jeudi 9 octobre 2014

Couverture du Sommet de la Francophonie : Les journalistes saisissent les « Opportunités du web 2.0 »



Pour assurer une bonne couverture médiatique du 15ème Sommet de la Francophonie, les journalistes sénégalais reçoivent depuis hier une formation en web 2.0. Cette session vise l'initiation des professionnels des médias à ces technologies de l'information et de la communication et aux techniques d'utilisation des réseaux sociaux.


Les journalistes sénégalais, appelés à couvrir le 15ème Sommet de la Francophonie prévu à Dakar du 29 au 30 novembre 2014, saisissent les « Opportunités du web 2.0 ». Cet exercice de formation vise à renforcer les capacités de ces professionnels des médias dans l'utilisation des réseaux sociaux comme twitter, facebook. Car ils constituent un énorme grenier d'informations et aussi un canal de diffusion à la portée de plusieurs millions de personnes. « Le journalisme 2.0, et par opposition au journalisme dit classique, est un journalisme qui utilise essentiellement l'internet et les réseaux sociaux qui n'est pas très réglementé et se basant sur la liberté d'internet. Il permet à chaque citoyen de devenir un reporter. Ce qui fait que le bloggeur est un journaliste 2.0, de même que le cyber activiste », explique Mama­dou Ndiaye, enseignant-chercheur au Centre d'études des sciences et techniques de l'information (Cesti) qui a présenté un exposé sur le thème « Du journalisme classique au journalisme 2.0 ». D'après M. Ndiaye, le web 2.0 est une réponse aux questions de la menace que constitue l'internet sur le journalisme classique.


Ancien directeur de publication du quotidien Le Soleil, El Hadji Hamidou Kassé, président du Comité scientifique préparatoire du 15ème Sommet de la Fran­co­phonie, pense que « le journalisme 2.0 allie efficacité et performance et peut constituer un tournant dans la trajectoire du prochain sommet ». Par ailleurs, cet atelier de quatre jours sera aussi axé sur l'initiation aux outils du web 2.0 et aux techniques d'utilisation des réseaux sociaux notamment la recherche, l'analyse, le traitement, la diffusion de l'information et la veille thématique. Par conséquent, les participants seront sensibilisés sur les activités du sommet, mais également sur les manifestations d'accompagnement du sommet initiées par l'Agence universitaire de la francophonie (Auf) avec le colloque international « Fem­mes universitaires, femmes de pouvoir ? » prévu les 13 et 14 novembre 2014. A l'origine, cette formation résulte d'un triple constat sur le terrain, à savoir l'installation définitive des réseaux sociaux dans le paysage de la société de l'information, la rareté de leur utilisation par les professionnels de l'information des médias sénégalais et la faible présence des évènements du 15ème Sommet de la Fran­cophonie sur les réseaux sociaux.


Babacar Guèye Diop


(Source : Le Quotidien, 9 octobre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1ybyfac

Réactions :