2[Côte d'Ivoire] TEDxGrandBassam célèbre les «Immortelles»

TEDXGrandBassam, est un événement organisé sous la licence Américaine TED. Il vise à mettre en avant les idées innovatrices de personnes qui...

Orange lance la 6ème édition du Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient

Cette année, le grand concours de business plans organisé par Orange en Afrique et au Moyen-Orient se dédouble. Chaque projet candidat peut en effet être jugé par deux jurys, un national et un international. Les récompenses à...

L'Ambassade des USA encourage les jeunes ivoiriennes à poursuivre des carrières scientifiques et technologiques

« Les femmes éduquées acquièrent une voix et une place dans la société, ce qui leur donne plus de débouchés économiques et encourage leur participation dans la politique et fortifie la société, »...

jeudi 30 décembre 2010

Des créatifs publicitaires lancent une Campagne web pour la paix en Côte d'Ivoire

Mon pays, la Côte d'Ivoire, est à un tournant très critique de son histoire. La tension est vive aussi bien dans la rue que sur Internet. Beaucoup de messages délétères incitant à la haine, à la violence et à la guerre sont diffusés via les réseaux sociaux et les messageries électroniques, les blogs. Internet est un média si puissant qu'il peut sauver des vies ou détruire définitivement des liens de fraternité. C'est donc la raison pour laquelle deux publicitaires (Chaba Dadié et Hyacinthe Menan), dans le souci d'apaiser les tensions, ont décidé de se mettre ensemble, afin d'en faire un canal de paix et de solidarité. 
Objectif: Créer une campagne citoyenne invitant les Ivoiriens à développer l'amour pour son prochain quel que soit son appartenance ethnique, son opinion politique ou sa religion. Ils vous en disent plus ici....


Edith: Chaba et Hyacinthe, bonjour et bienvenue sur ''l'actu web d'edith''. Objectivement, pourqoui avoir décidé de lancer cette campagne?
Chaba et Hyacinthe: Bonjour Edith (en choeur) et merci pour l'accueil ! En fait, nous nous sommes posés une question bête : Que font les créatifs ivoiriens face à la crise que traverse leur pays ? Et à partir de là, nous avons décidé, Chaba et moi, de lancer la campagne Côte d'Ivoire Pays N'Zassa pour proner l'esprit de Fraternité en ces moments difficiles où on parle beaucoup d'incitation à la haine (ethniques, religieuses...)
Il s'agit donc de sensibiliser nos concitoyens sur les risques de guerre fratricide. En effet, on constate malheureusement que la haine est en train de s'installer progressivement dans les coeurs des Ivoiriens. La presse fait état de ce que certaines personnes sont agressées pour leurs opinions politiques ou leur appartenance ethnique. Et le phénomène est aussi visible sur facebook. Vous pouvez le constater dans les échanges et les commentaires des uns et des autres ...  Nous trouvons cela dommage. Et nous ne voulons pas rester les bras croisés parce que cela ne reflète pas l'esprit du peuple ivoirien auquel nous sommes fiers d'appartenir.



Edith: La campagne s'intitule ''Opération Côte d'Ivoire Pays N'Zassa". En d'autres termes...
Chaba et HyacintheOn a choisi de baptiser la campagne ''OPERATION COTE D'IVOIRE PAYS NZASSA'' pour rappeler à nos compatriotes les valeurs qui fondent notre nation : Fraternité, Hospitalité, Partage. Le pagne N'Zassa est un symbole de la culture ivoirienne (patrimoine baoulé, apolo). C'est un pagne qui est fabriqué à partir de morceaux d'autres pagnes. Créativement parlant, il s'agit de recréer le pagne N'Zassa avec les morceaux de tissus représentatifs des différentes régions de la Côte d'Ivoire. Le bogolan du nord, le pagne baoulé du centre, le tapa de l'ouest... L'objectif, c'est de tisser l'amitié entre les peuples de notre nation.




Edith: Concrètement, comment comptez-vous vous y prendre pour en faire un large écho au plan national et international ?
Chaba et Hyacinthe: Nous comptons sur toi, Edith ! Rires. En fait, avec la lucarne que tu nous offres ici, on va dire que c'est déjà un pas en avant. On lance cette campagne sans argent, tu le sais ! C'est une initiative que nous prenons pour démontrer notre attachement à notre pays. Et nous pensons qu'ils sont nombreux les Ivoiriens qui comme nous partage cette émotion. Nous les appelons donc à user de ''tous les moyens possibles'' pour faire passer ce message. On commence par communiquer sur le net (média ''gratuit'') à travers les réseaux sociaux et en nous appuyant sur des Influenceurs Web comme Edith Brou. Si la campagne trouve l'adhésion des internautes, ce sera déjà ça de gagner. Toute bonne volonté est la bienvenue puisque nous souhaitons également être présent dans la vraie vie avec des affiches, des tee-shirt, des bracelets, des brassards... Nous sommes prêts, créativement. Et nous croyons que ce projet mérite d'être soutenu. 


Edith: Quelle sera la durée de la campagne?
Chaba et HyacintheIllimitée. Tant qu'il faudra continuer de ''tisser l'amour pas la haine'' dans le coeur des Ivoiriens, cette campagne sera toujours d'actualité.




Edith: Comment les internautes peuvent-ils s'y prendre pour participer à cette campagne ''d'utilité publique''?
Chaba et Hyacinthe: Il suffit de faire passer le message. C'est aussi simple que ça. Dans vos emails, sur vos blogs, sur vos pages facebook, sur l'écran de vos ordinateurs, de vos téléphones mobiles partout où vous pouvez partager l'esprit de Fraternité qui se dégage de cette campagne, faites-le ! 


Edith: Vos derniers mots.
Chaba et Hyacinthe: Nous voulons rappeler à tous que notre hymne nationale nous invite à être au final : La Patrie de la vraie Fraternité. 
La Côte d'Ivoire est une terre d'Espérance et il faut qu'elle le reste à jamais. Etre une terre d'Espérance pour tous sans distinction d'origine sociale, d'appartenance ethnique ou religieuse, d'opinion politique. L'amour construit, la haine détruit. ''Tissons l'amour entre nous !''

Client : COTE D'IVOIRE 
Campagne : OPERATION COTE D'IVOIRE PAYS N'ZASSA
Conception-rédaction : HYACINTHE MENAN
Direction artistique : CHARLE DADIE
Merci Edith (en choeur)

mercredi 29 décembre 2010

Divan numérique reçoit Jean-Martial Yacé, jeune analyste financier: ''Je passe du net à la réalité sans visa...''

 Musique, rap, soul, reggae, assurances, finances, Internet, open-minded, stabilité, progression...Je mets le tout dans mon mixeur ''magique'' et vous obtenez Mon invité de la semaine. Notre rencontre est le fruit d'un hasard particulier marqué par une circonstance à la fois heureuse et malheureuse: lors du match des éli­mi­na­toires com­bi­nés CAN/Mon­dial 2010 entre les Éléphants et les Flames du Ma­la­wi (en plus, j'allais pour la première fois au stade. Naan, ne riez pas chers messieurs!). Nous sommes devenus par la suite de très bonnes connaissances qui se côtoient presque tous les jours via le web, amis aussi dans la vie réelle aux travers de divers activités de détente. Un jeune homme qui incarne ma vision de l'Afrique moderne et hyper-active....


Présente-toi ?
Bonjour, je suis Jean-Martial YACE ivoirien de 28 ans et analyste financier  à la LOYALE ASSURANCES.

Comment décrirais-tu ton job ?
Je suis chargé d’études en assurances caution. Cela signifie que j’interviens pour étudier le risque que court ma société lorsque nous sommes face à une demande d’assurance caution. L’assurance Crédit-Caution est une assurance contre les impayés et les divers risques financiers. Cette caution couvre aussi les crédits d’investissements dans le cadre des nouveaux projets. On peut donc dire que lorsque je donne mon accord après étude de dossier,  validé bien sûr par ma Direction, notre compagnie se porte garant pour nos assurés auprès des banques et autres établissements bénéficiaires de notre caution.

Depuis quand l’exerce tu ?
Je suis employé depuis Août 2006.

Et ton parcours professionnel.
J’ai suivi une formation en Sciences Économiques à la faculté de Montpellier ponctuée par une maîtrise en Monnaie et Finances et j’ai terminé mes études par un Master en Ingénierie de projet toujours dans cette même Université.
 J’ai eu la chance d’effectuer des stages au BNETD (2005) et à la SACO (2006) avant  d’être embauché à la Loyale Assurances de 2006 à ce jour.

As-tu un modèle dans ce domaine ?
Dans le domaine des Assurances mon premier modèle est mon Président Directeur Général, Monsieur ABOUO Bernard, pionner de l’assurance sur le Marché Ivoirien, qui aujourd’hui, a fondé son entreprise et qui en a  fait en seulement cinq ans une compagnie incontournable d’un marché très concurrentiel.


Quelles satisfactions en retires-tu ?
J’apprécie énormément la possibilité de collaborer avec le secteur bancaire mais surtout avec le secteur Douanier qui est un domaine d’activité très complexe et qui nécessite une réelle connaissance du terrain. Je peux donc dire qu’à ce jour j’ai acquis quelques connaissances très pratiques de l’activité bancaire et douanière.


Y rencontres-tu des difficultés ?
Il y a bien sûr quelques difficultés comme dans toute activité. Je pourrais citer la position inégale des Assurances face aux banques dans la gestion des contentieux ; la difficulté de dialogue avec les institutions étatiques dans la mesure ou l’appareil de l’Etat est lourd et sans recours. Mais dans l’ ensemble, mon domaine d’activité étant récent sur le Marché des assurances, c’est à nous de trouver certaines solutions pour contourner les éventuelles difficultés.

Honnêtement, décris-toi en trois mots.

Passionné, ouvert d’esprit et… difficile à étiqueter lol


Tes activités quotidiennes sur le net impactent-elle ta vie réelle? Si oui, comment ?
On peut le dire dans la mesure où je suis constamment en contact sur le net avec les personnes que je fréquente que ce soit en termes d’amitié, de loisirs, de partage d’intérêts et même de travail. Il n’y a plus vraiment de frontières, je passe du net à la réalité sans visa et vice versa lol. Je me demande même ce qu’on appelle vie réelle car mes amis sur le net par exemple ne sont pas virtuels du tout lol.

Que penses-tu de l’état du web en Côte d’Ivoire ?
Je note une certaine progression lors des 10 dernières années. Les zones de couverture sont nombreuses et on peut quand même dire que l’internet illimité se démocratise avec par exemple les 128 kb. Mon véritable souci se situe au niveau du débit et de la tarification. L a tarification est toujours aberrante selon moi en particulier au niveau du rapport qualité prix mais mon jugement doit être un peu trop influencé par les standards de prix européens ou je me rends compte que pour 30 euros soit 20 000 FCFA les usagers bénéficient de l’ internet haut débit illimité à 8 méga, la téléphonie fixe gratuite et des chaînes de télévision. On a encore beaucoup à faire à ce niveau. Le dégroupage total est- il effectué à ce jour ? C’est ce genre d’avancées qui permettront à la concurrence de véritablement s’exercer. Mais au final je suis satisfait de l’arrivée progressive de la concurrence car on se souvient tous des débuts de l’Internet et d’un certain Monopole et je note  des offres de plus en plus attrayantes surtout au niveau du débit.

Personnellement, que représente le web pour toi?
Le WEB est indispensable à mon quotidien. C’est une source intarissable de connaissances, de découvertes, d’informations, de partage, de rencontres et j’en passe. Je n’imagine même plus un jour sans connexion. En plus j’ai tendance à me considérer comme un « curieux désordonné » et avec le net je suis servi. A chaque étincelle, je clique et je suis servi !

L’association ‘’jeunes africains et Internet’’, est-ce une combinaison gagnante pour toi ? Pourquoi ?
C’est évidemment une combinaison gagnante car louper le train de l’avancée technologique et internet c’est louper le train du développement. Aujourd’hui avec les NTIC, qui pourrait se passer du Net et vouloir être compétitif. Quelle réactivité face à la concurrence dans une économie mondialisée. Qui d’autre que les jeunes africains pourront mieux saisir l’importance de l’Internet dans le travail et la vie au quotidien et amener les idées pour imposer et démocratiser ce fantastique outil. C’est un facteur essentiel de développement et de création de richesses. Si les jeunes africains en saisissent les possibilités et subtilités, de nombreux métiers vont émerger. Regardez aujourd’hui les paris sportifs en ligne qui rapportent des sommes folles en Europe…Ou même l’importance prise par un site comme abidjan.net. Les promoteurs de ce site ont été des précurseurs et  sont devenus incontournables.


C’est quoi ta routine quotidienne ?
Réveil, musique, arrivée au boulot, consultation rapide de mes sites favoris pendant 15 mn et mise au travail.


Honnêtement penses-tu être accro à Facebook ?
Définitivement lol

Quels sont les 3 produits high-tech dont tu ne peux pas te passer ?

Je suis fan du Net mais pas forcément accro au produits High Tech et toutes les nouveautés. Mais je citerais quand même mon Laptop et mon Disque dur externe qui me suivent partout. Mais ce dont je raffole c’est le matériel sono de pointe en tant que fana de musique…


Quels sont tes 3 sites Internet préférés ?
Question difficile là...Trop de sites me viennent en tête mais je passe chaque jour sur  facebook et les pages personnelles de mes proches, abidjan.net, le monde.fr, lequipe.fr ; fnac.com ;2kmusic.com ;reggae.fr ; okayplayer.com etc etc (lol ! j’ai dit 3 ^_^)

Une semaine sans Internet pour toi, est ce possible?
J’aurai en tout cas du mal. Anecdote, il y a 3 semaines j’étais dans le Sud de la France et je n’avais plus de connexion les derniers jours de mon séjour. Du coup je me rendais à la laverie automatique pour bénéficier du wifi qui y était installé pour les clients. J’ai donc été un fidèle client de cette laverie trouvant toujours quelque chose à laver..lol

Quels sont tes projets ?
J’entends déjà me perfectionner dans mon domaine d’activités et j’ai des projets personnels mais souffrez qu’ils le restent pour l’ instant.

Que ce que tu voulais faire quand tu étais encore enfant ?

Le journalisme, la musique…

Dernière question taquine pour la rédac': si tu n'étais pas un homme, à quoi aimerais-tu ressembler?
A un instrument de musique, surement la batterie qui donne le rythme à tout et qui est tantôt douce ou énergique…

mercredi 22 décembre 2010

Noël 2010: Ma Whishlist High-Tech

''Petit papa Noêl, on est tous des grands enfants et j'espère qu'en ce mois de Décembre enneigé, euh, ensoleillée (car je suis une bonne bronzée des tropiques), tu penseras à moi, ta petite geekette...'' Euh, zut, vous êtes là?? Je m'étais oubliée un instant... Mais bon, voila, j'assume: une petite régression enfantine, ça ne fait pas de mal!! Anyway! Il est de coutume avant Noël de faire sa petite wishlist. Alors je ne manquerai pas à la tradition. Parce que oui, j’ai des envie de cadeaux en particulier, mais j'imagine que vous aussi. Alors, je vous ai fait une liste de cadeaux high-tech (disponibles) qui feront plaisir aux "Grands Enfants'' que vous êtes et à vos proches également. C'est-il pas beau tout ça?!!!

1. Le IPAD
Ah le Ipad, le Ipad, le rêve ultime à posséder. Un véritable assistant personnel et une tablette de jeu et d'application par centaines de milliers. Son prix aussi, se chiffre par centaines de milliers (lol) mais rien n'arrête une envie de Ipad. Pas vrai?! ^_^
Prix= 500.000Fcfa pour le 64 gigabits




2.la dernière version du Macbook Pro 
La pomme encore la pomme de Steve Jobs. Bah oui!! Puisque c'est le nec plus ultra. Il est disponible soit en 13 pouces, soit en 11,6 pouces. Il est le plus fin et le plus léger possible. Avec un Processeur 1,4 GHz pour le 11,6″ (ou 1,6 GHz 128 Go d’espace disque flash pour le 13 pouces).Il dispose d’une batterie offrant jusqu’à 5 heures d’autonomie (7 heures pour le modèle 13 pouces) sans oublier l’autonomie en veille de près de 30 jours, le MacBook Air s’allumera instantanément après plusieurs jours ou semaines d’inactivité et il lui restera même des ressource. En 2011, tous les fanatiques d'ordinateurs Mac doivent impérativement se le procurer.
Prix= de 1.000.000Fcfa à 1.300.000Fcfa


3. Écran Plat  20 pouces et Unité Centrale  de la marque ASUS
Un superbe PC de bureau ultra neuf à offrir pour la maison ou le bureau.
Caractéristiques Unité Centrale
processeur 4 coeur, 320GB disque dur, 4 giga de ram, 
Prix du package = 500.000F



Siglé '' Western Digital'' L'un des supports ultime pour sauvegarder vos données avec une capacité de stockage maximal. Sans câble d'alimentation. Le ''Must-Have'' des ''gros consommateurs de téléchargements et de données''.
Prix= 150.000Fcfa 

Tous ces articles sont disponibles avec ''Didi la Geekette'', via sa page facebook.

#3 *LE HAIKU DU JOUR* (art poétique originaire du Japon)

SOOLLÉÉÉH ! 
La chasse au margouillat est ouverte sur mon mur !
Au margouillat tête rouge, on va mener la vie dure 
Viens sur mon mur 
Torse et pieds nus
Viens mon ami 
De jour comme de nuit. 
Fais tes commentaires 
Dans la langue qui te plait. 
Y a pas de lézard, 
On va tuer le cafard ! 


(c) KWMENAN.

mardi 21 décembre 2010

#2 *LE HAIKU DU JOUR* (art poétique originaire du Japon)

Pourquoi chercher à devenir quelqu'un 

Quand la vie consiste à devenir soi-même ? 



(c) KWMENAN.

dimanche 19 décembre 2010

DOSSIER SPECIAL 2011: Qui sera le ''Roi'' du Très-Haut-Débit en Côte d'Ivoire?


État des lieux
Jusqu’à  présent, le marché ivoirien se caractérisait par une forme de paradoxe. D’une part une forte compétition dans le segment de la voix, avec cinq opérateurs de téléphonie mobile : Orange (36 % de part de marché), MTN (35 %), Moov (16 %), Comium (8 %) et GreenN (5 %). D’autre part une forte domination, sur les marchés du fixe et de l’internet, de Côte d’Ivoire Télécom (CIT) et d’AVISO, contrôlées par le groupe France Télécom. Mais force est de noter que Les opérateurs mobiles ivoiriens ne se contentent plus de la téléphonie mobile et viennent contester le leadership de Côte d’Ivoire Télécom à travers sa filiale AVISO sur d’autres marchés.  La concurrence dans le secteur des télécommunications en Côte d’Ivoire s’est beaucoup animée au cours de ces derniers mois surtout dans le domaine de l’internet mobile. Ces 3 dernières années furent celles des prémices de l’ère internet mobile en Côte d’Ivoire et le pionnier fut l'opérateur Moov, rattrapé par MTN puis par Orange. 




Les Opérateurs intégrés
Pourtant l’année 2010 a vu certains opérateurs renforcer leur positionnement dans cette branche avec l’acquisition de technologies à l’avantage des consommateurs ivoiriens. Je veux notamment parler de Mtn et d’Orange.
Cependant des 2 nominés, Mtn reste le seul opérateur à proposer la meilleure offre internet mobile à l’heure actuelle (Mtn s’est déployé dans le fixe et l’internet). A tel point que celle-ci se substitue de plus en plus à l’internet ADSL (ou filaire) dans certains foyers et entreprises de la place. Le fait que la clé internet mobile de MTN fut assez  bien accueillie par la presse en ligne, les blogueurs et les geek ivoiriens n’est donc pas fortuit. MTN et Orange se muent en opérateur intégrés, laissant ainsi derrière leur outsider MOOV, COMIUM et GREENN encore cantonnés aux services voix et sms. Or L’enjeu est d’une importance capitale. Les opérateurs mobiles les plus avisés l’ont compris car Internet sera l’un des moteurs de la croissance du secteur des télécommunications en Afrique dans les prochaines années. 


3G vs WIMAX
''En Côte d’Ivoire, le régulateur a déjà annoncé l’octroi imminent de licences 3G. Mtn Côte d'Ivoire était demandeur. Orange Côte d'Ivoire a manifesté également son souhait de lancer la 3G en 2011. Mais faute de licence, elle est obligée d'attendre. N'empêche qu'ils ont déjà bouclé toutes les études techniques. Ils n'attendent plus que le Go du régulateur. Avec la 3G,  Orange Côte d'Ivoire compte multiplier par 7, sa bande passante internet actuelle (bande passante utilisée pour le edge). Et ainsi passer de 50 Mbps à 350 Mbps''.m'informe une source d'Orange Côte d'Ivoire. ''En plus de d'Orange, il y a aussi GLO qui est intéressée par une licence 3G, mais le régulateur annonce que deux licences uniquement seront mises aux enchères.'' renchérit la même source.

Dans cette lutte pour l’acquisition de la 3G, Mtn s’est montré extrêmement visionnaire en obtenant une technologie bien plus supérieure à la 3G : le Wimax. La technologie WiMax ( (le haut débit par voie hertzienne) occupe actuellement le devant de la scène en côte d’ivoire avec Mtn qui en a fait l’acquisition et le déploiement cette année. (Mtn est passé du CDMA au Wimax). Mtn a fait le bon choix car le Wimax se situe dans la famille 4G et son concurent est le LTE (LONG TERME EVOLUTION). Pour situer les non-initiés dans ce flots d’expressions techniques, vous retrouverez via ce LIEN, un tableau récapitulant les différentes technologies de téléphonie mobile.

 Orange VS Mtn
En attendant sa licence 3G, Orange au cours de cette année 2011, compte déployer le WCDMA. Évolution de la technique CDMA, le W-CDMA (Wideband Code Division Multiple Access Evaluation, Multiplexage par code large bande) est une technique utilisée pour la téléphonie mobile de troisième génération.
En résumé et sans risque de se tromper, on peut affirmer que Mtn Côte d'Ivoire en terme de technologie est en avance sur son concurrent Orange Côte d'Ivoire. Moov et Orange se battent encore pour l’obtention de la licence 3G : d’un côté, Orange à tout intérêt a obtenir cette licence si elle veut être compétitive sur le plan de l'internet haut débit mobile, tandis qu’avec cette licence, Moov entrerait définitivement dans la cours des grands. 
D'après une source MTN, ''supplantant ces légendaires concurrents, Mtn a tout de suite anticipé et a déjà déployé le Wimax (dans certaines villes de la côte d’ivoire), une technologie bien supérieure à la 3G. En effet, dans sa politique de rachat et donc de mutation en opérateur intégré, Mtn a bénéficié du Wimax du FAI(fournisseur d'accès internet) Afnet, qu’elle a par la suite ''upgrade''. Pour votre information, la licence Wimax n’est plus en vente. En son temps c'étaient les FAI (donc AFNET et Vipnet) qui avaient lutté pour avoir cette licence. La Wimax n'intéressait alors ni orange ni MTN car ''elle ne rentrait pas dans le plan stratégique’’, selon une source MTN. Mais Mtn s’est vite rattrapée en rachetant Afnet pour son Wimax et Arobase pour son CDMA.''

Next Step
Que de bouleversements en quelques années ! Me direz-vous…Les plus contents dans cet entrelacement d’offres, c’est QUI ?? Et bien c’est, c’est moi, c’est lui et elle… c’est bien nous les consommateurs et en particuliers les internautes ivoiriens. Nous entrons de plein pied dans l’ère du Très-haut-débit (même s'il y a quand même beaucoup d’efforts encore à faire) et seuls les opérateurs les plus visionnaires et les plus à l’écoute des besoins (parfois latents) du marché domineront ce segment, cette nouvelle source de revenu qu’est l’internet mobile. Quel opérateur voyez-vous en pôle position pour l’année 2011 et pourquoi ? A vous la parole…

vendredi 17 décembre 2010

#1 *Le HAIKU du jour*

Si tu pars encore une fois, 
j’irai enterrer mon cœur Très loin ! 
Là bas, Sous les grottes d’Al qaida. 
Et sur mon cœur, tu verras, je lancerai une fatwa. 
A la moudjahidine qui viendra, je m’abandonnerai cœur et âme. 
Et avec son sabre et sa foi, elle m’arrachera ce cœur
Atteint du cancer de Toi. 

© KWMENAN.

La technologie 3G à la conquête de l'Afrique

Presque inexistant jusque-là, notamment au sud du Sahara, l’internet mobile haut débit (3G) est parti à la conquête du continent. Même si cette technologie requiert de gros investissements pour les opérateurs, elle constitue la promesse de nouveaux relais de croissance.
Deux ans en arrière, surfer à partir de son téléphone n’avait rien d’une sinécure. L’arrivée de l’iPhone et du BlackBerry à Abidjan et à Dakar faisait sourire les sceptiques, qui raillaient le décalage entre le continent et les dernières innovations sorties de la Silicon Valley en matière d’internet. Limités par le débit, les utilisateurs mettaient, il est vrai, de longs moments à charger leurs mails ou à consulter la moindre page web.
Réguler correctement
L’arrivée de plusieurs câbles sous-marins près des côtes ouest-africaines dans les prochains mois devrait faire évoluer cette situation dans les pays francophones, qui, de Dakar à Kinshasa, accusent un certain retard sur leurs voisins anglophones de l’est et du sud du continent en matière de 3G. Une amélioration de la connectivité internationale que le Sénégal a par exemple anticipée en accordant une licence 3G à l’opérateur Expresso, filiale de Sudatel, au mois de juin. D’autres pays comme le Gabon, le Burkina Faso ou la Côte d’Ivoire ont quant à eux entamé leur processus d’attribution des autorisations.
Le surplus de bande passante apporté par les nouvelles infrastructures entraînera en effet, si le marché est correctement régulé, une baisse des prix de la connexion internet pour les opérateurs et donc pour leurs clients. Y compris dans les pays enclavés, grâce aux réseaux terrestres en fibre optique existants ou en cours de réalisation. « Ces projets représentent des investissements considérables [700 millions d’euros pour le câble Ace, qui, entre la France et l’Afrique du Sud, reliera 22 pays africains, NDLR] et prouvent que le secteur des télécoms croit au développement du web sur le continent », explique Michel Monzani, responsable de la zone Afrique du Nord et Moyen-Orient pour Orange.

Au Maghreb, le déploiement plus rapide de la 3G, avec les premières licences accordées en 2006 au Maroc, s’explique notamment par un pouvoir d’achat des consommateurs sensiblement plus important qu’en Afrique subsaharienne. Seule l’Algérie, après avoir plusieurs fois reporté le lancement du haut débit mobile, est restée un peu à la traîne. Un retard qui pourrait être comblé prochainement, selon les déclarations faites fin septembre par le ministre de la Poste et des TIC, Moussa Benhamadi, révélant l’arrivée probable de la 3G dans son pays début 2011.
Paradoxalement, les réseaux téléphoniques en cuivre, davantage étendus le long des rives de la Méditerranée qu’au sud du Sahara, n’ont donc pas été un obstacle à l’apparition des réseaux 3G. Une technologie qui permet aux opérateurs de proposer des offres internet haut débit pour la maison capables de rivaliser avec les connexions DSL (à partir des réseaux filaires) des opérateurs historiques.
Si l’avènement de la technologie 3G sur le continent est progressif, c’est également en grande partie parce que les États ont pris leur temps, cherchant à optimiser la vente des licences aux opérateurs. Une démarche qui a requis la création d’observatoires au sein des régulateurs afin de surveiller la maturation des marchés et ainsi déterminer le meilleur moment pour lancer un appel d’offres ou entrer en négociation directe avec une compagnie. Des prix de licence qui varient énormément d’un pays à l’autre, comme le montre une étude réalisée par le cabinet Balancing Act.
En Égypte, le montant payé par Mobinil (414 millions d’euros, soit 52 euros pour chacun de ses abonnés) aura été 37 fois supérieur à la somme demandée par le Kenya à ses opérateurs (1,40 euro par abonné). Des écarts qui existent aussi entre le prix payé au Nigeria (13 euros par abonné), au Maroc (5,30 euros par abonné) et en Tunisie (10 euros par abonné). Et qu’il est parfois difficile d’expliquer.
Contraintes financières
Car s’il est normal pour les États de souhaiter tirer parti des milliards générés par le secteur des télécoms, il convient de ne pas fixer la barre trop haut, au risque de dissuader les opérateurs, qui doivent ensuite consentir des investissements importants pour construire leurs réseaux. Au Maroc, Méditel annonçait par exemple plusieurs milliards de dirhams d’investissement afin de financer son infrastructure 3G, qui, pour offrir une bonne couverture, doit être plus dense que les réseaux 2G.
Des contraintes financières qui tendent néanmoins à diminuer en même temps que le prix des matériels. « Lorsqu’un équipementier veut entrer sur un nouveau marché, il peut consentir des tarifs plus attrayants. De fait, les montants nécessaires pour passer à la 3G ne sont pas forcément supérieurs à ceux mobilisés pour la 2G », indique Michel Monzani. Pour diminuer leurs charges, de plus en plus d’opérateurs optent aussi pour le partage d’infrastructures avec leurs concurrents sur certaines portions de territoires. La couverture se fait, elle, progressivement, en commençant par les zones urbaines à forte densité. Des réseaux qui restent dans tous les cas toujours compatibles 2G pour ne pas se couper d’une partie de la clientèle.
Des millions en publicité
Une stratégie qui comporte néanmoins le risque de présenter un réseau limité qui, à l’usage, décevra les abonnés. Un cas de figure rencontré par Orange en Tunisie, où, pendant les premiers mois, sa couverture était restreinte aux villes de Tunis, Sfax et Sousse. Une contre-publicité que la filiale du groupe français avait fin octobre encore des difficultés à effacer malgré l’amélioration continue de son réseau. Plus complexes à mettre en route, les téléphones 3G réclament aussi un service clients irréprochable et souvent un enjeu fort de fidélisation pour les opérateurs.
Mais en dépit de ces nombreuses contraintes, la 3G, à travers ses usages, fixe (box) et mobile (clé 3G, smartphones), aura dans les prochaines années sensiblement augmenté les revenus des opérateurs, avec des dépenses mensuelles moyennes qui pourront atteindre 20 euros et plus, contre moins de 10 euros pour les abonnés 2G.
Afin d’inciter de nouveaux clients à sauter le pas, les compagnies dépensent des dizaines de millions d’euros en publicité. Dans certains pays, elles font également des efforts pour développer la quantité et la qualité des contenus locaux disponibles. En Tunisie, Orange vient ainsi de créer un centre d’expertise pour aider les développeurs locaux à créer des applications made in Africa, destinées au magasin virtuel d’Apple (« l’App Store »). Car à Tunis comme dans tout le Maghreb, si on aime les pommes, on préfère la douceur des dattes. 
source: jeuneafrique

jeudi 9 décembre 2010

Le premier Barcamp du Togo

Après les barcamp du Ghana, du Sénégal, du Cameroun, du Nigéria et après celui de la Côte d'Ivoire qui a d'ailleurs connu un succès retentissant dans toute l'Afrique de l'Ouest et au delà (et ce, grâce à l'organisation Akendewa), c'est autour du Togo, de leur emboîter le pas, en organisant son tout premier Barcamp. Toute la communauté web ivoirienne leur souhaite un plein succès. Voici le communiqué de presse officiel de l'OPIM, structure chargée de l'organisation de cet évènement à Lomé.



Thème principal : « La place des contenus togolais dans l’écosystème du web »

Objectif : Ce Barcamp vise à rassembler les geeks et autres pros du web du Togo afin de faire connaître les contenus togolais et africains, échanger sur les solutions pour améliorer leur qualité et leur quantité sur le web.
Ces échanges se dérouleront sous forme de panels de discussions à propos de divers web-based outils, applications, logiciels open source, API, de web entrepreneuriat, de propriété intellectuelle etc.

L’organisateur : OPIM (Organisme pour la Promotion de l’Internet et du Mobile)

L’OPIM a pour but principal promouvoir l’utilisation de ces outils technologiques au sein des populations sans différence aucune. Brisant les barrières il veut atteindre toutes les classes sociales du pays sans exception. Cet organisme veut regrouper en son sein des professionnels de différents secteurs d’activités tels l’informatique, les télécommunications, commerce, marketing et communication, l’éducation, etc.
Il espère par cette initiative promouvoir les contenus togolais sur le web, attirer et accroître les investissements internationaux et surtout voir naître de nombreuses entreprises exerçant dans le domaine des TIC et cela par l'éveil des consciences sur les avantages liées à l'utilisation de ces technologies.
Sponsors : Akendewa, organisme confrère et ayant contribué à la tenue de ce barcamp par une assistance/conseil

Date : 11 Décembre 2010 à partir de 8h30
Lieu : Guest House ACROPOLIS

PROGRAMME (Provisoire)

8h00 - 8h30 : Accueil et Registration

8h30 - 9h00 : Discours d'introduction - Roger KPAKOTE Président OPIM

9h30 - 11h30 : Sessions

11h30 - 12h00 : Recap

12h00 - 13h30 : Pause déjeuner

13h30 - 17h30 : Sessions

17h30 - 18h30 : Open session et discours de clôture

** 7 thèmes seront présentés et débattus lors des sessions

Ce programme n'est pas définitif et peut être modifié. Nous attendons vos suggestions. Vous pouvez nous informer des domaines d'intervention qui vous intéressent en nous envoyant un mail sur opimtogo@gmail.com


Contacts : opimtogo@gmail.com
                  Tel :   +228 233 55 29
                           +228 828 87 17