Des journaux ivoiriens «piquent» le travail de la photographe Carlalie

Ce lundi 2 janvier 2012, reprise difficile des activités dans la ville d’Abidjan après un réveillon de la St Sylvestre bien arrosé…Mais aussi, une « pilule amer » à avaler pour mon amie, la  jeune photographe Audrey Carlalie Okou dit « Carlalie » qui découvre avec stupeur, à la Une ou dans les pages intérieures de plusieurs média de presse écrite et sur internet, des photos qu’elle avaient réalisé pendant le feu d’artifice du 30 décembre à Abidjan.

Pour info, Audrey Carlalie est une
photographe qui monte, qui monte dans le milieu de la photographie professionnelle en Côte d’Ivoire. Elle côtoie les plus grands de son domaine sur place ; il s’agit de Tara Li (Joana Choumali), Traoré Seibou, Thierry Nangbo (Label Photo), etc. Elle trouve du temps entre ses cours pour se consacrer à son unique passion, la photographie. Internet a été le principal moyen pour elle de se faire connaître du grand public des professionnels comme des amateurs (elle a couvert plein d’évènement et est sollicite pour des shooting notamment dans la sous-région…mais aujourd’hui, elle paie cher son ouverture d’esprit et la disponibilité de ses œuvres. 

En effet, les quotidiens ivoiriens tel que le Jour plus, le Nouveau Réveil, Nord-Sud, l’Intelligent d’Abidjan et même le portail Internet historique Abidjan.net, n’ont pas hésité à publier ses photos alors que la moindre des considérations aurait été de lui envoyer un message privé sur Facebook ou Twitter (elle y est toujours connectée) afin d’avoir sa permission.






La seule excuse que le journal L’Intelligent d’Abidjan a trouvé pour justifier cette situation est que : « le vendredi (30 décembre 2011) l'IA (Intelligent d’Abidjan) avait des photographes au palais de la culture. Ils n'avaient pas de connexion a cote et il leur fallait traverser le pont pour arriver au bureau. Le maquettiste est alors aller fouiner sur facebook et a trouve cette photo. Desole de n'avoir pas cite l'auteur mais l'image etant dans le domaine public et n'ayant pas ete fait a but lucratif, que faut il payer? Desole de n'avoir pas cite l'auteur de la photo. Nous le ferons prochainement et trouveront les moyens de rendre plus opérationnels nos photographes. »
« …mais l'image etant dans le domaine public et n'ayant pas été fait a but lucratif, que faut il payer? » Quoi ?
  1. L’image n’est pas du domaine public. Elle se trouve un profil Facebook dont le propriétaire uniquement en dispose de plein droit. Ses photos font partie de son métier de photographe ; ce sont des œuvres qu’elle publie sur sa page Facebook pour faire sa promotion. L’excuse est inappropriée selon moi car si les photos de profil Facebook relève du domaine public, je ne devrais pas m’étonner, moi Edith Brou de retrouver mes photos illustrant la Une d’un quotidien ivoirien. J’accepte et je la ferme. Lol.
  2. « et n'ayant pas ete fait a but lucratif. » heuss heuss. Permettez que je tousse.
Bref comme la blogueuse Yehni Djidji, je pense que la réponse de L’Intelligent n’est pas du tout adéquate et qu’il aurait mieux valu admettre tout simplement sans ces justifications.
A l’instant (17h25), nous constatons que Abidjan.net vient de retirer les photos de Carlalie après les avoir mises en page d’accueil du site depuis le début de la matinée. 

C’est bien dommage, ce à quoi nous assistons encore en 2012 : C’est vrai que ce phénomène n’est pas nouveau. Mais quand des « Grands » piquent le travail des « Petits », là ça devient vraiment autre chose. Vers qui peut-elle se tourner dans un pays tel que la Côte d’Ivoire ? Bah, il y a des avocats. Au moins pour que cela soit un première et que ça serve de leçon pour la suite et pour tous les autres. Le droit d'auteur, ça existe.

Le principe du « Give to get » aurait dû s’appliquer ici : Okay, vous prenez mes photos mais la moindre des choses, demandez mon autorisation et citez-moi ^_^. J’ose même pas imaginer la suite si cette situation était arrivée aux grands photographes que j’ai cités plus haut…

Conseils pour Carlalie : désormais, mets un super géant watermark au centre de tes photos. Il sera difficile pour qui que ce soit de le retirer.

Vous pouvez retrouver les photos de Carlalie via ce lien : https://www.facebook.com/media/set/?set=a.273856886004689.65477.228436557213389&type=3

Droits d'auteur sur Internet et Copyright...Le débat est ouvert.


Un autre article de ma consoeur Yehni Djidji sur ce le ''CarlalieGate'': http://yehnidjidji.blogspot.com/2012/01/la-bataille-de-carlalie-okou.html

photos: captures d'écran en provenance du site abidjan.net

Commentaires

yehni djidji a dit…
Bien dit ! Soutien à carlalie Okou ! N'oublie pas le big Watermark !
Honteux et malheureusement courant. Lorsque j'étais propriétaire de Best of Africa (1999-2009) j'avais de très belles photos. Je les retrouvais partout, partout sans aucune référence. Quand je m'en plaignais on me répondais je les ai trouvé sur Internet ou encore "elles sont belles' ou j'ai fait un copier-coller avec une parfaite naïveté. Le pire : j'invite pour un de mes Festivals culturels du Trépoint le "journaliste" correspondant AIP pour la région de Sassandra. il prend un tas de photos. Il ne m'en remercie pas (évidemment déplacement payé, repas, boissons). Pas grave. Un mois plus tard je retrouve toutes mes images sur RTI. Titre "Grand Bérébi. le travail du Conseil Général". Quand je m'en plains auprès de la RTI, on me répond "c'est vrai, pas très bien mais on est en Côte d'Ivoire, n'est-ce pas ?"
Edith Yah Brou a dit…
Franchement, il faut que cela serve d'exemple. on vit trop dans le laxisme et les petits arrangements qui ne font pas avancer. Dans les pays occidentaux, la loi est tellement présente qu'on poursuit pour un rien..Ben, je pense que les createurs de contenus doivent désormais ne plus se laisser faire et que l'affaire Carlalie soit un cas d'école, qui servent d'avertissement à tous. Comment peut-on évoluer avec la la mentalité "On-prend-et-puis-ça-va-pas-quelquepart-parce-que-tu-es-petit'' ?
Bravo Yehni pour ton article clair, lisible et fort retentissant que je viens de lire.
yako à toi Béatrice d'avoir dû subir les frasques de nos journalistes. Nous esperons qu'en 2012, ce genre de comportement ne se repètera plus et qu'on se respectera entre nous.
Bacely YoroBi a dit…
Bien dit dit désormais carlalie use des WaterMark transparent mais aussi cherche a t'attacher les services d'un avocat là dès qu'ils volent tu leurs colle un procès très bonne Analyse
Waxaal a dit…
Bah, c'est déplorable ce qui arrive en Côte d'Ivoire (celà arrive partout dans le monde) des journaux qui piquent les photos de Carlalie. Au delà de l'aspect émotif suscité par cette nouvelle, je me demande si ladite photographe avait apposé une mention légale pour protéger ses photos, parce que si ce n'est pas le cas, bah c'est rapé, les watermaks c'est bien mais ça ne veut rien dire du tout à moins d'avoir déjà assorti ses oeuvres de mentions légales.
Ceci étant dit, pour ces journaux de grande renommée il aurait été souhaitable, ne serait ce que par humilité et/ou par déontologie, de mentionner Carlalie en dessous des photos.
Anonyme a dit…
l'article est parfait et complet!!!! je suis d'accordpour que tu caralie okou aies un avocat et pas des moindre! tu es une stars et tes oeuvres il faut les protéger! et +1000 pour le big watermark(digba mm)
Yoro a dit…
J'avais déjà eu des histoires avec le quotidien le JOUR en 2009. Ils avaient volé une image et l'avait mis dans un autre contexte. http://leblogdeyoro.ivoire-blog.com/archive/2009/07/02/usurpation-d-image1.html

Articles les plus consultés