jeudi 18 décembre 2014

L'ARTP mise sur le développement des services à valeur ajoutée



L'autorité de régulation des télécommunications et postes (ARTP) a tenu la deuxième édition du forum national d'échanges sur le développement des services à valeur ajoutée. Cette rencontre a ainsi vu la participation de l'association des fournisseurs de services à valeur ajoutée.


Selon le directeur général de l'ARTP, Abdou Karim Sall, les services représentent l'aspect tangible des télécommunications et le facteur qui motive son développement. « Avec les progrès remarquables observés ces dernières années, la réglementation du marché des services est devenue un enjeu primordial qui pose de nouveaux défis à tous les acteurs du secteur des télécommunications et en particulier le régulateur qui est chargé de ce que les anglais appellent « markettuning », une quête permanente de la satisfaction des différents acteurs », dit M. Sall. Ces acteurs estiment que les télécommunications restent un secteur dynamique qui contribue de manière forte à la création de richesses au Sénégal.


Ce qu'il justifie par le fait que le rapport du troisième trimestre de 2014 de l'Observatoire de l'ARTP a mentionné un parc global de lignes de téléphones mobiles de 14 351 857, soit un taux de pénétration de 106,24% au 30 septembre 2014. Dans cette logique, laissent entendre les acteurs, « le marché de l'Internet est en constante évolution au Sénégal du fait du développement de l'Internet mobile. Le parc d'abonnés enregistre une croissance soutenue et s'établit à la fin du troisième trimestre de 2014 à 6 675 513, soit un taux de pénétration estimé à 49,42% ».


En ce sens, à les en croire, l'internet mobile continue sa progression constante et représente aujourd'hui 86,9% des méthodes d'accès à internet des consommateurs sénégalais.


« Ces évolutions recèlent des aspects économiques considérables et indiquent des opportunités qui permettent aux fournisseurs de services, d'élargir la palette des services proposés sur le marché sous de nouvelles formes mais aussi, suivant des modèles économiques très intéressants », renseigne le directeur général de l'ARTP.


Et de renchérir : « le segment des services demeure un centre d'innovations dans les technologies de l'information qui n'est pas sans impact sur les habitudes des consommateurs sénégalais. Aujourd'hui, le segment de marché des services de télécommunications au Sénégal compte plus d'une centaine d'acteurs spécialisés sur l'offre de services voix, SMS, et données. Ces services se diversifient entre autres par des services informationnels, des services financiers, des services ludiques (divertissements et jeux) et des services de notifications de transaction. A cela s'ajoutent les centres d'appels et les serveurs vocaux interactifs ».


Ces acteurs restent convaincus toutefois que la réglementation des services de télécommunications connait aujourd'hui des difficultés de plus en plus complexes du fait de la convergence accrue des technologies et des secteurs à réguler.


Ainsi trois axes font l'objet de discussions. Il s'agit de l'innovation, des données personnelles, des services financiers et du E-commerce notamment de la contribution des secteurs postal et de la banque au développement de segments d'activités au Sénégal.


Ngoya Ndiaye


(Source : Ajonews, 17 décembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1C7Q0GP

Réactions :