samedi 13 décembre 2014

L'Afrique occidentale invitée à miser sur l'inclusion financière



Les Etats de l'Afrique de l'Ouest doivent faire face aux défis de la bancarisation à travers une plus grande inclusion financière de leurs populations les plus démunies, a déclaré, vendredi à Dakar, Moussa Alassane Diallo, administrateur du Groupement interbancaire monétique de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (GIM-UEMOA).


‘'Le premier défi auquel on doit faire face, c'est l'inclusion financière. Il n'y a pas de développement sans inclusion financière. Aujourd'hui, le taux de bancarisation, après 50 ans d'indépendance de nos Etats, se situe entre 12 et 15 % selon les pays'', a-t-il dit.


Moussa Alassane Diallo, qui s'exprimait à l'occasion du 3ème Forum monétique interbancaire régional, a relevé "un développement des innovations telles que le prépayé'', estimant que ''l'innovation, aujourd'hui, doit être mise au service du développement, au service de la croissance économique''.


‘'C'est pourquoi, aujourd'hui, au-delà de la bancarisation, nous parlons de l'inclusion financière qui doit être un instrument à la disposition de l'ensemble des populations, aussi bien des populations des villes que des campagnes, des populations qui sont éloignées des centres urbains'', a-t-il expliqué.


‘'Nous sommes dans une zone monétaire mais aussi nous sommes dans une zone économiquement intégrée à travers les huit pays [de l'UEMOA]. Donc, le défi est lancé aujourd'hui à la communauté bancaire, à la communauté financière de l'espace UEMOA'', a-t-il indiqué.


Pour lui, l'ambition consiste ‘'à la fois à arriver à inclure l'ensemble des couches, y compris les couches les plus défavorisées au système financier, et pouvoir mobiliser les flux nécessaires au financement de nos économies de façon à assurer la croissance économique, la lutte contre la pauvreté, le chômage et aussi le bien-être de nos populations''.


Selon lui, c'est dans cette optique que le GIM-UEMOA a signé un accord historique avec Mastercard, sponsor officiel de ce forum, afin de permettre ‘'à toutes les institutions aujourd'hui de pouvoir émettre des cartes sans licence''.


(Source : APS, 12 décembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1z4HJ6T

Réactions :