mardi 21 octobre 2014

Auto-régulation : Appel forge un nouveau visage pour la presse en ligne



Les éditeurs de la presse en ligne veulent mettre de l'ordre dans leur rang. Ils ont initié et mis en œuvre avec l'appui de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et d'autres partenaires un projet portant sur la Régulation et le modèle économique de leur secteur. Dans une rencontre avec les journalistes ce mardi à la maison de la presse sise à la Corniche ouest, les patrons de la presse en ligne ont donné les grandes lignes de ce projet qui s'étale sur trois mois.


Une tour de la Sonatel s'effondre à la Médina, réinstalle les vielles doléances L'Association des Editeurs et Professionnels de la Presse en Ligne du Sénégal (APPEL) a pris l'initiative, après une observation de la situation d'exercice et de pratique de ce métier émergent, de mener la réflexion pour la mise en place de mécanismes ou de textes relatifs à l'autorégulation, la régulation, la co-régulation ou simplement l'inter-régulation. Elle convient avec les chercheurs et acteurs que le journalisme numérique est l'avenir de la presse et qu'il est urgent de l'organiser, de le structurer pour donner corps à cette prophétie et surtout permettre aux promoteurs de pouvoir sereinement jouir des fruits. L'observation de l'activité des Editeurs membres de l'APPEL est largement partagée par les acteurs des médias et l'opinion de manière générale. La presse en ligne a bouleversé en profondeur les pratiques du métier de journalisme. Ce n'est pas seulement une nouvelle branche ou un nouveau support qui s'est greffé à la profession des journalistes. Ces changements sont notés aussi bien dans la collecte, le traitement que la diffusion de l'information. Et les péripéties de ces bouleversements engendrent certes des incompréhensions, mais aussi des dérives et manquements préjudiciables à tout un corps. Outre ces changements majeurs, il est à noter un développement à la fois, fulgurant et frénétique. Presque toutes les semaines, on assiste à la création de nouveaux sites d'information. De sorte qu'il est difficile aujourd'hui de donner un nombre exact de médias électroniques.


La typologie émergente de la presse en ligne fait qu'elle est actuellement sous le feu des critiques de toutes sortes venant de toutes parts. Ces volées de bois de vert, même si elles sont souvent réelles, résultent souvent de son émergence, de sa nouveauté, des menaces supposées sur la presse traditionnelle.


Ces clichés bordent et tapissent son développement. Néanmoins, il est impérieux d'étudier ces critiques et clichés pour y déceler le fondement et voir ce qui est à amender et à parfaire. Les entorses au métier de journalisme sont signalées, sans compter les atteintes à l'honorabilité, à la vie privée mais aussi à l'éthique et à la déontologie.


Consciente de ces insuffisances et entraves pour une presse en ligne professionnelle et respectable, L'Association des Editeurs et Professionnels de la Presse en ligne (APPEL) plaide pour des concertations franches et larges autour de toutes de régulations possibles afin de trouver des solutions concertées et consensuelles.


Pour réussir ce pari inclusif et participatif, les Editeurs de la presse en ligne envisagent de tenir, du 13 au 15 novembre 2014 un Atelier sur la régulation de la profession.


A cet effet, l'APPEL a porté son choix sur le Professeur Abdoulaye Sakho, universitaire émérite et personnalité indépendante et dont l'expertise dans le domaine de la régulation est reconnue par toutes et tous tant au plan national qu'international.


De prime abord, elle est convaincue qu'avec le Conseil National de Régulation de l'Audiovisuel (CNRA) et le Conseil pour l'Observation des Règles d'Ethique et de Déontologies dans les Médias (CORED), il n'y a pas de place pour un nouvel organe de régulation.


Elle est d'avis qu'il faut d'abord déterminer le type de régulation nécessaire et requise pour le cyberjournalisme. C'est-à-dire réfléchir pour savoir s'il faut une autorégulation, une co-régulation, une inter-régulation ou carrément une régulation, avant de mener les travaux pour l'élaboration des textes adéquats.


A la lumière de ces considérations, cet atelier devrait servir de prétexte pour étudier comment positiver le nouvel ordre de l'information imposé par les Technologies de l'Information et de la communication.


En effet, tous les aspects du journalisme numérique ainsi que les défis de la régulation devraient être passés au peigne fin. Tant dans le domaine du support, de l'écriture, de la consommation que du comportement du citoyen face aux médias sans occulter le volet économique.


Ces panels seront, ainsi, l'occasion de diagnostiquer réellement et sans détour les conditions de création, de fonctionnement, mais surtout de déroulement d'un cyberjournal.


Ce débat ne pourrait, à cet effet, passer sous silence le contenu, les rapports entre les acteurs de la presse en ligne et celle dite traditionnelle, ainsi qu'avec le public. La place et le rôle des médias ou réseaux sociaux dans le cyberjournal, la convergence ou encore la régulation de la concurrence devront également figurer en pôle position dans les travaux et surtout dans les textes qui seront proposés.


Ndèye Diakhou Ba


(Source : Pressafrik, 21 octobre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1r9HobQ

Réactions :