mercredi 26 novembre 2014

Francophonie : Quand la révolution numérique et les Moocs universalisent le savoir



C'est une révolution en marche : les Universités numériques. C'est une plateforme en ligne qui lance des cours ouverts et gratuits. Connu sous le sigle Mooc (Massive open online course / Cours en ligne, gratuits et ouverts à tous). Ils fonctionnent avec plusieurs milliers d'apprenants simultanément. Ils associent des ressources numériques (vidéos, textes, images), des activités pédagogiques et collaboratives.


Avec ce nouveau système d'enseignement à distance, l'enjeu est multiple. En effet, il améliore la réussite des étudiants par une pédagogie interactive, ouvre l'accès au pouvoir à un plus large public et conforte le rayonnement culturel des Universités dans le monde entier. Désormais, il faut compter sur les Moocs pour accéder au savoir. Elle suscite un réel engouement dans le monde francophone. Par exemple, en France, c'est près de 53 Mocs qui sont développés par les universités et écoles suivies par 400 000 étudiants, salariés et professionnels.


Ils portent sur des domaines variés tels que la philosophie, l'histoire, la géographie, Santé, le droit, le ménagement, entre autres. Selon Pascal Barbier, « le numérique apporte l'avantage de l'adaptation du temps du parcours à la disponibilité de l'étudiant ». Mais, le problème, c'est très souvent une connexion très lente, une bande passante qui n'est pas toujours au rendez-vous. Donc, il faut reconnaître que les Étudiants africains ont une capacité d'avancer malgré les difficultés. C'est dans leur ténacité que se trouve la différence avec les Européens qui abandonnent rapidement, lance M. Barbier.


Ibrahima Khalil


(Source : Pressafrik, 26 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1ChoVVq

Réactions :