mercredi 5 novembre 2014

Ndèye Awa Guèye simplifie les échographies à distance



L'ingénieur en conception informatique, Ndèye Awa Guèye, fait partie des 500 jeunes leaders africains reçus par le président des Etats-Unis, Barack Obama, il y a quelques semaines. Cette Sénégalaise qui rêvait d'embrasser la Médecine s'est retrouvée au département d'Informatique de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Elle concrétisera partiellement son rêve de jeunesse. Elle a mis au point une application qui permet aux praticiens de santé, notamment aux gynécologues, de faire des échographies à distance grâce à leur Smartphone.


La frêle Ndèye Awa Guèye, dans une démarche posée, nous invite à la rejoindre dans une salle. Les lunettes d'intello ajustées ne l'éloignent pas des autres femmes qui ressortent de leur bureau pour la pose. Ndèye Awa fait pourtant partie des jeunes leaders africains reçus par le président américain, Barack Obama, dans le cadre du programme Yali (Young african leaders initiative).


Cette jeune femme mariée, il y a de cela un an, a mis au point une application permettant aux gynécologues sénégalais de faire des échographies à distance grâce à leur Smartphone. Cette application et ses autres actions de développement lui ont valu d'être dans le cercle des jeunes leaders africains.


« C'est une application qui permet aux gynécologues de faire les échographies sans se déplacer. Elle facilite l'accès aux soins aux femmes enceintes, y compris celles qui sont dans des zones reculées », explique l'ancienne étudiante de l'Ecole supérieure polytechnique (Esp) de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad).


Son invention est subdivisée en deux parties. L'une connecte tous les professionnels de santé, tandis que l'autre est la plateforme mobile. Cette dernière offre la possibilité à tous les gynécologues de faire des échographies sans les appareils classiques.


« Cette application rapproche les médecins des femmes qui n'ont pas besoin de se déplacer ou de faire la queue pour leurs consultations prénatales. Les femmes peuvent aussi recevoir des alertes de rappels de leurs rendez- vous. De même, les médecins reçoivent des rappels. L'application participe à la lutte contre la mortalité maternelle et infantile », justifie l'informaticienne.


Après la phase conception, Ndèye Awa envisage la promotion de l'application. « Elle n'est pas encore utilisée par les praticiens de la santé au Sénégal. Nous allons passer à la phase de déploiement cette année », révèle-t-elle.


Cette invention peut être interprétée comme une concrétisation partielle de son rêve de jeunesse. Cette femme rêvait d'embrasser la carrière de médecin. Elle s'est battue pour cela durant tout son cursus jusqu'à l'obtention du baccalauréat série S 2 en 2006. A partir de cette année, la concrétisation de ce rêve s'envole une fois pour de bon : elle est orientée au département d'Informatique.


Un rêve se brise. Une dizaine d'années environ, elle ne regrette rien. Parce que Ndèye Awa Guèye est aussi une passionnée des Technologies de l'information et de la communication (Tic).


Passionnée des Tic


Depuis l'école primaire, elle s'est mise à la page. Durant le cycle secondaire, elle conçoit son calendrier avec le logiciel Excel. Et au fil des années, cette passion se cristallise. Elle découvre les opportunités des Tic.


« Entre moi et les Tic, c'est une vieille histoire. Depuis l'école primaire, mon papa nous a initiés à l'usage de l'ordinateur. J'ai eu à élaborer mes calendriers avec le logiciel Excel. Mon papa nous avait initiés à Word et à Excel », raconte l'ingénieur en informatique spécialisée dans la conception et la production de logiciels.


Son désir de servir la médecine se fera d'une autre manière. « Je n'ai pas pu faire la médecine, mais j'apporte ma contribution à l'amélioration de l'accès aux soins de santé. Cette application participe à la Couverture maladie universelle (Cmu) », glisse-t-elle avec un brin d'humour.


Enveloppée dans un veston jaune marié avec un pantalon jean noir, elle ne laisse pas transparaître les traits d'une féministe à travers son habillement. Toutefois, Ndèye Awa Guèye se préoccupe des conditions de vie de cette couche de la population. Elle est dans plusieurs actions visant à explorer les opportunités des Tic pour vulgariser les produits locaux transformés par les femmes.


De façon globale, l'ingénieur s'active dans plusieurs mouvements. Elle est co-fondatrice de « Jigeene Tech Hub » qui est le premier centre de formation et incubateur pour les femmes au Sénégal lancé en 2012.


« Je suis active dans beaucoup d'initiatives visant à améliorer la technologie au Sénégal. J'ai aussi quelques projets en cours », dévoile-t-elle.


Au gré des rencontres, comme aux Etats-Unis, l'informaticienne améliore ses connaissances en gestion de projets. Elle a eu à rencontrer des managers de grandes entreprises américaines. Son discours est porteur d'espoir pour l'Afrique.


L'informaticienne ne se fait pas de doute que le continent noir regorge de ressources humaines capables de prendre en compte plusieurs questions de développement.


« Je crois au potentiel de l'Afrique. Nous avons des jeunes qui ont des solutions aux problèmes de développement. Ces jeunes peuvent changer l'Afrique », affirme Ndèye Awa Guèye.


Idrissa Sané


(Source : Le Soleil, 3 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1tZkTLE

Réactions :