jeudi 16 octobre 2014

4 raisons pour lesquelles la concurrence avec les géants de la technologie est positive pour les entrepreneurs africains



Plusieurs poids lourds du monde de la technologie ont amorcé leur migration vers le continent africain. Alors qu'ils sont déjà nombreux dans le monde anglophone, la nouvelle est que des pays comme le Sénégal, le Cameroun ou le Congo sont tous en train d'assister à l'installation de marques qui, jadis, ne desservaient que le monde occidental.


Cette mode a récemment été illustrée par l'installation du leader français du E-Commerce, CDiscount, en Côte d'Ivoire et au Sénégal, ou la pluie de “Startups” de l'incubateur allemand Rocket Internet (Jovago, Carmudi, Hellofood, etc.) dans les principales capitales d'Afrique francophone. D'autres se préparent déjà à suivre le chemin tracé par ces pionniers.


Face à ce phénomène, il semble normal de se demander si la nouvelle donne est une aubaine pour les entrepreneurs africains, ou un autre frein à la croissance des startups du continent ? Il serait facile de baisser les bras devant ces “requins” aux poches autrement plus profondes que celles de nos Zuckerberg en herbe, seulement cela serait oublier tous les avantages qu'ils apportent en s'intéressant au marche africain.


Education du marché


L'une des tâches les plus difficiles pour les startupers africains est d'éduquer les consommateurs locaux ; leur faire comprendre qu'en utilisant leur ordinateur, ils peuvent commander des repas et se les faire livrer plus simplement qu'en utilisant leur téléphone. Les éduquer pour qu'ils fassent assez confiance à une technologie qu'ils n'ont commencé à utiliser que très récemment pour lui confier des deniers durement gagnés. Tout cela est rendu plus facile par l'installation des géants occidentaux en Afrique.


A l'image de CDiscount au Sénégal ou en Côte d'ivoire, la confiance accordée à la marque CASINO – propriétaire du site de vente en ligne – est un gage de sécurité qui poussera sans doute plusieurs à faire leurs premiers achats en ligne. Il sera ensuite plus aisé pour une entreprise de plus petite envergure de profiter de cette confiance nouvellement accordée à l'internet pour propulser son site de E-Commerce.


La concurrence mène à de meilleurs produits


Quoi de plus excitant que de se poser, torse bombé, devant une multinationale au compte en banque obèse ? Après, tout David et son caillou n'ont-ils pas eu raison de Goliath ? Plus sérieusement, la concurrence avec des entreprises mieux établies assure que les produits qui réussiront à sortir la tête de l'eau seront de la plus haute qualité. Pour survivre, les entrepreneurs seront obligés de se sublimer et de proposer des services d'une qualité dont ils seront les premiers bénéficiaires. Merci tonton Goliath.


Visibilité sur les marchés internationaux


L'arrivée des grands de la technologie coïncide automatiquement avec un intérêt grandissant des média internationaux pour l' écosystème des technologies sur le continent. Aujourd'hui, la plupart des média principaux dans le monde ont des émissions dédiées aux nouvelles technologies et aux Startups en Afrique.


Au moment où des équipes de professionnels des relations média feront de leur mieux pour que leur communiqués de presse apparaissent dans les journaux les plus lus, les concurrents de ces derniers profiteront par ricochet d'une exposition auparavant inespérée. Pour exemple, l'arrivée de Jumia a permis au reste du monde de découvrir son 1er concurrent au Nigeria, Konga.


Intérêt des investisseurs


Plus l'intérêt des média internationaux se prononce, plus les investisseurs porteront leur attention sur le continent africain. Auparavant frileux et peu motivé par le marché africain, les investisseurs sont aujourd'hui à l'affût de la bonne affaire et du bon investissement dans les jeunes pousses africaines. Même s'ils ne sont pas encore assez nombreux, l'arrivée de marques qu'ils connaissent et dans lesquelles ils ont parfois investi ne servira qu'à les motiver encore plus à faire le grand saut vers ce marché si spécifique, et au potentiel qui n'est plus à présenter.


(Source : Afrique ITnews, 16 octobre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1vjE1V0

Réactions :