mercredi 24 septembre 2014

Sorties de l'ASP : Faut-il vraiment blâmer Orange ?



Préciser certains points et calmer le jeu, c'est le périlleux jeu auquel la Sonatel s'est prêté pour tenter d'appaiser la tension entre elle et l'Association Sénégalaise des Pétroliers (ASP).


C'est en conférence de presse que les professionnels du pétrole réunis au sein de l'Association Sénégalaise des Pétroliers (ASP) ont craché leur venin sur Orange et un de ses partenaires, Total en l'occurrence. Selon leur Président, M. Ahmed Guissé, l'avantage concurrentiel déloyal offert à Total par Orange Money a créé un disfonctionnement dans le secteur. Parce que disait-il, les remises de 10% pour tout achat de carburant à valeur de 5000 Fcfa, ramené à 2000 Fcfa chez Total en partenariat avec Orange est une pratique discriminatoire qui menace l'équilibre de la profession depuis le début de l'année 2014. « La croissance de Total est actuellement exponentielle de 16,77% là où ses concurrents peinent à réaliser 9%, en plus d'un volume de plus de 15 000 m3 soit 15 millions de litres de plus que celui réalisé l'année dernière », déplorait-il. En effet, les membres de l'ASP dénoncent le fait que de tels services ne soient pas offerts de manière équitable.


Des accusations que la Sonatel n'est pas prête à endosser sans piper mot. C'est à travers un communiqué signé par Abdou Karim Mbengue, Directeur de la Communication et des Relations Extérieures que la Sonatel recadre les choses. D'abord, d'après la Sonatel, cette sortie s'est faite au moment où un contact a déjà été établi avec eux et que des discussions sont même en cours pour définir un partenariat sur le paiement marchand via le mobile Orange, au même titre que TOTAL. « En effet, SONATEL, à son initiative, est en pourparlers avec les Sociétés VIVO ENERGY, OILIBYA, NEPTUNE OIL ET EDK OIL qui ont déjà répondu favorablement à sa proposition de partenariat afin de finaliser un accord. En revanche, ELTON, CLEAN OIL, EYDON OIL, TOUBA OIL, STAR OIL, CIEL OIL ont reçu la même offre mais n'ont pas encore donné suite. Les équipes de Orange Money restent bien entendu disponibles pour étudier avec eux les termes d'un partenariat sur le même modèle innovant, co-créé avec TOTAL. A noter néanmoins qu'ELTON est depuis 2011 distributeur de l'offre Orange Money et que CLEAN OIL avait déjà signé le contrat de distribution mais n'a pas encore démarré cette activité », lit-on dans le communiqué.


Dans leurs plaidoiries à la conférence de presse, les avocats de l'ASP ont dénoncé un certain favoritisme qu'Orange ferait au profit de Total, qui par la même occasion, va creuser l'écart sur la concurrence. Mais au regard des différents partenariats noués par Orange, via son service Orange Money, on remarque que beaucoup d'entreprises sénégalaises et même étrangères, sont tout de même partenaires. « Beaucoup d'autres entreprises nationales ont noué un partenariat avec Orange Money dans le domaine du paiement marchand ou du paiement de factures (Senelec, SDE, Excaf, Sup de Co Dakar, Eticca…), et pour lesquelles une offre promotionnelle de lancement du service, avec bonus crédit, a été proposée aux clients, dans les mêmes conditions que celles du partenariat avec TOTAL », poursuit le communiqué.


Refusant de verser dans la riposte, la Direction générale de Sonatel réaffirme son ouverture et sa disponibilité pour examiner toute demande de partenariat, susceptibles de développer l'inclusion financière et simplifier la vie aux populations dans ses pays de présence.


cependant, il faut souligner à l'attention de ses détracteurs qu'Orange Money a signé avec le groupe Allianz une convention d'assurance Education avec une offre dénommée « assurance éducation à partir de 1000 francs Cfa par mois ». En cas de sinistre, le bénéficiaire a droit à deux, trois ans de scolarité avec des prestations allant jusqu'à 1 million 200 mille par an. Une offre que n'a pas dénoncée les concurrents de l'assureur et qui ressemble à celle faite dans le mileiu des hydrocarbure. Dans le secteurs des banques aussi, Orange Money a noué des partenariats, c'est le cas avec BNP, un groupe français disposant de filiales au Sénégal et tout récemment la Bank Of Africa, un groupe marocain. Deux exemples qui peuvent amener à croire en la bonne foi de l'opérateur de téléphonie.


Oumar Fédior


(Source : Réussir Business, 23 septembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1uodwi4

Réactions :