dimanche 7 septembre 2014

Conséquence du dossier du passage de l'analogie au numérique : El hadji Ndiaye déclare Origine SA en faillite et négocie avec les agents au cas par cas



« Je ne suis embarqué dans rien s'agissant du passage de l'analogie au numérique. On ne m'embarquera jamais dans ce que je ne sais pas. Ouvrir une télé et la fermer cela m'est égal. J'ai déjà fait mes preuves. D'un moment à l'autre je peux couper le signal. J'ai passé toute ma vie à investir de l'argent. Si l'Etat ne peut pas me respecter pour cela, c'est que je ne suis pas digne de respect. Ils sont 150 employés à travailler dans mes entités. » C'étaient là des propos d'Elhadji Ndiaye dans un entretien avec le journal Observateur.


Origine SA polarise les télés, 2STV et RACINES TV mais aussi la radio ORIGINE FM de même qu'un important dispositif technique pour la sonorisation et l'organisation de spectacles. El Hadji a convoqué ce samedi matin ses agents pour leur exposer la situation. Une rencontre est prévue ultérieurement avec les agents pour discuter au cas par cas relativement à une nouvelle collaboration. Des agents qui avaient des contrats à durée indéterminée avec Origines SA vont se retrouver avec des collaborations au niveau des entités qui composent cette grande boîte. Il faut regretter des travailleurs qui vont se retrouver demain dans la précarité. Petite explication et comparaison, il faut se rappeler de la décision de Sidy Lamine Niass de se séparer des journaux Walf Sport et Walf Grand Place. Des confrères qui avaient signé avec le groupe Walf sont restés dans la maison, les autres sont partis avec les deux entités, on connait la suite des difficultés surtout avec Walf Grand Place devenu Grand Place et depuis quelques temps sous la coupole du nouveau groupe de presse de Serigne Mboup.


Les syndicats sont aussi interpellés pour le respect des travailleurs qui encore il faut le déplorer n'étaient pas dans des syndicats notamment le Synpics.


El Hadji Ndiaye menaçait même de fermer sa télé si les autorités ne font pas preuve de clarté dans la gestion du passage de l'analogie au numérique. Rappelons que le marché est passé entre les mains du groupe Excaf du défunt Ben Bass Diagne.


Matar Séne


(Source : Pressafrik, 6 septembre 2014)







via OSIRIS : Observatoire sur les Systèmes d'Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal http://ift.tt/1CFJE2Q

Réactions :