mercredi 26 novembre 2014

Emergence numérique : La Fondation Sonatel accompagne le Sénégal



Le ministre de l'Education nationale, Sérigne Mbaye Thiam a procédé hier à Dakar au lancement du Projet « Education numérique » qui est une initiative d'Orange France mise en place au Sénégal, au Cameroun, au Niger et au Madagascar.


Ce projet vise à « compléter les programmes scolaires des États africains dans les écoles primaires et secondaires en mettant gratuitement à leur disposition des contenus éducatifs sous forme numérique ». Ce programme est mis en œuvre au Sénégal par la fondation Orange Sénégal.


Pour la première phase 72 000 bénéficiaires seront répartis dans 30 écoles primaires et secondaires sélectionnées par le ministère. Le choix a été influencé par certains facteurs : les écoles les plus ouvertes aux changements avec des enseignants plus prompts aux changements ont eu plus de chance, précise Aminata Fall Sidibé, administratrice général de la Fondation.


Les écoles ciblées bénéficieront chacune d'un kit composé de 50 tablettes (terminales qui ne font pas lire les contenus présents sur le serveur), 2 serveurs à faible consommation électrique (avec des contenus pré-chargés), 1 tableau numérique et 1 vidéo-projecteur.


Selon le ministre de l'Education nationale, l'utilisation de ces tablettes et ressources numériques mises à la disposition de son département par la Fondation Sonatel « contribuera à améliorer les performances des élèves ainsi que les pré-pratiques pédagogiques des enseignants ». A en croire le ministre, « l'Etat du Sénégal à l'instar de beaucoup de pays qui aspirent à l'émergence, considère les TIC comme une grande opportunité dans tous les secteurs ». Et d'ajouter que le programme sectoriel en cours qui est le Paquet programme d'amélioration de la qualité, de l'équité et de la transparence accorde une grande importance à ces TIC. Ce programme est le cadre d'opérationnalisation de la politique éducative du Sénégal sur la période 2013-2025.


En effet, « au plan pédagogique comme au plan de la gestion, les TIC contribuent à l'atteinte des trois grands objectifs du programme sectoriel », soutient Sérigne Mbaye Thiam. Il s'agit de « l'axe stratégique de la qualité améliorée et des apprentissages, de l'axe stratégique accès équitable à l'éducation par la résolution des disparités et de la promotion d'une gouvernance ouverte, transparente et inclusive du secteur ».


Le ministre rappelle que « l'Education est un secteur clé de la vie socio-économique en ce sens qu'elle prépare les acteurs à faire face aux défis de la société d'aujourd'hui et de demain ». Pour lui, le projet « Education numérique » viendra renforcer les initiatives qui l'ont précédé notamment le programme SANKORE (un projet qui a permis d'avoir au Sénégal près de 1100 classes numériques dont les 750 ont été déployées en 2013 au niveau de l'enseignement primaire), le projet « Ressources Numérique pour Tous » (lancé en mars 2014 pour faire face au déficit d'enseignants dans certaines disciplines comme les mathématiques, la philosophie et les sciences physiques) et la signature de l'accord-cadre avec l'administrateur général délégué de l'OIF pour la mise en œuvre en 2015 du projet « Initiative pour la Formation à Distance des Elèves-Maîtres » – IFADEM (pour le renforcement de capacité du personnel enseignant, un projet axé sur l'utilisation des TIC).


Tout en soutenant que « les défis du secteur sont encore nombreux variés et pressants », Sérigne Mbaye Thiam a salué cette belle initiation de la fondation Sonatel qui est « un partenaire privilégié du ministère de l'Education nationale ». Cette initiative dit le ministre, illustre la responsabilité sociétale de l'entreprise et confirme son slogan « c'est parce que l'éducation des jeunes est notre priorité ! ».


Sérigne Mbaye Thiam assure une bonne utilisation du matériel mis à la disposition du ministère.


(Source : AJOnews, 26 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1vkbw8O

Réactions :