénégal.



RAES : http://www.ongraes.org/


Instauration d'une nouvelle taxe fixée à 1% du chiffre d'affaires des opérateurs de téléphonie



L'Etat a institué́ une nouvelle taxe qui lui permet de prélever 1% du chiffre d'affaires des opérateurs de téléphonie qui, au-delà̀ de la Douane et des Impôts, payaient déjà̀ la Redevance sur l'utilisation du réseau des télécommunications (RUTEL) fixée à 2 % du montant hors taxes de la prestation payée à l'operateur et la Contribution au développement du service universel des télécommunications et du secteur de l'Energie (CODETE fixée à 5 % du chiffre d'affaires hors taxes de l'exploitant, net des frais d'interconnexion réglés par les autres exploitants de réseaux publics de télécommunications.


Signature d'une convention entre la SONATEL et l'ANPEJ



Le 15 janvier 2015, la SONATEL a procédé à la signature d'une convention avec l'Agence nationale pour la promotion de l'emploi des jeunes (ANPEJ) par laquelle elle s'engage à allouer une subvention annuelle de 100 millions de francs CFA à cette dernière. Cette convention de partenariat public-privé (PPP) vise à lutter contre le chômage en prenant notamment en charge, cent (100) postes de stage d'adaptation et d'apprentissage par an pour les jeunes demandeurs d'emplois, une connexion internet gratuite, des espaces emploi-jeunes et des centres d'incubation dédiés à la formation des jeunes non-diplômés par l'ANPEJ. Pour rappel, l'ANPEJ a été créée en janvier 2014 avec pour missions la promotion de l'employabilité des jeunes à travers l'accès aux stages ou au premier emploi pour les jeunes diplômés, la formation de ceux qui n'ont ni qualification, ni formation et l'accompagnement des jeunes porteurs de projet.



SONATEL : http://www.sonatel.com/

ANPEJ : http://anpej.sn/


Réhabilitation de la cybercase de Poponguine



Grace à un appui financier de 12 millions de FCFA du Fonds de développement des services universels de télécommunications (FSUT) et à l'appui technique de l'Agence de l'Informatique de l'Etat (AIDE), la cybercase de Poponguine a été réhabilité et rendue à nouveau fonctionnelle. Créée en 2011, suite à un investissement de 23 millions de FCFA, elle n'était plus opérationnelle depuis plusieurs mois suite à des difficultés de fonctionnement liées à la prise en charge du personnel et à la panne du serveur. La cybercase de Poponguine dispose d'un espace Internet, d'un dispositif de visioconférence, des espaces pour l'organisation de spectacles et la formation des jeunes et des femmes.

Politique



Le cadre national de référence pour le développement numérique bientôt disponible



Le 21 janvier 2015, Yaya Abdoul Kane, Ministre des Postes et des Télécommunications, a annoncé que le processus de formulation du cadre national de référence pour le développement numérique au Sénégal était désormais dans sa phase finale. Il a précisé qu'un séminaire de partage avec l'ensemble des parties prenantes sera organisé dans les semaines à venir. Pour mémoire, la dernière lettre de politique sectorielle du secteur des télécommunications avait été rendue publique janvier 2005 avec pour horizon l'année 2008. Depuis cette date aucune lettre de politique sectorielle ni document de stratégie nationale dans le domaine des technologies de l'information et de la communication (TIC) n'a été élaboré par le gouvernement sénégalais.


L'ARTP prolonge la période des tests pour la 4G jusqu'au 31 mars 2015



Suite à une décision de l'Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP), la période des tests sur la 4G, qui devait initialement prendre fin le 31 décembre 2014 a été prorogée jusqu'au 31 mars 2015. Au terme de la phase pilote, chacun des opérateurs devra communiquer un rapport d'évaluation détaillé portant sur la qualité de service à l'ARTP. Par la suite, le gouvernement devrait étudier les modalités d'attribution de licences 4G aux opérateurs existants et/ou à de nouveaux opérateurs, en privilégiant la couverture du territoire et la qualité de service. Pour mémoire, la SONATEL a commencé sa campagne de teste depuis le 11 octobre 2013 et Tigo depuis le 3 décembre 2014. Seul Expresso ne s'est pas encore lancé dans une campagne de tests en la matière. Durant cette phase de tests où les opérateurs de téléphonie ne paient pas de licence, l'utilisation de la 4G doit être gratuite pour les clients.



ARTP : http://www.artp.sn/

Infrastructures et services



Vitesse de téléchargement : le Sénégal placé à la 14ème place en Afrique



Selon l'étude réalisée par « Ookla Speedtest », avec un indice de 4,14 Mbps à la seconde, le Sénégal est placé à la 159e place mondiale, et à la 14e place africaine. En Afrique, l'Ile Maurice, 47ème au classement mondial avec 22,66 Mbps caracole à la première place. Elle est suivie de Sao Tomé et Principe, 53ème mondial avec 19,04 Mbps et de Madagascar, 75ème mondial avec 12,84 Mbps. La tête du classement mondial est occupée par Singapour avec 105,16 Mbps, suivi de Hong Kong avec 97,24 Mbps, le Japon avec 69,95 Mbps à la troisième place, la Roumanie à la quatrième place avec 58,67 Mbps, et la Suède à la cinquième place avec 53,8 Mbps. La valeur de l'indice utilisée est la vitesse moyenne de laminage en mégabits (Mbps) par seconde téléchargé dans un lieu donné pendant les 30 derniers jours. Seuls les tests effectués à moins de 300 miles, soient 482 700 mètres, du serveur sont admissibles à l'inclusion dans l'indice.



Ookla Speedtest : http://ift.tt/jmUNvG


Tigo modifie ses tarifs d'appel vers l'international



Dans un communiqué, l'opérateur de téléphonie mobile Tigo a annoncé la modification de ses tarifs d'appel vers l'étranger. Si auparavant les clients étaient facturés à la minute ou parfois à la seconde, ils bénéficieront désormais de forfaits de minutes d'appel à un coût bien défini. Pour choisir son forfait, l'abonné Tigo tape le code court : #155# puis choisit son pack. Il pourra ensuite passer un ou plusieurs appels vers l'Afrique ou le reste du monde en fonction du pack choisi dans la limite du temps du pack sélectionné. Les nouveaux forfaits roaming sont valables 24h, dès leur activation, sur toute l'Afrique, excepté Madagascar, et dans le reste du monde. Les forfaits Tigo Tawfekh International se présentent comme suit :


















Packs AfriquePack Hors Afrique
Pack 5 mn : 850 F CFAPack 10 mn : 800 F CFA
Pack 10 mn : 1500 F CFAPack 25 mn : 1900 F CFA

Tigo : http://www.tigo.sn/



La SONATEL a renforcé son dispositif à Tivaouane et Kaolack à l'occasion du Maouloud



A l'occasion de la 113ème édition du Maouloud, la SONATEL a renforcé son dispositif technique dans les villes de Tivaouane et Kaolack. Pour faire face aux pics de trafic qu'engendre un tel évènement, la Sonatel a déployé 290 stations mobiles ou antennes BTS, contre 278 en 2014, dans les différentes localités où est célébré le Maouloud, dont 40 antennes 3G +. Le dispositif ainsi renforcé a augmenté de plus de 95% la capacité du réseau mobile notamment dans les villes saintes de Tivaouane et de Kaolack par rapport à l'existant.



SONATEL : http://www.sonatel.com/

Projets



Le groupe ATOS compte s'installer sur le site de la ville numérique de Diamniadio



Le 22 janvier 2015 à l'occasion de l'IT Forum 2015, organisé par Cio Mag en collaboration avec le Club des DSI du Sénégal, Thierry Breton, PDG d'Atos et ancien ministre français des finances, a annoncé que le groupe français ATOS comptait installer une plateforme numérique sur le futur site de la future ville numérique de Diamniadio dont la construction de la phase pilote sera financée par la Banque africaine de développement (BAD). Déjà présent au Sénégal, notamment à travers l'entreprise Bull qui lui appartient, le groupe Atos compte installer une plateforme numérique qui offrira aux ingénieurs sénégalais la possibilité de travailler dans le développement de logiciels pour de grands programmes mondiaux.



Atos : http://fr.atos.net/


Projet de mise en place d'un corridor électronique entre le Sénégal et la Malaisie



Le 28 janvier 2015, à l'occasion d'un atelier sur le commerce électronique entre le Sénégal et la Malaisie, l'Agence sénégalaise pour la promotion des exportations (ASEPEX) et l'entreprise Gaïndé 2000 ont annoncé leur volonté de mettre en place un corridor électronique entre les deux pays. Le projet, dont le déploiement durera dix-huit (18) mois, sera articuler autour de trois composantes, à savoir (1) une plateforme de commerce électronique qui permettra notamment aux opérateurs économique sénégalais d'être présent sur Internet sur un site marchand destiné à exposer leurs produits, recevoir des commandes et obtenir des paiements, (2) un portail de services logistiques pour faciliter l'accès aux acteurs concernés dans les deux pays et (3) un autre portail de services administratifs présentant notamment aux opérateurs économiques le déroulement des formalités administratives d'import/export.



ASEPEX : http://www.asepex.sn/

Gaïndé 2000 : http://ift.tt/1mw30TA

Rendez-vous



Journée internationale des données ouvertes (21 février 2015)



Pour la 2ème fois, Open Knowledge Sénégal et les différentes communautés sénégalaises qui s'intéressent aux données ouvertes vont célébrer la Journée internationale des données ouvertes (JIDO) le 21 février 2015 à Dakar. Cette manifestation se déroulera de 13h00 à 18h00 au Goethe-Institut.



Open Knowledge Sénégal : http://ift.tt/17TXF2b





via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1zo0tLr

Réactions :