vendredi 31 octobre 2014

Un réseau de fraudeurs sur les appels internationaux démantelé, quatre personnes interpellées



Un réseau de fraudeurs sur les appels internationaux a été démantelé par la Brigade nationale de lutte contre la cybercriminalité, a annoncé vendredi un communiqué de la police, soulignant que quatre personnes ont été interpellées et mises à la disposition de la justice.


Le communiqué de la police, qui confirme des informations relayées récemment par les médias, indique que la SONATEL,''ayant constaté depuis quelques temps une pratique frauduleuse de terminaison d'appels sur son réseau, a déposé une plainte contre inconnus pour les faits de fraude sur son réseau''.


Le dossier a été confié la Brigade nationale de lutte contre la cybercriminalité (BNLC), une unité spécialisée de la Direction de la police judiciaire (DPJ) dans ce domaine.


La même source souligne que dès l'entame de la procédure, ‘'les investigations ont permis de détecter et de localiser un signal aux Maristes où quatre gateways ou passerelles sur IP en fonctionnement ont été cachées dans une carcasse d'unité centrale''.


Elle ajoute que l'analyse des informations ''a permis, avec la collaboration du premier interpellé de nationalité française, de localiser et d'interpeller à Liberté 6, le Russe cerveau de la bande, qui détenait dans son appartement loué, le SIMBANKING (ensemble de simbox où sont insérées les puces de téléphones des opérateurs)''.


La poursuite des investigations, explique la police, ''a permis non seulement de découvrir un autre appartement aux Maristes II où des passerelles ont été installées dans le salon''. Mais, ''il a été constaté également que des dispositifs identiques avaient été installés dans trois autres maisons : à la Cité Isra, à Hann Marinas et à la Cité Soleil faisant un total de cinq installations dans les différents endroits précités''.


Le communiqué explique que ''le cerveau du réseau, informaticien chevronné, avait un parfait contrôle de ces dispositifs de fraude par le moyen des logiciels installés sur ses postes de travail munis de raccourcis sur son téléphone''.


Ainsi, relève le texte, ''à tout moment le trafic qui passait sur son réseau subissait des corrections en cas d'anomalies détectées faisant passer des appels sans encombre''.


Selon la police, ''les perquisitions effectuées dans ces endroits ont permis de saisir 12 appareils Simbox , 16 cartons de Simbox vides, 142 cartes SIM réparties entre 119 orange et 23 expresso, 5 disques durs externes, 2 ordinateurs portables, 2 ordinateurs de bureau, 3 ordinateurs SLIM 3 imprimantes, 1 scanner, 1 téléphone portable, 12 modem, 24 clés Internet craquées permettant de se connecter à tout réseau, 4 Port Bub USB''.


Elle signale aussi la saisie de 6 onduleurs, 68 CD, 9 Switch 51 cachets et 1 chalumeau, un nombre importants d'insignes, d'uniformes, 13 casquettes, 13 types de galons d'officiers et d'emblèmes de différentes forces de sécurité, du ruban qui lui sert à confectionner des galons d'armées de nationalités différentes.


Le communiqué note que ce type de fraude ''constitue un manque à gagner énorme pour la société plaignante et ses actionnaires dont l'Etat du Sénégal et, partant, diminue ses recettes fiscales collectées''.


Pour la police, ''avant toute vente ou toute cession de ligne, les revendeurs doivent exiger des acheteurs la délivrance d'une copie de la carte nationale d'identité ou du passeport''.


Elle souligne que cette exigence ‘'est nécessaire'' et que tout contrevenant ''pourrait lui-même se voir appliquer les sanctions prévues par le code sénégalais des télécommunications''.


(Source : APS, 31 octobre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1zShmmK

Réactions :