jeudi 30 octobre 2014

Millicom lance sa fondation pour les innovateurs africains



Millicom-Tigo a lancé officiellement au cours d'une session sur internet sa fondation pour les entrepreneurs sociaux innovants, dotée d'un budget annuel de 10 millions de dollars. Le Tchad, la RD Congo et le Sénégal sont concernés.


Le groupe Millicom, plus connu sous sa marque de téléphonie Tigo, a choisi une session interactive sur le web pour lancer officiellement sa fondation dédiée aux "innovateurs locaux dans le domaine du numérique". Cette institution dotée d'un budget annuel de 10 millions de dollars entend aider à construire "un mouvement de personnes qui changent les choses dans le numérique à travers l'Amérique latine et l'Afrique".


Combler l'écart


La Kényane Ory Okolloh, administratice de la fondation, a ainsi résumé les enjeux : "L'Afrique se développe mais les Africains se développent-ils ? L'histoire actuellement racontée autour du succès de l'Afrique ignore une réalité micro dans laquelle une partie des habitants ne profite pas ou pas assez de la croissance", a expliqué celle qui est connue pour avoir fondé Ushahidi (une carte participative sur le web pour permettre de géolocaliser les témoignages de Kényans transmis par internet et par SMS) au moment de la crise politique de 2007-2008 dans son pays puis travaillé pour Google et Omidyar Network. "L'objectif est d'aider à combler l'écart entre les réalités macro et micro".


Six pays en Afrique


La fondation sera opérationnelle dans tous les pays couverts par Tigo, soit 13 pays dont 6 en Afrique : le Sénégal, le Ghana, le Tchad, la RD Congo, le Rwanda et la Tanzanie. En plus de moyens financiers, la fondation entend fournir aux entrepreneurs retenus du conseil, du soutien technologique et du mentorat de la part de salariés de Millicom.


Les bénéficiaires seront sélectionnés via le concours "Tigo Digital Changemakers Award". Ce dernier, opérationnel dans deux pays africains depuis le début de l'année (Rwanda et Tanzanie), a déjà reçu 1 000 dossiers. L'objectif n'est pas de se limiter à l'innovation dans le domaine des services pour les masses africaines mais aussi d'aider ceux qui offrent des solutions à quelques-uns des grands défis auxquels se heurte le continent (logistique, énergie, etc).


La structure sera dirigée par Till Behnke, fondateur de betterplace.org, une plate-forme allemande de don en ligne qui a permis depuis 2007 de soutenir via des organisations sans but lucratif 10 000 projets dans plus de 145 pays.


Frédéric Maury


(Source : Jeune Afrique, 29 octobre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1wIeOE3

Réactions :