2[Côte d'Ivoire] TEDxGrandBassam célèbre les «Immortelles»

TEDXGrandBassam, est un événement organisé sous la licence Américaine TED. Il vise à mettre en avant les idées innovatrices de personnes qui...

Orange lance la 6ème édition du Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient

Cette année, le grand concours de business plans organisé par Orange en Afrique et au Moyen-Orient se dédouble. Chaque projet candidat peut en effet être jugé par deux jurys, un national et un international. Les récompenses à...

L'Ambassade des USA encourage les jeunes ivoiriennes à poursuivre des carrières scientifiques et technologiques

« Les femmes éduquées acquièrent une voix et une place dans la société, ce qui leur donne plus de débouchés économiques et encourage leur participation dans la politique et fortifie la société, »...

samedi 31 mai 2014

Un nouveau site web pour l'Innovation scientifique et technologique



Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, le professeur Mary Teuw Niane, a annoncé, vendredi, à Saly-Portudal (Mbour), la récente mise en ligne, par le Centre national de documentation scientifique et technologique (CNDST), de la première version d'un site web destiné à mieux répondre aux besoins des utilisateurs de l'Innovation scientifique et technologique (IST).


Au final, le portail du CNDST intégrera un grand nombre de données et d'informations sur le potentiel scientifique et technique national, a-t-il assuré.


Mary Teuw Niane procédait à l'ouverture officielle de l'atelier de trois jours sur le rôle du CNDST dans le nouvel environnement de l'enseignement supérieur et de la recherche.


‘'Dans quelques semaines, ce travail sera finalisé et présenté aux utilisateurs notamment à la communauté scientifique en vue de lui permettre de disposer d'un outil accessible et moderne pouvant l'accompagner dans son travail de recherche'', a-t-il déclaré.


"La mise en place de cette plateforme s'insère, d'ailleurs, dans un des axes prioritaires de la politique de mon département visant à utiliser intensément les TIC avec l'interconnexion de toutes les institutions d'enseignement supérieur à travers un réseau à haut débit, le déploiement de réseaux Wifi sur les campus sociaux et pédagogiques des universités, le lancement de l'Université virtuelle du Sénégal (UVS) s'appuyant sur des espaces numériques ouverts (ENO)… ", a-t-il dit.


C'est aussi le cas pour l'opération »Un étudiant, un ordinateur », la mise en œuvre du site Campusen pour l'orientation en ligne des nouveaux bacheliers, le paiement en ligne des droits d'inscription et bientôt la gestion totalement informatisée des bourses, a précisé Mary Teuw Niane.


C'est, selon lui, toute la pertinence du thème de cet atelier de Saly. ‘'Ce séminaire axé sur le rôle du CNDST dans le nouvel enseignement supérieur et de la recherche, et au-delà dans le nouvel environnement du monde, entre donc en droite ligne des préoccupations de mon département et du Gouvernement'', a-t-il poursuivi.


(Source : Social Net Link, 31 mai 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/T1tXRa

Extorsion de fonds sur des photos pornos : les maitres chanteurs écopent de deux ans ferme



Sale temps pour Madieng Guissé et Babacar Dieng poursuivis pour association de malfaiteurs et extorsion de fonds. Ils ont été condamnés, hier, par le tribunal des flagrants délits à deux ans de prison dont un mois ferme. Les faits pour lesquels ils sont poursuivis concernent une rocambolesque affaire de photos pornographiques qu'ils utilisaient pour faire chanter la dame Mme D.


En fait, cette dernière, au temps où elle n'était pas encore mariée, avait eu l'impudeur de se faire photographier lors de ses ébats avec son copain d'alors, un certain J.C B, un Européen. C'était en 2006. Entre temps, indique le « Populaire » la demoiselle est devenue madame. Malheureusement pour elle, ces photos des temps d'insouciance sont tombées entre les mains de Massamba Diaw, Madieng Guissé et Babacar Dieng qui les ont utilisées pour extorquer de l'argent à cette banquière. Ils menaçaient de tout dévoiler à son époux, si elle ne leur remet pas de l'argent.


En fait, pour mieux comprendre comment on en est arrivé là, il faut savoir que c'est Massamba Diaw qui détenait les photos qu'il dit avoir récupérées de la carte mémoire de son patron, J.C.B. Seulement, il a eu le malheur de les montrer à Babacar Dieng et Assane Kâ qui ont réussi à les lui subtiliser pour en faire un instrument de chantage. Ils saisissent la dame et réclament 2 millions pour ne pas les divulguer. Mme D. dit niet. Mais comme dans un film, ses bourreaux lui déposent à son lieu de travail une enveloppe dans laquelle il y avait des copies des photos en question, en plus d'un numéro de téléphone à contacter pour la remise de l'argent.


Sachant que l'affaire vire au sérieux, elle saisit la police qui lui demande de jouer le jeu pour ferrer ses maîtres-chanteurs. C'est ainsi qu'elle appelle sur le numéro et donne rendez-vous à la Place de l'Indépendance pour la remise de l'argent. C'est là qu'entre en scène Madieng Guissé qui se fait alpaguer dès qu'il pointe le bout de son nez. Alors que Assane Kâ disparaît, Massamba Diaw et Babacar Dieng sont alpagués à leur tour. Si Massamba Diaw qui clame que les photos lui ont été chipées à son insu et Madieng Guissé - selon qui, il n'a fait qu'aller récupérer de l'argent - ont nié être impliqués dans cette entreprise délictuelle, Babacar Dieng lui a avoué, non sans mouiller Madieng. Il faut noter que le tribunal n'a pas suivi le Procureur qui demandait qu'ils soient tous condamnés à deux ans de prison ferme. Massamba Diaw a été relaxé alors que les deux autres prévenus écopent de peine.


(Source : Dakar Actu, 31 mai 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1ktwARa

Abou Lô passe le service à Abdou Karim Sall à l'ARTP, lundi



Abou Lô va devoir refaire signe de vie, lundi 2 juin prochain, à l'occasion de la cérémonie de passation de service avec son remplaçant à la tête de l'Agence de régulation des télécommunications et des postes (ARTP), Abdou Karim Sall. Ce sera à partir de 10 heures dans le bureau du Directeur général de l'ARTP, sis à l'immeuble Thiargane, rondpoint OMVS Mermoz. Il faut rappeler que Abdou Lô a été débarqué de son poste pour avoir été cité dans les événements liés à la liste de Benno Bokk Yakaar, à Ogo, dans le Matam. Le représentant de cette coalition de la majorité avait été enlevé, occasionnant la forclusion de la liste qu'il devait déposer au titre des élections locales du 29 juin 2014. Mais le procès qui a eu lieu par la suite l'a bien blanchi. Ce qui veut dire que politiquement, il est lavé...


(Source : Dakar Actu, 31 mai 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1ktwyci

Printemps africain : les télécommunications et la mobilité s’approchent de leur apogée





via Telecom Review French http://ift.tt/1tYYnAy

vendredi 30 mai 2014

Viettel Cameroun accusé d’importer massivement la main d’œuvre du Vietnam





via TIC & TELECOM - Agence Ecofin | Actualité Economie, Finance, Energie, Télécom et Agro en Afrique http://ift.tt/1mRp2MM

SmartWalk rend les trottoirs intelligents


Les villes et transports publics constituent des enjeux clés dans la convergence vers la ville intelligente ou smart city.



lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/1oCnKIM

via IFTTT

Véronique di Benedetto: “Les entreprises manquent de compétences en interne pour opérer leur virage numérique”



Si elles ne veulent pas perdre des parts de marché au profit de startups plus innovantes et disruptives, les entreprises doivent mettre leurs besoins matériels et humains en adéquation.




Entretien avec Veronique di Benedetto, Managing Director France, chez Econocom, groupe européen de services numériques aux entreprises, en marge de l’évènement “La Mêlée numérique”.





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/1o4juOq

via IFTTT

jeudi 29 mai 2014

Escroquerie dans le milieu des Télécommunications : Les consommateurs face à leur destin



« Attention ! Sonatel vous invite à ne donner aucune suite à tout appel d'individu proposant des offres de gratuité contre la transmission de code de rechargement. »


Voilà le message que l'Opérateur numéro un de la téléphonie mobile au Sénégal envoie à ses abonnés.


En réalité, il y a des arnaqueurs qui appellent sur différents numéros pour dire à leurs propriétaires qu'ils ont gagné, soit un lot lors d'un jeu , soit un grand montant de crédit qu'on doit vous transférer, voire même recevoir après avoir rechargé un tel nombre de cartes de 10. 000 F.


Dès lors, ces soi-disants agents qui vous contactent au nom de la Sonatel, de Tigo ou encore d'Expresso, vous demandent de leur livrer certaines informations vous concernant ou de leur envoyer une somme d'argent afin de pouvoir retirer ce que vous venez de gagner.


Alors, sachez-le, rien dans tout cela n'est vrai : c'est juste un moyen de vous escroquer.


Chaque jour, Plusieurs personnes sont victimes de ces voleurs, qui utilisent les technologies de l'information et de la communication pour soutirer de l'argent aux Sénégalais. Par contre, nous pouvons considérer que, ce sont ces derniers qui leur facilitent les choses.


Certainement, vous allez nous demander le pourquoi ?


C'est simple, comment comprendre une personne qui n'a participé à aucun jeu concours organisé par un Opérateur quelconque peut ne pas douter si un beau jour on lui dit que « tu viens de gagner tel lot ou telle somme ». C'est incompréhensible. Mais on peut comprendre, car, d'une part, il existe tellement de jeux au Sénégal où l'on demande d'envoyer un SMS à partir de votre numéro mobile. D'autre part, « Deuk bi mo méti nak ! », oui, la vie est difficile dans ce pays.


Par conséquent, ce que la Sonatel est en train d'effectuer est une bonne idée. Parce que cela permet de prévenir les abonnés.


Il suffit de le vouloir pour le pouvoir : Sonatel, Tigo et Expresso peuvent mettre fin à ces escroqueries.


D'abord, tous les opérateurs de téléphonie mobile du pays devraient mener une campagne contre ces arnaques, en envoyant des SMS et des spots publicitaires dans les télévisions, les radios, les journaux, etc.


Ensuite, essayer d'arrêter ce gang en utilisant les mêmes moyens technologiques. Cela est possible, il suffit juste qu'il ait une volonté de la part des Opérateurs.


(Source : Social Net Link, 29 mai 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1wuVjhQ

Azouaou Mehmel, le PDG d’Algérie Telecom, s’explique sur les multiples perturbations sur le réseau





via TIC & TELECOM - Agence Ecofin | Actualité Economie, Finance, Energie, Télécom et Agro en Afrique http://ift.tt/1mLxgpV

Présentez votre projet innovant et représentez le Sénégal WSA Mobile à Abu Dhabi



Grace n'est plus isolée. Sa mère a inventé une application iPhone pour les autistes. L'App de Grace est un des 40 projets qui a gagné au World Summit Award Mobile. Cette app démontre merveilleusement comment des solutions mobiles peuvent soutenir l´intégration sociale de chacun.


Avez-vous une application mobile à présenter au monde entier ? Utilisez-vous la technologie mobile pour contribuer à l'amélioration de la société ?


WSA-mobile cherche les trésors mobiles. Tenter votre chance et participer à la pre-sélection du WSA-mobile au Sénégal en soumettant avant le 23 juin (date limite ferme) ici : http://bit.ly/wsamsenegal.


Soumettez vos projets dans les catégories suivantes :



  • m-Business & Commerce

  • m-Government & Open Data

  • m-Learning & Science

  • m-Entertainment & Games

  • m-Tourism & Culture

  • m-Media & Journalism

  • m-Environment & Health

  • m-Inclusion & Empowerment


La meilleure application du Sénégal dans chaque catégorie sera choisie d'ici le 1er Juillet et les participants seront invités à soumettre leur application complète dans le système WSA-mobile avant le 15 juillet.


Les 40 gagnants de WSA-mobile (5 dans chaque catégorie) seront invités à l'événement des gagnants à Abu Dhabi.


Merci de consulter http://ift.tt/O5mGZE pour les règles complètes et plus d'information. Utiliser mobilesenegal@gmail.com si vous avez des questions.


Christelle Scharff, PhD

WSA expert for Senegal

Associate Professor, Pace University, NY, USA

Founder, MobileSenegal, http://ift.tt/1ivFI8d

Founder, SenMobile, http://senmobile.com/


(Source : ITmag, 29 mai 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1k4hyr2

Batik n° 177 Avril 2014


Bulletin sur l'actualité des technologies de l'information et de la communication




Sommaire


Éditorial



Actualités



Politique



Infrastructures et services



Projets



Rendez-vous



Editorial



La Commission des données personnelles a désormais pris ses marques



Il y a presque deux ans de cela, en juin 2012, Batik lançait un cri d'alarme afin que les dispositions nécessaires soient prises en vue de « Rendre opérationnelle au plus vite la Commission de protection des données ». En effet, plus de quatre années après le vote de la loi n° 2008-12 du 25 janvier 2008 instituant la Commission des données personnelles (CDP) et plus d'une année après la nomination de ses membres, cette institution n'était toujours pas opérationnelle alors que les plaintes relatives à la protection des données personnelles se multipliaient. Heureusement, depuis lors les choses ont évoluée dans le bon sens. La CDP s'est d'abord distinguée par une utilisation intensive et appropriée des moyens de communications électroniques afin de mener à bien sa mission. C'est ainsi qu'en février 2013 elle a procédé au lancement d'un site web bien fait, riche en information, régulièrement mis à jour et simple à utiliser. De plus, elle diffuse une lettre d'information électronique et publie, depuis la fin du premier trimestre de l'année 2014, un avis trimestriel qui rend compte de ses activités. Mieux, elle s'est dotée d'une page Facebook et d'un compte Twitter sur lesquels elle répercute nombre d'informations relatives à la problématique de la protection des données personnelles au Sénégal, en Afrique et dans le monde ainsi que des conseils pour éviter d'être victime du piratage de ses données personnelles. A ce titre, la CDP est sans doute une des institutions publiques qui tire le mieux profit des technologies de l'information et de la communication, et notamment des réseaux sociaux, pour dérouler sa communication institutionnelle. Cela étant, la CDP ne s'est pas contenté d'être présente dans le cyberespace. En décembre 2013, rappelant que tout traitement de données à caractère personnel devait obligatoirement faire l'objet d'une déclaration préalable dans le but d'assurer une protection efficace de la vie privée et des libertés individuelles, elle a demandé aux responsables du traitement des données, des organismes publics comme privés, de procéder dans les meilleurs délais aux déclarations des traitements auxquels ils procèdent sur les données nominatives, qu'il s'agisse de fichiers ou bases de données (personnels, clientèles, usagers, patients, abonnées, élèves ou étudiants, etc.), de transferts de données personnelles des Sénégalais à l'étranger, du marketing direct (SMS, courrier électronique), de systèmes biométriques (photos, empreintes digitales, ADN, etc.) ou encore de dispositifs de vidéosurveillance ou de géolocalisation. Depuis lors, les opérateurs de télécommunications, qui sont parmi les principaux détenteurs de fichiers clients avec les millions d'abonnés à la téléphonie mobile, ont commencé à défiler devant la CDP pour déclarer leurs fichiers. Saisie de nombreuses plaintes émanant de particuliers, la CDP a également adressé des avertissements à certains opérateurs de téléphonie qui avaient violé les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. C'est ainsi qu'Expresso a reçu un avertissement pour s'être livré à de la prospection commerciale auprès de certains de ses abonnés, en leur envoyant des SMS, sans leur autorisation préalable. En ce qui les concerne, la Sonatel et Tigo ont reçu des sommations pour manquement à la législation sur les données à caractère personnel, la Sonatel se voyant interdire de poursuivre les publicités et autres jeux « folies d'Orange » avec des numéros surtaxés et Tigo se voyant reprocher de procéder à une pratique systématique de prospection directe non conforme à la législation et d'avoir refusé de déclarer ses fichiers, bases et systèmes contenant des données personnelles. Notre société étant désormais sur la voie de l'informatisation globale, la CDP doit désormais s'investir plus fortement dans la communication en direction des usagers qu'elle a pour vocation de protéger, afin de mieux leur expliquer ses missions et ses attributions visant à garantir le respect de leur vie privée à travers les nouveaux outils de communication. Cela passe nécessairement par l'organisation d'activités de sensibilisation de l'ensemble des acteurs à travers le pays. Après un démarrage difficile, la CDP semble avoir pris ses marques et exerce désormais pleinement les prérogatives qui sont les siennes. Espérons seulement que les moyens ne lui feront pas défaut pour garantir ce droit essentiel qu'est la protection des données personnelles des citoyens.



Alex Corenthin

Secrétaire aux relations internationales



Actualités



Réception d'un nouveau système de monitoring des programmes audiovisuels par le CNRA



Le 29 avril 2014, le Conseil national de régulation de l'audiovisuel (CNRA) a réceptionné un nouveau système de monitoring des programmes audiovisuels à large spectre dédié au monitoring des programmes audiovisuels. Dénommé « HACA Média Solutions » (HMS), il comprend trois modules, à savoir « HMS Acquisition », qui permet l'acquisition des signaux, la numérisation et l'archivage des programmes radiophoniques et télévisuels 24h/24 et 7 jours/7, « HMS Médiathèque », qui permet d'accéder aux programmes en direct ou en différé, avec un moteur de recherche permettant de retrouver des programmes par le nom du média, la date et l'heure de diffusion et « HMS Pluralisme » qui permet de connaître le temps de parole des différents candidats sur l'ensemble des médias, notamment lors des campagnes électorales ou encore de mesurer le temps de parole accordé aux femmes dans les médias. Cette solution technique et informatique, développée par la Haute autorité de la communication audiovisuelle du Maroc (HACA), permet le monitoring de 24 chaines de télévision et 36 stations radios. Pour mémoire, le paysage médiatique sénégalais compte notamment une quinzaine de télévisions et quelque 200 radios.



CNRA : http://www.cnra.sn/


Mise en place du Tribunal des Pairs du CORED



Le 29 avril 2014, le Conseil pour l'Observation des règles d'Ethique et de Déontologie dans les Médias (CORED) a mis en place le Tribunal des Pairs qui comprend sont les personnalités suivantes :

  • Mame Less Camara, journaliste-formateur au Centre d'Etudes des Sciences et Techniques de l'Information (CESTI) ;

  • Diatou Cissé Badiane, journaliste et ancienne Secrétaire Générale du SYNPICS.

  • Cheikh Tidiane Fall, ancien journaliste du quotidien national Le Soleil et ex chargé de communication de la SDE ;

  • Saliou Traoré, ancien journaliste de l'Agence de Presse Sénégalaise (APS) et correspondent de la presse étrangère ;

  • Eugénie Aw, ancienne Directrice du Centre d'Etudes des Sciences et Techniques de l'Information (CESTI) ;

  • Abdourahmane Koïta, grand reporter à la télévision nationale RTS ;

  • Ibrahima Bakhoum, journaliste-formateur à l'Institut Supérieur des Sciences de l'Information et de la communication (ISSIC) ;

  • Mamadou Biaye, ancien directeur de publication du journal Le Quotidien ;

  • Kader Diop, ancien journaliste de l'Agence France Presse (AFP).

  • Saphie Ly, ancienne directrice de publication de Sud Quotidien.


Précédemment, Bacary Domingo Mané avait été élu Président du Conseil pour l'observation des règles d'éthique et de déontologie (CORED) dont le directoire est composé de quatorze (14) personnes élues en assemblée générale.



Absolute Software Corporation remporte la finale Imagine Cup



Deux ans après avoir lancé leur structure baptisée Absolute Software Corporation (Absoftcorp), des étudiants sénégalais ont remporté la finale Imagine Cup organisée par Microsoft grâce à leur application dénommée « E-control ». E-Control est un dispositif électronique bi-modulaire conçu pour faire de la télémétrie, de la télésurveillance et de la domotique via un Windows phone, un ordinateur ou un smartphone. Il vise à gérer de manière automatique, le fonctionnement de tous équipements électrique en local comme à distance, via une interface logicielle. L'innovation majeure vient du fait que toutes ces fonctionnalités citées précédemment sont assurés par des modules électroniques et informatiques encapsulés tous dans une seule boite qui est autonome mais également portable grâce à son faible poids.



Absoftcorp : http://ift.tt/1fmxIuJ


Le CTIC et Jokkolabs primés lors de la 2ème édition du salon Hub Africa



A l'occasion de la 2ème édition du salon Hub Africa, organisé les 24 et 25 avril 2014 à Casablanca (Maroc), deux sénégalais ont été primés à savoir Régina Mbodj qui a remporté le Prix du « Réseau d'accompagnement » le plus innovant avec l'incubateur CTIC Dakar, lequel s'emploie à mettre les TIC au service des activités socioéconomiques telles que l'agriculture et Karim Sy dans la catégorie « Entrepreneur social » avec Jokkolabs, un incubateur d'entreprises misant sur le coworking, lequel consiste pour des entrepreneurs à partager des locaux et les frais qui y sont associés.



CTIC : http://ift.tt/1a9Ily5

Jokkolabs : http://jokkolabs.net/


Célébration de la journée internationale des filles dans les TIC



Le 24 avril 2014, à l'occasion de la célébration de la journée internationale des filles dans les TIC, placée cette année sous le slogan « Fille choisit les TIC et assure ton avenir », diverses activités ont été réalisées dont une journée porte ouverte à la Direction du traitement automatique de l'information (DTAI) du ministère de l'Economie et des Finances, le lancement d'un concours « Jiggen ci TIC » par l'Université Gaston Berger de Saint-Louis (UGB), etc. Lors de cette journée, dont la marraine était Mme Aminata Tall, Présidente du Conseil économique, social et environnemental (CESE), le ministre de la Communication et de l'Economie numérique, Cheikh Mamadou Abiboulaye Dièye, s'est engagé à accompagner et faciliter l'insertion socioprofessionnelle des filles dans le secteur des TIC, par la mise à disposition de bourse de formation, de stage rémunéré, de financement pour les femmes entrepreneures porteuses de projet innovant.


Orange Money a célébré son 10 millionième client



Lors du séjour au Sénégal de Stéphane Richard, Président Directeur général d'Orange, Orange Money a célébré son 10 millionième client. Depuis son lancement en 2008, Orange Money a enregistré une forte croissance et le service est aujourd'hui disponible dans treize (13) pays (Botswana, Cameroun, Côte d'Ivoire, Egypte, Guinée, Jordanie, Kenya, Madagascar, Mali, Ile Maurice, Niger, Ouganda et Sénégal). En 2013, le montant des transactions effectuées par l'intermédiaire d'Orange Money a dépassé 2,2 milliards d'euros soit environ 1500 milliards de FCFA.



Orange Money : http://ift.tt/1oxGcC5


Le CESE est en train de réaliser une étude sur l'innovation dans le numérique



A l'occasion du colloque organisé sur le thème « innovation et croissance dans les pays non exportateurs de matières premières : le cas du Sénégal », par le Mouvement des entreprises du Sénégal (MDES) le 17 avril 2014, la Présidente du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Mme Aminata Tall, a annoncé que son institution était en train de réaliser une étude sur l'innovation dans le numérique avec comme thématique l'économie numérique, facteur de croissance.



CESE : http://www.ces.sn/


Le groupe IPG/ISTI désigné « meilleure académie CISCO 2013 » d'Afrique subsaharienne



Le groupe IPG/ISTI, réunissant l'Institut privé de gestion (IPG) créée en 1981 et l'Institut Supérieur de Technologie Industrielle créée en 1994, a été désigné « meilleure académie CISCO 2013 » d'Afrique subsaharienne.



Groupe IPG/ISTI : http://ift.tt/1lTNPN8


Arrestation d'un trafiquant opérant sur les appels internationaux entrant



Le 8 avril 2014, la gendarmerie nationale a procédé à l'arrestation d'un dénommé Akim qui avait mis en place un trafic portant sur les appels internationaux entrant. Ce dernier qui utilisait un dispositif ADSL et une SIM box qui lui permettait d'activer près d'une centaine de cartes SIM. Dès qu'un appel international arrivait, il était détourné et l'appel était tarifé à l'international, mais les opérateurs se voyaient facturer d'une communication locale. Grâce à ce système Akim aurait causé un préjudice, chiffré à plusieurs milliards de FCFA, aux opérateurs télécommunications opérant au Sénégal. Le 6 mars dernier, lors d'une rencontre organisée par l'Autorité de régulation des télécommunications et postes (ARTP), dans le cadre de la journée de sensibilisation sur les infractions dans le secteur des télécommunications, Dame Mbaye, le directeur du département sécurité de la société nationale des télécommunications Sonatel avait dévoilé qu'en 2013, l'opérateur historique avait perdu 200 millions de FCFA à cause de la fraude sur les télécommunications.


Expresso Sénégal averti par la Commission de protection des données



Suite à une délibération faite le 3 avril 2014, la Commission de protection des données personnelles (CDP) a adressé un avertissement à l'opérateur de télécommunication « Expresso Sénégal » pour manquements à la législation sur les données à caractère personnel à travers l'envoi de SMS publicitaires non sollicités. La CDP reproche à « Expresso Sénégal » d'avoir « délibérément envoyé des « SMS » de prospection commerciale à ses abonnés sans leur consentement et sans aucune possibilité de s'opposer audit traitement » et a estimé que les faits constatés révélaient un « manquement sérieux » aux dispositions législatives occasionnant dès lors une « atteinte grave » à la vie privée et à la tranquillité des personnes concernées. Pour mémoire, les dispositions juridiques de la loi n° 2008-12 du 25 janvier 2008 sur la protection des données à caractère personnel, font obligation de « procéder à la déclaration de tous les fichiers et bases de données contenant des informations nominatives, de respecter les finalités pour lesquelles ces données ont été collectées, de s'abstenir de toute prospection commerciale directe sans le consentement préalable des personnes concernées et de mettre en place un dispositif permettant à toute personne d'exercer son droit d'opposition audit traitement ».



CDP : http://www.cdp.sn/

Politique



Interdiction de l'utilisation des caméras drones



Le 29 avril 2014, le Ministre de l'Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, a signé l'arrêté n° 07212 portant interdiction d'utilisation de caméras drones. Dans l'article premier il est stipulé que « pour des impératifs de sécurité, l'utilisation en public de caméras drones, à des fins personnelles ou professionnelles, est interdite sur toute l'étendue du territoire national ». La signature de cet arrêté fait suite à l'utilisation de caméras drones, au-dessus du stade Demba Diop le 27 avril 2014, par la chaîne de télévision TFM pour la retransmission des combats de lutte ayant opposé Sa Thiès à Jordan et Yékini Junior à Modou Anta.



Ministère de l'Intérieur : http://ift.tt/NNj8Qa


Signature d'une convention de partenariat entre l'ARTP et la TRA des Emirats arabes unis



En marge de la 6ème Conférence mondiale sur le développement des télécommunications (CMDT) tenu du 30 mars au 10 avril 2014 à Dubaï (Emirats arabes unis), l'Autorité de régulation des télécommunications et postes (ARTP) et son homologue des Emirats arabes unis, la Telecommunication Regulator Autorithy (TRA), ont signé une convention de partenariat



ARTP : http://www.artp.sn/

Infrastructures et services



Diversification des forfaits illimix pour les clients Diamono



Orange a décidé de faire évoluer ses forfaits illimix lancés en avril 2013. Jusqu'à maintenant, les forfaits illimix étaient les mêmes pour tous les clients Diamono mais désormais ces derniers auront le choix entre des forfaits illimix Classic pour les clients Diamono Classic, illimix Scool pour les clients Diamono S'cool et illimineex pour les clients Diamono Door waar.



Orange : http://www.orange.sn/


Tigo lance « Tigo Cash », service de transfert rapide d'argent sur téléphone mobile



Le 2 avril 2013, Tigo a lancé « Tigo Cash », un service de transfert rapide d'argent sur téléphone mobile. Ce service permettra à tout abonné disposant d'une puce Tigo d'envoyer de l'argent à un tiers quel que soit l'opérateur de ce dernier. Selon les responsables de Tigo, ce produit s'adresse aux particuliers mais également aux hommes d'affaires et aux entreprises puisqu'il est possible de payer des salaires et des factures. A côté de l'habituel transfert d'argent au guichet Tigo Cash permet d'envoyer de l'argent dans un porte-monnaie électronique, acheter ou envoyer du crédit téléphonique et bénéficier de cadeaux bonus sur l'ensemble du territoire national. Pour lancer ce produit, Tigo annonce avoir ouvert 2 000 points de vente sur le territoire national et compte s'appuyer sur des partenaires pour sa distribution.



Tigo : http://www.tigo.sn/

Projets



Numérisation des archives de l'Afrique occidentale française (AOF)



Suite au travail de prospection mené par trois experts français et cinq archivistes sénégalais chargés de piloter le projet de numérisation des archives de l'Afrique occidentale française (AOF), l'importance du fonds à numériser a été estimé à 3 km. Sous réserve de trouver les financements nécessaires, ce projet pourra aboutir d'ici à la fin 2015. Les archives de l'AOF sont inscrites au « Registre Mémoire du monde » qui comprend le patrimoine documentaire qui a été recommandé par le Comité consultatif international et approuvé par le Directeur général de l'UNESCO, comme répondant aux critères de sélection en ce qui concerne son intérêt international et sa valeur universelle exceptionnelle. En attendant la numérisation intégrale de ce patrimoine, au moins un million d'images numérisées issues des archives de l'Afrique occidentale française (AOF) seront diffusées lors du Sommet de la Francophonie qui se tiendra les 28 et 29 novembre 2014 à Dakar (Sénégal).



Archives nationales du Sénégal : http://ift.tt/1lTNQ3m


Vers la gratuité de l'internet dans les institutions d'enseignement supérieur



L'Agence de l'informatique de l'Etat (ADIE) en collaboration avec l'Agence de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP) et le Fonds de développement du service universel des télécommunications (FDSUT) s'est engagée à prendre les dispositions immédiate pour matérialiser la demande du Président de la république, Macky Sall, relative à la gratuité de l'internet dans les universités et les établissements d'enseignement supérieur, exprimée lors de l'ouverture de la semaine de solidarité numérique.



ADIE : http://www.adie.sn/


Millicom envisage de créer des centres d'incubation pour entreprises en Afrique



Millicom, le groupe propriétaire de l'opérateur Tigo, a annoncé le prochain lancement au Rwanda de Think, un centre d'incubation pour entreprises à fort potentiel de croissance. L'objectif de Millicom est de soutenir des entreprises innovantes dans lesquelles le groupe possédera des parts. Les entrepreneurs sélectionnés pour l'incubation auront accès à du financement, du coaching et pourront également avoir accès a des ressources de Tigo pour les phases de tests. Le projet Think sera ultérieurement étendu dans tous les pays où le groupe Millicom est présent en Afrique.



Millicom : http://ift.tt/RsfkSc

Rendez-vous



Journée mondiale des télécommunications (17 mai 2014)



La Journée mondiale des télécommunications organisée à initiative de l'Union internationale des télécommunications (UIT) sera célébrée le 17 mai 2014. A cette occasion, l'Ecole supérieure multinationale des télécommunications (ESMT) organisera une conférence sur le thème : « Le haut débit, levier de croissance pour l'Afrique ».



ESMT : http://www.esmt.sn/





via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1lTNQQZ

La Commission des données personnelles a désormais pris ses marques



Il y a presque deux ans de cela, en juin 2012, Batik lançait un cri d'alarme afin que les dispositions nécessaires soient prises en vue de « Rendre opérationnelle au plus vite la Commission de protection des données ». En effet, plus de quatre années après le vote de la loi n° 2008-12 du 25 janvier 2008 instituant la Commission des données personnelles (CDP) et plus d'une année après la nomination de ses membres, cette institution n'était toujours pas opérationnelle alors que les plaintes relatives à la protection des données personnelles se multipliaient. Heureusement, depuis lors les choses ont évoluée dans le bon sens. La CDP s'est d'abord distinguée par une utilisation intensive et appropriée des moyens de communications électroniques afin de mener à bien sa mission. C'est ainsi qu'en février 2013 elle a procédé au lancement d'un site web bien fait, riche en information, régulièrement mis à jour et simple à utiliser. De plus, elle diffuse une lettre d'information électronique et publie, depuis la fin du premier trimestre de l'année 2014, un avis trimestriel qui rend compte de ses activités. Mieux, elle s'est dotée d'une page Facebook et d'un compte Twitter sur lesquels elle répercute nombre d'informations relatives à la problématique de la protection des données personnelles au Sénégal, en Afrique et dans le monde ainsi que des conseils pour éviter d'être victime du piratage de ses données personnelles. A ce titre, la CDP est sans doute une des institutions publiques qui tire le mieux profit des technologies de l'information et de la communication, et notamment des réseaux sociaux, pour dérouler sa communication institutionnelle. Cela étant, la CDP ne s'est pas contenté d'être présente dans le cyberespace. En décembre 2013, rappelant que tout traitement de données à caractère personnel devait obligatoirement faire l'objet d'une déclaration préalable dans le but d'assurer une protection efficace de la vie privée et des libertés individuelles, elle a demandé aux responsables du traitement des données, des organismes publics comme privés, de procéder dans les meilleurs délais aux déclarations des traitements auxquels ils procèdent sur les données nominatives, qu'il s'agisse de fichiers ou bases de données (personnels, clientèles, usagers, patients, abonnées, élèves ou étudiants, etc.), de transferts de données personnelles des Sénégalais à l'étranger, du marketing direct (SMS, courrier électronique), de systèmes biométriques (photos, empreintes digitales, ADN, etc.) ou encore de dispositifs de vidéosurveillance ou de géolocalisation. Depuis lors, les opérateurs de télécommunications, qui sont parmi les principaux détenteurs de fichiers clients avec les millions d'abonnés à la téléphonie mobile, ont commencé à défiler devant la CDP pour déclarer leurs fichiers. Saisie de nombreuses plaintes émanant de particuliers, la CDP a également adressé des avertissements à certains opérateurs de téléphonie qui avaient violé les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. C'est ainsi qu'Expresso a reçu un avertissement pour s'être livré à de la prospection commerciale auprès de certains de ses abonnés, en leur envoyant des SMS, sans leur autorisation préalable. En ce qui les concerne, la Sonatel et Tigo ont reçu des sommations pour manquement à la législation sur les données à caractère personnel, la Sonatel se voyant interdire de poursuivre les publicités et autres jeux « folies d'Orange » avec des numéros surtaxés et Tigo se voyant reprocher de procéder à une pratique systématique de prospection directe non conforme à la législation et d'avoir refusé de déclarer ses fichiers, bases et systèmes contenant des données personnelles. Notre société étant désormais sur la voie de l'informatisation globale, la CDP doit désormais s'investir plus fortement dans la communication en direction des usagers qu'elle a pour vocation de protéger, afin de mieux leur expliquer ses missions et ses attributions visant à garantir le respect de leur vie privée à travers les nouveaux outils de communication. Cela passe nécessairement par l'organisation d'activités de sensibilisation de l'ensemble des acteurs à travers le pays. Après un démarrage difficile, la CDP semble avoir pris ses marques et exerce désormais pleinement les prérogatives qui sont les siennes. Espérons seulement que les moyens ne lui feront pas défaut pour garantir ce droit essentiel qu'est la protection des données personnelles des citoyens.



Alex Corenthin

Secrétaire aux relations internationales







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1oxGclA

Jovago, un des joyaux de Rocket Internet en Afrique, s'attaque au marché francophone



Si en France la polémique entre le groupe de réservations hôtelières en ligne Booking et le Ministre de l'économie Arnaud Montebourg ne faiblit pas (le gouvernement pointant du doigt l'illégalité de plusieurs clauses en matière de tarifs appliqués aux hôteliers), en Afrique un nouveau géant de l'hotellerie en ligne – le site internet Jovago – est en train de monter en puissance. Avec dans le collimateur près de 115 millions d'africains francophones. C'est en tout cas l'annonce que viens de faire Africa Internet Holding, à l'origine de plusieurs plateformes internet en Afrique (Jumia, Hello Food, Kaymu) et qui a vu le jour sous l'impulsion des frères Samwyer en 2011.


Cette montée en gamme de Jovago peut s'expliquer par le fait que le secteur du tourisme est en plein essor en Afrique : le nombre de touristes visitant l'Afrique Sub-Saharienne a augmenté de 300% depuis 1990 selon la Banque Mondiale. L'institution de Washington soulignant au passage que les revenus du tourisme en 2012 (année record en nombre de fréquentation pour la région : 33,8 millions de visiteurs ayant foulé le sol africain cette année) ont généré près de 36 milliards d'US$ de revenus. Soit l'équivalent de 2,8% du PIB de la région : un chiffre encore trop faible en proportion d'autres secteurs économiques mais qui révèlent surtout un potentiel encore insuffisamment exploité. Et des impacts majeurs en matière de création d'emplois.


Apres un premier lancement au Nigeria en août 2013, rapidement suivit par le Sénégal, le Kenya et le Sud Soudan, et avec plus de 5000 annonces à travers l'Afrique. Jovago espère d'ailleurs étendre ses partenariats vers l'Ouest et le Nord de l'Afrique grâce à sa nouvelle version française.


(Source : Startup BRICS, 29 mai 2014)




« Nous sommes très heureux de rendre notre site accessible aux internautes francophones avec ce site français, afin de faciliter davantage le procédé de réservation en ligne », commente Harouna Ba, directeur général de Jovago pour l'Afrique de l'Ouest. « Cette récente progression illustre la croissance fulgurante de la demande de sites de e-commerce de haute qualité sur le continent et nous espérons étendre nos services à davantage de pays francophones grâce au succès et à la croissance actuelle de Jovago. »







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1lTNQk5

mercredi 28 mai 2014

Signature électronique : DHL lance la première preuve de livraison électrique au Sénégal



DHL express a lancé ce mercredi 28 mai à Dakar, la première preuve de livraison électronique au Sénégal pour faciliter l'enregistrement automatique de ses clients. C'est lors d'une conférence de presse que la première compagnie leader mondial du secteur de la logistique a dévoilé son nouveau système en présence du Directeur Général de la structure.


Fini les signatures à la main pour les clients de DHL Express. Désormais, toute livraison passera forcément par le nouveau service de preuve de livraison électronique qui consiste à signer électroniquement sur support papier. Cette nouvelle technologie, permettra à la société de gagner du temps dans le travail, mais aussi de préserver l'environnement en passant par l'informatisation des documents.


Il offrira également une visibilité accrue des colis et une expérience de livraison commode et continue.


« Il s'agit d'un système révolutionnaire qui utilise la signature électronique pour nos clients. Aujourd'hui nous sommes les premiers a avoir lancé cette technologie en Afrique et au Sénégal » a déclaré Abdoulaye Thiam DG de DHL Sénégal. Selon lui, « le Epod est doté d'un terminal qui permet au client après identification de pouvoir télécharger le document une fois la signature électronique opposée sur le système après une identification.


Ainsi donc, « chaque preuve de livraison donne des détails de la livraison et une image de la signature du destinataire enregistrer automatiquement. » Avec ce système les risques de frais sont réduits et la qualité améliorée.


Ce service de DHL Express n'est que le début du commencement d'un long avenir d'innovations technologiques au service des clients. « L'étape prochaine sera le téléphone portable. Nous voulons être plus proche de nos clients » soutient Mohamadou Diallo, Opération Manager DHL Sénégal.



(Source : Social Net Link, 28 mai 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1heOBZe

L'Etat a pris « toutes ses dispositions » pour reprendre le contrôle de Sonatel à Orange



La concession d'Orange sur la Société nationale des télécommunications Sonatel prend fin en 2017. Cela veut dire que l'opérateur historique des télécommunications appartiendra de nouveau entièrement à l'Etat. Afin de bien gérer cette étape qui annonce un retour des pleins pouvoirs de l'Etat sur Sonatel et conserver l'actuel caractère, fort productif, de cette entreprise télécom, Cheikh Bamba Dièye, le ministre de la Communication et de l'Economie numérique, a déclaré que toutes les dispositions nécessaires ont été prises par l'Etat du Sénégal.


Un arrêté a été demandé au Premier ministre afin qu'à cette étape cruciale, tous les acteurs travaillent ensemble pour aider la Sonatel à conserver le rayonnement financier qu'elle a gagné au fil des années en Afrique de l'Ouest. Il a indiqué : « Nous sommes parfaitement informés sur ce que France Télécom propose en matière de modernisation, car ils sont dans un grand groupe (…) Mais chaque élément posé doit être regardé avec toute la réserve et la froideur qu'il faut, pour voir ce qui est pertinent, sur le fait de matérialiser et de généraliser l'ensemble des activités, de les uniformiser (….). La Sonatel reste une entreprise sénégalaise avec des billes sénégalaise à l'intérieur, et c'est pourquoi toute croissance économique au niveau de la Sonatel est immédiatement répertoriée dans notre économie nationale ». D'où l'importance de conserver l'ancrage territorial de Sonatel et son contrôle par l'Etat.


Les déclarations du ministre de la Communication et de l'Economie numérique semblent épouser les idées des travailleurs de la Sonatel qui, farouchement opposés au programme d'externalisation d'Orange qui fragiliserait le tissu économique du pays, avaient appelé l'Etat à reprendre le contrôle de l'opérateur historique.


Cependant, il n'est pas exclu que l'Etat renouvelle le contrat de concession d'Orange sur Sonatel. Le 16 avril dernier, Stéphane Richard, le président directeur général d'Orange, reçu en audience par Macky Sall, le président de la République, a assuré que le groupe français des télécommunications tenait à contribuer encore au développement national et international de la Sonatel.


(Source : Agence Ecofin, 24 mai 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1mshsGG

PSE : Mahammadou Dionne rencontre le DG de Microsoft comme partenaire technique



Du 25 au 26 mai 2014, Ali Faramawy a effectué une visite de travail au Sénégal. Le Directeur Général de Microsoft Moyen-Orient et Afrique a eu plusieurs rencontres de haut niveau et des séances de travail avec ses collaborateurs locaux. Lors de sa visite, le Directeur Général de Microsoft Moyen-Orient et Afrique a été reçu en audience par le DG d'ASECNA, Amadou Ousmane Guitteye et Mahammadou Dionne, ministre chargé du suivi du Plan Sénégal Emergent (PSE). Il a aussi eu des réunions avec les partenaires Microsoft et les bénéficiaires des programmes citoyennetés Microsoft dans le pays. Au menu des discussions, les sujets relatifs au développement du secteur des TIC au Sénégal, son impact sur l'économie du pays et l'engagement de Microsoft à contribuer au développement des citoyens et institutions sénégalaises.


Aux autorités sénégalaises, Ali Faramawy a donné le message suivant : « Je suis ici pour réaffirmer l'engagement de Microsoft à accompagner le Sénégal sur plusieurs projets technologiques y compris le E-Gouv et le Plan Sénégal Emergent. Nous avons la ferme conviction que la technologie peut véritablement aider le Sénégal à être un pays émergent. Aujourd'hui plus que jamais, nous voulons renforcer ce partenariat gagnant-gagnant entre l'Etat du Sénégal et Microsoft ».


« Microsoft investit dans le développement de l'Afrique parce que premièrement, Microsoft est citoyen de l'Afrique depuis 20 ans. Nous croyons au potentiel de l'Afrique et continuons à jouer notre rôle de catalyseur en fournissant les technologies de dernière génération et des plateformes favorisant l'innovation, le développement des compétences de classe mondiale et l'entreprenariat ».


Pour Ali Faramawy,les TIC sont des éléments majeurs de croissance qui ont profondément transformé tous les domaines de la vie socio-économique et tous les métiers.Depuis 2007, date de son implantation au Sénégal, Microsoft contribue en effet à l'informatisation des institutions voulue par l'Etat.Pour aider le Sénégal à atteindre cet objectif, Microsoft appui en soutenant les projets de mise en place d'une administration numérique afin que l'Etat sénégalais utilise la puissance de la technologie pour mieux garantir les services publics aux populations sénégalaises.


Mahammadou Dionne, Ministre du Plan Sénégal Emergent s'est réjoui de la visite d'Ali Faramawy au pays de la Téranga : « Nous sommes plus que heureux de cette opportunité de vous rencontrer. Nous considérons Microsoft comme notre partenaire technique du Plan Sénégal Emergent et sommes prêtes à travailler avec vous pour développer le projet Smart City et le projet La Cité de Savoir ».


L'employabilité des jeunes Sénégalais et la lutte contre la pauvreté est aussi un axe important d'intervention pour Microsoft, à en croire le Directeur Général.


Dié Ba


(Source : Pressafrik, 28 mai 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1khdvBI

Orange envisage de monter au capital de l’opérateur marocain Méditel d’ici 2015





via TIC & TELECOM - Agence Ecofin | Actualité Economie, Finance, Energie, Télécom et Agro en Afrique http://ift.tt/SfwPcw

Renforcement de capacités : Les parlementaires mieux outillés en TICs



Grâce au financement de l'Usaid, les parlementaires sénégalais ainsi que certains agents de l'Assemblée nationale, bénéficient d'une formation en Tics avec l'appui technique de l'Ong Counterpart international.


La formation vise à « améliorer le travail des députés et des fonctionnaires de l'Assemblée nationale. Ceci permet, dans une certaine mesure, d'améliorer la transparence dans les activités qu'ils mènent, le climat de confiance entre les parlementaires et les populations », selon M. Diop.


C'est un programme qui veut effectivement restaurer la confiance entre les parlementaires et les citoyens par un leadership inclusif et responsable et à contribuer au renforcement des capacités institutionnelles, techniques et systémiques de l'Assemblée.


Pour le formateur Aboubacar Sadikh Ndiaye, l'accent est mis sur les enjeux liés à l'appropriation du web, sur les médias et réseaux sociaux pour les parlementaires et sur comment ces parlementaires doivent utiliser les nouveaux médias et réseaux sociaux pour interagir avec les populations.


« C'et un moyen de communication fiable », a fait comprendre Mamadou Cissé, député du département de Kédougou.


En outre, d'autres activités sont prévues, notamment l'élaboration d'un outil qui permettra d'évaluer les politiques et les lois pour voir dans quelle mesure elles prennent en compte la dimension « genre », l'élaboration du guide du député pour lui permettre, très tôt, de comprendre le travail qui l'attend et des journées portes ouvertes de l'Assemblée nationale.


Amadou Diop


(Source : Le Soleil, 28 mai 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1nBMkHD

"Le Growth Hacking n’est pas une révolution mais une évolution du marketing"



Présenté comme le renouveau du marketing, le “Growth Hacking” est un levier de croissance susceptible de bouleverser certains business models.




Décryptage de cette tendance à l'occasion de la Startup Keynote organisée par Maddyness et Learn Assembly ce mercredi, avec Maxime Salomon, bloggueur sur le thème et





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/1mFvaYo

via IFTTT

Une université suédoise se lance dans le paiement via la paume de la main



Le secteur du paiement sans contact s’enrichit d’un nouveau système biométrique qui se base sur le réseau veineux de la paume de la main pour assurer l’authentification lors d’une transaction commerciale.




Le paiement sans contact n’est plus une innovation aujourd’hui et même s’il a été popularisé et compte environ 23.600.000 cartes de paiement en mars 2014 d’après L’Observatoire du NFC et du sans contact, seul 37% du parc est installé.





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/SQ5qOT

via IFTTT

Un comparateur de téléphones pour faciliter l’achat





via Home http://ift.tt/1oIfvIB

mardi 27 mai 2014

L'AUF et l'UNESCO pour la promotion des TICE en Afrique de l'Ouest



L'UNESCO et l'AUF ont établi un partenariat pour la promotion des TICE au sein des institutions d'enseignement supérieur de l'Afrique de l'Ouest. Le programme de développement des technologies de l'information et de la communication pour l'éducation est un appui à la réforme L-M-D au sein de l‘UMEOA.


Un communiqué de l‘AUF souligne ce partenariat avec L'UNESCO qui, lui aurait confié : “une mission de soutien au développement et à l'utilisation des TICE dans huit universités de huit pays de l'espace UEMOA. Ce partenariat prévoit de consolider les capacités pédagogiques des établissements dans le domaine du numérique. Il renforcera la qualité de l'enseignement supérieur et facilitera l'accès aux ressources éducatives pour les étudiants.”


L'Agence Universitaire de la Francophonie devra veiller dans un premier temps à l'identification “des points forts et des réalisations effectives des universités en matière de TICE“.


Après le diagnostic des ressources pouvant être exploitées pour le développement des TICE, l‘AUF aura la charge de l'élaboration d'un plan de formation dont le suivi sera assuré par chaque établissement.


« L'Agence tient pour essentiels le déploiement et l'expérimentation des technologies dans l'éducation et l'innovation pédagogique. Ce sont des outils nécessaires à l'amélioration de la qualité de l'enseignement, de la recherche et de la gouvernance. Nous sommes fiers de mettre notre expertise au service de l'intégration des TICE dans une stratégie globale d'établissements en Afrique de l'Ouest. » soutient Bernard Cerquiglini, Recteur de l'Agence universitaire de la Francophonie.


(Source : Afrique ITnews, 27 mai 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1tk6jdE

Gabon: comment les opérateurs forment les jeunes aux nouvelles technologies





via Digital Archives - Les nouvelles technogies en Afrique http://ift.tt/1kcRkMX

Voycee confirme l'envie d'un web de partage, sans archives



L'application permet de poster du contenu multimédia et d'encourager les retours de sa communauté. Mais chaque nouvelle publication efface la précédente. Une formule hybride entre les réseaux sociaux classiques et les applications basées sur l'anonymat ou l'instantanéité.




La Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) vient de publier son rapport d'activité 2013, en faisant un gros focus sur la problématique des données personnelles. En plus d'en appeler à la vigilance individuelle, la commission propose outils pédagogiques et bonnes pratiques pour mieux gérer sa vie en ligne.





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/TQTcX0

via IFTTT

Après le Tchad, Airtel annonce la formation de 5000 jeunes Gabonais aux TIC





via TIC & TELECOM - Agence Ecofin | Actualité Economie, Finance, Energie, Télécom et Agro en Afrique http://ift.tt/1kcdHlM

Publicité des tradipraticiens : les organes de presse priés de respecter la loi



Le ministère de la Communication et de l'Economie numérique rappelle aux organes de presse l'interdiction formelle de diffuser des messages publicitaires vantant des remèdes proposés par des tradipraticiens.


Dans un communiqué transmis à l'APS, le ministère de la Communication et de l'Economie numérique indique que des organes de presse ''continuent toujours de servir de tribunes à ces derniers en proposant aux populations des soins supposés guérir toutes les maladies. Ce qui n'est pas conforme à la réalité''.


Rappelant la loi du 28 janvier 1983 relative à la publicité, le communiqué informe que ''tout organe de presse incriminé dans ces pratiques, encourt de sévères sanctions conformément aux dispositions de la loi susmentionné (article 15) cumulativement à l'article 32 des cahiers des radios commerciales et communautaires''.


‘'Ces sanctions peuvent aller jusqu'au retrait de l'agrément et la suspension de l'organe fautif'', ajoute le texte.


(Source : APS, 27 mai 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1pfBf10

Les jeux en santé, une alternative aux médicaments



Les jeux et logiciels dans le domaine de la santé permettent d’agir sur le comportement des patients et apporter une autre forme de thérapie. Ils constituent un marché en développement.




Entretien avec Steffen Walz, chercheur et directeur au GEELab Europe, laboratoire spécialisé dans la recherche dans le domaine du jeu et du divertissement à l’Université





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/TQy96W

via IFTTT

Houssam Nasrawin: "Dubaï veut devenir le numéro un mondial de la high tech d’ici 2021."



Dubaï accélère sa mutation numérique et construit son écosystème innovant. Mais la compétition entre les startups est forte.




Entretien dans le cadre de l’émission L'Atelier num&ea





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/1nuHAU7

via IFTTT

L’AUF et l’UNESCO pour la promotion des TICE en Afrique de l’ouest

L’UNESCO et l’AUF ont établi un partenariat pour la promotion des TICE au sein des institutions d’enseignement supérieur de l’Afrique de l’Ouest. Le programme de développement des technologies de l’information et de la communication pour l’éducation est un appui à la réforme L-M-D au sein […]


The post L’AUF et l’UNESCO pour la promotion des TICE en Afrique de l’ouest appeared first on AfriqueITNews.com.






via AfriqueITNews.com http://ift.tt/1tHUzDO

lundi 26 mai 2014

Lancement de la quatrième édition du Prix Orange de l'entrepreneur social



L'opérateur de télécommunication Orange a procédé au lancement de la quatrième édition du Prix de l'entrepreneur social en Afrique destiné à récompenser les entrepreneurs proposant des produits ou des services qui s'appuient de façon innovante sur les TIC pour répondre aux besoins des populations africaines, annonce un communiqué transmis à l'APS.


Les candidatures qui sont ouvertes du 22 mai au 19 septembre prochain doivent être orientées vers des domaines variés comme la santé, l'agriculture, l'éducation, l'énergie, l'industrie ou encore le commerce, précise le texte.


Selon la même source, le prix de l'édition 2014 récompensera quatre projets dont trois avec des dotations de 10 000, 15 000 et 25 000 euros, ainsi qu'un nouveau prix spécial de 10 000 euros qui sera remis au finaliste qui aura utilisé une API Orange.


Les organisateurs expliquent que tout entrepreneur de plus de 21 ans ou toute entité légale existant depuis moins de trois ans au moment du concours, sans restriction de nationalité, peut participer gratuitement à ce prix.


(Source : APS, 26 mai 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1mgIUHk

L’OPA d’Etisalat sur les 17% d’actions minoritaires de Maroc Telecom rejetée





via TIC & TELECOM - Agence Ecofin | Actualité Economie, Finance, Energie, Télécom et Agro en Afrique http://ift.tt/1h5JgmU

Monaco Telecom vole au secours du groupe télécom Bintel en Afrique





via TIC & TELECOM - Agence Ecofin | Actualité Economie, Finance, Energie, Télécom et Agro en Afrique http://ift.tt/1h5Jg6m

La montre, locomotive du mouvement IoT ?



Les prochains mois réservent un bel avenir aux montres connectées. Toutefois, il apparaît primordial de relever les défis relatifs aux questions de sécurité.




Nos objets du quotidien se connectent peu à peu, investissant tous les secteurs. A ce propos, la semaine dernière, L'Atelier décryptait la tendance IoT (Internet of Things) à travers une enquête.





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/SFySXO

via IFTTT

Des capteurs sensoriels pour la manucure du futur



Des étudiantes ont imaginé le salon de manucure du futur permettant d’équiper les ongles de capteurs sensoriels pour étudier le comportement et apporter des solutions sur-mesure.




L’utilisation de la technologie wearable et plus largement des objets connectés fait de plus en plus irruption dans nos quotidiens. En témoigne Google, qui s’est allié avec Luxottica, fabricant italien de lunettes détenant notamment la marque Ray-Ban, afin de toucher le grand public avec ses lunettes intelligentes.





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/1w8E2uL

via IFTTT

Communiqué sur les exigences légales en matière de protection des données personnelles en période électorale



En prélude aux élections locales (départementales et communales) prévues le 29 juin 2014, la Commission de protection des données personnelles (CDP) rappelle à toutes les personnes concernées leur devoir de respect de la vie privée des Sénégalais, notamment dans l'utilisation des données à caractère personnel les concernant.


Les candidats, partis ou coalitions de partis, tout comme les membres de leur équipe de campagne, doivent se conformer aux dispositions de la loi n°2008-12 du 25 janvier 2008 sur la protection des données à caractère personnel lorsqu'ils constituent des fichiers de données nominatives ou lorsqu'ils ont recours à de tels fichiers.


Aussi, la CDP tient-elle à rappeler que dans le cadre de l'utilisation des données à caractère personnel à des fins de communication ou de marketing politique, il convient de retenir que seuls les fichiers internes constitués par les partis politiques ou les candidats eux-mêmes dans leurs circonscriptions avec le consentement exprès des personnes concernées et le fichier électoral peuvent être utilisés ; et que, par ailleurs, il est interdit de recourir aux fichiers « clientèle » d'autres sociétés privées ou organismes publics, entre autres, pour envoyer des messages à caractère politique.


La CDP rappelle que conformément à la législation, tout abus sera passible de sanctions administratives, pécuniaires ou pénales. En cas de manquement, toute personne concernée peut en informer la CDP par email : contactcdp@cdp.sn


Pour plus d'information, les partis et candidats peuvent saisir également les services de la CDP.


La CDP sait pouvoir compter sur tous les acteurs pour une campagne électorale respectueuse des données personnelles et de la vie privée des sénégalais.


Commission des Données Personnelles (CDP)

34, Sicap Mermoz VDN Lot B

Tél : 33 852 64 84 Site : www.cdp.sn

Email : contactcdp@cdp.sn


(Source : CDP, 26 mai 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1ms0sC5

Soutien à l'innovation en Afrique : Après le CTIC Dakar, Orange annonce l'ouverture du 1er incubateur au Niger



Après l'incubateur CTIC au Sénégal et Ebène à l'Ile Maurice, Orange annonce l'ouverture du 1er incubateur au Niger.


Orange Niger et ses partenaires locaux* ont contribué à la création du Centre Incubateur des PME au Niger (CIPMEN) pour favoriser l'émergence d'entreprises innovantes au Niger.


Dans les pays d'Afrique subsaharienne, 85% des PME ne survivent pas à la 2ème année d'activité, tandis que les entreprises qui suivent un processus d'incubation affichent un taux de survie de plus de 80% après 5 années d'activité.


Accompagner la création d'entreprises innovantes au Niger


Le CIPMEN a été conçu pour accompagner les petites et très petites entreprises, depuis leur démarrage jusqu'à ce qu'elles atteignent un niveau de maturité et de rentabilité satisfaisant pour être autonomes et pérennes. Cette structure a pour vocation d'aider les PME innovantes à se développer sur un marché où trop peu d'entre elles voient le jour entre le secteur informel et les entreprises à portée nationale ou internationale. En outre, il existe peu de mécanismes d'accompagnement adaptés dans le pays, alors que les entreprises jouent un rôle central dans la création d'emplois chez les jeunes, dans l'émergence d'une classe moyenne et dans la création et la redistribution de richesses.


L'incubateur accueillera des entreprises travaillant dans des secteurs d'avenir de l'économie tels que les TIC, les énergies renouvelables et l'environnement. Ce projet, initié par Orange, est un pilote qui permettra le lancement d'autres initiatives régionales au Niger sous forme d'essaimage. En savoir plus : http://www.cipmen.org/


L'inauguration du CIPMEN, qui a eu lieu fin avril 2014, a coïncidé avec la tenue de la 1ère édition de Startup Weekend à Niamey où 80 participants ont travaillé durant 54 heures sur des projets novateurs. En savoir plus : http://ift.tt/1jQBxIi


L'innovation au service du développement social et économique


Par ses investissements dans les réseaux et sa présence dans les pays en croissance, Orange joue un rôle dans le développement social et économique des territoires. De plus, les TIC créent des conditions favorables à l'émergence de nouveaux modèles économiques, de nouveaux segments d'activités et à l'élargissement des marchés des entreprises locales.


Orange souhaite accompagner les idées neuves, porteuses de progrès pour tous et notamment celles qui sont créatrices de valeur économique au niveau local. C'est pour cela qu'Orange initie et soutient dans une démarche partenariale des initiatives qui contribuent à accélérer cette mutation positive. Orange a ainsi déjà contribué à la création et au soutien de l'incubateur CTIC à Dakar et Ebène à l'Ile Maurice, en complément des Hackatons organisés en Tunisie, en Ouganda et à l'Ile Maurice. Enfin, le groupe a créé le Prix Orange de l'Entrepreneur Social en Afrique, dont la 4ème édition vient d'être annoncée (http://oran.ge/1noUaqt).


Ces projets incarnent à la fois la stratégie d'innovation d'Orange et sa démarche responsable pour répondre aux besoins des populations par des solutions dans les domaines de l'éducation, la santé et l'agriculture ainsi que les services financiers et administratifs.


(Source : Social Net Link, 26 mai 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1jQBvjM

Africa Water Week 2014 : Utiliser les TICs pour promouvoir la voix des citoyens et leur responsabilisation dans la fourniture des services d'eau et d'assainissement



La possibilité d'exploiter de façon stratégique le canal de la voix des citoyens est un facteur essentiel pour l'amélioration de l'accès aux services d'eau et d'assainissement.Toutefois,l'engagement effectif des consommateurs et des citoyens est encore le maillon faible du cadre de gouvernance du secteur, et reste un défi majeur pour les prestataires des services d'eau et d'assainissement et pour les institutions responsables du contrôle et du suivi-évaluation.


C'est pourquoi, dans le cadre de la 5ème Semaine Africaine de l'Eau de l'AMCOW qui se tiendra ce mardi 27 Mai au King Fahd Palace à Dakar au Sénégal, la Banque Mondiale (WSP), ONAS (Sénégal), AFEB (Bénin), Nairobi Water Company et WASREB (Kenya) organisent une session conjointe qui a pour thème « Utiliser les TICs pour promouvoir la voix des citoyens et leur responsabilisation dans la fourniture des services d'eau et d'assainissement »


. L'utilisation élargie des TICs est essentielle pour atteindre la majorité de la population, les plus pauvres, et de créer un cadre de bonne gouvernance et de renforcement du pouvoir des usagers des services.Cette session a pour objectifs de partager les leçons tirées des expériences pionnières de l'utilisation de systèmes basés sur les TICs pour améliorer la délivrance des services d'eau et de l'assainissement.


Cette session mettra l'accent sur le potentiel de l'utilisation de systèmes basés sur les TICs pour promouvoir la voix des citoyens et leur responsabilisation dans la fourniture des services d'eau et d'assainissement.


La session présentera les expériences du Kenya dans l'exploitation des systèmes basés sur la téléphonie mobile pour améliorer la participation des consommateurs des services d'eau – y compris un système de gestion des plaintes qui permet aux consommateurs de signaler et de suivre les plaintes, de remettre en cause leurs factures et de recevoir des mises à jour sur leurs téléphones mobiles ; du Bénin, où une plate- forme TIC améliore les systèmes de gouvernance de l'eau en améliorant l'efficacité opérationnelle des systèmes d'eau exploités par les privés ; et du Sénégal, où le fournisseur national de services d'assainissement emploie un système basé sur les TICs pour relever les défis de la gestion des boues de vidange en milieu périurbain.


(Source : Social Net Link, 26 mai 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1tF03Pv

L'Afrique va offrir un marché de plus d'un milliard



L'essor du commerce électronique n'a fait que bouleverser davantage l'expérience d'achat traditionnelle pour les clients. Le nombre d'Africains appartenant à la classe moyenne a triplé au cours des 30 dernières années, rapporte une étude.


Et les prévisions actuelles suggèrent que ce chiffre atteindra un total d'1,1 milliard d'individus en 2060, faisant de l'Afrique le continent qui a la plus rapide expansion dans le monde. Cette montée, associée à la croissance du Pib de plus de 6 % prévue par le Fonds monétaire international (Fmi), favorise considérablement le potentiel de croissance du commerce de détail sur le continent via la hausse du pouvoir d'achat et de la demande des consommateurs.


En outre, l'essor du commerce électronique et de l'accès à la technologie n'a fait que bouleverser davantage l'expérience d'achat traditionnelle pour les clients, et les détaillants commencent de plus en plus à maximiser les opportunités liées au nombre grandissant de consommateurs numériques, qui préfèrent acheter des produits par voie électronique.


L'expansion des activités de détail est un point clé dans la stratégie commerciale africaine de Dhl Express. C'est conscient de cela que le leader mondial du marché de la logistique, présent dans plus de 2 400 points de vente à travers l'Afrique, envisage de poursuivre sa stratégie d'expansion dynamique en Afrique en 2014.


Le Sénégal n'échappe pas à la règle. Il figure dans l'indice de développement du commerce de détail en Afrique, récemment publié. Ce rapport, parvenu à Wal Fadjri, informe que « les principaux marchés de détail sont le Nigeria, l'Afrique du Sud, le Kenya, la Tanzanie, l'Ouganda, le Ghana, le Sénégal, la Côte d'Ivoire, la Rdc, la Zambie et le Zimbabwe ».


L'indice de développement du commerce de détail en Afrique a validé une nouvelle fois les projets de la société en établissant le classement des 10 pays les plus importants d'Afrique sub-saharienne en termes d'expansion commerciale.


Ce sont le Rwanda, le Nigeria, la Namibie, la Tanzanie et le Gabon qui ont été jugés les marchés les plus attractifs d'Afrique pour les détaillants cherchant à s'étendre. « En Afrique, constate-t-on, les chaînes d'approvisionnement représentent un défi plus important que dans de nombreux autres marchés à travers le monde.


La clé du succès consiste à comprendre ce défi afin de compenser les risques grâce aux opportunités que représente le continent ».


De l'avis des experts, cette connaissance permettra aux détaillants d'offrir aux marchés une chaîne d'approvisionnement suffisamment agile « pour réagir rapidement aux changements soudains ou inattendus, assez flexible pour personnaliser les produits et assez efficace pour protéger les marges ».


Actif sur le continent depuis plus de 36 ans, et en tant que seule société express internationale à exploiter sa propre compagnie aérienne et sa propre infrastructure étendue à travers l'Afrique, le leader mondial du marché de la logistique se dit « idéalement positionné pour connecter l'Afrique avec le monde ».


M. Gaye


(Source : Wal Fadjri, 24 mai 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1jTYyvi

Simmons veut transformer le temps de sommeil inactif en bénéfice actif



Le fabricant de literie a clairement orienté sa stratégie digitale vers le serviciel : blog permettant d'accéder à du contenu d'information sur le sommeil et la décoration, application de gestion de son sommeil...




Entretien réalisé dans le cadre de L'Atelier numérique avec Ludovic Jaeger, directeur digital du groupe Cauval Industrie, qui commercialise notamment Simmons, le fabricant de literie.


Retrouvez également le podcast de l'interview.





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/1okMvZO

via IFTTT

samedi 24 mai 2014

Le CNRA s'offre son « big brother »



Le logiciel acquis par le Conseil National de Régulation de l'Audiovisuel au Sénégal va sensiblement améliorer le système de monitoring de cette institution. Un instrument de plus pour renforcer la démocratie et améliorer le travail des médias.


Le Conseil national de Régulation de l'Audiovisuel (CNRA) pourra veiller davantage sur les médias. L'organe de régulation que dirige Babacar Touré a acquis le « HACA Média Solutions HMS », qui est une solution technique de dernière génération à large spectre, dédiée au monitoring des programmes audiovisuels. Il comprend trois modules : le module « HMS Acquisition » qui permet l'acquisition des signaux, la numérisation et l'archivage des programmes radiophoniques et télévisuels 24h/24 et 7j/7 ou en différé. Il a l'avantage de disposer d'un moteur de recherche par le nom du média, la date et l'heure de diffusion. Donc, plus besoin d'aller auprès des structures pour exiger une copie des enregistrements. Cette révolution porte l'empreinte du royaume marocain. Dans l'optique de la transition numérique prévue en 2015 au Sénégal, le système (logiciel) acquis par le CNRA, est un moyen efficace dans la gestion de l'espace audiovisuel sénégalais. Le Président du CNRA, en réceptionnant le matériel, a souhaité une synergie des actions entre les acteurs impliqués dans la gestion de l'espace médiatique, car a-t-il souligné, « la régularisation institutionnelle, à elle seule ne peut pas régler le problème ». Le CNRA ambitionne de « savoir tout ce qui se dit et se montre sur les chaînes diffusées sur Dakar et sur le reste du territoire national ». Il est en effet impératif que « le CNRA sache ce qui se passe au nord, au sud et au centre du pays pour mieux jouer son rôle de régulateur », a relevé le président du CNRA. Le nouveau système mesure la représentation et le temps de présence de tous les acteurs politiques de quelques bords qu'ils soient, hommes et femmes en parité, jeunes et seniors dans une société où l'information et la connaissance ignorent les monopoles, urbains et ruraux dans leur égal droit à l'information.


Par ailleurs, le « HACA Média Solutions HMS », véritable « Big brother » va permettre d'asseoir une plus grande pluralité dans les contenus médiatiques. Le module « HMS Pluralisme » est fait pour comptabiliser les temps de parole et temps d'antenne, notamment en périodes électorales. Le système permet le monitoring de 24 télévisions et 36 radios. La portée du système est extensible et le CNRA compte acquérir une solution qui lui permettra le suivi des médias sur l'intégralité du territoire du Sénégal. L'archivage peut aller jusqu'à 1 an et demi pour la radio, et pour la télévision, c'est 1 mois mais il peut être élargit à 3 mois. Ce nouveau système de monitoring des programmes audiovisuels réceptionné par le CNRA est développé par la Haute Autorité des Médias du Maroc (HACA). Selon Babacar Touré, Président du CNRA, « l'expertise Marocaine est ce qu'il y a de meilleur. Il est adapté à nos besoins et nos réalités ». Le Directeur Général de la Haute Autorité des Médias du Maroc (HACA) Jamal Eddine NAJI, venu superviser la phase finale de l'installation, pour l'implication des acteurs des médias, a souligné que « ceux qui ont réussi dans ce domaine, sont ceux qui misent sur l'autorégulation et la co-régulation ». Le CNRA et la HACA sont tous deux membres du Réseau francophone des Régulateurs des médias (REFRAM).


Pape Amadou Fall


(Source : La Gazette, 21 mai 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1kAznwx

Données personnelles : Vers un partenariat entre la Cdp et Google Afrique francophone



Le président de la Commission nationale des données personnelles (Cdp), Dr Mouhamadou Lô, a reçu, mercredi dernier, une délégation de Google Afrique francophone. Cette rencontre a été une occasion pour les deux parties de réfléchir sur les bases d'un partenariat en vue de renforcer la protection des données personnelles au Sénégal.


La Commission nationale des données personnelles (Cdp), sous l'égide de son président, Mouhamadou Lô, a rencontré, mercredi dernier dans ses locaux, une délégation de Google Afrique francophone, conduite par Tidiane Dème, analyste et responsable de ladite structure. Cette rencontre a servi de cadre aux deux parties pour réfléchir sur les bases d'un partenariat afin de renforcer la protection des données personnelles au Sénégal. Les responsables des deux structures, informe le communiqué de la Cdp qui nous est parvenu, ont également échangé sur le droit de la protection des données personnelles et les enjeux qui y sont liés, notamment dans un cadre transnational du fait de la position de Google sur l'échiquier de l'Internet mondial.


La difficulté liée à la sécurité pour ce qui est de la technologie du « Cloud », laquelle constitue un grand défi dans le cadre de la protection des données nominatives parce que dépassant le cadre national, a aussi été abordée. Sur cette question, renseigne le document, Dr Mouhamadou Lô n'a pas manqué de souligner la difficulté de mettre en place une Convention au niveau mondial dédiée spécifiquement à la question de la protection des données personnelles.


En outre, les questions liées à la sécurité du stockage des données ont été également abordées avec la mise en place des systèmes de virtualisation. Ce faisant, à propos du droit à l'oubli sur l'Internet, M. Lô a cherché à « voir dans quelles mesures Google Afrique francophone pourrait accompagner la commission sénégalaise dans le traitement de plaintes d'individus souhaitant effacer ou faire retirer un contenu dans le célèbre moteur de recherche ». Sur ce, Tidiane Dème « a répondu que Google a mis déjà un certain nombre de moyens qui permet à tout citoyen d'enclencher une procédure permettant d'interdire la diffusion de ces contenus ».


Par ailleurs, le responsable de Google Afrique francophone « s'est engagé, dans un délai proche, à procéder à la déclaration de ses fichiers et bases de données devant la Cdp ». Et ce, pour être en conformité avec la législation sénégalaise.


Ibrahima Ba


(Source : Le Soleil, 24 mai 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1kAznwp