vendredi 28 novembre 2014

2ème salon Africain de la cybersécurité : L'Afrique face aux cybermenaces mondiales



La Sonatel avait perdu l'année dernière 10 milliards FCFA due à l'arnaque sur les Sim box. De fausses informations et des alertes cycliques, entre autres menaces, sont régulièrement véhiculées sur la toile, avec son lot de craintes et d'hésitations à se lancer dans des opportunités d'affaires. Tout ceci, grâce à une insécurité informatique qui constitue aujourd'hui, une cybermenace considérée comme un fléau mondial qui gangrène le bon fonctionnement des économies. Et l'on se demande dès lors le rôle que jouent les Etats devant ce phénomène qui prend des proportions inquiétantes. C'est à question que tenteront de donner, lors de la 2ème édition du Security-Day, les principaux organisateurs que sont Sidy Aidara et Julien Dechanet.


Les Etats et les entreprises privées sont invités à développer un système d'informations adéquat pour s'assurer d'une meilleure sécurité de leurs données. « Le seul salon contre l'insécurité informatique qui se tient en Afrique est donc l'occasion pour les ‘'sachants'' de l'outil informatique de se promouvoir pour apporter les outils et les solutions attendues à travers les 20 conférences qui se tiendront et qui verront la participation de plusieurs centaines de visiteurs », indique Sidy Aidara co-organisateur de Security Day qui attend des Managers, des DSI, RRSI, DRH, et des utilisateurs finaux. Cet effort de lutter contre la cybermenace est reconnu par Julien Dechanet qui déclare que « l'Africain n'a pas la culture de la sécurité et donc, il faut que cela commence par la sensibilisation à travers les réseaux sociaux, d'autant plus que les nombreux efforts des Etats ne suffisent pas toujours pour lutter contre ce fléau. Security Day est alors le cadre d'échanges où les experts militaires et civils vont se côtoyer pour discuter sur les stratégies à mettre en œuvre pour la sécurisation et la protection des Systèmes d'informations des entreprises tout en vulgarisant les dispositifs juridiques, techniques et organisationnels existants. En fait, il fait, il s'agira de promouvoir l'expertise des sociétés nationales qui évoluent dans le domaine de la sécurité informatique.


Youssouf Ndiongue


(Source : Siweul, 28 novembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/123L3Tj

Réactions :