lundi 24 novembre 2014

Lutte contre la cybercriminalité au Sénégal : Le magistrat Pape Assane Touré plaide pour un cadre juridique approprié



Le magistrat sénégalais Pape Assane Touré a souligné, samedi dernier, la nécessité d'un cadre juridique approprié et la formation des magistrats pour mieux faire face au phénomène de la cybercriminalité. Intervenant au cours de la cérémonie de dédicace de son ouvrage intitulé « Le traitement de la cybercriminalité devant le juge : l'exemple du Sénégal », Pape Assane Touré a indiqué que la cybercriminalité est plus qu'un mythe au Sénégal, elle constitue une réalité. Cette rencontre était présidée par le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Sidiki Kaba.


La cybercriminalité est plus qu'un mythe au Sénégal. Le magistrat Pape Assane Touré est formel. Intervenant au cours d'une cérémonie de présentation de son ouvrage, tenue samedi dernier, le magistrat a indiqué que les études faites par les juridictions ont permis de se rendre compte de l'existence du phénomène. « On pensait que la cybercriminalité est un mythe, n'est pas une réalité. Mais à la réflexion, on se rend compte que c'est un phénomène réel », a-t-il souligné.


Il a ainsi préconisé la nécessité d'un cadre juridique approprié et le renforcement de la formation des magistrats en matière de cybercriminalité pour faire face à ce phénomène. « La menace est bien réelle et le législateur seul ne peut apporter des réponses concernant, par exemple, le piratage dans le domaine informatique ». Pour autant, « Il faut un cadre juridique approprié et un juge qui ose aller au-delà des faits pour trouver des solutions originales au phénomène de la cybercriminalité. Les instances juridiques, les intermédiaires de l'Internet, les conditions d'accès, d'hébergement voire tous les acteurs doivent aller ensemble pour trouver une réponse globale et définitive à la cybercriminalité », a-t-il déclaré. Avant d'ajouter, dans la foulée, que son ouvrage édité chez L'Harmattan (France), tente, d'apporter des éléments de réponse au plan juridique à la lutte contre la cybercriminalité.


De son côté, le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba, a indiqué que cette publication offre une bonne base pour aller de l'avant, comprendre les instruments et les outils pour une répression adéquate de cette forme de délinquance. Ainsi, il a annoncé une nouvelle école de formation qui permettra, selon lui, aux magistrats sénégalais de « renforcer leur expertise pour mieux rendre la justice et faire que la justice soit d'avantage au service des usagers de la justice et des justiciables ». Au final, il a expliqué : « La cybercriminalité est une des formes modernes de la délinquance que nous avons pu voir avec l'avènement de la société numérique. Et on ne peut pas utiliser des instruments classiques contre ces personnes qui commettent ces crimes ».


Nando Cabral Gomis


(Source : Sud Quotidien, 24 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1r3MtIH

Réactions :