jeudi 13 novembre 2014

Le marketing mobile peut marcher si et seulement si…



Gemalto, le leader mondial de la sécurité numérique, publie les résultats d'une nouvelle enquête réalisée par l'Ifop en Afrique du Sud et au Nigeria, portant sur les perceptions des consommateurs vis-à-vis du marketing mobil. 80 % des personnes interrogées se sentent contrariées lorsqu'elles reçoivent des messages non sollicités.


Cela ne se passe pas seulement au Sénégal, en Afrique du Sud et au Nigéria aussi les opérateurs de téléphonies envoient des messages à caractères publicitaires à leurs abonnés sans préavis. Une stratégie qui ne passe pas aussi chez les habitants des deus super puissances africaines. En effet, 80 % des personnes interrogées se sentent contrariées lorsqu'elles reçoivent des messages non sollicités. Cependant, l'enquête réalisée par l'Ifop (Institut français d'opinion publique) en faveur de Gemalto, le leader mondial de la sécurité numérique, révèle que 80% de ce même lot pourrait être reconquise par les opérateurs et les marques si ces derniers mettaient en œuvre les meilleures pratiques pour améliorer l'engagement des clients. Il faut à cet effet que ce marketing mobile se perfectionne et suive la règle d'or qui est : « adresser à une personne concernée un message pertinent au moment propice »


L'enquête met clairement en évidence que les consommateurs en Afrique du Sud et au Nigeria partagent le même souhait, à savoir : garder le contrôle des campagnes de marketing mobil qu'ils reçoivent. 83 % des personnes interrogées considèrent que le marketing mobil devrait être basé sur une autorisation préalable et 90 % veulent pouvoir identifier facilement l'expéditeur du message. Elles souhaitent également que les messages soient pertinents pour elles. Ce point peut être facilement amélioré dans la mesure où près de 70 % des personnes interrogées déclarent recevoir des messages promotionnels ne correspondant pas du tout à leurs centres d'intérêt. Les consommateurs recherchent également des avantages concrets : 53 % des Sud-Africains attendent, par ordre de préférence, des remises immédiates, des points fidélité ainsi que la possibilité de gagner des cadeaux.


En conclusion, l'enquête indique qu'il existe un fort potentiel pour le marketing mobile en Afrique, à condition que les opérateurs et les spécialistes du marketing respectent la règle d'or : adresser à une personne concernée un message pertinent et au moment le plus propice. Si l'utilisateur a la possibilité d'accepter ou de refuser et de choisir la fréquence de réception, et si les messages sont pertinents et offrent de la valeur, alors 80 % des personnes interrogées dans les deux pays sont prêts à devenir de véritables « amoureux des annonces sur mobile ».


Sur le marché sud-africain, les utilisateurs de mobiles peuvent être reconquis en adoptant des pratiques qui respectent davantage leurs souhaits. Quant au Nigeria, où le marketing mobile est à peine en train d'éclore, la règle d'or peut être mise en œuvre dès le départ.


« Dans un continent où le téléphone mobile est l'écran le plus largement répandu, le marketing mobile offre un potentiel énorme aux opérateurs et aux marques pour mieux communiquer auprès de leurs publics et créer une relation privilégiée », affirme Nadia Gonzalez, vice-président Marketing Mobile chez Gemalto. « Les opérateurs de téléphonie mobile possèdent des atouts essentiels pour améliorer l'expérience des utilisateurs. Leur capacité à segmenter les campagnes en fonction du profil des utilisateurs, de leur localisation et de leurs centres d'intérêts, leur fournira tous les moyens pour aider les marques à appliquer cette règle d'or, qui commence par le respect de la vie privée », conclut-elle avec APO.


Amayi Badji


(Source : Réussir Business, 13 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1zQpEe3

Réactions :