lundi 20 octobre 2014

Les nouvelles technologies contribuent pour dix pour cent au PIB



Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Mary Teuw Niane, a magnifié, lundi à Saint-Louis, l'impact des nouvelles technologies sur l'économie, soulignant qu'elles ont contribué en 2013 à hauteur de dix pour cent au PIB du Sénégal.


Le professeur Niane présidait l'ouverture officielle du 12ème Colloque africain sur la recherche en informatique et mathématiques appliquées (CARI) qu'abrite l'Université Gaston Berger (UGB) du 17 au 23 octobre.


‘'Aujourd'hui, plus que jamais, les TIC ont un impact réel sur la productivité, la croissance, la santé et l'emploi, bref dans tous les domaines de l'économie, du social et du culturel. Elles ont une contribution de l'ordre de 10% au PIB du Sénégal'', a dit le ministre.


Selon lui,'' les objectifs visés par le CARI recoupent parfaitement ceux des pouvoirs publics qui ne cessent d'œuvrer pour la promotion et la vulgarisation des sciences en général, et des TIC en particulier''.


En effet, a-t-il souligné , la première décision prise lors du conseil présidentiel consacré à ce secteur a été de ‘'réorienter le système d'enseignement supérieur vers les sciences, la technologie, les formations professionnelles courtes''.


Il a cité le Programme national de bonne gouvernance, l'ADIE et la Cellule de solidarité numérique comme ''des preuves de la volonté politique de l'Etat de développer l'informatique érigée en rang de priorité pour le pays' '.


Dès le début des années 2000, le Sénégal s'est engagé à utiliser les TIC pour moderniser l'administration en vue d'une efficacité et récemment le Plan Sénégal émergent (PSE) place l'économie numérique au cœur des priorités économiques et sociales de notre pays.


Le recteur Baydalaye Kane, s'est réjoui du choix porté sur l'UGB pour abriter ‘'ce colloque qui a suscité dès son annonce, de nombreuses marques d'intérêt ainsi qu'une forte mobilisation de la communauté scientifique.''


Il a insisté sur la place qu'occupent les mathématiques et l'informatique dans la formation et la recherche estimant que ‘'s'il y a un domaine où les interactions entre la science fondamentale, les inventions et applications techniques demeurent les plus avancées c'est incontestablement dans ces domaines''.


Ce colloque a pour objectif de faire la promotion et la vulgarisation du travail des chercheurs africains dans les domaines de l'informatique et des mathématiques appliquées.


Plus d'une centaine de chercheurs africains et du monde participent à cette édition. Ils présenteront plus de 38 articles dont les thématiques retenues sont : modèles de systèmes complexes, calcul scientifique et parallélisme, signal, images et multimédia, etc.


(Source : APS, 20 octobre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1Fs8q7W

Réactions :