A 25 ans, Verone Mankou crée la 1ère tablette tactile africaine

Posted by edith yah brou on 15:18 with 2 comments


La fameuse tablette ''africaine'' qui crée le buzz depuis des mois sur la toile est enfin présente sur les bords de la lagune ébrié depuis le samedi 22 octobre. Elle était attendue initialement pour le Barcamp Abidjan 2011, mais il n'est jamais trop tard pour bien faire. Et depuis ce week-end donc, de nombreuses mains (notamment de personnes férues de gadgets high-tech) ont pu la toucher, la manipuler, la tester: j'en fais partie.



Le concepteur de cette tablette tactile n'est autre que le jeune
tech-preneur congolais de 25ans, Verone Mankou. Une innovation high-tech ''made in Africa'' c'est-à-dire avec des caractéristiques propres au continent ; il y a longtemps qu'on l'attendait; d'autant plus si elle concurrence certains leaders du Marché international des tablettes tactiles tels que Apple (Ipad) et Samsung (Galaxy tab). Certes, cette tablette est fabriquée à Shenzhen, en Chine, mais, à la manière d'Apple qui appose sur chacun de ses iPhone "Designed by Apple in California, produced in China", la tablette est dotée de l'inscription "Engineered and designed in Congo". Le nom de sa société, VMK, signifie Vou Mou Ka, ce qui, en kikongo, un dialecte congolais, veut dire "réveillez-vous".


Cette tablette de 7 pouces, qui fonctionnera avec le système Android 2.3, sera en vente en Côte d’Ivoire à partir de Novembre 2011, pour un montant de 150.000 Francs CFA soit environ 200 euros. 

Au cours de plusieurs rencontres avec la presse (Hotel Ivotel Plateau-Abidjan) et les Geek et Nerd de Côte d'Ivoire (restaurant Acoustic 2 plateaux), Verone Mankou a expliqué ce qui l'a conduit à créer un concurrent africain à l'iPad et à la Galaxy Tab.



En fait, l'idée lui est venue fin 2005-début 2006. Après une longue période de réflexion, il s’est lancé mi-2010. Résultat, six personnes travaillent sur place et ils supervisent la production en Chine, qui se fait au même endroit que Apple. La phase recherche et développement leur  a coûté près de 85 000 000 francs CFA, soit 130 000 euros.

Selon lui, « si le projet a vu le jour en 2006, ce n’est qu’en 2009 que toutes les pièces du puzzle ont pu être réunies. Malheureusement, l’Afrique ne disposant pas de structure capable de rassemblée ces différentes pièces, c’est un concessionnaire chinois qui s’en est occupé.
C’est pourquoi, il lance un appel aux entreprises, investisseurs et hommes politiques africains afin que ceux-ci puissent créer des conditions pour permettre aux jeunes africains ambitieux de sortir des outils informatiques conçus et montés en Afrique. » [Fratmat.info]



Avec beaucoup d’ambitions, il ne cache pas son optimisme quant à l’évolution de la tablette VMK et à ses prochains chiffres d’affaires: « Pour l'instant, nos moyens ne nous permettent pas d'aller plus loin dans la personnalisation de notre produit. Mais nous sommes en train de développer notre propre magasin d'applications, VMK Box, qui nous permettra de mettre en avant les applications développées par des développeurs africains, applications qui se retrouvent rarement dans Android Market. Nous espérons écouler 10 000 tablettes au Congo en un an. Nous comptons ensuite exporter au Kenya, au Cameroun, au Gabon, en Côte d'Ivoire ou encore au Sénégal via un réseau de distributeurs indépendants. Après, pourquoi ne pas viser l'Europe ? Nous sommes parallèlement en discussion pour préparer le successeur de la tablette VMK. » [Le point.fr]

Ses projets à court, moyen et long terme :
-      Passer à la V2 de sa tablette, intégrant la 3G
-      En tant qu'employé du ministère des Télécommunications, il travaille sur un projet qui vise au renforcement du "backbone" d'Afrique centrale qui doit irriguer davantage en haut débit son pays.
-      Avec sa société VMK, il compte renouveler l’expérience de l’organisation de l’Africa Web Summit  dont la 1ère édition s’est tenue du 17 au 18 septembre 2011 et qui a regroupé des grands noms du web Africain.


La blogueuse que je suis, est fière de cet éminent modèle d’innovation et de challenge pour l’Afrique.



Toutes les photos de son passage à Abidjan, Côte d’Ivoire. (crédit photos: Cesc Marck-antoine Hodonou)
































Réactions :