mercredi 1 octobre 2014

L'Artp dilapide les deniers publics



Le propriétaire de l'immeuble situé en face de l'ancienne Ecole normale supérieure (Ens) sur l'ex-Place de l'Omvs doit remercier le ciel d'avoir comme locataire la très liquide Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp). Et pour cause, les autorités de l'Artp ont fait montre d'une extraordinaire générosité en louant trois niveaux du fameux immeuble à la rondelette somme de 300 millions F Cfa par an, soit 25 millions la mensualité.


hurissante dilapidation des ressources publiques qui ne dit pas son nom qui s'opère depuis neuf mois à l'Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp). Nos sources se disent effarées par le coût faramineux du loyer. Ce qui révulse le plus nos interlocuteurs avec ce contrat dans lequel se sucre le bailleur, « c'est qu'au moment où elle décaisse annuellement 500 millions rien que pour la location de trois étages seulement, le régulateur des télécoms dispose d'un immeuble situé sur la Place de l'Indépendance, qu'il a mis en location ».


Pour des problèmes de parking, les employés rechigneraient à aller travailler au centreville. Et outre cet immeuble qui est le siège du Collège des délégués, l'Artp avait versé 8,2 milliards F Cfa à l'homme d'affaires Cheikh Amar pour l'acquisition de deux immeubles aux Almadies. Ce sont ces immeubles qui étaient, aux premières heures de la deuxième alternance politique du Sénégal, à l'origine du litige entre les dirigeants d'alors de l'organe de régulation des télécoms et le patron de Touba Real Estate (Tre) et Amar Holding.


Abou Lo : « Le contrat a été passé avec l'aval du Conseil de surveillance »


Contacté par « L'As » pour avoir été à la base du déménagement de la Vdn à l'ancienne Place Omvs à l'époque où il était à la tête de l'Artp, Abou Lô estime qu'il n'y a pas de quoi fouetter un chat. Tenant à lever d'éventuelles suspicions, l'ancien patron du régulateur des Télécoms soutient que le contrat de location a été passé avec l'aval du Conseil de surveillance. Et contrairement aux 500 millions F Cfa avancés, la location des trois étages revient à 300 millions l'année, soit 25 millions par an. Abou Lô qui soupçonne un de ses adversaires politiques de distiller « ces informations » pour le mouiller, affirme que l'Artp est gagnante dans cette opération. D'autant que, explique-t-il, « l'Artp a sous-loué son immeuble situé au centre-ville à environ 13 millions F Cfa. Il s'agit de celui qui héberge les membres du Collège des délégués. Et si on soustrait ces 13 millions des 25 millions F Cfa payés pour la location de l'immeuble de l'ancienne Place Omvs, cela fait un différentiel de 12 millions. Si l'on considère que l'immeuble qu'on occupait sur la Vdn était loué à 17 millions F Cfa, on se rend vite compte que l'Artp a fait une bonne opération avec ce déménagement », dit-il.


(Source : L'As, 1er octobre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1qXa0DW

Réactions :