mercredi 17 décembre 2014

60 milliards pour mettre la « Diamniadio Valley » sur pieds



Selon l'agence de presse sénégalaise, aps.sn, près de 60 milliards de francs CFA seront mobilisés pour faire du Sénégal « une destination privilégiée de l'innovation et de la recherche » dans le domaine des TIC qui constituent un support du développement. Ces mots sont ceux de Yaya Abdoul Kane, ministre des Postes et des Télécommunications.


Les Etats africains auraient-ils réellement décidé de joindre les gestes à la parole pour ne pas rater la révolution du numérique ? Si l'on en juge par les nouvelles qui proviennent des gouvernements à travers le continent, cela semble être le cas. En effet, que ce soit au Ghana, au Gabon, au Congo ou au Kenya, il ne s'agit plus que de villes numériques.


« L'importance du numérique pour le développement de notre pays est désormais établi. C'est ce qui explique que le secteur a besoin d'un signal fort pour transformer le potentiel porté par l'expertise nationale en véritable levier de croissance pour notre économie« … »Il s'agit de disposer d'infrastructures de base et de facilités d'accompagnement de l'essor d'activités numériques à partir du parc technologique de Diamniadio qui en constitue le cœur« , a annoncé ce Mardi le ministre Yaya Abdoul Kane.


Dans ce nouveau pôle de développement, il s'agira « d'apporter une réponse nouvelle à la forte demande des acteurs en matière d'infrastructures d'accès au haut débit, d'immeubles intelligents, de Datacenters et de formation« , a-t-il encore expliqué, avant d'ajouter « Nous voulons faire du Sénégal un hub numérique régional« .


La première phase de ce projet de ville numérique appuyé par la Banque africaine de développement (BAD), disposerait de quelque 25 hectares dans cette première phase, mais compterait s'étendre dans le futur.


Le projet suivra-t-il le chemin des tentatives boiteuses du Kenya et sa Konza City qui semble ne plus vouloir voir le jour, ou assistons-nous au premiers pas d'une révolution dont le pays de la Téranga a fortement besoin ?


(Source : Afrique ITnews, 16 décembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1wJvnit

Réactions :