jeudi 6 novembre 2014

Utilisation des réseaux sociaux par les hommes politiques : Wade damne le pion à Macky, Idy et Tanor



Les hommes politiques sénégalais, à l'image de leurs homologues du monde entier, surfent sur la toile. Les nouvelles technologies de l'information et de la communication associées à la puissance du net les propulsent au-devant de la scène. Pour mieux atteindre leur public cible (militants et sympathisants), chacun s'est fait créer sa page Facebook, son compte Twitter, Youtube ou Instagram. Ils battent désormais campagne sur les réseaux sociaux pour être en vogue, être dans le vent et dans le temps (à l'heure du Web 2.0). Pour l'heure, c'est Me Abdoulaye Wade qui est en pole position devant son successeur Macky Sall.


L'ancien président de la République du Sénégal, Maître Abdoulaye Wade est le champion des réseaux sociaux chez les hommes politiques de notre pays. Il caracole en première position sur Facebook avec 131.681 mentions « J'aime » même s'il n'est pas très actif sur sa page dont la dernière publication date du 16 octobre 2014 montrant une photo souvenir d'Abdoulaye Wade datant des années 60, sur le boulevard Saint-Michel, alors qu'il était assistant à la Faculté de Droit et des Sciences Économiques de Paris II Assas. En couverture de page, Maître Wade montre une image de sa campagne électorale en 2012 où il salue des passagers d'un car rapide que sa caravane croise dans une rue de Dakar.


En deuxième position vient le Président Macky Sall avec 71.853 mentions « J'aime ». Le président de la République a le compte Facebook le plus actif d'entre tous. Avec son sourire en coin, son bonnet blanc bien vissé sur la tête, avec un boubou blanc à rayures jaunes, des lunettes transparentes savamment posées sur le nez, il met en avant les images de sa récente tournée économique avec des photos sur sa visite à la ferme de Diama, aux aménagements de Ndouloumadji (village d'origine de son père). Sur ces photos, les internautes font leurs commentaires. D'aucuns l'encouragent à continuer sur sa lancée et d'autres lui rappellent, à l'image de l'internaute Ousmane Diallo, de ne pas oublier la route Joal-Samba Dia-Palmarin. Les photos du président sont largement partagées, chacune plus de trente à cinquante fois.


Idrissa Seck est incontestablement à la troisième place avec 51.222 mentions « J'aime ». Malheureusement, le secrétaire général de Rewmi communique peu avec ses fans de Facebook. Il a une page moins active que ses deux frères libéraux Abdoulaye Wade et Macky Sall. Sa dernière publication sur sa page date du 04 octobre 2014 à l'occasion de la fête de l'Eid El Fitr (Tabaski) dans laquelle il souhaitait bonne fête à ses amis et aux sénégalais.


Le quatrième homme politique est bien le spécialiste de la communication Dr Cheikh Tidiane Gadio qui totalise 33.082 mentions « J'aime ». Sur sa page, Cheikh Tidiane Gadio est en perpétuel campagne électoral. Il est en propagande (Gadio Président). Sa page est tout de même active sa dernière publication date du 3 novembre 2014 avec un lien de sa réaction sur la transition militaire au Burkina Faso.


Le cinquième n'est personne d'autre que le député Thierno Bocoum qui compte 30.613 mentions « J'aime ». Thierno Bocoum est devenu « célèbre » pour avoir partagé la mort de son fils sur le réseau social Facebook. Cette triste nouvelle avait fait le buzz et le tour de la toile, suscitant une grande vague de sympathie de par le monde. D'ailleurs, c'est sur sa page qu'il a annoncé la sortie prochaine de son livre « Un père à l'assaut de la douleur » qu'il dédie à son défunt fils qu'il a même mis en couverture de sa page.


Ousmane Tanor Dieng, secrétaire général du Parti Socialiste, avec 9.117 mentions « J'aime » est moins actif que les autres politiciens. Son activisme le plus nourri date de février 2012 quand il s'était agi de barrer la route à Wade pour un troisième mandat présidentiel. Enfin, Aliou Sow du Mouvement pour la démocratie (Mpd Liggey) ferme la marche de ceux dont a consulté la page Facebook d'entre les politiciens de notre pays. Il a seulement 606 mentions « J'aime ».


En définitive, généralement équipés de micro-ordinateurs, de téléphones ou de tablettes connectés à internet, les politiciens sénégalais, tout comme les internautes ordinaires envoient du contenu au monde entier par des podcasts, des blogs, des vidéos ou des tweets. C'est la tendance des communications à l'ère du troisième millénaire.


Chérif Faye


(Source : Sud Quotidien, 6 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1u3Ym0m

Réactions :