mardi 25 novembre 2014

Francophonie Numérique : Voxygen dévoile sa calculatrice qui parle Wolof



Transmettre dans plusieurs langues dont le Wolof, le savoir à travers les outils du numérique, c'est ce que Voxygen tente de faire avec sa calculatrice parlante qu'elle va exposer en marge du sommet de la Francophonie.


Ce sera à coup sûr l'une des attractions du village de la francophonie, la calculatrice parlante. C'est Voxygen qui la présente en marge du sommet de la francophonie. L'appareil a la particularité de s'exprimer en autres langues en Wolof, la langue locale sénégalaise. Une curiosité et une innovation technologique qui sera certainement aux goûts des élèves sénégalais, surtout dans ce contexte éducatif marqué par le délaissement des matières scientifiques. La calculatrice va permettre aux potages d'effectuer des opérations, de s'entraîner au calcul mental, d'apprendre à compter avec des voix en wolof, haoussa, français, arabe, anglais. Ainsi, durant plus d'une semaine, l'équipe Voxygen de Dakar fera des démonstrations de sa calculatrice sur le stand de la Francophonie Numérique (OIF).


La synthèse vocale est la technologie incontournable dans un contexte de forte demande d'accès à l'information pour déployer des services IT. D'autres applications ont déjà vu le jour, notamment en mAgri. « Nous avons par exemple produit et diffusé, chaque semaine, à 400 agriculteurs ivoiriens, les informations du marché de la filière agricole anacarde, les prix d'achat bord- champ ainsi que les tendances, en dioula, pour le programme N'kalo de l'ONG Rongead », informe l'entreprise.


Il faut rappeler que Voxygen a gagné le premier prix du Tekki 48 organisé par l'incubateur CTIC en 2013 à Dakar, grâce à ses projets innovants en synthèse vocale. Cette start-up française crée et intègre des voix multi- expressives, multilingues et naturelles. Développant des solutions en synthèse vocale réputées au niveau mondial, Voxygen est aujourd'hui le seul à détenir un savoir-faire dans les principales langues d'Afrique.


Voxygen recherche des partenaires, notamment du monde de l'Éducation, qui souhaiteraient déployer cet outil pédagogique auprès du plus grand nombre.


Amayi Badji


(Source : Réussir Business, 25 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1APEOAR

Réactions :