samedi 1 novembre 2014

La vente en ligne, un potentiel énorme pour l'Afrique



L'Afrique doit accorder plus d'attentions aux achats en ligne. C'est l'avis de Sumesh Rahavendra, responsable marketing de DHL Express Afrique subsaharienne. Selon ce dernier, l'Afrique offre un énorme potentiel de croissance pour les commerçants en ligne, étant donné que les achats en ligne en sont encore à leurs balbutiements dans la région. « Ce sont les marchés émergents qui présentent le plus fort potentiel de croissance pour le secteur du commerce électronique. Tandis que le chef de file du commerce de détail en ligne Amazon fêtait son 20e anniversaire en juillet, les entreprises de commerce électronique africaines commencent seulement à marquer voire intensifier leur présence sur ce marché. Jumia, un détaillant en ligne nigérian, en constitue un bon exemple. Bien que l'entreprise ait été fondée il y a deux ans à peine, elle gagne rapidement des parts de marché dans le pays, soulignant ainsi le potentiel de la région », a-t-il dit.


Et ses propos sont corroborés par une étude récemment réalisée par McKinsey & Company1 que le commerce électronique pourrait représenter 10 % des ventes au détail des plus grandes économies du continent africain d'ici 2025. En comparaison, le commerce de détail en ligne aux États-Unis représente 9 % du total des ventes au détail. « À l'échelle mondiale, il a fallu plus de 2 000 ans pour développer un système monétaire formel et plus de 600 ans pour mettre en œuvre un système bancaire formel. Il a fallu également plus de 50 ans pour introduire les cartes de crédit et de débit, et à l'heure actuelle, tout le monde ne dispose pas d'un compte en banque. Au vu de ces jalons posés tout au long de l'histoire du commerce, il faut bien admettre que nous en sommes encore aux balbutiements du commerce électronique », a indiqué Sumesh Rahavendra.


M. Rahavendra fait allusion à une récente étude menée par Jana3 au Nigeria, l'économie la plus importante du continent. Près d'un quart des personnes interrogées (23,55 %) y a mentionné le manque de sécurité comme étant l'obstacle n° 1 à l'achat de produits en ligne. Pour 38,81 % des répondants, le paiement en espèces a constitué le moyen de paiement de prédilection pour leurs achats en ligne de biens et services, contre 29,52 % qui ont choisi les cartes de crédit. « Ceci met en évidence le fait que les consommateurs africains sont toujours en train de se familiariser avec les méthodes de paiement en ligne », a ajouté M. Rahavendra. Selon ce dernier, sur le continent africain, la technologie constitue un obstacle en termes de connectivité. « Néanmoins, nous constatons une tendance à la hausse vers une croissance significative de ces détaillants en raison des avancées dans ce domaine. Selon les chiffres de l'Union internationale des communications, 16 % de la population africaine aurait aujourd'hui accès à Internet, contre 10 % en 2010 », a-t-il dit.


Oumar Fédior


(Source : Réussir business, 1er novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1G68RoR

Réactions :