dimanche 14 décembre 2014

Gim-Uemoa sur le chantier de la démocratisation de la carte prépayée



Relever le défi de la bancarisation et de l'inclusion financière au sein de l'espace de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) est le principal chantier du Groupement interbancaire monétique (Gim-Uemoa).


Le Groupement interbancaire monétique de l'Union économique et monétaire ouest africaine (Gim-Uemoa) a organisé, hier à Dakar, le troisième forum monétique interbancaire régional. Une rencontre qui a réuni près de 200 participants venus s'imprégner des dernières trouvailles en solution prépayée. Il s'agissait, comme l'a souligné le directeur général de Gim-Uemoa, Blaise Ahouantchede, de partager des innovations avec les administrations publiques, les banques, les écoles, les universités afin que tout le monde soit au même niveau d'information et aider à relever le défi de la bancarisation et de l'inclusion financière. « L'innovation, aujourd'hui, doit être mise au service du développement. C'est pourquoi, au-delà de la bancarisation, nous parlons de l'inclusion financière qui doit être un instrument à la disposition de l'ensemble des populations, aussi bien celles urbaines que rurales », estime Moussa Alassane Diallo, administrateur de Gim Uemoa. Il s'agit, à son avis, de permettre la mobilisation de l'épargne pour le financement des économies de l'espace communautaire. « Nous sommes dans une zone monétaire et économique intégrée à travers les huit pays, donc le défi qui est lancé à la communauté financière de l'espace Uemoa, c'est arriver à la fois à inclure l'ensemble des couches y compris les plus défavorisées aux systèmes financiers pour mobiliser le flux nécessaire au financement de nos économies de façon à assurer la croissance économique, la lutte contre la pauvreté et le chômage, et le bien-être de nos populations », a soutenu M. Diallo.


Dans cette perspective heureuse, Gim-Uemoa peut compter sur le soutien de son partenaire, MasterCard avec qui un accord a été signé pour permettre à toutes les institutions d'émettre des cartes sans licence. Selon le directeur général de MasterCard pour la zone Afrique du nord, de l'ouest et du centre, Faissal Khdiri, MasterCard a annoncé la création du laboratoire de recherche « MasterCard Lab » qui a été lancé au Kenya avec pour objectif de développer des solutions afin d'inclure financièrement 100 millions d'Africains. A en croire M. Khdiri, la Fondation Bill et Melinda Gates a donné à MasterCard 11 millions de dollars de budget pour cette recherche. L'année prochaine, poursuit le responsable de MasterCard, ce sera un additionnel de huit millions de dollars pour exécuter cette recherche sur le marché. La structure compte bien travailler avec Gim-Uemoa pour en faire profiter la zone Uemoa.


Adama Mobdj


(Source : Le Soleil, 13 décembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1uEVBhG

Réactions :