mercredi 22 octobre 2014

CDP : Des données personnelles sécurisées rassurent les investisseurs



Les données personnelles sont l'or noir du 21ème siècle. C'est la conviction de Mouhamadou Lô Président de la Commission de protection des données personnelles qui a souligné l'importance de l'indépendance numérique des Etats comme le Sénégal.


Le contrôle et le traitement des données personnelles est le terrain où va se dérouler dans les prochaines années les guerres entre les Etats selon le président de la Commission de Protection des Données Personnelles. Pour Mouhamadou Lô les bases de données faîtes à partir d'informations privée collectées par de grandes entreprises s'arrachent sur le marché et à raison. Plusieurs sociétés peuvent avec ces informations fabriquer des produits spécifiques pour une personne un groupe ou un pays. « Imaginons que l'industries pharmaceutique mette la main sur des dossiers de santé d'un Etat. Elle pourra fabriquer des médicaments destinés à ce pays en se basant sur les données de tous les patients. C'est un risque réel et il faut vieller à ce que cela n'arrive pas », a prévenu Mouhamadou Lô. Face au réseau des journalistes en Tic, il s'est évertué à expliquer les raisons de la création de son organisme et ses raisons d'être à travers le thème de la réflexion qui portait sur les « Enjeux sociaux, économiques, politiques et défis de la protection des données personnelles ». Le récent exemple des vols de données chez Orange France a été mis sur la table ainsi que les nombreuses autres affaires relatives au traitement des données personnelles demandées par les grands collecteurs comme Google, les Université etc. Ainsi, il a invité les autorités à promouvoir l'indépendance numérique du Sénégal qui continue, à ce jour, de stocker ses données dans des serveurs situés hors du pays. Une position de vulnérabilité qui peut mener à des situations ubuesques comme des attaques informatiques en cas de froid entre le Sénégal et ses hébergeurs.


Dans cette optique, le président du réseau des journalistes en Tic lui a exprimé la volonté des membres de son groupe à œuvrer dans vulgarisation des actions de la CDP. Ismaïla Camara a rappelé que les journalistes ont des limites à respecter compte tenu de leur rôle. « L'éthique et la déontologie interdisent aux journalistes de trop s'épancher sur la vie privée des gens. Ils tiennent à leur liberté et sont toujours prêts à défendre celle des autres. Cependant, il faudra rappeler aux Sénégalais qu'il ne faut pas tout mettre sur le Web. Il y a un minimum de secret à garde pour éviter certains désagréments », a déclaré le journaliste.


Mouhamadou Lô a souligné qu'une bonne législation sur la protection des données personnelles privées est un gage important dans la perception d'un pays par les investisseurs étrangers. Il a fait savoir qu'un pays qui garanti cela « recevra à coup sûr plus d'investissements qu'un autre pays car ils sont rassurés ».


Toujours dans le cadre des données personnelles, il a invité toutes les entreprises qui en font, même pour les Pme , à se rapprocher de ses services pour faire leur déclaration. « Cela permet les mauvaises surprise ca par exemple si une entreprise filme un voleur avec ses caméras de surveillances non déclarées à la CDP, cette preuve est irrecevable devant la justice », a prévenu Mouhamadou Lô.


Pour rappel, la commission de protection des données personnelles est une autorité administrative indépendante instituée en 2008. Ses attributs portent sur la protection des toutes informations permettant d'identifier directement ou indirectement un sénégalais. Elle est composée de 11 membres nommés par décret et choisis en raison de leur compétence juridique et ou technique. Son mandat est de 4 ans renouvelable une seule fois. L'Assemblée Nationale, la Cour Suprême, les Associations de défense des droits de m'Homme sont représentés dans le comité de direction. La CDP a 4 missions fondamentales à satisfaire. Informer et promouvoir le droit de la protection des données personnelles tant dans le secteur privé que public. Veiller à la protection des citoyens contre l'utilisation abusive de leurs données personnelles ou encore contrôler la conformité à la législation des traitements portant sur les DP. Enfin, accompagner les pouvoirs publics pour l'émergence d'une économie numérique performante.


Amayi Badji


(Source : Réussir Business, 21 octobre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1FBegUz

Réactions :