mercredi 31 décembre 2014

Diamniadio ouvre la route numérique



Noeud routier, la ville de Diamniadio va devenir un pionnier en matière de ville numérique. Les travaux commenceront en 2016 pour se terminer cinq ans plus tard.


Lors de l'atelier de restitution de l'étude de faisabilité d'une ville numérique à Diamniadio à la mi-décembre, le ministre des Postes et Télécommunications du Sénégal, Yaya Abdoul Kane, a révélé que le Sénégal et la Banque africaine de développement (BAD) avaient accepté de financer ce projet. L'État sénégalais mettra 10 milliards de francs CFA et la Banque africaine de développement, 50 milliards.


Derrière la ville, un projet de hub numérique


Aménagée sur un site de 25 hectares, la ville numérique de Diamniadio devrait se voir dotée d'infrastructures d'accès haut débit, d'immeubles intelligents, de centres de données, de centres de formation… L'objectif est multiple à travers cet aménagement infrastructurel. Selon le ministre, à travers la ville numérique de Diamniadio et les facilités dont elle va disposer, le pays vise à devenir non seulement le carrefour technologique de l'Afrique de l'Ouest mais aussi l'une des grandes destinations numériques sur le continent. Le Sénégal voudrait ainsi se mettre à la hauteur de pays comme l'Afrique du Sud, l'île Maurice, le Nigeria, le Maroc, le Kenya avec le dessein assumé d'attirer un grand nombre d'investisseurs dans le domaine des NTIC.


Le numérique, "un moteur" du développement


Pour le ministre Yaya Abdoul Kane, "l'importance du numérique pour le développement du Sénégal est désormais établie". De fait, le chantier de la ville numérique de Diamniadio doit être perçu comme un signal fort en vue de transformer le potentiel porté par l'expertise de nombre de Sénégalais "en véritable levier de croissance pour l'économie du pays". Poussant la logique jusqu'au bout, le Sénégal prévoit d'implanter des villes similaires à Diass, où se trouve le grand aéroport Blaise Diagne, Sébikotane où se trouve l'école William-Ponty, formatrice des premiers cadres africains pendant la colonisation, Saint-Louis, l'ancienne capitale du Sénégal, et Ziguinchor, principal centre urbain de la région méridionale du pays.


Malick Diawara


(Source : Le Point Afrique, 31 décembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1xzRM27

Réactions :