vendredi 28 janvier 2011

Mailjet délivre vos emails en temps réel


Mailjet est une plateforme qui permet de délivrer les emails transactionnels et marketing de n’importe quel site internet afin que chaque message atteigne son destinataire et qui offre une technologie innovante de suivi en temps réel. Il arrive aujourd’hui que de nombreux mails finissent directement dans la Spam Box du destinataire, et malheureusement un email qui n’arrive pas à destination équivaut à un prospect de perdu.

C’est dans ces conditions que Mailjet.com peut vous permettre d’augmenter la délivrabilité de ces emails tout en fournissant de puissants outils de reporting et de statistiques temps réel. Mailjet convient à toutes les entreprises qui utilsent les emails comme outils de communication et de marketing du fait de son accessibilité.
Mailjet est configurable très rapidement et permet après quelques minutes de délivrer l’ensemble des emails de son site, tout en veillant à ce qu’ils arrivent à bon port. Il est aussi possible d’accéder à un grand nombre de statistiques (nombre d’emails envoyés, taux d’ouverture, taux de clics…) grâce aux outils de reporting et de statistiques de Mailjet.
Le tableau de bord Mailjet offre une visualisation en continu de l’ensemble des emails envoyés par un site sous la forme d’un flux mis à jour continuellement, une solution qui s’avère très efficace pour vérifier le bon fonctionnement de son site. Il est aussi possible d’intégrer l’ensemble des informations de campagne dans son propre système via une API de Mailjet.

Pour pouvoir être aussi bien accessible aux grandes entreprises qu’aux TPE, Mailjet propose un système de facturation sous forme d’abonnement en fonction du nombre d’emails envoyé, les abonnements allant de 10 euros par mois pour envoyer 10000 emails jusqu’à 400 EUR par mois pour 500 000 emails. En outre Mailjet propose une offre gratuite permettant d’envoyer 6000 messages mensuellement.

Source: Vendeesign

jeudi 27 janvier 2011

Les 10 applications iPhone et iPad les plus téléchargées depuis la création de l’App Store

Alors qu’Apple vient d’annoncer que le seuil des dix milliards de téléchargements[1] a été franchi sur l’App Store, la firme à la pomme en a profité pour publier son top 10 des applications les plus téléchargées de tous les temps.

apps 10milliards Les 10 applications iPhone et iPad les plus téléchargées depuis la création de lApp Store


En fait le top 10 est un top 40 puisqu’il prend en compte les applications payantes et gratuites sur iPhone et iPad. Et c’est un petit plus que cela puisque ce classement varie selon les pays.
Mais voyons d’abord un peu à quoi ressemble ce top 10…

Top 10 applications payantes pour iPhone (USA)

1. Doodle Jump
2. Tap Tap Revenge 3
3. Pocket God
4. Angry Birds
5. Tap Tap Revenge 2.6
6. Bejeweled 2
7. Traffic Rush
8. Tap Tap Revence Classic
9. AppBox Pro-Alarm
10. Flight Control

Top 10 applications gratuites pour iPhone (USA)

1. Facebook
2. Pandora Radio (pas disponible hors USA)
3. Google Mobile
4. Shazam
5. Movies by Flixster
6. The Weather Channel
7. Bump
8. Google Earth
9. Skype
10. Paper Toss

Top 10 applications payantes pour iPad (USA)

1. SounfHound
2. StickWars
3. FlightTrack
4. Backbreaker Football
5. Calorie Tracker
6. BlocksClassic
7. iFart Mobile
8. GoodReader
9. Cro-Mag Rally
10. Ambiance

Top 10 applications gratuites pour iPad (USA)

1. Pandora Radio
2. Google Mobile Apps
3. Movies by Flixster
4. Google Earth
5. Yelp
6. Fandago Movies
7. Remote
8. iBooks
9. Bible
10 Solitaire

L’exception culturelle : utile vs futile

En ce qui concerne la France, si environ la moitié des applications de ce top 40 sont les mêmes que pour les USA (et probablement le reste du monde) on trouve cependant quelques variations puisque des applications made in France se glissent en bonne place dans chacun de ces classements.
Ainsi dans les applications payantes pour iPhone, Métro Paris, RATP et Avertinoo figurent dans le top 10, alors que dans les programmes gratuits on retrouve des incontournables comme Le Monde, Deezer ou encore Eurosport.
Côté applications payantes pour iPad, Essence, iCompta et Bordas – La Conjugaison tiennent le haut du pavé (tactile). En ce qui concerne les applications gratuites, on retrouve Dailymotion, SFR TV, Allociné, Via Michelin Trafic France, Batterie Gratuite HD et SNCF Direct, soit pas moins de six applications françaises dans le top 10.
Une différence « culturelle » qui montre des spécificités flagrantes et étonnantes. Regardez bien le top 40 US : il est trusté à plus de 90% par des applications « entertainment », à savoir principalement des jeux, le reste étant composé d’applications musicales et vidéo. Quant on regarde du côté des applications stars sur l’App Store français, hormis les classiques qui constituent un tronc commun (Facebook, Shazam, Google Earth, Skype…), on remarque que les utilitaires liés à la vie pratique figurent dans chacun des classements, qu’il s’agisse d’applications liées au transport (Métro, SNCF, ViaMichelin…) ou à d’autres préoccupations (Pages Jaunes, AroundMe…). Une confirmation de l’esprit cartésien que l’on nous attribue si souvent (sans vouloir faire de la sociologie de comptoir) ?
En tout cas, des deux côtés de l’Atlantique, aucune application professionnelle dans ce top 40…
Enfin, deux dernières remarques également révélatrices : d’une part  l’application Twitter ne figure dans aucun de ces classements, ce qui tendrait à confirmer que le bruit autour du célèbre réseau d’information en temps réel est disproportionné par rapport à son adoption et utilisation réelle par le grand public (ou en tout cas par les utilisateurs d’iPhone/iPad) alors que – davantage que Facebook, qui figure en tête des apps gratuites – Twitter était à l’origine positionné comme un réseau à destination des mobiles. D’autre part – moins étonnant – on trouve la Bible dans le top 10 des applications gratuites pour iPad chez les américains. Amen.

[1] l’App Store ayant ouvert début juillet 2008, soit depuis environ 900 jours, cela représente plus de 11 millions de téléchargement par jour…

Article original écrit par Eric et publié sur Presse-Citron, le 24/01/2011. |
Lien direct vers cet article | © Presse-citron.net - 2011

mardi 25 janvier 2011

Coup de Coeur: Ma sélection Fonds d'écrans 2011

Si vous êtes du genre à changer de fonds d'écrans chaque semaine, ou dans les cas extrêmes chaque jour (ne vous inquiétez pas, ce n'est pas une pathologie), je vous propose mon crû 2011 de Wallpaper (papier peint). Appréciez et faites votre choix! (Cette sélection n'est pas exhaustive, vous pouvez retrouver la suite via ce lien


























jeudi 20 janvier 2011

Divan numérique reçoit Angybell, Styliste: ''Internet pour moi, c'est la découverte en continue...''

 Après une courte pause, dû aux ''effets post-traumatiques'' de fêtes de fin d'années bien rosées et grasses (je vous assure ^_^), me voila de retour avec mon ''Divan Numérique'', pour toujours en savoir plus sur vous, internautes ivoiriens-illustres ou inconnus (ça dépend). Cette semaine, j'ai le plaisir de recevoir la Grande, la légendaire styliste de renommée nationale et internationale, ANGYBELL. Vous me direz Angybell, mode, stylisme, haute couture,...Quel lien avec le web?? Eh bien, en 2011, Pardiii!!! Ce n'est plus une question à poser ! De la page facebook de Gilles Touré en passant par le site web de Pathé'O et les magazines de mode féminins, les acteurs et actrices du monde de la mode et de la haute-couture se sont désormais appropriés le web 2.0. Cette interview d'Angybell est là pour le démontrer...On y va.


1. Qui est véritablement Angybell?
Angybell est avant tout styliste et créatrice de mode. A côté de cela, je suis colonel de douane. Et ma passion est la couture. Comme vous pouvez le remarquer la passion a pris le dessus. D’ailleurs peu de personnes savent que j’ai servi à la douane. Actuellement j’ai levé le pied, comme on dit.


2. Vous êtes une pionnière de la mode et une styliste émérite en Côte d'Ivoire, comment tout cela a-t-il commencé ?
Disons que pour mon début c’était de la simple couture ou confection. Je faisais juste des modèles comme le « petit tailleur du quartier ». Et avec la passion et surtout le travail, nous avons introduit de nouveau matériaux. Et voilà…

3. Après plus de 20 ans de présence dans l'univers du stylisme, quel bilan pouvez-vous faire de votre carrière ?
Pour certains il est positif, mais pour moi il est encore insuffisant. C’est la recherche en continu (rire..). L’insuffisance peut s’expliquer par la dualité de mes activités (douane et mode) ; Aujourd’hui avec mon pied levé de la douane je veux parfaire mes œuvres et offrir plus de plaisir à ceux qui nous font confiance tous les jours. 

4. Avez-vous toujours eu un modèle de motivation dans le domaine du stylisme-modélisme ?
Oh ouiiiiiiii… J’ai été fort influencée par Chanel, Yves St Laurent en France ; en Italie c’est Valentino ; et en Afrique j’ai beaucoup apprécié les créations de Chris Seydou (RIP) qui a fait notre plus grande fierté. Il savait dompter la femme avec ses créations vestimentaires.

5. Quelles satisfactions quotidiennes retirez-vous de votre métier artistique?
La source de notre satisfaction se situe au niveau que nous allions l’humanitaire à la mode. Par humanitaire j’entends que nous nous inspirons de nos sources, valeurs dont nos parents en zone rurale sont dépositaire. Et là bas vous le savez, les conditions ne sont pas toujours comme nous le souhaiterions. Ce sont nos  trésors culturels dont nos parents ruraux sont dépositaires que nous arrivons à présenter au monde. C’est le cas de tous ces pagnes tissés que l’on retrouve à l’intérieur du pays, ces motifs des pagnes singuliers à chaque identité culturelle et sociale, ces tisserands... Ainsi via nos créations dont les matériaux sont fourni par ces braves personnes de nos zones rurales, nous leur permettons de se créer des sources de revenus importantes que peuvent constituer la mode. Citons comme exemple patent le raphia dont nous avons fait un matériel incontournable. D’ailleurs Yves St Laurent et Lacroix s’en sont inspirés. Le sens de l’humanitaire pour nous c’est aussi offrir à l’autre les moyens de se réaliser.



6. Y rencontrez-vous des difficultés ?
Énormément… difficulté de financement que nous décrions toujours. Mais bon, nous essayons d’assumer notre choix. Et le bonheur de voir donner plus d’humanité à nos semblables, nous motive plus. Alors disons, difficulté mais pas frein. Et puis surement que ces difficultés sont le fait que nous n’informons pas suffisamment les autres sur notre domaine. D’ailleurs ce sont des difficultés que l’on pourra surmonter avec des plans d’actions qui pourront par exemple porter sur une meilleure politique sur le coton, un encadrement technique en matière de teinture des tissus, du textile africain traditionnel, et bien entendu des subventions qui nous permettront de former davantage de talents.
 
7. Nous sommes en 2011, Que pensez-vous de votre secteur d'activité?
D’abord, permettez chère Edith que je souhaite une bonne et heureuse année à vos lecteurs et à tous ceux qui nous font confiance. Parlant de notre secteur d’activité, je pense qu’il reste beaucoup à faire. Aujourd’hui avec l’invasion des produits asiatiques qui gangrènent, on constate que notre secteur d’activité prend un coup. Après cela je constate qu’aujourd’hui notre secteur compte des jeunes qui font notre fierté avec qui j’ai de très bonnes relations. Et je me réjouis de constater que je suis encore une inspiratrice pour certains. Enfin je pense qu’il faut surtout que nous nous regroupions en une unité pour relever ces nombreux défis qui nous attendent.


8. Vous êtes revenue, il y a quelques semaines du Festival Mondial des Arts Nègres de Dakar, votre avis sur cet évènement.
C’est un événement génial. Il regroupe tous ceux qui ont pour dénominateur commun l’Afrique, le Noir. Cette édition qui était sous le signe de la Renaissance, j’ai fort apprécié cet intérêt de montrer une Afrique au travail, une Afrique qui ne pleure plus. C’est un évènement que tous les pays doivent initier.

9. Sans réfléchir, décrivez-vous en 3 mots.
Oh moi ! Disons donc : Travailleuse, exigeante (surtout sur moi-même) et humble (je le crois, rire…)

10. Que représente Internet pour vous, Angybell?
Pour moi Internet, c’est me sentir au milieu du monde ; parler avec tout le monde et quand c’est possible ; et aussi sentir qu’on est toujours avec tous. Et pour moi internet c’est la découverte en continue…

11. L’association ‘’jeunes femmes africaines et Internet’’, est-ce une combinaison gagnante pour vous? Pourquoi ?
 Oui je le crois. Car aujourd’hui Internet est un outil d’émancipation pour la femme africaine qui a besoin d’être au parfum de ce qui la concerne dans le monde.

12. Quelle est votre routine quotidienne ?
Ma routine, c’est la prière, le travail et aussi savoir comment se porte notre monde
Utilisez-vous un ou plusieurs réseaux sociaux, si oui, le ou lesquels ?
Pour l’instant, je suis disponible sur l’incontournable facebook : Angybell Creation

13. Quels sont les 3 produits high-tech dont vous ne pouvez pas vous passer ?
Oh je ne sais pas si je dois parler des marques ou séries des appareils, mais je suis toujours avec mes téléphones portables et mon ordinateur. J’ai pas de troisième à citer car j’avance doucement dans cet univers quelque peu difficile pour moi à cerner rire…

14. Quels sont vos 3 sites Internet préférés ?

D’abord, je vais dire Google, car pour moi savoir ce qui se fait et se passe partout est important. Et le site de google est important pour moi. Aussi, sans vous vanter, j’apprécie beaucoup votre site ou blog (rire… j’ai quelques problèmes sur la nuance de ces termes). Votre rubrique Divan Numérique qui me fait un grand honneur par une invitation, m’a permis de connaître encore plus de valeurs du pays et même d’ailleurs (J'en suis honorée ^_^-NDLR) . Pour le troisième site, je pense que ça sera le mien qui est en construction rire… Pour dire vrai, je suis en pleine découverte de l’univers Internet.
 
15. Une semaine sans Internet pour vous, est ce possible?
Oh non ! Aujourd’hui, des jours sans Internet, c’est comme priver une zone industrielle moderne d’électricité.

16. Quels sont vos projets ?
Mon projet c’est la continuité pour la promotion des trésors cachés d’Afrique : les textiles artisanaux. Mes projets, c’est aussi tourner dans le monde entier en sensibilisant  et présentant nos trésors culturels par la mode. Comme pour dire, je suis toute disposée à participer à des défilés et autres événements de mode.

17. Que vouliez-vous faire quand vous n'étiez encore qu'une enfant ?
Rire… Je voulais être hôtesse de l’air et aussi faire la couture. L’esthétique me fascine beaucoup.

18. Dernière question taquine pour la rédac': si vous n'étiez pas une femme, à quoi aimeriez-vous ressembler?
Rire… si je n’étais pas une femme, j’aurais rêvé de ressembler à une femme... rireeees

mardi 18 janvier 2011

Google Trader: Le Ghana sélectionné...

Google Trader: Voici le cadeau qu'aurait pu faire au web ivoirien, le Géant Google, si la Côte d'Ivoire n'était pas une énième fois plongée dans cette crise socio-politique. Google Trader, c'est l'outil ultime (le must-have) qui allait surement booster l'écosystème des sites e-commerce tels que www.sigata.com, www.pdastoreci.com ou www.ivoiremarket.net et les plateformes web de vente et d'achat de particulier à particulier comme www.viepe.com ou www.kerawa.com. Google Trader aurait pu permettre aux ivoiriens d’acheter ou de vendre des produits via le web, des services mobiles en encore par SMS gratuitement. Résultat: Accroissement du contenu ivoirien sur Internet et j'en passe....Bon, pour l'instant, Google Trader sera très utile à tous ceux et toutes celles  qui vivent, étudient ou effectuent des transactions commerciales au Ghana. Découvrez tous les avantages considérables de cet outil ''made in Google'' en lisant cet article intéressant paru sur le blog de Google Afrique.

À l’été 2009, nous avons lancé Google Trader en Ouganda, un service gratuit qui permet d’acheter et de vendre des produits et des services, de chercher un emploi ou toute autre chose. Nous avons tiré énormément de leçons de ce premier lancement et nous sommes heureux aujourd’hui de lancer Google Trader au Ghana!

Il y a quelques semaines, nous avons lancé Trader pour les commerçants et les particuliers à travers tout le pays. Depuis, nous avons compté des milliers de posts dans les différentes catégories. Vous recherchez un emploi à Accra comme chauffeur, dans un restaurant, ou peut-être un poste d’ingénieur? Vous rêvez d’une maison à louer ou vous avez un appartement à vendre? Vous voulez achetez une camionnette d’occasion à Kumasi pour votre nouvelle activité? Ou peut-être êtes-vous sur le point de vous marier et vous aimeriez bien trouver une robe de mariée ou de la décoration pour votre mariage? Vous trouverez aussi des appareils ménagers, de l’électronique, des téléphones et bien d’autres produits disponibles à proximité de chez vous.

Trader facilite les rencontres entre acheteurs et vendeurs, permet de meilleurs échanges et accroît le volume de contenu ghanéen sur Internet. Les petites entreprises peuvent faire de la publicité pour leurs produits et services de façon nouvelle et efficace, gratuitement. C’est aussi génial pour les particuliers, qui disposent d’une plate-forme pour vendre ou acheter des articles neufs ou d’occasion. Ainsi si un marchand de tissus ou un tailleur à Takoradi veut vendre ses produits, il peut désormais en faire la liste sur Google Trader : un acheteur de n’importe où peut facilement le trouver et prendre contact avec lui. Avec l’information à portée de clic, les acheteurs peuvent aisément comparer les prix et décider d’un achat en connaissance de cause.

Nous sommes séduits par Trader parce qu’il est accessible partout dans le monde, gratuit, facile à utiliser et pertinent localement pour le Ghana. Vous pouvez accéder à la version  Internet de n’importe quel ordinateur disposant d’un accès Internet, que ce soit le vôtre ou celui d’un café Internet. Et, si vous êtes en déplacement et que vous voulez connaître les dernières opérations, vous pouvez utiliser la version mobile. Enfin, il existe une version SMS, gratuite et facile à utiliser. Envoyez simplement “START” au 6007 sur Airtel et Tigo, et commencez à poster, vendre et acheter.

Découvrez Trader sans attendre sur www.google.com.gh/africa/trader

lundi 3 janvier 2011

Une école de l'Internet en 2011...

 Le système éducatif ivoirien est rouillé depuis belle lurette: élèves et étudiants surchargés de cours parfois inadaptés, mises à jours difficiles, formations par compétences quasi-inexistantes, vieux modèles économiques, pas de véritables débouchés...Ce qui aboutit à un marché de l'emploi paradoxale, c'est-à-dire à la fois  saturé et ''squelettique''. Évidemment, vu que ce n'est pas tout le monde qui est amené à devenir médecin ou avocat (qu'est qu'on nous a bassiné avec!!), il est primordial pour nos états africains et donc les ministères en charge, de se rendre compte de la nécessité de favoriser de nouveaux secteurs économiques entrainant ainsi le développement de nouveaux métiers. Ceci, afin de désengorger le marché du travail actuel. Internet est donc le nouvel eldorado qu'il faut maîtriser afin de permettre à toute une génération Y ( les enfants des années 80 et plus) de vivre pleinement de ce nouveau média. Pour l'instant, ce n'est qu'une douce espérance mais qui est pourtant en train de prendre forme dans les pays dits industrialisé. Lisons l'exemple de la France....

Xavier Niel, patron de Free, Jacques-Antoine Granjon, patron de Vente-Privée et Marc Simoncini patron de Meetic, travaillent à la création d’une école de l’Internet nommée Ecole européenne des métiers de l’Internet (EEMI).
Cet établissement aura pour but de former les jeunes au web, ces trois entrepreneurs estimant que le système éducatif actuel est incapable de former les jeunes aux nouvelles technologies.
Xavier Niel déclare «  Notre succès à nous, dans l’Internet, s’est fait en dépit [du] système ou peut-être grâce à lui. Parce que quand vous avez un mauvais système, c’est plus facile de gagner contre lui « .
Jacques-Antoine Granjon pense qu’aujourd’hui, que '' le système scolaire n’est pas adapté, il n’y a pas de désir d’apprendre. J’ai trois enfants, intelligents et sympas, mais ils n’ont pas le désir d’aller à l’école''.
Marc Simoncini a joute qu’il ne s’agit «  pas de former une élite, mais des jeunes qui sortent avec des connaissances utiles pour prendre leur destin en main et trouver un travail dans l’industrie du Web ».
Située en région parisienne, l’EEMI devrait ouvrir ses portes en septembre 2011.

source: http://leblog.vendeesign.com