mardi 25 novembre 2014

TIC : Plus de 3 milliards de personnes en ligne



Les Tic progressent à un rythme élevé dans le monde, selon un nouveau rapport de l'Uit.


Selon le rapport de référence annuel de l'Union internationale des télécommunications (Uit), Mesurer la société de l'information, plus de trois milliards de personnes sont désormais en ligne et les technologies de l'information et de la communication (Tic) continuent de croître à un rythme soutenu dans presque tous les pays du monde.


De l'avis général, ce rapport constitue un recueil et une analyse des données les plus fiables et les plus impartiales en ce qui concerne le niveau de développement des Tic dans le monde. Il est couramment utilisé par des gouvernements, des institutions financières et des analystes du secteur privé du monde entier.


D'après les données les plus récentes, l'utilisation de l'Internet continue de croître à un rythme constant, à un taux de 6,6 pour cent en 2014 (3,3 pour cent dans les pays développés, 8,7 pour cent dans les pays en développement).


Le nombre d'internautes dans les pays en développement a doublé entre 2009 et 2014, et ces pays regroupent désormais les deux tiers des personnes connectées dans le monde.


Sur les 4,3 milliards de personnes qui n'utilisent pas encore l'Internet, 90 pour cent vivent dans des pays en développement.


Dans les 42 pays les moins connectés, qui comptent au total 2,5 milliards d'habitants, il reste très difficile d'avoir accès aux Tic, en particulier pour les nombreux habitants des zones rurales.


« Les Tic peuvent rendre le monde bien meilleur, en particulier pour les plus démunis, y compris les femmes, les jeunes et les personnes handicapées », a déclaré le secrétaire général de l'Uit, Dr Hamadoun I. Touré. « Ce rapport revêt une importance cruciale dans l'optique du développement des Tic au niveau mondial.


En effet, il est indispensable de procéder à des mesures pour suivre les progrès accomplis, et c'est pourquoi l'Uit collecte des statistiques sur les Tic concernant 200 pays et portant sur plus de 100 indicateurs. »


Dans le secteur de la téléphonie mobile, l'Uit estime que d'ici à la fin de 2014, le nombre d'abonnements atteindra les sept milliards, ce qui correspond approximativement à la population mondiale.


« Toutefois, cela ne signifie pas que tous les habitants de la planète sont connectés, car de nombreux utilisateurs possèdent plusieurs abonnements, et parfois la croissance observée sur le plan mondial ne se traduit concrètement que par de minces progrès au niveau de la connectivité des plus défavorisés », souligne le rapport.


L'Uit estime que 450 millions de personnes vivent dans des endroits qui ne sont toujours pas desservis par la téléphonie mobile.


« Signe encourageant, les pays pauvres ont réalisé des progrès notables en ce qui concerne l'accès à la largeur de bande internationale. Celle-ci est aujourd'hui utilisée à hauteur de plus de 30 pour cent par les pays en développement, contre à peine 9 pour cent en 2004 », indique-t-elle.


Elle note cependant que le manque de largeur de bande Internet internationale disponible dans bon nombre des pays les moins connectés demeure un obstacle important à l'adoption des TIC dans ces pays, et limite souvent la qualité de l'accès Internet.


« C'est justement dans les zones pauvres et rurales que les Tic peuvent avoir un impact particulièrement net », a déclaré Brahima Sanou, directeur du Bureau de développement des télécommunications de l'Uit, qui est chargé d'établir le rapport.


« Une nouvelle analyse présentée dans ce rapport montre que nombre des indicateurs des Objectifs du millénaire pour le développement (Omd) sont étroitement corrélés avec les valeurs de l'indice Idi, notamment en matière de réduction de la pauvreté et d'amélioration de la santé.


En outre, il apparaît dans le rapport que les progrès du développement des Tic sont liés aux progrès sur la voie de la réalisation de certains des Omd. Depuis longtemps, l'Uit soutient avec force que les Tic sont un facteur clé du développement socio‑économique », a-t-il poursuivi.


Ndakhté M. Gaye


(Source : Eco Finances, 24 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1zq0HlU

Réactions :