2[Côte d'Ivoire] TEDxGrandBassam célèbre les «Immortelles»

TEDXGrandBassam, est un événement organisé sous la licence Américaine TED. Il vise à mettre en avant les idées innovatrices de personnes qui...

Orange lance la 6ème édition du Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient

Cette année, le grand concours de business plans organisé par Orange en Afrique et au Moyen-Orient se dédouble. Chaque projet candidat peut en effet être jugé par deux jurys, un national et un international. Les récompenses à...

L'Ambassade des USA encourage les jeunes ivoiriennes à poursuivre des carrières scientifiques et technologiques

« Les femmes éduquées acquièrent une voix et une place dans la société, ce qui leur donne plus de débouchés économiques et encourage leur participation dans la politique et fortifie la société, »...

mercredi 30 avril 2014

« Open Societic » : La technologie au service de la bonne gouvernance

L’Osiwa et le Ctic Dakar conjuguent leurs efforts autour d’un même dessein avec « OPEN SOCIETIC ». Ce programme de technologies pour la bonne gouvernance a pour finalité de stimuler des projets visant, grâce à l’usage des TICs, à faciliter les interactions entre les citoyens […]


The post « Open Societic » : La technologie au service de la bonne gouvernance appeared first on AfriqueITNews.com.






via AfriqueITNews.com http://ift.tt/1hTrlOb

L'industrie du jeu vidéo continue de marquer des points



La France se situe en seconde place après les Etats-Unis dans le domaine de l'industrie des jeux vidéo. Les objets connectés, la réalité virtuelle, ou encore le cloud gaming renforcent son dynamisme.




Haut lieu de l'innovation et de la création dans le domaine du jeu vidéo, la France se démarque avec 300 entreprises françaises spécialisées. Le secteur de la production vidéoludique est la première industrie culturelle en France mais aussi dans le monde avec 60 milliards d’euros dépensés au total en 2012.





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/1hVWDzN

via IFTTT

Les voitures connectées, une opportunité de revenus pour les télécoms



Les systèmes de connexion mobile intégrés aux véhicules pourraient apporter une nouvelle source de revenus pour les opérateurs de télécommunications qui devront coopérer avec les constructeurs pour fournir un service efficace.




L’accès à Internet intégré dans nos voitures tend à s’imposer.





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/SajTFl

via IFTTT

Imagine cup 2014 : Ab-Soft Corp remporte la finale régionale

C’est en Côte d’Ivoire que s’est déroulée la finale régionale du concours organisé par Microsoft, Imagine Cup 2014. Les vainqueurs sont Abdoullahi Diaby, Babacar Ema Ndiaye, Mbagnick Ndao, Abdou Rahim Diaw de l’équipe AB Soft Corp. Avec E-Control, dispositif électronique pour la télésurveillance, la domotique […]


The post Imagine cup 2014 : Ab-Soft Corp remporte la finale régionale appeared first on AfriqueITNews.com.






via AfriqueITNews.com http://ift.tt/1fxlLly

Maroc Telecom déconseille à ses abonnés toute recharge sur son réseau cette nuit





via TIC & TELECOM - Agence Ecofin | Actualité Economie, Finance, Energie, Télécom et Agro en Afrique http://ift.tt/1u3i8bn

Les Seychelles, 2ème nation africaine la mieux préparée dans les TIC après l'île Maurice



L'Indice de préparation au réseau (Networked Readiness Index, NRI) du Forum économique mondial a publié son rapport le 28 avril 2014. Il ressort que les Seychelles sont désormais la seconde nation africaine la mieux préparée en matière de technologies de l'information et de la communication, juste après l'île Maurice qui est passée de la 55ème place en 2013 à la 48ème place. L'amas d'île est passé devant l'Afrique du Sud.


Dans son étude, la NRI a évalué 148 pays sur la base de leurs capacités en matière de technologies de l'information et de la communication (TIC). Le rapport a indiqué que les Seychelles ont réalisé les meilleurs résultats en termes sous-indice de préparation pour les infrastructures et le contenu numérique), les compétences en technologies de l'information, l'environnement politique et règlementaire et aussi en termes de sous-indice d'utilisation des TIC dans les affaires. Les Seychelles dont la population est de 90 000 habitants est ainsi passé du 79ème rang mondial en 2013 au 66ème rang en 2014.


Aux Seychelles, le marché local des télécoms et TIC est partagé entre deux opérateurs télécoms : Airtel Seychelles et Cable and Wireless Seychelles. Kokonet et Intelvision, sont les deux fournisseurs de services internet.


(Source : Agence Ecofin, 29 avril 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1mbv9dm

Deux Sénégalais primés au salon Hub Africa



De plus en plus, les entreprises utilisent les TIC pour développer leur business. Et le salon Hub Africa est une plateforme où se rencontrent tous les acteurs oeuvrant pour l'essor de l'entrepreneuriat en Afrique, mais il constitue un lieu où sont récompensés celles qui se sont le plus illustrées dans l'innovation. Pour cette édition, deux Sénégalais figurent parmi les lauréats. Il s'agit de Régina Mbodj qui a remporté le Prix du « Réseau d'accompagnement » le plus innovant avec son projet CTIC Dakar, lequel s'emploie à mettre les Tic au service des activités socioéconomiques telles que l'agriculture et de son compatriote Karim Sy s'est distingué dans la catégorie « Entrepreneur social » grâce son projet Jokkolabs, un incubateur d'entreprises made in Sénégal, axé sur ce que les anglophones appellent le coworking, lequel consiste pour des entrepreneurs à partager des locaux et les frais qui y sont associés. « Les « HUB Africa Awards » ont récompensé les acteurs publics et privés qui œuvrent au quotidien, sur le continent, pour la promotion de l'esprit d'entreprise et l'accompagnement des entrepreneurs. Les « HUB Africa Awards » ont permis de rendre hommage à l'engagement et au courage des entrepreneurs africains, à travers 10 prix », indique le communiqué final dont copie nous est parvenue.


Ainsi, pour les autres lauréats, le Prix de l'« Entrepreneur de l'année » a été attribué Karim Mazouzi de DBM Maroc, pour la conception de la marque Accent, premier ordinateur 100% marocain. Fatima Bennani d'Agrifertil a fait la main basse sur le trophée de la catégorie« Entrepreneur féminin » de l'année. Son entreprise est spécialisée dans la fabrication des fertilisants organiques et d'engrais sous forme liquide et solide. Hicham ABBAD d'Engima a remporté le prix « Star up » de l'année. Ehtimad Bensaleh de Yara consulting s'est adjugée le prix du meilleur « Mentor » de l'année. Le prix du meilleur « Educateur » est revenu à Bilal Baguennou. Mehdi Najeddine de VOID a remporté le trophée du meilleur « Jeune Entrepreneur ». Le prix « Région » a été attribué à la région du Grand Casablanca pour les efforts consentis ces dernières années et celui du « Coup de Cœur » à Feu Mohammed Mjid pour son œuvre sportives et sociales gigantesque. Le trophée a été remis à Mme Sabah Chraibi, grande amie du défunt.


Après avoir réuni des entrepreneurs africains divers horizons, la 2e édition du Salon des Entrepreneurs et Entreprises d'Afrique (HUB Africa) a refermé ses portes avec une croissance consolidée et qualifiée de sa fréquentation qualifiée, un programme plus innovant, plus qualitatif et une activité décuplée. « Le salon HUB Africa a confirmé son statut de plateforme d'excellence régionale pour la stimulation des énergies créatrices, favorisant la croissance par l'entrepreneuriat, la création de richesses et d'emplois durables. Cette édition 2014 a bénéficié du soutien des pouvoirs publics marocains et eu l'honneur de recevoir de nombreuses autorités nationales. Une mobilisation qui est venue confirmer le bien fondé d'un grand rendez-vous annuel fédérateur de tous les acteurs entrepreneuriaux du continent. Cette deuxième édition a tenu sa promesse. Elle laisse un profond sentiment de satisfaction et une belle note d'espoir au regard des conventions signées, l'engagement à accompagner les étudiants africains à travers l'AMCI et la proposition du texte de loi sur le business-angel », lit-on dans le communiqué.


Et les perspectives peuvent être entreprises avec beaucoup d'espoir. Pour cause, deux conventions ont été signées à l'occasion de cette deuxième édition. La première avec l'Union des auto-entrepreneurs de France et axée sur le transfert d'outils et pour des formations au profit des auto-entrepreneurs marocains. La seconde convention a été paraphée avec l'Ordre des Experts Comptable de Casa-Sud. Elle porte sur l'encadrement juridique, fiscal et comptable des porteurs de projets et autres entrepreneurs. Mieux, il a été surtout une occasion exceptionnelle d'apporter des éléments de réponses à tous les niveaux et échelles de la chaine de création d'entreprise, de l'étape de réflexion embryonnaire au développement, en passant par la conception du business-plan, le financement, la gestion, le management, la fiscalité et la viabilité…


Oumar Fédior


(Source : Réussir Business, 28 avril 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1o2xzfE

CORED : Le tribunal des pairs a choisi ses juges



« Le Conseil pour l'Observation des règles d'Ethique et de Déontologie dans les Médias (CORED) a mis en place ce Mardi 29 Avril 2014, le Tribunal des Pairs parachevant ainsi le processus de renouvellement de ses instances depuis l'assemblée générale de la mi-mars », peut-on lire dans le communiqué de l'instance.


Les membres de ce tribunal sont au nombre de sept (7) et selon la disponibilité des uns et des autres, à chaque fois que le CORED est saisi d'une affaire, il fera appel à ce groupe pour statuer et rendre une décision. Et le CORED de soutenir que tous les membres ont la particularité d'être des journalistes chevronnés qui ont un certain vécu dans le métier et forcent donc le respect. Cette instance de la presse sénégalaise promet qu' à travers ce tribunal, elle ne fera pas que dans la condamnation des dérives notées dans la presse, le CORED jouera aussi sa partition dans la prévention du laisser-aller qui a fini de décrédibiliser la profession en organisant des rencontres périodiques pour sensibiliser le monde de presse dans sa diversité.


Tous les membres du Tribunal des Pairs prêteront serment solennellement lors d'une audience publique à une date qui sera communiquée ultérieurement.


Ce Tribunal des Pairs est le dernier acte dans la mise en place des instances du CORED et fait suite à la mise en place d'un Directoire de quatorze (14) membres provenant des différentes composantes de la presse. Ils ont été élus lors de l'AG de renouvellement et sont l'instance de décision du Conseil. Le Directoire a élu en son sein un Bureau de cinq (5) membres qui est l'organe exécutif.


« En relançant le CORED, les journalistes et techniciens de la communication sociale reconnaissent au public et aux institutions le droit de regard sur l'information qui leur est servie », termine le communiqué.


Les membres du Tribunal des pairs sont :



  • Mame Less CAMARA, journaliste-formateur au Centre d'Etudes des Sciences et Techniques de l'Information (CESTI).

  • Diatou CISSE BADIANE, journaliste et ancienne Secrétaire Générale du SYNPICS.

  • Cheikh Tidiane FALL, ancien journaliste du quotidien national Le Soleil et ex chargé de com de la SDE.

  • Saliou TRAORE, ancien journaliste de l'Agence de Presse Sénégalaise (APS) et correspondent de la presse étrangère.

  • Eugénie AW, ancienne Directrice du Centre d'Etudes des Sciences et Techniques de l'Information (CESTI).

  • Abdourahmane KOITA, grand reporter à la télévision nationale RTS.

  • Ibrahima BAKHOUM, journaliste-formateur à l'Institut Supérieur des Sciences de l'Information et de la communication (ISSIC).

  • Mamadou BIAYE, ancien directeur de publication du journal Le Quotidien.

  • Kader DIOP, ancien journaliste de l'Agence France Presse (AFP).

  • Saphie LY, ancienne directrice de publication de Sud Quotidien.


Matar Séne


(Source : Pressafrik, 30 avril 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1iGNuA8

Passage au numérique : les chaînes sénégalaises ''ne sont pas encore prêtes'', selon un professionnel



Les chaînes sénégalaises ''ne sont pas encore prêtes'' à entrer dans l'ère du numérique qui risque d'entraîner ''une baisse de leurs recettes publicitaires'', a estimé le journaliste et producteur Bocar Kane qui a déploré ''le manque d'organisation'' des entreprisse de presse sénégalaises.


M. Kane intervenait, mardi à Saint-Louis, au cours d'un ‘'managerial breakfast'' organisé par le Laboratoire Saint-Louis études et recherches en Gestion (SERGE) sur le thème : ‘'Les médias sénégalais face à la conjoncture : quel management pour la survie des entreprises de presse ?''.


Après un bref survol de l'environnement des médias sénégalais notamment des télévisions victimes de la faiblesse des recettes publicitaires d'un marché exigu, M. Kane a affirmé que ‘'l'avènement du numérique va donner des opportunités aux annonceurs qui auront à toucher directement leur cible par le biais des smartphones''.


''Ils n'auront plus besoin de passer par les télévisons et cela va se traduire par une baisse des recettes publicitaires orientées vers un autre créneau'', a expliqué le producteur de la nouvelle version de l'émission Génies en herbe.


Il a aussi fait remarquer l'équipement des télévisons devra s'adapter ainsi que les tâches des agents techniques qui auront besoin par exemple d'un directeur de développement dont aucune chaine ne dispose actuellement.


''Les plus à plaindre sont, selon lui, les chaines où l'analogie prédomine sur le matériel utilisé car elles devront tout changer et s'équiper pour ne pas être déconnectées d'une révolution annoncée pour le 5 juin 2015''.


''D'une manière générale, cet état de fait montre un problème global de management et d'organisation des médias nationaux'', a indiqué M. Kane selon qui ‘'ailleurs dans le monde surtout dans les pays développés, l'heure est à l'externalisation de la production et à la polyvalence des agents''.


''Pour autant, cette réforme a des avantages dont la multiplicité des fréquences qu'elle va engendre'', a-t-il signalé, avertissant sur un risque de céder à des entreprises étrangères la gestion de cette nouveauté pour ne pas compromettre de manière durable l'indépendance du Sénégal.


(Source : APS, 29 avril 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1fwRHXi

Le CNRA présente son nouveau système de monitoring



Le Conseil national de régulation et de l'audiovisuel (CNRA) a présenté mardi son nouveau système de monitoring qui va lui permettre d'assurer le suivi quantitatif et qualitatif des programmes diffusés dans les services télévisuels et radiophoniques opérant sur le territoire national.


''Nous avons besoin de savoir tout ce qui se dit et se montre sur les chaines diffusées sur Dakar et sur le reste du territoire national. Il va falloir que le CNRA sache ce qui se passe au Nord, au sud et au centre du pays pour mieux jouer son rôle de régulateur'', a estimé Babacar Toure, président du CNRA.


Il s'exprimait lors de la cérémonie de présentation du système de monitoring des programmes audiovisuels intitulé Haca media solutions (HMS).


Le HMS est une solution technique et informatique dédiée au monitoring des programmes audiovisuels, développée par la Haute autorité de la communication audiovisuels du Maroc (HACA).


''Nous recevons souvent des plaintes de la part des populations. Il est important de disposer des enregistrements des services audiovisuels, leur stockage et leur traitement pour répondre a leurs préoccupations'', a souligné Babacar Toure rappelant que la régulation concerne ''un secteur dont la raison d'être est la liberté''.


C'est pourquoi, a-t-il ajouté : ‘' Il a fallu réfléchir à asseoir une doctrine de la régulation pour s'informer de tout ce qui se passe dans les services audiovisuels. La régulation institutionnelle à elle seule ne peut pas tout faire.''


Le président du CNRA a invité les régulateurs à ‘'travailler sous le socle de la responsabilité et adhérer à la pratique de l'auto-regulation'', qualifiant la solution HMS de ‘'plateforme commune'' de régulation entre le Sénégal et Maroc.


Le directeur général de la Haute autorité de la communication audiovisuels du Maroc (HACA), Jamal Eddine Naji, a indiqué de son côté que ‘'ceux qui réussissent ont misé sur la co-régulation et l'auto-regulation.''


''Au Maroc, depuis 10 ans, nous avons passé pour la première phase, à un accompagnement technique et lors de la deuxième phase, à un accompagnement des ressources humaines. Aujourd'hui, nous avons un taux d'encadrement de 74%'', a-t-il dit en expliquant les performances de son pays grâce à HMS.


Il estime par ailleurs que les régulateurs ont l'obligation de bâtir. ''Nous sommes une source de connaissance et, en informant, on éduque nos populations'', a indiqué Jamal Eddine Naji, tout en se réjouissant de l'adoption du système de monitoring par plusieurs pays.


Le paysage médiatique sénégalais compte une quinzaine de télévisions, quelque 200 radios et autres types de médias. le CNRA fonde son action sur deux fondamentaux à savoir le monitoring des émissions et la concertation des acteurs, selon un dossier de presse.


Selon le document, le système permet le monitoring de 24 télévisions et 36 radios. Tout le personnel du CNRA peut accéder, à partir de son bureau à n'importe quel programme, assure la même source.


(Source : APS, 29 avril 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1n0cPoX

La marque Nokia va disparaitre définitivement !


C'est officiel.
Une page de l'histoire de la téléphonie va se tourner car Microsoft - par la voix de son vice-président exécutif, Stephen Elop - a décidé de disparaitre la marque Nokia. 
Microsoft commet-elle une grosse bourde?
Si vous ne le saviez pas, Stephen Elop est l'ancien PDG de Nokia mais suite au

mardi 29 avril 2014

Encourager les consultations médicales collaboratives via les Google Glass



L’application Beam permet aux professionnels de la santé d’utiliser les lunettes intelligentes comme outil de partage des consultations médicales.




L’utilisation des Google Glass en milieu hospitalier n’est pas une nouveauté et a déjà fait ses preuves avec des opérations chirurgicales menées aux Etats-Unis et en Espagne.





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/QVfhSs

via IFTTT

Développement d'applications sur ‘'Android'' : Un programme pour les femmes et par les femmes en gestation



Dans le cadre de la programmation de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), et en vue de favoriser la diffusion, le développement et l'appropriation de la création numérique, l'OIF, en partenariat avec l'ONG Bokk Jang, prévoit un programme de formation nationale ‘'pour les femmes et par les femmes'', pour le développement d'applications mobiles sur Android.


Deux (2) sessions de formation de 10 jours chacune et financées par l'Organisation Internationale de la Francophonie, sont ouvertes à toutes les femmes engagées pour la promotion des TIC et initiées en développement d'applications informatiques et surtout en Java, SQL et XML.


Ces formations prévues du 10 au 26 mai 2014 se dérouleront dans les locaux de l'ESMT à Dakar.


Selon Mme Fatimata Sèye Sylla, Présidente de l'ONG Bokk Jang », ce programme à pour objectifs de :



  • Contribuer choix à la production de contenus francophones Répondant un des besoins collectifs et reflétant la diversité culturelle des partenaires et des populations bénéficiaires.

  • Accroître les compétences humaines permettant la maîtrise des technologies de l'information et de l'de la communication (TIC) et valoriser les compétences technologiques existantes dans les pays du Sud et d'Europe centrale et orientale ;

  • Encourager la création de partenariats et / ou de réseaux multilatéraux pérennes, expressions d'une véritable dynamique d'échange, de partage et de mutualisation des compétences et des savoir-faire.


(Source : Social Net Link, 29 avril 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1mWaafY

Bibliothèque numérique : Cyberlibris et NENA ensemble, pour résorber le gap des livres numériques en Afrique



Cyberlibris, leader européen et africain des bibliothèques numériques, et Nouvelles Editions Numériques Africaines (NENA), leader africain de l'édition numérique, annoncent leur entente pour enrichir de contenus africains la bibliothèque numérique offerte par le service Scholarvox International. Ce dernier est la première bibliothèque numérique en Afrique dédiée aux universités et aux instituts d'enseignement supérieur, permettant aux étudiants et enseignants d'accéder en ligne et en illimité à 30 000 ouvrages en version numérique du catalogue académique international.


Cette bibliothèque numérique, malgré la richesse de son catalogue, souffre cependant du manque de livres numériques avec des auteurs et des contenus africains. C'est cette lacune que l'entente entre Cyberlibris et NENA va désormais combler. Déjà le catalogue de livres numériques de NENA contient plusieurs ouvrages d'intérêt pour le support documentaire à l'enseignement supérieur en Afrique, notamment en droit, en science économique, en sociologie et en lettres africaines. Ces ouvrages seront ainsi intégrés à la bibliothèque numérique développée par Cyberlibris à laquelle de nombreuses institutions d'enseignement supérieur africaines sont déjà abonnées.


Voilà une bonne nouvelle pour les auteurs et les éditeurs africains avec qui NENA a conclu des ententes d'édition et de coédition numériques. Leurs ouvrages sont déjà diffusés par la Librairie Numérique Africaine (http://ift.tt/1lXOC4b...), la plate-forme de commerce électronique dédiée au livre africain et initiée par NENA. Avec la bibliothèque numérique de Scholarvox International (http://ift.tt/1m7kBjN), un nouveau canal de diffusion leur est ouvert en direction d'une clientèle à forte demande, tout en bénéficiant d'une source supplémentaire de redevances provenant des frais d'abonnement des institutions. Autant de raisons supplémentaires, s'il en était besoin, pour inciter les auteurs et éditeurs africains à passer au numérique.


En outre les institutions universitaires africaines sont elles-mêmes une source importante d'ouvrages scientifiques divers, qu'il s'agisse de livres publiés par les enseignants, de syllabus de cours, de rapports de recherche, d'actes de colloques, de thèses universitaires, etc. Au lieu de demeurer inconnus ou inaccessibles, ces contenus peuvent maintenant, grâce à l'édition numérique avec NENA, et aux bibliothèques numériques avec Cyberlibris, être largement diffusés, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur des milieux académiques africains.


Cyberlibris et NENA appellent donc les institutions de l'enseignement supérieur en Afrique à les contacter pour en savoir plus sur leur solution intégrée pour la production et la diffusion de leurs documents en format numérique.


(Source : Social Net Link, 29 avril 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1m7kCEk

Les innovations du secteur audiovisuel sont ancrées dans des ruptures d’usages



A l’issue de 7 années de collaboration dans le cadre de leur appel à projets commun RIAM*, le Centre national de cinématographie (CNC) et Bpifrance publient le bilan 2011-2013 des innovations dans le secteur audiovisuel.




La révolution du numérique représente aujourd'hui un réel impact pour les industries culturelles, y compris le secteur de l'audiovisuel. Ce dernier se retrouve aujourd'hui au carrefour de la création artistique et du savoir-faire technique.





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/1kiiHXU

via IFTTT

Etisalat lève 3,15 milliards d’euros pour financer le rachat de Maroc Telecom





via TIC & TELECOM - Agence Ecofin | Actualité Economie, Finance, Energie, Télécom et Agro en Afrique http://ift.tt/S4Zod9

Découvrez la première imprimante de poche…

L'imprimante de poche Zuta


Dans un monde de plus en plus en mouvement, de plus en plus mobile, toute l’innovation technologique s’est concentrée ces dernières années sur la miniaturisation des appareils technologiques : plus de puissance dans des devices plus petits, transportables, qui tiennent dans la paume de la main.


Mais dans cette frénésie du mobile, l’imprimante traditionnelle semblait avoir raté le wagon de l’innovation : elle n’a en effet que très peu évolué depuis une dizaine d’années.


Pourtant, le besoin est réel pour tous les utilisateurs. Autant les entrepreneurs constamment en mouvement, que les étudiants qui voyagent beaucoup ou encore n’importe quelle personne qui commute régulièrement se retrouve face à cette problématique de ne pouvoir imprimer ses documents qu’à domicile, au travail ou à des endroits fixes dédiés. Mais dans une époque où l’immédiateté est une denrée prisée, cette rigidité vis-à-vis de l’impression de documents ne pouvait durer.


Application mobile Zuta pocket printer


Ainsi, un projet israélien est né il y a peu sur la plateforme de Crowdfunding Kickstarter : le Zuta Pocket Printer. Cette imprimante de poche est particulièrement conçue pour interagir avec les appareils mobiles (portables, tablettes mais aussi ordinateurs), afin d’imprimer en quelques glissements de doigts n’importe quel document dans l’instant.


Le design de l’appareil est prévu pour être facilement placé en haut à gauche d’une feuille de papier standard afin que l’impression soit alignée. Une fois l’impression démarrée, via une appli mobile ou la fonctionnalité d’impression classique sur ordinateur, l’appareil va glisser sur la feuille au moyen de roulettes tout en injectant l’encre sur le papier. Selon les concepteurs, une page de texte standard pourra être imprimée en 40 – 45 secondes approximativement.








via www.vanksen.fr http://ift.tt/1rIgF86

lundi 28 avril 2014

Le CNRA adopte le logiciel HACA Média Solutions



Le Conseil national de régulation de l'audiovisuel (CNRA) va mettre en place le logiciel HACA Média Solutions (HMS) lui permettant de disposer d'un cadre plus structuré et jouer pleinement son rôle de régulation, a soutenu, lundi, à Dakar, le coordonnateur de la cellule d'appui et de planification du CNRA, Mame Ndiack Wane.


La HMS est un logiciel développé par la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) du Maroc et mis à la disposition des régulateurs d'autres pays dans le cadre d'une coopération internationale entre régulateurs.


Le système créé par des techniciens marocains est exploité au Tchad, en Belgique, en Mauritanie, au Bénin, au Niger et en Tunisie. Installé au Sénégal, son démarrage officiel est prévu mardi.


‘'Ce programme va permettre au CNRA de travailler dans un cadre plus structuré dans la démarche de l'enregistrement des opérateurs télévisuels et radiophoniques'', a-t-il dit au terme de la visite du directeur général de la HACA, Jamal Eddine Naji, à la Radio télévision sénégalaise (RTS, publique).


Selon lui, le logiciel HMS ‘'est un système capable de mener un certain nombre d'analyses par rapport aux données et pour orienter l'action de régulation autant dans le cadre de situation spéciale où il y a une auto-saisie du système''.


‘'On peut envoyer un certain nombre de requêtes qui nous permettent de retrouver les éléments'', a-t-il ajouté.


‘'La priorité c'est surtout de créer de la matière au niveau du pluralisme. Ce système va nous permettre de compter de manière très précise le temps de parole des personnalités publiques comme par exemple à la veille des élections. Cela peut être efficace pour mener à mieux notre mission'', a expliqué M. Wane.


Selon le DG de la HACA, ‘'une bonne régulation du secteur pourrait influencer sur le contenu des opérateurs (télévisons). ‘'On a besoin de régulation dans le domaine de l'audiovisuel, de départager les points de vue, de faire en sorte que le citoyen soit bien informé'', a-t-il ajouté.


‘'Nous avons besoin de pouvoir faire en sorte que les contenus eux-mêmes aillent dans le sens de la qualité, car quand on n'a pas de concurrence on peut très bien faire habituer les gens à une seule marchandise'', a soutenu M. Naji.


‘'L'autorégulation c'est comme l'éthique, car le seul souci c'est pouvoir préserver au maximum la liberté d'expression et l'exercice de cette liberté d'expression par rapport à la loi'', a-t-il souligné.


(Source : APS, 28 avril 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1pHQWzb

Vers un retour des pleins pouvoirs sur Sonatel



L'Etat du Sénégal veut reprendre le contrôle de la Société nationale des télécommunications (Sonatel) à Orange. Un arrêté a été demandé au Premier ministre dans ce sens, vu que la concession de cette entreprise à Orange expire en 2017. Pour bien aborder ce virage déterminant pour la vie de l'entreprise et l'économie nationale, l'arrêté demande à ce que tous les acteurs travaillent ensemble pour aider la Sonatel à conserver son rayonnement financier qu'elle a gagné au fil des années en Afrique de l'Ouest. Le ministre de la Communication et de l'Economie numérique, Cheikh Bamba Dièye, a indiqué que l'Etat est parfaitement informé sur ce que le Groupe Orange propose en matière de modernisation. Toutefois, la nécessité de conserver l'ancrage territorial de Sonatel et son contrôle par l'Etat implique que chaque élément posé soit « regardé avec toute la réserve et la froideur qu'il faut, pour voir ce qui est pertinent, sur le fait de matérialiser et de généraliser l'ensemble des activités, de les uniformiser ». De son côté, Orange a assuré, par la voix de son président, Stéphane Richard, que le groupe français des télécommunications tient à contribuer encore au développement national et international de la Sonatel. Stéphane Richard a été reçu en audience le 16 avril dernier, à Dakar, par Macky Sall, le président de la République.


(Source : CIO Mag, 28 avril 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1pHQYak

Concours Imagine Cup organisé par Microsoft Absoftcorp remporte la finale avec le dispositif E-control



De jeunes étudiants sénégalais très doués en informatique viennent de remporter la finale Imagine Cup organisée par Microsoft, deux ans après avoir lancé leur structure Absoftcorp. Leur premier produit dénommé E-control a été, en effet, exposé au cours du concours International Imagine Cup organisé sous l'égide de Microsoft. Il s'agit d'un dispositif de télésurveillance, télémétrie et de la domotique. Ces jeunes constituent une équipe de chercheurs dans les cyber-menaces, analyse les programmes malveillants, fait des recherches sur les nouvelles vulnérabilités dans les systèmes informatisés et collaborent avec certains des meilleurs esprits de la communauté.


C‘est leur création E-control qui a été retenue et primée. E-Control est un dispositif électronique bi-modulaire conçu pour faire de la télémétrie, de la télésurveillance et de la domotique via un Windows phone, un Ordinateur ou autre Smartphone. Il vise à améliorer la vie de tout un chacun, en gérant de manière automatique, le fonctionnement de tous équipements électrique en local comme à distance, via une interface logicielle. L'innovation majeure vient du fait que toutes ces fonctionnalités citées précédemment sont assurés par des modules électroniques et informatiques encapsulés tous dans une seule boite qui est autonome mais aussi portable grâce à son poids léger .


Absolute Software Corporation (Absoftcorp) est une structure crée par eux, des étudiants férus d'informatique. Ils partagent en commun la passion de l'outil informatique et sont tout aussi qualifiés pour réaliser d'intéressantes applications web pour les Smartphone. Avec l'application en ligne CRASH TESTER, ils réalisent des scans de failles pour trouver d'éventuelles vulnérabilités. Tout ce processus est transparent et ne perturbe en aucune manière le bon fonctionnement de votre site ou application. Ils proposent également un audit complet de votre système ou de votre site web et conçoivent des logiciels dans différents domaines que sont : La sécurité, sciences, gestion etc…. L'audit des risques et de la sécurité informatique consiste à identifier et hiérarchiser les besoins en matière de sécurité, l'objectif étant de définir une politique de sécurité efficace et adaptée à votre entreprise.


Il faut rappeler que ces jeunes étudiants qui ont fini de séduire de par leur expertise pointue sur le domaine des nouvelles technologies de l'informatique, font aussi de la conception électronique. L'appel du savant Cheikh Anta Diop qui demandait aux jeunes « de s'armer de sciences et de techniques jusqu'aux pour aller arracher aux usurpateurs ce qu'ils ont volés de nous » n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd avec Absoftcorp. Leur page web http://ift.tt/1fmxIuJ est à visiter absolument.


(Source : Dakar Actu, 28 avril 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1iv9GYT

Demo Africa lance une tournée de l'innovation



Connue comme étant une plateforme de lancement permettant aux startups africaines de dévoiler au monde, le fruit de leur travail, Demo Africa a lancé une innovation tour sur 16 pays africains. Ce sera l'occasion pour l'équipe de Demo de préparer les différentes startups alignées en vue de l'événement qui se tiendra en septembre.


Cette tournée débutera par les pays d'Afrique australe et du sud. Elle se poursuivra dans les pays du Maghreb pour prendre fin en Afrique occidentale. La priorité est portée sur les pays présentant un écosystème technologique autour des startups très active afin de les encourager et les préparer à soumettre des applications de qualités, selon Mbugua Njihia, Directeur événementiel de Demo Africa.


Harry Hare, Directeur exécutif de Demo Africa a fait part de son optimisme sur l'état de la technologie en Afrique en soutenant : « les meilleures solutions aux besoins africains seront apportées par nous ».


L'incubateur kényan Nailab accueille la première tournée de l'innovation cette année. Sam Gichuru est confiant quant à la participation de startups kényannes à la compétition Demo Africa 2014. « Le futur, comme cela a été démontré par le type d'innovation récemment lancé, est prometteur pour les startups kényannes ; Demo Africa a fait un long chemin pour leur donner la plateforme dont elles avaient besoin pour montrer leurs inventions au continent et les connecter aux potentiels investisseurs » a-t-il déclaré.


Alioune Sokhna


(Source : Afrique ITnews, 28 avril 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1k67GYh

Le CNRA installe son nouveau système de monitoring, mardi



Le Conseil national de régulation de l'audiovisuel (CNRA) procède, mardi, à 16 heures, à son siège, à l'installation de son nouveau système de monitoring, annonce un communiqué transmis à l'APS.


Cette même source souligne que dans la mise en œuvre de sa politique de régulation, le CNRA ‘'a acquis auprès de la Haute autorité de la communication audiovisuelle du Maroc, une solution avancée de monitoring des programmes audiovisuels''.


Il a été appuyé, pour cela, par l'Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) et le Fonds de développement du service universel des télécommunications (FDSUT).


(Source : APS, 28 avril 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1fqENtP

Bollore réalise une opération de transport inédite pour améliorer la productivité énergétique de la Cote d'Ivoire



Dans le cadre de ses activités de transports exceptionnels, Bolloré Africa Logistics a procédé  pour le compte d’Azito Energie, au transfert de matériels hors gabarit du Port d’Abidjan (Vridi) à la Centrale d’Azito de Yopougon. Cela s’est passé dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 avril 2014, de 1h du matin à 16h.
Il s’agit du transport de 2 colis de 63 tonnes chacun mesurant 8 mètres de haut,
des Demper ou coude d’échappement (comme on le dit dans le jargon) devant servir aux activités d’extension de la centrale thermique d’Azito. 



Le transport de ces impressionnants équipements a mobilisé 2 engins – appelés des nicolas - attelés à 2 tracteurs de 520 Chevaux, des équipes de la CIE et d’Orange et des forces de l’ordre. Pour cette opération ultra-délicate, la présence de la CIE et d’Orange CI était nécessaire car à chaque étape du parcours la taille de l’engin pouvait endommager durablement les fils électriques. Les agents de ces deux structures étaient donc chargés d’enlever et de remettre à chaque fois ces installations délicates et primordiales.


























L’objectif de l’extension de la centrale thermique d’Azito est dans un premier temps de satisfaire les besoins en électricité de la population ivoirienne et ensuite faire de la Côte d’Ivoire le plus grand marché de l’énergie de la sous-région. 

Leader des activités de logistique en Côte d’Ivoire, Bolloré Africa Logistics montre son engagement dans les projets de développement de notre pays.
Espérant que cela mette fin au délestage persistant dont les citoyens ivoiriens sont victimes.







Demo Africa lance une tournée de l’innovation

Connu comme étant une plateforme de lancement permettant aux startups africaines de dévoiler au monde, le fruit de leur travail, Demo Africa a lancé une innovation tour sur 16 pays africains. Ce sera l’occasion pour l’équipe de Demo de préparer les différentes startups alignées en […]


The post Demo Africa lance une tournée de l’innovation appeared first on AfriqueITNews.com.






via AfriqueITNews.com http://ift.tt/1h7p4LA

La publicité mobile progresse mais cherche encore ses marques



Encore timide, le marché de la publicité mobile offre des pistes à explorer pour faire progresser le secteur plus rapidement.






lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/1tVcat1

via IFTTT

"Le patient veut pouvoir communiquer en ligne avec son médecin"



Les professionnels de la santé ont adopté les nouvelles technologies mais les patients ne sont pas encore satisfaits des services existants. Ce fossé numérique est-il amené à se combler et comment ?




Entretien avec Rick Ratliff, Directeur du pôle santé connectée à Accenture US, qui revient sur le concept de fossé numérique ou "digital gap" dans le secteur de la santé.





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/1tV0Ehf

via IFTTT

L’expérimentation spatiale pour tous grâce à des modules en kit



LittleBits introduit un kit de modules électroniques, en collaboration avec la NASA, pour rendre l’exploration spatiale accessible à tous.




Les sujets d’astronomie font l’actualité, avec la relance de la série télévisée Cosmos, la découverte d'une planète semblable à la Terre (Kepler-186F) et la détection d’ondulations dans l'espace-temps qui pourraient être les "premiers soubresauts du Big Bang". L’espace et l’astronomie fascinent le grand public qui les considère néanmoins comme un domaine mystérieux réservé aux experts, scientifiques, mathématiciens et astronomes.





lire la suite






from L'Atelier: Disruptive innovation http://ift.tt/1h5vmuZ

via IFTTT

L’IAI Cameroun ouvre une section anglophone





via Home http://ift.tt/1j5Fyrw

dimanche 27 avril 2014

J'ai testé la connexion Internet mobile du YooMee Wifi: mon verdict?

Après un post sur Facebook où j'évoquais le coût exorbitant des supports de connexion mobile Internet Yoomee, la boutique Pdastore m'a prêté pendant 3 jours, le YooMee Wifi, un pocket wifi du nouvel FAI, afin que je puisse effectuer des tests. Pour info,Yoomee a décidé de se lancer sur le marché ivoirien en promettant la 4G pour ses clients...



Voici ce qu'il en ressort.

Day 1
Le livreur passe me déposer le nouvel objet. J'en suis déjà toute excitée. J'ai une dizaine de fenêtres ouvertes sous Firefox. Ok on va éprouver la bête. La prise en main est facile. Vous allumez et vous vous connectez. Le code du wifi se trouve au

Partenariat Organisation Internationale de la Francophonie et ONG Bokk Jang : 40 sénégalaises bénéficiaires d'une formation en développement d'applications mobiles sur ‘'Android'' pour les femmes et par les femmes



Dans le cadre de la programmation de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), et en vue de favoriser la diffusion, le développement et l'appropriation de la création numérique, un partenariat a été signé entre l'OIF et l'ONG Bokk Jang afin de faire bénéficier a 40 femmes informaticiennes d'un programme de formation nationale ‘'pour les femmes et par les femmes'', pour le développement d'applications mobiles sur Android.


Pour Mme Fatimata Seye Sylla, Présidente de l'ONG Bokk Jang, ‘'l'organisation Internationale de la Francophonie, à travers ce partenariat, est en phase avec une de ses missions qui est d'appuyer l'éducation, la formation l'enseignement Supérieur et la Recherche à travers un programme spécifique dont les objectifs sont :


1. contribuer à la production de contenus francophones répondant à des besoins collectifs et reflétant la diversité culturelle des partenaires et des populations bénéficiaires.


2. Accroître les compétences humaines permettant la maîtrise des technologies de l'information et de la communication (TIC) et valoriser les compétences technologiques existantes dans les pays du Sud et d'Europe centrale et orientale ;


3. Encourager la création de partenariats et/ou de réseaux multilatéraux pérennes, expressions d'une véritable dynamique d'échange, de partage et de mutualisation des compétences et des savoir-faire.


En rappel, les femmes et les jeunes sont au cœur des activités de Bokk Jang, parce qu'étant les bénéficiaires de toutes nos initiatives de renforcement de capacités pour une pleine expression de leur développement humain. Le partenariat entre l'OIF et Bokk Jang est ainsi salutaire et nous conforte dans nos missions.''


Deux (2) sessions de formation de 10 jours chacune, financées par l'Organisation Internationale sont donc ouvertes à toutes les femmes engagées pour la promotion des TIC et initiées en développement d'applications informatiques et surtout en Java, SQL et XML.


Ces formations prévues du 10 au 24 mai 2014 se dérouleront à Dakar.


Les inscriptions sont acceptées selon les modalités suivantes :



  • Remplir le formulaire d'application à partir du site http://www.bokk.org/

  • Envoyer le formulaire dûment rempli accompagné d'un C.V. à l'adresse contact@bokk.org


Date limite de dépôt des candidatures : jeudi 1er mai 2014







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1nRRWvL