vendredi 20 février 2015

Alioune Sarr exhorte à davantage valoriser le commerce électronique



Le ministre du Commerce, du Secteur informel, de la Consommation, de la Promotion des Produits locaux et des PME, Alioune Sarr, a exhorté, vendredi à Dakar, à "davantage" valoriser le commerce électronique au Sénégal, en vue de "mieux cerner les enjeux et les exigences du commerce international".


‘'Le commerce électronique doit davantage être valorisé au Sénégal, le paiement électronique n'est pas encore très développé [...]‘', a t-il dit au cours d'une visite d'évaluation, lors de l'atelier national de recherche et de marketing en ligne, dans les locaux de la Fondation Trade Point Sénégal.


Il a souhaité voir ce type d'atelier et de formation permettre d'avoir des bouquets électroniques, dans les boutiques et restaurants.


Il a aussi souligné l'importance de ‘'valoriser également l'achat à distance sur les plateformes web, qui sont un potentiel de marge important à gagner pour notre économie''.


Trente femmes chef d'entreprises bénéficient de cette formation ciblée, organisée par la direction des PME, en collaboration avec le Centre islamique pour le développement du commerce de Casablanca (Maroc) et le Centre de formation en commerce électronique de la Fondation Trade Point Sénégal.


‘'Le commerce des services est devenu aujourd'hui fondamental. C'est la raison pour laquelle lorsqu'on voit des chefs d'entreprises qui se positionnent clairement dans le secteur du commerce électronique et qui valorisent leur visibilité sur le marché, qui valorisent la qualité de leur produit, naturellement, ils s'insèrent dans un segment assez intéressant'', a-t-il souligné.


Il a invité, à ‘'placer l'intérêt de cette formation dans le contexte du Plan Sénégal émergent (PSE)", en rappelant que ''l'économie sénégalaise est constituée de 90% de petites et moyennes entreprises''.


"Et dans ces PME, dit-il, vous avez une place importante de femmes, car elles sont très entrepreneuses au Sénégal.''


Selon lui, ‘'le fait de choisir une formation adaptée à cette catégorie de classe économique'', qui évolue "dans le secteur du commerce-car la moitié du secteur du commerce est occupé par les femmes- leur permet de comprendre les enjeux et les exigences du commerce international, de l'importance de se faire connaître (.. .)''.


Dans le contexte du PSE, dit-il, le gouvernement cherche à ''valoriser la production nationale'', à rendre le pays "auto-suffisant".


Selon lui, "il est donc important d'avoir des prestations de service de cette nature qui rendent notre économie valorisée et qui permette à nos clients de connaître le potentiel du Sénégal mais aussi daller en compétition''.


‘'C'est à nous de nous positionner et de connaître les exigences du marché actuel et d'aller à la conquête du marché (…) nous avons des armes avec ces PME qui font plus de 450 milliards de chiffre d'affaire d'exportation dans la sous-région'', a-t-il rappelé.


Il a en outre invité les médias à s'intéresser davantage aux questions économiques, pour expliquer entre autre l'importance de la promotion du consommer local.


(Source : APS, 20 février 2015)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/187tvIV

Réactions :