mardi 20 janvier 2015

Piratage des sites web : Ce qu'en pensent les internautes sénégalais



Les attaques informatiques dans le monde, ne sont pas passées inaperçues aux yeux des internautes . Au Sénégal, des sites très importants (seneweb.com, adie.sn) ont été piratés dans cette vague d'attaques après la mise en ligne électronique du 1178ème numéro du journal hebdomadaire français, Charlie Hebdo. Numéro qui a été interdit au Sénégal sur décision du Chef de l'Etat. Socialnetlink a recueilli quelques réactions des internautes Sénégalais.


Sur son mur facebook, Mountaga Cissé, de ITMag.sn et enseignant de multimédia au Cesti écrit : « Macky Sall, en se rendant à Paris pour ensuite interdire Charlie Hebdo au Sénégal n'a fait que nous attirer des ennuis ». Selon lui, ces attaques, ayant permis de pirater 20.000 sites web dans le monde, sont l'œuvre des cyber-djihadistes.


« Et pire encore Anonymous a mis en ligne le PDF du dernier numéro de Charlie Hebdo dans un dossier du site web de l'ADIE, comme pour narguer le gouvernement et son interdiction de diffuser au Sénégal », informe-t-il. Mountaga Cissé accuse le président sénégalais d'être à l'origine de ces failles informatiques perpétrées. « Macky Sall, réveille-toi ! L'étau se resserre entre nous et c'est ta faute », dit-il. Avant d'ajouter : « Nous n'y sommes pour rien. Ce problème ne nous regarde pas ».


Quant à Lass Badiane, informaticien, dans son commentaire, remet en cause la sécurité informatique au Sénégal. « La sécurité informatique est quasi inexistante au Sénégal surtout les sites gouvernementaux qui ne sont jamais mis à jour », regrette-il.


Gata Doré, journaliste blogueur qui condamne l'attaque du journal Charlie qui a engendré toute cette affaire, met en garde. « On est toujours sujet de ce genre d'attaque », affirme-t-il. A lui d'appeler tous les Africains d'éviter toute tentative de destruction d'églises et mosquées.« On a tellement de chats à fouetter que de faire des manifestations ou aller à Paris. Encore une fois, concentrons-nous sur l'essentiel », prévient-il.


(Source : Social Net link, 20 janvier 2015)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1J44rzf

Réactions :