lundi 13 octobre 2014

Oracle veut combler le déficit en compétences informatiques de l'Afrique



L'entreprise Oracle Corporation a annoncé son intention de lancer un programme de formation pour renforcer et à étendre les compétences informatiques des professionnels en Afrique.


Selon la société américaine, les avancées fulgurantes de la technologie au cours des cinq dernières années n'ont pas encore été assimilées sur le continent, conséquence du personnel informatique compétent fait défaut.


D'après Oracle, permettre à l'Afrique de jouir des avancées technologiques au même rythme que les autres continents suppose de lui donner les moyens humains pour cela. D'où la contribution des ressources et du personnel de l'Oracle University, de l'Oracle Academy, de la stratégie Oracle Partner Enablement, d'Oracle Sales Consulting et du Public Sector Center of Excellence, pour y arriver.


Dans son communiqué, Oracle explique que le programme de formation est « articulé autour de quatre axes prioritaires, à savoir les aptitudes des employés, la compatibilité des infrastructures informatiques, la disponibilité de main-d'œuvre et le développement des compétences des jeunes. Elle s'adresse aussi bien aux gouvernements qu'au secteur privé et aux organisations à but non lucratif afin de mettre en place une stratégie à long terme en matière de formation à même de répondre à la demande de compétences adéquates en TI ».


Pour Alfonso Di Ianni, le premier vice-président d'Oracle pour la région Europe centrale et orientale, Moyen-Orient et Afrique, « à l'heure actuelle, les technologies de l'information promettent de favoriser l'inclusion sociale, de lutter contre la corruption, de développer l'économie numérique tout en créant des liens plus forts entre les citoyens et leurs gouvernements, les entreprises et leurs clients, ainsi qu'entre les ONG et les communautés qu'elles servent. Ces technologies peuvent atteindre tous ces objectifs tout en réduisant considérablement les coûts et en améliorant l'efficacité. Cependant, pour que la technologie appuie une telle évolution, il est indispensable que les organisations aient facilement accès à une main-d'œuvre capable de mettre en place ces systèmes et d'en assurer l'entretien ».


(Source : Agence Ecofin, 13 octobre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1w3JJum

Réactions :