lundi 20 octobre 2014

Les Sénégalais invités à la modération dans l'utilisation des nouvelles technologies



Le président de la Commission des données personnelles (CDP), le Docteur Mouhamadou Lo, a invité lundi les Sénégalais, à faire preuve de modération dans l'utilisation des nouvelles technologies, notamment de l'Internet.


Le Dr Lo intervenait lors d'une rencontre avec le Réseau des journalistes spécialistes en technologies de l'information et de la communication.


‘'Il faut que les Sénégalais soient conscients qu'il y a des dangers liés aux nouvelles technologies de l'information et de la communication. Il y a danger pour leur vie, danger pour leur économie, danger pour leur pays'', a-t-il déclaré.


Il a rappelé que ‘'la protection des données personnelles a plusieurs enjeux'', estimant que ‘'les gens doivent savoir qu'il y a des comportements à adopter quand on utilise les nouvelles technologies''.


‘'Les Sénégalais doivent faire attention dans leur approche, dans leur utilisation des nouvelles technologies, notamment ceux qui utilisent Internet et de manière spécifique les réseaux sociaux'', a-t-il conseillé.


De son côté, Ismaila Camara, le président du Réseau des journalistes spécialistes en technologies de l'information et de la communication (TIC) met en garde contre la publication inconsidérée d'images sur les réseaux sociaux.


‘'Parfois, on peut avoir une photo sur Facebook, Twitter, Google, et cette photo nous est fatale. Elle peut même nous coûter un emploi, parce qu'elle a été prise à un moment d'égarement, où peut-être nous n'étions pas au courant qu'on est filmés. Et aujourd'hui avec Internet, ça va vite'', a-t-il fait observer. Il appelle les internautes à arrêter de ‘'s'exposer, de divulguer des informations qu'ils n'oseraient jamais révéler en face d'une personne physique''. Selon lui, devant un clavier, on peut en arriver à dire certaines choses ‘'sur sa vie familiale'' et ‘'son environnement''. Mais ‘'c'est dangereux'', a-t-il prévenu. Les échanges au cours de la rencontre entre la CDP et le Réseau des journalistes spécialistes en TIC ont surtout porté sur le ‘‘droit à l'oubli sur Internet'' et sur la ‘‘souveraineté numérique''.


‘'Aujourd'hui, Google n'est pas disposé à offrir ce droit à l'oubli aux Sénégalais, qui est un droit acquis en Europe depuis l'arrêté de la Cour de justice européenne, permettant à tout usager, s'il le désire, d'établir une demande pour que ses données personnelles puissent être retirées par Google sous certaines conditions'', a expliqué Ismaila Camara.


Il a signalé que ‘'la CDP a mis en place un réseau focal avec lequel il travaillera sur cette question pour que les Sénégalais puissent bénéficier du droit à l'oubli numérique sur Internet''.


‘'Quant à la souveraineté numérique, depuis l'éclatement de l'affaire Edward Snowden [informaticien américain ancien employé de la CIA et de la NSA] qui avait révélé un vaste programme de piratage de l'Agence nationale de sécurité américaine, aujourd'hui, toutes les nations savent qu'elles ne sont pas à l'abri d'une attaque informatique. Nous avons échangé avec le président de la CDP sur cette question qui est importante pour l'avenir de notre pays'', a-t-il poursuivi.


La CDP est une autorité administrative indépendante instituée par la loi n° 2008-12 du 25 janvier 2008 portant sur la protection des données à caractère personnel.


Elle a pour mission d'informer et de promouvoir le droit de la protection des données personnelles tant dans le secteur privé que public, ainsi que de veiller à la protection des citoyens contre l'utilisation abusive de leurs données personnelles.


Sa tâche consiste aussi à contrôler la conformité à la législation des traitements portant sur les données personnelles et d'accompagner les pouvoirs publics pour l'émergence d'une économie numérique performante.


(Source : APS, 20 octobre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1Fs8moH

Réactions :