samedi 31 janvier 2015

Moustapha Diop, patron de 37cinq : « Certaines chaînes de télévision vont disparaître »



Les chaînes de télévision qui ne se mettront pas à l'heure du numérique vont disparaître. C'est ce qu'a laissé entendre Moustapha Diop, consultant de la Télévision numérique terrestre (TNT) et ancien directeur des programmes de la 2STV. Interpellé au cours de la conférence de presse sur un tournoi de lutte organisé par RDV, Moustapha Diop, par ailleurs patron de 37cinq, rappelle que le passage de l'analogie au numérique sera fait en juin prochain.


Au Sénégal, quand est-ce qu'on va passer de l'analogie au numérique ?


Le passage de l'analogie au numérique au Sénégal sera effectif le 17 juin 2015. En février prochain, les régions de Dakar, Thiès et Diourbel vont passer en phase expérimentale. Le projet est largement partagé au Sénégal parce qu'il y a un comité national du passage au numérique mis en place depuis 5 ans. J'étais dans ce comité lorsque j'étais à la 2STV.


En quoi le numérique se différencie de l'analogie ?


Les sondages, la production, la télévision numérique va faciliter certaines choses. On peut dire sur un programme que c'est regardé par N téléspectateurs sur une chaîne. Ce qui fait la spécificité du numérique. La qualité de diffusion n'est pas la même. La qualité doit être de haute définition. C'est ce qui fait qu'on dise que certaines chaînes vont disparaître. Parce qu'il faut avoir les moyens de sa politique pour faire du numérique. Le numérique c'est des moyens. Avec le numérique, vu les investissements faits en parallèle qui répondent aux normes analogiques tels les récepteurs et les émetteurs, si ce n'est pas adapté, ce n'est plus possible. Le numérique permet de multiplier tous les signaux pour qu'on en vienne à un seul canal. Et le décodeur de multiplier le signal. Il appartient à Excaf de transporter le signal de tout le monde à un seul point. C'est comme si c'est un seul bus qui va à Diamianiadio. Tu ne partiras pas à Dimaniadio si tu n'y montes pas. Il y a des services mis en place par Excaf qui permettent de bloquer l'image d'un combat pour la remettre en marche une fois si l'on a fini de prier, pour ne rien rater de ce combat. Le numérique permet de multiplexer tous les signaux, la 2Stv, la Tfm… pour qu'on en vienne à un seul canal. Et le décodeur permettra de multiplier le signal, de le distribuer entre le 2Stv et les autres. A l'envoi de la réception, le téléspectateur ou le foyer reçoit tous les signaux par un seul canal.


Doit-on forcément changer les postes classiques pour les remplacer avec les écrans plats ?


On ne doit pas fondamentalement changer de poste téléviseur. Mais il y a une politique d'accompagnement, ce qui fait que les décodeurs peuvent être subventionnés. L'Etat est également en train d'élaborer une politique d'accompagnement pour avoir des téléviseurs permettant de recevoir les signaux numériques. Nonobstant cela, même ceux qui ont des télévisions qui ont des tuners et totalement smart, doivent avoir des décodeurs. Parce que le signal arrive crypté à la base. Si quelqu'un n'a pas de décodeur, il ne peut pas décrypter. Les antennes classiques vont rester. Aujourd'hui, vous allez en France, un peu partout en Europe, ce sont les mêmes antennes. C'est pourquoi on l'appelle la télévision numérique. Il y a possibilité de le recevoir par satellite. D'ailleurs, il y a une diffusion satellitaire et une diffusion optique. Cela permet si jamais sur le satellite il pleut ou en période de tempête, que le téléspectateur ne perde pas le signal. Pour parer à cela, il y a la fibre optique. Dans tout le Sénégal, c'est paramétré comme ça. Dans les zones de diffusion, il y a deux types de diffusion par voie satellitaire et par voie optique qui permet d'avoir un doublon. Avec ce doublon, si l'une a un problème, l'autre prend le relais. La mission d'Excaf est de mettre toutes les chaînes dessus. Maintenant, c'est des questions de qualité. Les qualités de contenu et de contenant sont des questions à maîtriser par les chaînes de télévision. Il faut qu'elles arrivent à les alimenter régulièrement. Je pense que certaines chaînes de télévision vont disparaître.


Lesquelles ?


Je ne vais aucunement le dire. Aujourd'hui, l'Etat a donné une fréquence à 19 chaînes de télévision qui existent au Sénégal. Les 19 chaînes sont susceptibles de passer au numérique. Tout dépend de la politique d'encadrement des entreprises. C'est des investissements à la base. On était avec des téléphones qui ne servaient qu'à appeler. On est passé à la vidéo, à la photo, il faut se mettre au diapason du numérique…


Amadou Mbodji


(Source : Le Quotidien, 30 janvier 2015)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/16ckxsQ

Réactions :